Vendredi 14 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
People

Vingt ans après sa mort, le dialogue continue avec Sanokho

Single Post
Vingt ans après sa mort, le dialogue continue avec Sanokho

Il y a 20 ans, le 21 avril 1994, décédait à Dakar, l’imitateur Sanokho, un artiste total, visionnaire mais controversé, dont l’influence demeure toutefois intacte encore aujourd’hui, à travers les nombreuses vocations qu’il a suscitées.


Deux décennies après sa mort, Sanokho continue outre-tombe de dialoguer avec ses compatriotes, par le biais de ses nombreux disciples assumés ou non, qui continuent de fructifier ses thématiques originales et de plus en plus intemporelles, à mesure que la nouvelle génération continue de découvre le legs de l’artiste.

 

Sanokho ou Mamadou Sanokho de son vrai nom est né le 8 avril 1955 à Dakar au quartier populaire de la Médina. Décédé le 21 avril 1994 à l’hôpital Principal de Dakar, à la suite d’un accident de la circulation intervenu le 15 avril 1994, il est enterré au cimetière de Pikine. 

 

Selon certains témoignages, il aurait commencé ses prestations en prison avant d’être révélé, vers 1981, par l’émission Télé variétés de l'ex-ORTS. Même condamné plusieurs fois à des peines de prison, Sanokho ne peut malgré tout être considéré comme un criminel, mais plutôt ‘’un bandit sympathique’’, si l’on en croit l’universitaire Omar Guèye, qui vient de consacrer un livre à ce précurseur de l’art de l’imitation au Sénégal.

 

‘’Il (Sanokho) portait en lui les stigmates de la prison, mais aussi les préjugés et les tares qui accompagnent les repris de justice et qui l’ont peut-être empêché de jouir de la notoriété comme il se devait. Mais il a quand même connu la célébrité de son vivant, et ses imitateurs le maintiennent en vie’’, relève l’historien sénégalais dans cet essai intitulé ‘’Sanokho ou le métier du rire’’.

 

Paradoxe et signe du destin pour celui qui assimilait les cars de transport urbain sénégalais, à l’ange de la mort, Sanokho a été renversé par un ‘’car rapide’’. Il a fini à la morgue, en mort anonyme, le temps d’être identifié des jours après son décès, rapporte M. Guèye.

 

‘’Ni Dieu ni car rapide+, disait-il pour faire allusion à l’ange de la mort auquel il assimilait les cars de transports urbains, réputés pour leur conduite dangereuse et parfois meurtrière : une journée d’avril 1994, au printemps de sa vie, il sera lui-même fauché par un +car rapide+, au propre comme au figuré’’. 

 

‘’Comme dans les faits divers où il excellait, rapporte encore l’auteur, il succombera une semaine après son accident, inscrit à la rubrique des +accidentés anonymes+ comme pour les +chiens écrasés+ : le chauffeur ayant pris la fuite. Toujours sans en donner l’air, il est parti à l’âge de la quarantaine, comme un messager qui inspire toujours à ses compatriotes … le rire’’. 

 

‘’Plus connu pour sa maîtrise de l’improvisation et du rire, il maîtrisait le sketch, aussi bien qu’il excellait aussi dans les autres registres des artistes comme le chant et la percussion. Sanokho était un théâtre à lui seul’’, relève Omar Guèye en évoquant l’art de cet amuseur public, délinquant sympathique, moraliste, messager caché ou artiste incompris. Sanokho a été, selon lui, ‘’(…) été le miroir de son temps, un témoin de son époque, un riche en thèmes, un régulateur social (…)’’.

 

‘’En effet, bien plus tard, à la fin des années 1990 et surtout au début des années 2000 jusqu’à nos jours, les pouvoirs publics sont confrontés aux problèmes que Sanokho posait en faisant rire (…)’’, argumente ce chercheur, enseignant au département d’histoire de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) de Dakar.

 

Il cite la question de l’encombrement urbain de la capitale, le débat sur l’exode rural, le chômage des jeunes, le développement du monde rural, l’inadéquation des infrastructures à l’évolution urbaine, les ordures, la mendicité, la prostitution et la petite délinquance, entre autres. 

