Mardi 04 Août, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Médias

Diffamation, conférence de presse du groupe Sedima… : Déclaration du Synpics

Single Post
Diffamation, conférence de presse du groupe Sedima… : Déclaration du Synpics
Union des Journalistes de l’Afrique de l’Ouest
Fédération Internationale des Journalistes
Syndicat des Professionnels de l’Information et de la Communication du Sénégal
Maison de la Presse – Corniche Ouest -  Dakar  Tél. : ( 221 ) 823 16 67 -  77 511 27 73

Liberté  -  Responsabilité


Déclaration

L'espace public bruit depuis quelques temps de tensions sociales fortes, qui n’épargnent pas le secteur des médias dont certains acteurs ont été parties prenantes.

Il en est ainsi de l’affaire qui a opposé certains cadres du ministère de l’environnement à des journalistes accusés de diffamation, de l’affaire dite de l’interdiction d’accès au tribunal de Dakar, ainsi que de l’affaire dite de la conférence de presse du groupe Sedima sur le sujet des terres de Ndengler.

Pour toutes ces affaires, Le Synpics tient à rappeler aux différents protagonistes, notamment aux journalistes de privilégier les principes de base de ce noble métier et de ne céder à aucune collusion autre qu'avec le public, destinataire du travail journalistique.

S’agissant de l’affaire de diffamation présumée opposant le Dage et le Sg du ministère de l’environnement et des journalistes, le Synpics se félicite de l’issue heureuse qui a consisté au désistement de la partie plaignante. Le Synpics salue l’implication personnelle du ministre de l’environnement qui a contribué à cette solution.

Il en est de même pour l’affaire dite des ‘’chroniqueurs judiciaires’’. Informé de la situation, le Synpics a pris sur lui en rapport avec le président de l’association des chroniqueurs judiciaires de prendre contact avec les autorités judiciaires.

Le ministre de la justice a de suite donné les instructions pour que cette entrave à la liberté du travail du journaliste soit levée et nous a déclaré que ‘’rien ne peut justifier une pareille décision’’. Le président de l’association des chroniqueurs judiciaires par ailleurs membre du BEN du Synpics a diligenté avec les membres du bureau de l’association la levée de cette décision inique.

Pour ce qui est de la sortie médiatique de Sedima, le Synpics s’en remet à la déclaration du Cored. Au delà, le Synpics demande aux organes de presse de veiller à la crédibilité de leurs équipes rédactionnelles, en veillant à préciser au public, la nature commerciale de toute production médiatique. Il est malheureux de constater que seul le groupe E Media a précisé à l’endroit du public qu’il s’agissait d’un publireportage.

De ce qui précède, le Synpics tout en invitant les confrères à faire preuve davantage de prudence dans le traitement de l'information, les enjoint par ailleurs à ne faire confiance aux sources que si elles sont en mesure de prouver toute allégation ou fait présumé, qu’elles cherchent à porter à la connaissance des médias.

Sans verser dans le paternalisme, il nous semble important de rappeler à tous que le contexte actuel appelle de notre part plus de Rigueur, de Vigilance et de Solidarité. 

Enfin, s'adressant aux médias en ligne, le Synpics rappelle que les mêmes règles qui s'imposent aux médias classiques leur sont opposables et les invite à faire preuve de plus de rigueur dans l’exercice de leur mission de service public de l’information.

Informer juste et vrai, endosser la pleine responsabilité du journaliste tout en jouissant des privilèges qu'offre la pratique du métier, notamment les régimes de Libertés et de Protection, doivent plus que jamais être notre Credo.


Fait à Dakar, le 13 juillet 2020
Pour le BEN
Le Secrétaire Général 

liiiiiiiaffaire_de_malade

9 Commentaires

  1. Auteur

    Conseil!

    il y a 3 semaines (20:58 PM)
    Au début de l'affaire dite SEDIMA-Ndengler, j'ai constaté à mon niveau une reticense d'information de la part de Senewed, pour ne pas dire une prise de partie. Senewed a véhiculé plus d'informations venant de SEDIMA. Je constate aussi qu'il essaye d'équilibrer ces derniers jours.

    Encore une fois, je pense que les fidèle lecteurs de Seneweb ne souhaitent avoir que des informations vérifiées et impartiales. Le relais de l'information ne doit être en aucun cas en faveur d'une personne à cause de ses moyens financiers.

    #Opinion d'un fidèle lecteur. Et merci de votre compréhension

  2. Auteur

    il y a 3 semaines (21:34 PM)
    Si Babacar était autant convaincu de ses droits il ferait une conférence de presse au sens propre du terme et non un publireportage. Ceci prouve juste qu’il pense que l’argent peut tout faire : payer des gendarmes, corrompre les vieux de Ndengler, acheter de la pacotille journalistique.



