Dimanche 26 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Échec de Amadou Ba: Dans la majorité présidentielle, les langues se délient

Single Post
Échec de Amadou Ba: Dans la majorité présidentielle, les langues se délient
L'apparent triomphe de Bassirou Diomaye Faye à la présidentielle au Sénégal sanctionne aussi le bilan du sortant Macky Sall et les querelles de succession d'un camp puissant et déclinant dans lequel les langues commencent à se délier.

Abattement, fierté, rancœur... La défaite libérait un mélange d'émotions parmi quelques dizaines de sympathisants réunis lundi à Dakar au siège du parti présidentiel APR (Alliance pour la République) pour entendre le candidat du pouvoir, Amadou Ba, féliciter le vainqueur dans une ambiance de fin de règne.

"Amadou Ba a été loyal, malheureusement il a été combattu par certains de nos responsables", lâchait René-Pierre Yehoume, un coordinateur de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY) formée autour du parti présidentiel. La campagne imposait de se taire, mais "ça, on peut le dire aujourd'hui", ajoute-t-il.

Certains militants, à mots couverts, mettaient en cause l'intouchable président Macky Sall et son investissement moindre dans la campagne de celui qu'il a désigné pour briguer sa succession.

"Macky Sall a sacrifié ceux qui étaient avec lui depuis 2008", date de la création de l'APR qui lui a servi d'appareil de conquête et d'exercice du pouvoir, dit dans le journal Le Quotidien Moustapha Diakhaté. "Macky Sall a torpillé la carrière de milliers de militants qui l'ont accompagné toutes ces années", insiste l'ancien président du groupe parlementaire BBY, en rupture avec l'APR.

Le porte-parole de BBY se veut indulgent. Il invoque "le manque de sérénité" imputable à la défaite. La "nouvelle opposition" doit accepter l'issue et se préparer à jouer son rôle, dit Pape Mahawa Diouf à l'AFP. "Le moment de laver le linge entre nous viendra, cela se fera aussi tranquillement que possible", dit-il.

Mais "nous avons un bilan incontestable de construction du pays", assure-t-il.

Les analystes expliquent la victoire de Bassirou Diomaye Faye par l'adhésion à sa promesse de "rupture" avec l'injustice et la corruption, et à sa personnalité, proche des Sénégalais.

L'envers de l'analyse, c'est le rejet du bilan de 12 années de présidence Sall, en particulier les trois dernières, marquées par les troubles politiques, les retombées de la crise mondiale et le ralentissement de la croissance.

Amadou Ba s'est présenté comme le continuateur de l'action du président Sall, dont l'ambitieux plan de développement et de grands travaux a changé le visage du Sénégal, mais n'a pas résorbé la pauvreté ni les inégalités.

"Le chef et les autres" 

L'héritage de M. Sall, c'est aussi ce qu'un analyste a appelé "le bilan immatériel": l'agitation, des dizaines de morts, des centaines d'arrestations, les violations dénoncées par les défenseurs des droits, le report de la présidentielle.

"Ils ont accumulé tellement d'erreurs", dit El Hadji Mamadou Mbaye, enseignant chercheur en sciences politiques. La défaite était acquise de longue date, selon lui: "Les choses (étaient) pliées" depuis la mise en cause judiciaire de l'opposant antisystème Ousmane Sonko, qui a mis le feu aux poudres en 2021.

L'élection a mis en lumière une "bipolarisation" extrême après trois années de bras de fer, note-t-il. Or "la dernière grosse erreur" a consisté dans le choix d'Amadou Ba, dit-il.

Pour la première fois, un président sortant organisait une élection sans s'y présenter. Au Sénégal, "il y a le chef, qui est le fondateur du parti (...) et après il y a les autres", dit Alassane Ndao, maître de conférence à l'université de Saint-Louis cité dans le quotidien l'Observateur. Avec le désistement du sortant, les rivalités "ont explosé".

Des caciques, craignant un fiasco, ont publiquement demandé un changement de candidat. Trois dissidents se sont maintenus contre M. Ba, peu charismatique, peu politique.

M. Ba a connu en janvier l'avanie d'une alliance entre des députés de son camp et de l'opposition pour créer une commission d'enquête sur des accusations de corruption contre lui. Le président Sall a invoqué ces accusations pour justifier un retentissant report de la présidentielle.

La campagne d'Amadou Ba a commencé à s'accélérer dans la dernière ligne droite quand le chef de l'Etat l'a confirmé comme son candidat, après maintes rumeurs sur un lâchage de sa part.

Mais ses efforts ont subi de plein fouet l'amnistie initiée par le président au nom de la décrispation. La sortie de prison de M. Sonko et du futur président, M. Faye, a causé un effet de souffle, s'accordent à souligner les analystes.