 

Sanokho décrivait Dakar, la capitale sénégalaise, ‘’comme un milieu de débrouille, de confrontation de toutes sortes, voire un milieu de perdition pour des jeunes sans repères’’. Il évoquait aussi, signale Omar Guèye, le thème tabou du mépris culturel, considéré comme le lit de nombreux préjugés négatifs sur certaines communautés, le rôle corrupteur de l’argent. Figuraient également au nombre de ses thématiques, l’appel à l’unité nationale (lépp sunu biir) et la primauté qui doit être accordée à l’éducation.

 

Au total, on peut dire avec l’auteur que ‘’Mamadou Sanokho n’a pas inventé le rire, mais il fait partie de ceux qui lui ont le plus rendu ses lettres de noblesse, particulièrement en élevant le métier de l’imitation en véritable profession. Il n’en demandait pas tant d’ailleurs’’.

 

Il ‘’fait penser aux artistes maudits, comme les peintres et poètes qui n’ont connu que les galères de leur vivant, et ne furent reconnus qu’après leur mort. Ces génies peu reconnus de leur vivant par leurs contemporains furent tous +condamnés+ par des sociétés +bien pensantes+ dont ils révélaient souvent les angoisses, les hypocrisies et les fantasmes’’, commente l’historien. ‘’Mais toujours, l’œuvre et le temps, impérissables, sont là pour témoigner et rendre compte des malentendus générés par le métier d’artiste’’, ajoute-t-il.

 

‘’A l’instar de ces poètes et artistes +maudits+, fait-il valoir, Sanokho a vécu écartelé et solitaire dans son art, sans présager de ce que sera son héritage : il était sans doute heureux à sa façon.’’

 

‘’Puissions-nous désormais, chaque année, le 21 avril, à l’anniversaire de sa disparition, nombreux, aller prier sur sa tombe au cimetière de Pikine où il repose depuis 1994 et œuvrer pour que ce caveau ne soit plus, lui aussi, anonyme’’, écrit de son côté le poète Amadou Lamine Sall, dans la préface du livre du professeur Omar Guèye. 

 

‘’Né au mois d’avril comme notre fête de l’indépendance, il nous a quittés un mois d’avril à l’âge de 39 ans. Un météore…un peu comme tous ces génies que Dieu aime à rappeler très tôt à Ses côtés, nous laissant si seuls’’, note le poète.

 

‘’J’ai toujours souris en lisant dans notre Constitution où il était presque clandestinement inscrit – comment le direz autrement ? – que le président de la République était le protecteur des arts, des lettres et des artistes’’, avance Amadou Lamine Sall.

 

‘’Dès lors, pourquoi d’ailleurs les écrivains, les artistes n’attaqueraient-ils pas la République qui ne les protège point et qui pourtant ose le proclamer dans sa Constitution ?’’, se demande le préfacier, avant de répondre pour lui-même et ses lecteurs : ‘’Mon intime conviction pourtant, est que tout ce que l’Etat protège meurt. C’est à chaque artiste d’aller chercher dans sa jeunesse et son temps de gloire le bois qui le réchauffera dans sa vieillesse’’. 

 

S'inspirant particulièrement de Sanokho ou Mamadou Sanokho, M. Sall conclut que malgré tout, ‘’(…) il serait juste de dédier une place, un monument, une institution ou une simple stèle à tous ces artistes sénégalais morts dans l’anonymat, l’oubli, alors que d’autres ont connu la notoriété et l’honneur’’.



39 Commentaires

  1. Auteur

    Art Tissse

    En Avril, 2014 (21:11 PM)
    un grand artiste !!!!