    Mais s’il y a une chose qu’on ne peut jamais acheter c’est l’opinion.

    Même l’opinion de certains vendus de la presse penche en faveur de la vérité mais ils ne le diront jamais haut car ils ont encaissé
    Auteur

    il y a 3 semaines (22:39 PM)
    Man lima meunta comprendre moy nane la nit mana gneuwé né maa moom souf sii kom boudoon yaako créer. Damaa djiàpp né souf si dafa wara nekk bien commun comme djiànt bi ak nguelaw lignii nooyi, bien commun boo kham né warou gnoo diokh kénn titre foncier, etat mooko wara géré ci diokhé autorisation occupation renouvelable dans le temps, té at mou né danga wara fay taxe ci autorisation boobou.

    Djieul souf si def ko moomeelou nit mooy diarign ci ndieuka gneuw lor gni moudjié gneuw.
    Auteur

    il y a 3 semaines (23:22 PM)
    Dans le contexte actuel comment féliciter nomément le Ministre de l'environnement en faisant fi du traitement de l'information concernant les gazelles Oryx.In finé,en filigrane ce communiqué le blanchit en lui rendant un si grand hommage
    Auteur

    il y a 3 semaines (23:35 PM)
    Ce qui manque le plus à la presse sénégalaise, c'est la rigueur. Le SYNPICS doit le dire et le redire. Quand un journaliste donne une info et affirme la tenir de bonne source, il doit être en mesure alors d'en donner les preuves si tant est son infotnrmatrur dit vrai . Cette type de journaliste participe à décrédibiliser la presse en général. Et pourtant Dieu sait il y a très bon s journalistes au senegal à cheval sur les règles de déontologie qui agissent le journalisme issue de la bonne école. Le journalisme issu de la bonne école met en avant l'étique du journaliste . On ne donne de leçon à personne .L'expression relève "sans être paternaliste" relevé dans le communiqué du SYNPICS traduit l'état d'esprit qui règne dans le milieu de la presse.
    Auteur

    Marvel

    il y a 3 semaines (07:16 AM)
    Il y a des pratiques malsaines , connues de tous et sur lesquelles le Synpic passe sous silence. Il s agit : 1) des performs perçus les journalistes reporters. 2) des dessous de table versés pour étre invités dans les médias 3) du manque de rigueur et du sens de responsabilité qui conduit à publier une information qui porte tort à autrui sans s assurer au préalablede sa véracité, 4) du parti évident et flagrant de certains journalistes et médias dans des affaires sensibles et sérieuse. Il y a des exemples qui foisonnent.

    Et jamais , ni le synpic , ni le cored , n à régi .

    Enfin , il est à regretter de voir nos journalistes privilégier le sensationnel , au détriment d investigations , ou études Sérieuses pour mieux informer les citoyens. Depuis que l on évoque Le probléme du foncier, quel est le média qui a fait l état des lieux , fait analyser les failles dans nos textes auprés des spécialistes et suggéré des solutions , à part é média dans une moindre mesure ? Qui a analysé comment nos richissimes hommes d affaires assument leur responsabilité Sociétale. Nombre d entre eux opérent dans le trading ou l immobilier. Trés peu créent des entreprises industrielles , ou investissent dans la recherche .
    Auteur

    il y a 3 semaines (07:58 AM)
    "Tant que les riches s'enrichiront et ne sauront où mettre l'argent et que les pauvres s'appauvriront de plus en plus et ne sauront pas ce qu'ils vont manger aujourd'hui, l'exploitation de la terre continuera"
    Auteur

    Babs

    il y a 3 semaines (08:08 AM)
    Un publireportage sur un contentieux ? Je n'ai rien compris peut-être que je suis trop con pour comprendre ce type de journalisme... Mon Dieu l'objet de la rencontre c'était les centaines d'hectares qu'on a soutiré à de pauvres paysans et la presse encaisse de l'argent pour faire du publireportage... je suis persuadé que ces gars sont encore près si la SEDIMA va enterrer ces pauvres paysans dans ces fosses à encaisser encore pour refaire le sale boulout....

    Oh mon Dieu quand le journaliste alimentaire nous tient
    Auteur

    il y a 3 semaines (11:12 AM)
    Pour qu une télé vienne couvrir ta manifestation ou cérémonie il faut payer " le taxi" et "le agne" meme si c est à 18h



    Pour étre invité à certaines émissions d interwiew ou d entretien ou de débat il faut payer sous la table le présentateur ,

    c est meme systématique , surtout à l émission d une célébre grande gueule



    C est bien connu de tout le monde

    Le synpics sait trés bien tout ça mais ne dit rien



    Pourquoi ?

    Par peur ou par copinage et complaisance ?

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email