Parmi eux, Hamidou Anne est un farouche détracteur du duo Faye/Sonko. Leur libération a fait de "gens peu fréquentables des héros insubmersibles aux yeux de la jeunesse", écrit-il dans le Quotidien. La majorité "a préparé (sa) fin brutale en donnant tous les jours depuis trois ans l'impression qu'elle préparait" leur avènement.




8 Commentaires

  1. Auteur

    En Mars, 2024 (14:05 PM)
    YALLAH MOOYE DIOKHE NGOUR

    KOU Mére clamer ko
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (18:49 PM)
                AU FINISH LES RÉALITÉS DU TERRAIN L'OBLIGE DE METTRE AU DEVANT DE TOUT SES INTÉRÊTS PERSONNELS
           Macky Sall est un fin Calculateur, au finish il a conclu qu'on peut pas empêcher la volonté des Sénégalais à un changement et il en a fait deux coups UN de sauver la face et assurer ses arrières en promouvant ceux qui détiennent et symbolise l'élan populaire contre son régime, les éléments du FASTEF et DE DEUX organiser des élections transparentes et inclusive (si le conseil constitutionnel ne s'y était pas opposé) dont il savait l'issue fatale. Ainsi en retour il récolte les mérites de ses derniers actes posés qui vont effacer les rancoeurs gardés par ces derniers contre lui un état d'esprit qui peut lui garantir des lendemains tranquilles.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (19:25 PM)
      Tous ceux qui sont fin politiques et suffisamment intelligent ont pris le train du changement qui était inéluctable à un moment ou un autre, d'abord dans des ralliement, puis le président Sall lui même et enfin le PDS. Les gars de l'APR aveuglés par leurs ambitions qui s'agitaient derrière leur Candidat étaient les moutons de la farce.
    {comment_ads}
  2. Auteur

    En Mars, 2024 (14:12 PM)
    Bassirou va tout simplement s'inscrire dans la continuité de Macky Sall. Sonko moy Diomaye, Diomaye moy Macky, Macky moy Sonko. Continue le boulot de Macky et inaugure tous ses chantiers, à la fin tout va s'inscrire dans ton bilan et peut être un autre mandat en main. Devenez des hommes d'état vous et Sonko. À l'opposition, ne versez pas dans la critique de la vengeance. Soyez classe et républicains. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Laye

    En Mars, 2024 (14:39 PM)
    Les spécialistes, les analystes et les chroniqueurs politiques n'ont qu'à se taire, sont tous passé à côté de la combinaison gagnantes, les sénégalais sont en avance sur eux 

    Arrêtons les plateaux et les tours de tables des médias, allons vers des productions hors studio dans les domaines techniques agricoles artisanaux etc.. aucune télévision ne parlait de développement rien que politique du matin au soir 
    {comment_ads}
    Auteur

    Patriote

    En Mars, 2024 (15:15 PM)
    Nous avons élu Diakhar, mais c'est sonko qui commande. Le premier n'est rien d'autre qu'un incapable marionnette .
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2024 (15:37 PM)
      Oui mais Sonko a été empeché de se presenter avec toutes les combines  que vous savez. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Dfgd

    En Mars, 2024 (16:39 PM)
    Non sonko, moralement etait disqualifé, on ne veut pas d'un président de sweet beauty, la messe etait dite
    Top Banner
    Auteur

    En Mars, 2024 (18:05 PM)
    Comment peut-on amnistier un politicien qui refuse de se soumettre à la justice, appelle à mortal kombat, à l'insurrection, au gasta gasta et ne pas faire de lui un héro aux jeunes ecervelés à qui il a promis le paradis terrestre quand il sera au pouvoir. Macky a incontestablement transformé le visage de son pays, mais il a mal géré l'affaire Adji Sarr. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mars, 2024 (18:49 PM)
    Allez vous reposer en attendant la suite des évènements 
    {comment_ads}
    Auteur

    Moom

    En Avril, 2024 (14:42 PM)
    Amadou bâ était le meilleur choix, et si ce n'était que la logique, on n'allait jamais amnistié le clan du pastef. Personne n'était d'accord sur cette décision de macky. Une analyse superficielle dira que amadou a perdu devant diomaye, mais si on va en profondeur in voit qu'il y a un deal entre macky et ce clan. Le peuple a été trahi par macky mais aussi par le clan sonko qui a négocié sa sortie de prison. Le peuple fatigué par la vie dure s'est laissé manipulé et menti , et il devra encore prendre son mal en patience jusqu'aux prochaines élections présidentielles
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email