    RIP L'ARTISTE
    Top Banner
  2. Auteur

    Teup

    En Avril, 2014 (21:12 PM)
    En tout cas il a bien joué sa partition dans la vie de notre pays, à sa manière. Et quand j'entends SANEX l'insulte à la bouche, je me dit que l'injustice social existe aussi dans le milieu des comédiens. Les plus forts ne sont pas mieux payés.
    {comment_ads}
    Auteur

    Rip

    En Avril, 2014 (21:20 PM)
    SANOKHO NDEYSANE ! REPOSE TOI EN PAIX. LE PAPA DE KOUTHIA ET GALO, SURTOUT SA NDIOGOU
    {comment_ads}
    Auteur

    Riplartiste

    En Avril, 2014 (21:20 PM)
    man pour ma part personnelle, indépendamment de tout celà, rah si doli ... je pense que le Sanokho etait un génie unique dans son genre
    {comment_ads}
    Auteur

    Bro

    En Avril, 2014 (21:21 PM)
    Rip Sanokho .tu es de ceux qui nous faisaient rire avec intelligence .nous nous souviendrons toujours de tes bons mots certes pas toujours accessibles à tous les publics.



    Ton grand talent doit être porte à la connaissance de la nouvelle génération à travers une rediffusion de tes passages a l émission génération 80 ( si tant est que dans cette boîte un bureau des archives existent ... Bizarre bizarre ....)



    C est aussitôt l occasion de rendre un vibrant hommage à tous les animateurs de l époque , qui , a la différence de ceux d aujourd'hui qui se pensent plus stars que les stars qu ils sont censés promouvoir, ont permis la mise sur orbite médiatique des valeurs sûres comme youssou , Thione , Omar , baba, ismaél , alpha pour continuer par feux sanokho et Dame Mbengue , kouthia , vivi, ma sane, salam, Fallou , nder ...et tous les autres.... Nous parlons de Maguette wade, Moïse a gomis, Michael soumah, Simon meledge, feux Sonia dia, Roger f kassy de la ci, Claude gueye et son fameux " nkekete yo!!!"



    Le Sénégal de la culture FUT BEAU , mais il n est pas trop tard pour redresser la barre . " Lou diuw ba diekhoul diogoufa " ou tant que la semence existe , la plante perdurera,

    Top Banner
    Auteur

    Kali

    En Avril, 2014 (21:21 PM)
    J'ai vécu avec lui à Mbacké, et je peux dire que Sanokho avait le talent de faire rire dans toutes les situations et de toutes les situations. Moi, qui ne l'avait connu que par les cassettes, j'ai découvert un homme humble, généreux et joyeux; même s'il lui arrivait de parler tristement de son père qui était décédé un peu avant lui. Il reste, jusqu'à présent le meilleur humoriste, on pourrait presque l'appeler le sociologue de l'humour tellement sa compréhension de certains préjugés et problèmes sociaux était féconde.
    {comment_ads}
    Auteur

    Ba

    En Avril, 2014 (21:39 PM)
    Lynda ksk tu demandais''''

    {comment_ads}
    Auteur

    Peace

    En Avril, 2014 (21:48 PM)
    NOKHO RIP.
    {comment_ads}
    Auteur

    Really Bruh??......

    En Avril, 2014 (22:02 PM)
    En tout cas c'est le meilleur a mon avis. Des classiques comme carré d'as avec Yougo Sankhare et les autres complices. Sans compter grand carré et adjudant N'gagne. Ah les beaux vieux temps ou on était obligé d'écouter la musique ensemble et décortiquer. Chacun donne son avis sur un morceau précis et pendant les vacances nos parents ne se souciaient pas nous passions la journée parceque rares étaient les faits divers le voisin faisait partie de la famille. Mais nak djamono day changer et je me considère chanceux d'avoir été capable de vivre dans un Sénégal ou nous étions tous les même. Big up to pikine talibou bess deuxième robinet kogne Dagoudaane.big up to école 2, école 4, marche bou ndaw' , thiap marche Sandica (LOL) terrain alassane Djigo , Salif diagne n'dioba Line , Mario, paa Thialan ,N'diaago Bar,Cinéma Vox ( billet 100! Billet 100!), Paa Paagne et tous les pikinois. Pikine Forever. One Love....





    Géo trouvetou .....
    Top Banner
    Auteur

    Benewaye5

    En Avril, 2014 (22:54 PM)
    Vraiment je peux dire sans me tromper k Sanokho est le precursseur de cette forme de comedie au Senegal.



    Dommage k sa valeur reelle n'est pas appreciee par ce people.



    Je me rappelled k l'etat n'a jamais eclairci les circonstances du deces de cet illustre fils du pays.



    Merci a Mr. Gueye, de nous rappeller ce valereux fils du pays..!!
    {comment_ads}
    Auteur

    Amadou Bâ

    En Avril, 2014 (22:58 PM)
    Sanokho est sans doute le plus grand humoriste du Sénégal:



    sanokho Ngani?



    Douti ngra ndatt:
    {comment_ads}
    Auteur

    Baye Ndiaye

    En Avril, 2014 (23:30 PM)
    Yapou khath bou céddé day soof ném dagny koy lék. 4 carrés d'as .youkai bou grand dakar
    {comment_ads}
    Auteur

    Sénégalensis

    En Avril, 2014 (23:48 PM)
    Yal nako Sunu Borom yeureum jégueul ko té may ko Al Jannah! Allahouma Amiin

    Sanokho a very big artist!
    Top Banner
    Auteur

    Rip

    En Avril, 2014 (00:01 AM)
    Repose en paix mamadou sanokho. Bilahi koula meusseu déglou doula meuna faté. K le bon DIEU t' acceuille dans son paradis eternel.AMINE
    {comment_ads}
    Auteur

    Moussandiaye2

    En Avril, 2014 (00:04 AM)
    Et khemess?,,,, ak les consommatioons.... Les meilleurs sanokho ne se retrouvent pas à la RTS mais plutôt à Sandaga. À cette époque, l'humoriste savait s'autocensurer avec un registre soft sur la RTS et un registre hard à Sandaga.

    They moussa kalanga, sanokho toggal bu gu ma il ngay yengueul.

    La meilleure chose serait de faire une compile de ces cassettes qui pourrait etre nettoyé pour supprimer les bruits de fonds et ensuite diffuser. Le Sénégal d'aujourd'hui contrairement à ce que l'on veut faire croire verrait que la tolérance et l'acceptation de l'autre tend à disparaître maintenant. Un sanokho se verrait attaquer par bcp de pseudoreligieux.....
    {comment_ads}
    Auteur

    Thioukhna

    En Avril, 2014 (00:31 AM)
    Thioukhna ndigue wala thioukhoul ndigue? Thioukhna ndigue kaye
    {comment_ads}
    Auteur

    Sad

    En Avril, 2014 (00:44 AM)
    Adouna amoul solo, la vie est si éphèmère finalement seul compte ce qu'on fait de la sienne en bien ppour soi-même et surtout pour les autres  :sad: 
    Top Banner
    Auteur

    Hun

    En Avril, 2014 (00:45 AM)
    Il est né en 55  :hun: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Pape

    En Avril, 2014 (02:25 AM)
    Pourquoi ne pas nommé le grand theatre THEATRE SANOKHO
    {comment_ads}
    Auteur

    Birane Dieng

    En Avril, 2014 (02:56 AM)
    Sanokho est immortel CAR il a laisser tant de choses aux jeunes et nous voyons chaque jours ce quil disat dans la societe senegalaise Que Dieu l aceuil dans son paradis. ,,,,,

     :sn:  :sn:  :sn: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Deg Deg

    En Avril, 2014 (04:37 AM)
    " Borom thiaya loy dionkane te dosi moss, diogeul teudi, loweul......" Le meilleur comedien du rire de tous les temps! RIP
    Top Banner
    Auteur

    Singama

    En Avril, 2014 (07:38 AM)
    je suis en europe et jai sur mon ipod son titre "sengg bi dalay gagne moytu ko" ou il se moquait des ndjago. quelle Chanson! ca me permet d'etre connecte au pays  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   RIP
    {comment_ads}
    Auteur

    Sipakh

    En Avril, 2014 (07:40 AM)
    tres grand mais nous de la Sicap avions notre grand REQUIN qui pendant les nuits blanches , faisait le tour des maisons pour apporter par des MEYES, de vraies lecons de morale
    {comment_ads}
    Auteur

