Lundi 21 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Colonel Alioune Ndiaye (Police) : « Il y a eu des problèmes de hiérarchie à l’Ocrtis »

Single Post
Colonel Alioune Ndiaye (Police) : « Il y a eu des problèmes de hiérarchie à l’Ocrtis »

La dissolution de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants (Ocrtis) est dans le circuit de l’Etat. Dans cet entretien accordé à Seneweb, Colonel Alioune Ndiaye, ancien de la police, liste les problèmes qui ont coulé la structure.

 

 On projette de supprimer l’Ocrtis et de le remplacer par une structure qui sera pilotée par un parquet spécial. Est-ce que cela peut renforcer l’efficacité de la lutte contre la drogue ?

Ce n’est pas ma compréhension de la chose, puisque l’Ocrtis avait été créé pour centraliser la lutte. Donc c’est une structure qui devait regrouper en son sein toutes les forces de sécurité qui luttent contre la drogue : la Police, la Gendarmerie, la Douane. Malheureusement on a mis la structure, mais on n’a pas mis les moyens.

Aussi, il y a eu beaucoup de divergences au sein de l’Ocrtis au point que gendarmes et douaniers ne se sentaient pas concernés à cause des rivalités. Finalement tout monde croyait que l’Ocrtis était un démembrement de la police…

Oui ! L’Ocrtis avait été créé pour centraliser toutes les forces mais, il est quand-même coordonné par la police, parce que c’est la Police nationale qui centralise la lutte contre la délinquance au Sénégal. La Gendarmerie vient en appoint étant une force militaire, la Douane aussi vient en appoint dans certains domaines. Mais c’est la Police qui est la force principale de lutte contre la délinquance et la criminalité.

C’est en ce sens là que l’Ocrtis, à sa création, avait été logé à la Police pour que celle-ci coordonne l’action. Les autres forces contribuaient en envoyant leurs fonctionnaires. Malheureusement, il n’y a pas eu de moyens. Parce qu’il fallait des locaux. Quand tu envois un officier de gendarmerie vers la Police, il faut que celui-là ait au moins un bon bureau, une voiture pour pouvoir travailler. S’il n’y a rien de tout cela, il vient pour croiser les bras.

Ensuite, il y a eu un autre problème, c’est-à-dire la hiérarchie au niveau de cette coordination. Si c’est la police qui coiffait le truc, elle met un commissaire de Police. Cela a toujours été le cas. Les autres corps faisaient tout pour ne pas envoyer d’officier supérieur, parce que qu’il n’allait pas accepter d’être mis sous l’autorité d’un commissaire. Donc ils envoyaient des officiers subalternes : lieutenant, capitaine…Mais même ces lieutenants et capitaines, qui venaient et trouvaient d’autres lieutenants et capitaines de la police, ne se sentaient pas très à l’aise.

Et puis, l’information détenue par les forces de l'ordre n’était pas partagée.  Chacun travaillait de manière isolée. Chacun est donc reparti de son coin pour faire son travail. Maintenant, peut-être qu’on a senti la nécessité de remettre la chose en place en faisant en sorte que l’unité soit de rigueur. C’est pourquoi peut-être ils ont pensé mettre comme directeur de l’action un procureur spécial, c’est-à-dire qu’un parquet spécial va être créé, comme c’est le cas avec la Crei.

Mais le parquet spécial ne peut pas être le patron de cette nouvelle structure. Parce que la justice est de son côté et le gouvernement de son côté. Les forces dépendent du gouvernement, donc il faut que cela soit une structure commandée par des gens du corps, soit un policier, un gendarme ou un douanier. Maintenant, le rôle du procureur spécial est de contrôler ce qu’ils font et diriger leurs actions en tant que directeur de la police judiciaire.

Cela peut-être une bonne chose parce que pour une lutte efficace contre la drogue, il faut une synergie des forces.

Comment l’Ocrtis a pu en arriver là ?

Les gens cherchent toujours à voir derrière l’échec de l’Ocrtis une rivalité entre les forces. Ce n’est pas cela ! Le fait est que quand on met une structure et on ne met pas les moyens qu’il faut, forcément le travail ne peut pas suivre. C’est simplement cela. Quelle que soit la structure que vous mettez en place, le travail de lutte contre la drogue ne peut pas être fait par cette seule structure. Les commissariats de police dans les quartiers, c’est pour lutter contre la criminalité, contre la drogue.

Donc même quand vous mettez une nouvelle structure, la lutte sera toujours comme elle est, c’est-à-dire chacun, de son côté, fera son travail. Maintenant, l’Ocrtis ou la structure qui va la remplacer sera une structure de centralisation, de coordination. N’oubliez pas qu’à côté de l’Ocrtis, il y a une autre structure au ministère de l’Intérieur qui centralise les politiques de lutte contre la drogue : c’est le comité interministériel de lutte contre la drogue (Cild) qui était dirigé par un magistrat, le juge Fofana. Le Cild regroupe tous les représentants des ministères impliqués dans la lutte : Santé, Education nationale, Jeunesse, Intérieur…C’est pourquoi, en parallèle, on a mis l’Ocrtis pour aller sur le terrain.

Maintenant vous mettez une structure qui s’appellera autrement, elle ne pourra être qu’une structure de centralisation et d’orientation. Mais cela n’empêchera pas à la brigade de gendarmerie de Koumpentoum de lutter à son niveau contre la drogue, le commissariat de Thiaroye aussi à son niveau. Parce qu’il y a le grand trafic et le petit trafic de rue. Espérons que la structure qui va être mise en place sera une structure cette fois-ci dotée de grands moyens pour que le travail puisse se faire correctement.

