Jeudi 20 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

DOSSIER - Les post soixante-huitards sont au pouvoir : La Gauche à la droite de Macky

Single Post
DOSSIER - Les post soixante-huitards sont au pouvoir : La Gauche à la droite de Macky

Une dizaine de ministres dans le gouvernement du Premier ministre Abdoul Mbaye, plus de trente directeurs généraux, présidents de Conseils d’administration, ministres-con­seillers, con­seillers et un secrétaire général à la présidence de la République, issus de divers courants de la gauche qui se retrouvent au­jourd’hui au pouvoir, à la droite du Président Macky Sall dont les premières amours politiques avaient épousé leur rêve d’utopie émancipatrice à l’Université avant d’atterrir au Parti démocratique sénégalais (Pds) et de se choisir un autre destin politique à l’Alliance pour la République (Apr). Nous avons tenté de survoler le passé de cette Gauche post-68, sans prétendre à l’exhaustivité.


De l’ancienne gauche, aujourd’hui, aux côtés du Président Macky Sall, la plus forte légion est composée d’ex-maoïstes, ceux qui avaient porté l’ambition «que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent !» Entre les ministres Thierno Alassane Sall (Infrastruc­tures), Amadou Kane (Economie et Finances) et Awa Marie Coll Seck (Santé), l’identité politique remarquable de leur passé de militants révolutionnaires a été la fréquentation du mouvement maoïste clandestin, alors sous le contrôle de And-Jëf. El Hadji Hamidou Kassé, conseiller du président et Racine Talla, directeur général de la Rts faisaient partie des pionniers qui ont sorti le Centre d’études des sciences et techniques de l’information (Cesti) de son isolement des luttes des étudiants, après avoir fait le mouvement étudiant maoïste. En effet, les étudiants des instituts comme le Cesti, l’Ecole vétérinaire, l’Ensut (ancien Iut) avaient un statut relativement de «privilégiés» en tant que boursiers ; ce qui les éloignait des revendications sociales à la camomille politico-idéologique des étudiants trop politisés des facultés.

Hamady Dieng, le directeur de la Construction au ministère de l’Intérieur, El Hadj Malick Sarr alias «Luc Sarr», l’actuel Pca des Aéroports du Sénégal (Ads) étaient parmi l’aile radicale du syndicat dénommé Union nationale patriotique des étudiants sénégalais (Unapes). Leur devise : «Etre rouge et expert». Leur ambition : l’avènement d’une école nouvelle, dont le projet se concoctait dans les réseaux semi-clandestins de ce que l’on appelait le Mouvement national démocratique (Mnd). Beaucoup avaient sacrifié leurs études et, parfois, leur vie en fréquentant plus les réunions, les Assemblées générales, en faisant de l’agitation et de la propagande lors des grèves que d’emprunter le chemin des amphithéâtres. D’au­tres avaient préféré devenir des Rp (Révolutionnaires professionnels). Dans les années 88, cette génération s’était dressée contre les politiques d’ajustement et de réajustement structurel. Elle en a d’ailleurs payé un prix fort, comme la répression de la Marche du 22 janvier et la rançon d’une année blanche.


Les héritiers de mai 68

Hamidou Dia, le conseiller culturel du Président Macky Sall et Sidi Bocoum, ancien ambassadeur du Sénégal en Inde, actuel Dg du Lac de Guiers, ont fourbi leurs armes révolutionnaires au pays de Ma­rianne, dans l’Association des étudiants sénégalais de France (Asef). Avec d’autres étudiants sénégalais, ils, pénétrés de la pensée maoïste, avaient porté l’ambition de créer une révolution culturelle à la Sénégalaise. Ils avaient sorti des tiroirs oubliés de l’histoire la saga résistante de Lamine Arfang Sen­ghor qu’ils considéraient comme le premier «communiste» sénégalais. Animateurs de la revue Jonc­tion, ils avaient produit une cassette qui eut un écho retentissant au sein du mouvement étudiant de Dakar d’obédience maoïste. Cette cassette était un répertoire de caadda, chansons sénégalaises mâtinées à la sauce révolutionnaire, exaltant les héros de la résistance nationale comme Lamine Senghor, Aliin Sitoé Diatta, les femmes de Nder, etc.

Thierno Niane et Bassirou Faty, respectivement directeur de la Caisse de consignation et Pca de la Caisse nationale de crédit agricole (Cnca), ont contribué de leur énergie intellectuelle et leur fougue révolutionnaire, pour continuer le combat de la génération de mai 68, sans demander l’impossible. Les obus de mai 68 leur sont parvenus et comme leurs aînés de révolutionnaires, à l’image de Moustapha Fall «Ché» (actuel Pca de la Sn-Hlm), ils avaient «exigé que tout soit remis à plat, toutes les règles revisitées et vérifiées», pour reprendre Guy Sitbon*. Chez eux comme chez les militants de gauche de leur génération ayant subi les influences de mai 68 et sous les néons de la Maomania, «l’esprit critique devenait l’article premier de la Constitution, l’imagination de­man­dait le pouvoir»*. Ont été également sous les lumières de cette Maomania, Arfang Daffé, actuel Dg de la Cnca et Bassirou Diop, Dg de la Sodefitex.

A noter que le ministre de la Bon­ne gouvernance, Abdoul Latif Coulibaly, sans être du courant maoïste,  avait même fréquenté à l’Université les cercles révolutionnaires clandestins, notamment la Ligue démocratique. De même que le porte-parole du Président Ma­cky Sall, Abou Abel Thiam a flirté avec la Gauche post-68.


Les ex- trotskystes

à la gestion…

«permanente» ?

Aminata Touré, ministre de la Justice, a eu des atomes crochus avec la 4ème Internationale fondée par Léon Trotsky pour s’opposer à la bureaucratie stalinienne. C’était avant son adhésion au Mouvement pour le socialisme et l’unité (Msu) du Président Ma­ma­dou Dia, puis à And-Jëf où il a été directrice de campagne de Landing Savané. Elle partage le statut d’ex-trotskyste avec Mah­mout Saleh, conseiller spécial du Président, le sociologue Malick Ndiaye, conseil­ler au Palais. Leurs nids révolutionnaires : l’Organisa­tion socialiste des travailleurs (Ost) ou la Ligue communiste des travailleurs (Lct). Au-delà de leur appartenance or­ga­nique, ces «disciples» de Trot­sky avaient mis sur le corbillard de l’histoire le stalinisme en récusant la théorie du «socialisme dans un seul pays». Admirateurs de Lev Davidovitch Bronstein, ils ont sublimé l’apport au marxisme de celui qui deviendra Trotsky, par le hasard d’un faux passeport. En effet, ils furent des adeptes de la «révolution permanente», au mo­tif qu’«en liant tous les pays entre eux par son mode de production et son commerce, le capitalisme a fait du monde entier un seul organisme économique». C’est Jean-Jacques Marie, historien français et auteur de Trotsky, qui soulève cette problématique qui a été certainement au centre des débats po­litiques enflammés entre les Mah­mout Saleh, Malick Ndia­ye, Mimi Touré et leurs camarades d’une part, et les contempteurs de Trots­ky. En effet, l’historien français sou­ligne : «Même si les pays se trouvent à des développements différents, les pays arriérés coloniaux et semi-coloniaux ne répéteront pas mécaniquement les étapes franchies par les pays capitalistes avancés : l’irruption des nouvelles techniques et de nouveaux moyens de production leur permettra de contracter brutalement ces étapes, ce qui rend improbable l’apparition de la dé­mocratie parlementaire et ouvre la voie à la révolution»**. Autre abomination par le trotskysme : la fusion entre le parti unique et l’Etat qui débouche sur une nomenklatura parasitaire.

*Marianne. n°575 du 26 avril au 2 mai 2008

** Jean-Jacques Marie, in Hors-série n°3 Marx. Le Point


liiiiiiiaffaire_de_malade

13 Commentaires

  1. Auteur

    Témoin

    En Février, 2013 (13:22 PM)
    Il y a beaucoup d'erreurs dans cet article. Elhadji Kassé n'a jamais été au CESTI. Il était à la faculté des lettres, au département de philo précisément. L'UNAPES n'était pas un syndicat. Latif Coulibaly n'a jamais eu de frictions avec la Ligue démocratique...
  2. Auteur

    Kilifa

    En Février, 2013 (13:40 PM)
    Actuellement au sénégal on assiste à un nouveau doctrinaire à savoir la doctrine alimentaire qui est un conglomérat d'arrivistes, d’opportunistes.
    • Auteur

      Alm

      En Février, 2013 (02:19 AM)
      "on assiste à une course éhontée aux postes et aux rentes pour s’enrichir et entretenir une clientèle politique de plus en plus pauvre. le clientélisme politique n’épargne pas non plus les confréries, au mépris des enseignements éthiques des maîtres fondateurs de ces voies soufies. en effet, la classe politique a besoin des ressources publiques pour entretenir sa clientèle. seule la corruption peut lui permettre d’obtenir ces ressources. celle-ci prive le pays des investissements nécessaires à la croissance, à la satisfaction des besoins essentiels des populations en favorisant une consommation excessive de l’élite et une sortie des capitaux, ce qui accentue la pauvreté. les pauvres s’accrochent aux clientèles politiques dans un réflexe de survie pour espérer obtenir des transferts ponctuels. il faut alors plus de ressources pour entretenir les clientèles et donc plus de corruption. ainsi se crée un cercle vicieux qui sape les bases institutionnelles du pays.
      piégés dans des logiques clientélistes, les partis politiques abdiquent leur rôle d’intellectuels organiques, pour emprunter l’expression d’antonio gramsci, et le terrain politique cesse d’être le lieu d’expression et de confrontation d’authentiques projets de société, de courants d’idées conséquents et de visions du monde cohérentes. les hommes politiques cessent de dire les grands récits qui donnent sens à la vie publique de la cité, autrement dit les idéologies politiques. ce rôle est alors concédé à d’autres leaders sociaux, notamment les religieux, dont la vocation sociale, à eux assignée par le peuple, ne le leur permet pas. le discours politique cesse d’être producteur de sens, surtout à l’endroit de la jeunesse. ainsi, les enjeux géopolitiques qui, dans le contexte actuel de changement de siècle et d’époque, devraient occuper la centralité des analyses et des offres programmatiques des partis politiques et des gouvernements, sont très faiblement pris en charge par la classe politique de nos pays. le temps politique, indolent, se confond alors avec le temps électoral.
      cette posture a son antithèse (ou antidote) politique : le responsabilisme, doctrine du mouvement tekki, qui repose sur l’engagement primordial de l’homme sur la terre et appelle à une mise en pratique permanente de la responsabilité des africains vis-à-vis de l’afrique"
      extraits d'une contribution du président des cadres de tekki
    Auteur

    Coplan-bis

    En Février, 2013 (13:50 PM)
    La CATASTROPHE. On nous resert une ideologie et des combats ayant echoue. Souvent dans ces mouvements dits trotskystes ou communistes ou je ne sais quoi se lovent les vrais espions, les pires especes de la societe. Le Senegal est atteint d'une dangereuse diarrhee verbale. Le risque est que ces revisionnistes qui refont, en couleurs, leurs vies et passes vont demolir ce qui restent du pays.

    Le temps des mensonges est venu.

    Ces gens sont dangereux pour la Republique.

    Qui va sauver le Senegal?
    Auteur

    Oui

    En Février, 2013 (13:53 PM)
    Il faut ajouter à cette liste l'avocat M.Felix Sow et Mame Bousso Thiam qui étaient plus tournés vers la troupe théâtrale: organisation du 26 Mai jadis appelée journée des martyrs (Diewel Daf, Al. Cissé...)
    Auteur

    Sénégalais De La Diaspora

    En Février, 2013 (14:04 PM)
    Je fais parti des premiers sénégalais qui ont exporter le nom de Macky dans la diaspora, mais je le regrette car le sir est d'une incapacité débordante.Aucune réalisation à son actif depuis qu'il est élu.Qu'on se dit la vérité,Idy est mille fois mieux que ce porc :up:  :up:  :up: 
    Auteur

    Borniche

    En Février, 2013 (14:16 PM)
    c quoi cette connerie ces temps sont revolus la politique des annees 68 est depassee toute cette frange est reste clouee dans le passe ils doivent imperativement quitter les spheres du pouvoir et laisser les jeunes imbus des nouvelles attitudes philosophiques diriger le pays a l instar des nations modernes et emergentes .

    g envi de quitter ce monde en entendant parler de monstres perimes comme trotsky staline mao et autres qui ont retarde leurs nations .ils ne seront jamais de bons exemples pour les nations qui veulent se developper .

    apart le romantisme lie a leurs combat utopique il ny a que du vide.
    Auteur

    Dieundak

    En Février, 2013 (14:31 PM)
    WWW.DIEUNDAKDIAY.COM le premier site d'annonces du sénégal complètement gratuites
    Auteur

    Ete

    En Février, 2013 (15:43 PM)
    la generation 68 a echoue sous wade et montre son incapacite avec macky. quand aux troskystes ils ont toujours en tant que minorite opte pour l infiltration des partis dominants. au resultat ils sont partout et nul part oumar sarr deviendra le chef des liberaux amadou guiro le num 2 de aj. aminata toure directrice de campagne de maky et un jour wade avait raison de dire finalement parlant de son cabinet je ne suis entoure que par des exmaoiste.et sans oublier monsieur sallhe. et la strategie des stroskystes est quelque soit leur opposition apparente ils se rencontrent en prive. pour entre autres affiner des strategies d eclatement des partis auxquels ils militent et l histoire politique recente est marquee par ce phenomene aj pads afp ps pds msu ldpmt j en passe et quelques soit les tumultes ils continueront a assumer des responsabilites les maoistes decus sont devenus des hommes d affaires ou simplement des musulmans pratiquant un culte pur
    Auteur

    Zinoviev

    En Février, 2013 (15:58 PM)
    Oui il y'a quelques confusions . La clandestinité exigeait beaucoup de précautions et vous seriez très surpris d'apprendre que l'essentiel des progrès démocratiques dans nos pays comme en France ou en Espagne ont été portés par vos voisins et voisines qui se réunissaient tard la nuit et preparaient tout a l'aube et le lendemain matin Père Wade fait appeler RFI pour dire que le peuple?attend que lui pour renverser Senghor ou Diouf : c est ce vieux singe qui a compromis la Révolution Sociale sénégalaise .par la faute de certains entristes révisionnistes aussi ce Guignol à pris le pouvoir après avoir récupère avec le soutien de Dansokho la lutte des masses sénégalaises qui avaient presque réussies à chasser Diouf en 88/89 n'eut été le deal avec Collin

    Cette responsabilité les. M'acky la partagent pour l'avoir rejoint ,

    Le sens de cet article devrait être de rappeler tous ceci à leur " devoir imprescriptible de classe " pour qu'ils daignent jeter un regard réparateur sur la misère de la politique sénégalaise et celle de nos bidonvilles et campagnes

    À bon entendeur . L'Apr est t elle libérale ou néo libérale ? Ou républicaine à la Ledru-Rolin?
    Auteur

    Zinoviev

    En Février, 2013 (16:52 PM)
    Vous voyez comme les betises " liberales et droitieres " sont tenaces . ETE nous parle des Tritkystes comme des putschistes ! je me souviens fort bien que les MR de la 4 etaient traites d'espions de la CIA !

    alors que ces les seuls aujourdhui qui osent se proclamer ANTI CAPITALISTES . tous les partis revisionnistes et leurs membres ont tous degeneres comme le prevoyait Totsky deja en 1930 !

    l'Iessentiel c'est d faire survivre les ideaux de gauche et de gagner chaque jour un metre carre de progres democratique, car la Revolution est permanente, elle se fait sous les formes donnees par les conitions historiques du moment . Sans compromission de classe ! Et s'il arrive que cette histoire exige de pulveriser des partis pour sauver la Cause des opprimes corrompue par les dirigeants , que faut il faire sinon de creer les conditions de leur defaite .

    le moment est crucial au Senegal, car nous venons de sortir de 40 ans de buraeucratie neo coloniale soialiste et de 12 ans de neo liberalisme avec cette Tete de Lard de Wade , Chef de l'Internationale Liberale, .

    Voila pourquoi, ou que nous soyons organises, hommes de gauche , nous avons l'IMPERIEUX DEVOIR DE SOUTENIR CETTE ACTION DE TRAQUE DES BIENS MAL ACQUIS , afin que les bureaucrates compradors ne puissent plus continuer a nous voler impunement meme si nous aurions souhaite plus d'engagement militant de la part des Forçes du 25 Mars qui ont defait le Monstre . BENNO BOK YAAKAAR doit etre organise en front au lieu de cette bouillabaise petite bourgeose sans queue ni tete - pour le partage exclusif des postes !..- .

    Auteur

    Etc

    En Février, 2013 (17:30 PM)
    apres le sopi et le yoniu yokoute doit venir la revolution de l espoir. la route du yonou yokoute a besoin d une direction eclairee
    Auteur

    Zinoviev

    En Février, 2013 (10:42 AM)
    LA MISERE POLITIQUE SENEGALAISE nous a deja coute cher ! Par deux fois, nous avons fait des Choix bases sur des malentendus qui ont donne un gout d'inacheve a notre victoire ! en 2000 et en 2012 . la VRAIE RAISON , c'est comme l'a dit TEKKI , parcequ'on attend les joutes electorales pour debattre alors que , ce moment n'est plus que celui de l'AGIT- PROP pour mobiliser or , les " FOULES , c'est connu , sont BETES : elles suivent le vacarme des meeting et votent pour les STARS a l'americaine !

    C'EST ICI et MAINTENANT qu'il faut deja poser le DEBAT CITOYEN pour que le moment du vote electoral venu , les vrais porteurs d'idees de progres soient ELUS !

    les bons Quotidiens doivent se departir partiellement de la Presse PEOPLE pour assumer ce role de pourvoyeur de reflexion sur les vrais enjeux . c'est ainsi que nous eviterons que le Premier aventurier venu nous VOLE LES SUFFRAGES DU PEUPLE qui vote pour se " debarraser de la cause de leurs souffrances immediates" au liu de voter pour ceux qui sont capables d'assurer le Progres Democratique qu'il souhaite au plus profond de lui eme !

    les CAMPAGNES SENEGALAISES souffrent, LES BANLIEUES souffrent, les FEMMES souffrent,,les ECOLES suffrent, les INTELLECTUELS souffrent et pendant ce temps, CEUX QUI N'ONT RIEN APPORTE A LEUR PAYS , des petites gens sortis de nulle part nous gouvernent et saccagent nos richesses .

    ALORS DONC QUE FAUT IL FAIRE ? ENGAGEONS LE DEBAT DE CLARIFICATION DES MAINTENANT :

    QUE BENNO BOK YAAKAR SE MUE EN FRONT ORGANIQUE ET POLITIQUEMENT CONTROLE ou ALORS CASSONS E ET QUE CHACUN S'EN AILLE DE SON COTE avec le risque que les liberaux grace a l'argent de la rapine amasse - ils doivent aller en prison , je ne crois pas a la recuperation de ces fonds , car les banques occidentales ont deja tout verrouille -.

    LE GOUVERNEMENT APR qui nous donne ce gout de NAUSEE , c'est juste la resultante du compromis de laches que nous avons accepter de sceller , car meme les MEILLEURS CHEZ MACKY SONT SUR LA TOUCHE au profit de lugubres lobbyistes qui tiennent le PR en otage .

    BBY doit assumer le role historique que nous souhaitions pour le FRONT MOM SA REW, BOK SA REW , JAPPO, POLE DE GAUCHE , SIGGIL SENEGAL etc,en nous debarrassons au besoin de ces apparatchiks dinausores devant l'Eternel ( Danks, Niasse, TANOR, LANDOCHE, BATHILY, DIAS etc...) ! les traitres Latif, tine, penda, Aziz diop et tous ces renegats qui emplissaient les plateaux de tele mis hors d'etat de corrompre notre lutte , celle pour et du Peuple qui a commence depuis ... 1960 pour realiser la REVOLUTION SOCIALE que ce pays attend pour faire eclore les FLEURS DU PROGRES !

    ...Suite .....dans la chronique !
    Auteur

    Lolo

    En Février, 2013 (14:44 PM)
    M F D C

    Pourquoi voulez vous dépolitiser la Guerre en Casamance, l'origine de cette guerre c'est Abdou Diouf le principal responsable... Tuer des manifestant pacifiques, emprisonner des civils sans motifs ... La Guerre ne profite à personne ni la Casamance ni le gouvernement du Sénégal.

    Macky Sall doit prendre ses responsabilités pour sécuriser les Sénégalais cause la guerre Sud du pays (la CASAMANCE ).

    Et comme vous l’avait dit tantôt la Casamance ou nous habitons tout est complètement désenclavée, laissée en rade alors qu'elle a des potentialités énormes suffisantes pour disposer de lui même : l'agriculture.

    Il n’y a pas de politiques d'accompagnement pour préserver et développer ce que les colons nous avaient l’aigueés... Pour ne citer que le pont Émile Badiane qui pourri ...

    La voix de la négociation est la seule solution et ceci en terrain neutre sous l'égide de la Communauté Internationale , 32ans de Guerre c'est n'est pas 32jours ... Le Mfdc Crée le 4mars 1947 par Victor Diatta premier agrégé noir avant les Senghor ... , ne va pas abandonner sa noble lutte qui aux yeux des Nations unies , est une noble cause : Les peuples ont le droit de disposer d'eux même ... La Casamance c'est 52000km carré et la Gambie 10000km carré .

    Le Mfdc est chez lui donc ils ne sont pas des rebelles, ils ont le droit de se défendre contre les assassinats et autre que le président de la francophonie ( ABDOU DIOUF ) nous a détruit ;... Le M F D C n à jamais occupé le territoire d'autrui ...

    La réalité est que le gouvernement sénégalais doit satisfaire les besoins des Casamançais s’ils veulent contenir la Casamance dans le Sénégal sinon il doit nous laisser libre et nous allons décidé de notre avenir : la terre de nos ancêtres...

    Lat Dior le héros national n'a jamais foulé le sol de la Casamance : voilà une preuve... Pour se rendre en Casamance tu dois traverser un pays la Gambie difficilement plus pénible même que le pont de "Sirate", (jugement dernier)........

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email