    Mal Acky Sall

    En Avril, 2014 (08:32 AM)
    Rip nokho , moi c kan bi mou diappe guel , payer ko boppou khar , après youbouko nokhe ko 5 ......!
    {comment_ads}
    Auteur

    A @

    En Avril, 2014 (08:45 AM)
    LE GRAND ARTISTE SANOKHO IL RESTERA TJR LE PLUS GRAND DES COMÉDIENS SÉNÉGALAIS
    Top Banner
    Auteur

    Lamine

    En Avril, 2014 (08:53 AM)
    OU JE PEUX AVOIR SES K7 SVP
    {comment_ads}
    Auteur

    Ptrou

    En Avril, 2014 (10:18 AM)
    En parcourant les posts, je suis passé du fou rire aux larmes. Merci au Professeur Gueye!
    {comment_ads}
    Auteur

    Wathever

    En Avril, 2014 (10:30 AM)
    linda Katama gnamata kouta linda je te l'amour 100% mdrr

    innarable et innimitable par la scenarisation rien a voir avec les koutia et autres.

    a hurler
    {comment_ads}
    Auteur

    Tontonsylla

    En Avril, 2014 (10:49 AM)
    "Les amis sont là-bas... tout le monde sont là-bas" Sanokho dixit !
    Top Banner
    Auteur

    Deume

    En Avril, 2014 (11:10 AM)
    merci sanokho on toublira jamai mention a vous professeur Gueuye
    {comment_ads}
    Auteur

    Animiste

    En Avril, 2014 (11:25 AM)
    Il a offensé la communauté peuh fouta dans une de ses immaginations en rapport aux faits divers au Marché Sandaga. Paix à son âme.
    {comment_ads}
    Auteur

    Mme Gueye

    En Avril, 2014 (11:36 AM)
    Reposes en paix SANOKHO, que le tout puissant t accueille au PARADIS par sa grâce. Mais aussi un grand merci a notre frère professeur d histoire Omar GUEYE qui a fait revivre sa mémoire a travers son essai intitule: "Sanokho ou le metier du rire". Bravo Omar et bonne continuation
    {comment_ads}
    Auteur

    11

    En Avril, 2014 (11:52 AM)
    je n'oublie pas le sketch sur le soninké et madame linda peace
    Top Banner
    Auteur

    Ass

    En Avril, 2014 (12:18 PM)
    MERCI PROFESSEUR DE NOUS RAPPELER DE CE GRAND HOMME. IL NOUS A TELLEMENT FAIT PLAISIR. IL ME MANQUE ÉNORMÉMENT!. QUE DIEU L'ACCUEIL DANS SON PARADIS

    MES ENCOURAGEMENTS PROFESSEUR
    {comment_ads}
    Auteur

    Seck

    En Avril, 2014 (12:20 PM)
    massa sonia,une grandre admiratrice de nokho. mais attendez,comparer sa nekh,kouthia,sa ndiogou....ect..à sanokho est une insulte pour l'intelligence senegalaise.cet homme faisait rire en meme temps eduquer.
    {comment_ads}
    Auteur

    Prof

    En Avril, 2014 (12:57 PM)
    prof vous etes un vrai prof et merci
    {comment_ads}
    Auteur

    Juniot

    En Avril, 2014 (13:52 PM)
    c'est le meilleur de touts les temps
    Top Banner
    Auteur

    La Science

    En Avril, 2014 (16:41 PM)
    il était HUAMINEMENT MAGNIFIQUE mais nous avons tous que THIATE DOU WESSE. Tu sera eternellement le meilleur. R.I.P. l'ARTISTE qu' Allah absolve tous tes péchés car tu nous as tant dérider je me souviens encore des pleurs de Sonia ( qu'elle repose en paix aussi ) a la radio BRAVOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO
    {comment_ads}
    Auteur

    Fam

    En Avril, 2014 (17:11 PM)
    REALLY BRUh AK LUNE yèn gno bok cogne bok deuxieme robinet,bok generation,je vous connais surement.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email