Que devrait-on éviter pour que la nouvelle structure ne tombe pas dans les mêmes travers que l’Ocrtis ?

Les services de sécurité et de défense, c’est des services commandés. Ceux qui les commandent, c’est à eux de donner les moyens et de bien définir les missions. Les autres se chargent d’exécuter les ordres qu’ils reçoivent. Je pense que si on met les moyens humains et les moyens matériels avec tout ce qu’il y a de moderne aujourd’hui dans les méthodes de lutte contre la drogue, il n’y a pas de raison pour que cela ne marche pas. Soyons optimiste et espérons que la nouvelle structure sera beaucoup plus efficace.

Elle aura du pain sur la planche surtout avec les saisis record de ces derniers mois qui montrent que Dakar est plus que jamais une zone de transit…

Tous les pays du monde ont du pain sur la planche. Aujourd’hui la drogue a envahi le monde. Le Sénégal n'est pas le seul. On a, à côté, la Guinée Bissau, la Gambie, le Mali, tous ces pays là font face à la drogue. Maintenant, le Sénégal ayant une position géographique qui fait de lui une plaque non pas tournante mais un pays de transit, c’est normal qu’on soit beaucoup plus exposé. Etre à mis chemin entre l’Amérique et l’Europe, l’Amérique et l’Asie, Dakar a une position stratégique surtout avec le niveau de démocratie que nous avons et la liberté qui est notée chez nous…

Selon vous, sur quel volet devrait-on axer la lutte plus efficace contre la drogue ?

La lutte contre la drogue a deux niveaux : lutter contre le trafic et lutter contre l’usage. Notre lutte, principalement, doit se tourner vers l’usage. Pour que nos jeunes ne s’y adonnent pas. Donc il faut une sensibilisation, dès le bas âge. On ne peut pas attendre que l’enfant ait 18 ans pour lui parler des méfaits de la drogue. A partir d’un certain âge, l’enfant doit être pris en charge pour être sensibilisé sur la drogue et les autres tares de la société : la cigarette, l’alcool et autres. La sensibilisation est un élément crucial dans cette lutte contre l’usage. Maintenant la lutte contre le trafic ça c’est le domaine de l’Etat et des forces de défense.

Est-ce que cette sensibilisation n’a pas fait défaut depuis le début ?

 Je ne saurais le dire parce que depuis qu’on était enfant on parlait de la drogue. On a toujours parlé de drogue. Tout le monde sait que la drogue n’est pas bonne. Ça, personne ne peut l’ignorer au Sénégal. Il y a deux drogues : la drogue importée (les drogues synthétiques) et la drogue locale (le chanvre indien). Le travail de sensibilisation est fait pour le chanvre indien. Maintenant, la drogue dure, c’est une nouveauté pour les Sénégalais.

C’est arrivé ici vers les années 1990, on a commencé à voir la société sénégalaise trempée dans la cocaïne. Là, le travail de sensibilisation doit être multiplié pour que nul n’en ignore. Il faut tout faire pour que la drogue n’entre pas dans notre territoire et c’est ça le problème, parce que les trafiquants de drogue au niveau mondial disposent de très grands moyens, c’est des gens qui sont immensément riches. Je pense qu’on doit travailler sur l’éducation des jeunes et la formation.

Mais le Sénégal a une chance, en tout cas, c’est mon constat. Aujourd’hui, on a des jeunes très trempés dans la chose religieuse et c’est pour cette raison que la drogue ne fait pas les mêmes effets que dans d’autres pays.


 



Article_similaires

11 Commentaires

  1. Auteur

    Boy Gonor

    En Septembre, 2019 (19:11 PM)
    Ce commissaire kanamou wakh kat deug leu yor lol
  2. Auteur

    En Septembre, 2019 (19:43 PM)
    Auteur

    Mdroi

    En Septembre, 2019 (20:02 PM)
    il n'est pas colonel par ce k policier chercher un autre grade

    • Auteur

      Vrai

      En Septembre, 2019 (06:47 AM)
      oui depuis la réforme de 2007 ce grade a disparu. monsieur ndiaye a pris sa retraite avec le grade commissaire divisionnaire ppl de ce.
    Auteur

    Mdroi

    En Septembre, 2019 (20:02 PM)
    il n'est pas colonel par ce k policier chercher un autre grade

    Auteur

    En Septembre, 2019 (20:33 PM)
    Meuno bayi doul ndeyam dou colonel?
    Auteur

    Ousseynu

    En Septembre, 2019 (20:44 PM)
    Parfois, j'oublie qu'on a un Etat!!!

    Tellement, il est inutile!
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2019 (21:09 PM)
    si ils et colonel
    Auteur

    Paco

    En Septembre, 2019 (00:43 AM)
    Pourquoi les retraités de la fonction publique sont si bavards ? Pourquoi tiennent-ils à gêner ceux qui les remplacent ???????????????
    Auteur

    Il Est Colonel

    En Septembre, 2019 (05:11 AM)
    Il est colonel, c'est l'ancienne organisation de la police nationale avant la réforme de 2006.
    Auteur

    Xxxyyyzzz

    En Septembre, 2019 (10:36 AM)
    Je pense qu'en bon ancien, son devoir est d'aller vers ses jeunes en activité ou à la limite s'adresser aux autorités par audience ou missive en leur prodiguant les conseils ou avis au lieu de se libérer devant une presse irresponsable pour dire du n'importe quoi. Quand on sert une corporation toute une vie, il faut savoir raison garder.

    Auteur

    Paco

    En Septembre, 2019 (11:40 AM)
    Pourquoi les retraités de la fonction publique sont si bavards ? Pourquoi tiennent-ils à gêner ceux qui les remplacent ???????????????

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR