Lundi 18 Octobre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Doudou Wade : "Niasse fait du banditisme politique"

Single Post
Doudou Wade : "Niasse fait du banditisme politique"

Doudou Wade n'y va pas par quatre chemins. Pour lui, Khalifa Sall est victime "d'un complot organisé à l'Assemblée nationale par le président Moustapha Niasse, qui fait du banditisme politique".

Dans un entretien paru dans Le Quotidien ce samedi, le responsable du Pds reproche à Niasse d'avoir mis sous le coude la lettre du député du Pur, El Hadji Issa Sall, datée du 13 octobre et demandant la mise en place d'une commission ad hoc pour l'arrêt des poursuites contre le maire de Dakar, pour se pencher sur celle du procureur de la République, datée du 25 octobre et demandant la levée de l'immunité parlementaire du député de Mànkoo.

Issa Sall "s'appuie sur l'article 52 du règlement intérieur de l'Assemblée nationale ; une disposition qui donne deux possibilités qui sont même contradictoires", souligne Doudou Wade.

"L'Assemblée peut arrêter les poursuites contre Khalifa."
Le responsable libéral de détailler : "La première est que l'article 52 permet à la commission ad hoc de lever l'immunité parlementaire d'un député en matière correctionnelle et criminelle. C'est la disposition utilisée par le procureur. Mais le même article 52 permet, quand un député est poursuivi ou en détention, de suspendre cette poursuite ou cette détention en créant une commission ad hoc. C'est ce que demande le député El Hadji Issa Sall dans sa lettre du 13 octobre 2017."

Attirant l'attention sur l'importance de la date du courrier du responsable du Pur, Doudou Wade dénonce : "Moustapha Niasse a reçu cette lettre du député El Hadji Issa Sall. Du 13 au 27 octobre, c'est-à-dire pendant 15 jours, il n'en parle pas. Il devait l'envoyer à la Conférence des présidents qui, à son tour, doit s'en ouvrir à la commission des lois. Mais il peut le faire pour une lettre du 25 octobre et non pour une autre du 13 octobre demandant la suspension des poursuites contre Khalifa. À ce niveau de responsabilité, il est honteux que des parlementaires puissent comploter contre le statut du député."

La conviction de l'ancien chef de file des députés libéraux est faite : "L'Assemblée nationale peut suspendre les poursuites contre Khalifa. C'est le règlement intérieur qui le dit. Le prétexte de l'Assemblée nationale pour engager cette procédure devait être cette requête du député Issa Sall."



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email