Vendredi 19 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

La victoire de Wade, les erreurs de l’opposition

Single Post
La victoire de Wade, les erreurs de l’opposition
 
Le changement dans le changement ou le sopi ci bir sopi . Voilà ce que j’avais annoncé pour dire qu’entre Abdoulaye Wade et la population sénégalaise , une fascination demeurait même si ce n’était plus le coup de foudre du début . Entre Wade et les Sénégalais , la relation affective est aujourd’hui arrivée à maturité . Les élections qui viennent de se terminer ont redéfini les identités du couple . C’est la fin de l’ambiguïté identitaire . Le peuple sénégalais a sorti Wade des querelles de mémoire et de paternité de l’alternance . Wade sait aujourd’hui que c’est lui que le peuple sénégalais a élu . Les Sénégalais savent ce qu’ils ont fait : c’est Wade qu’ils ont porté au pouvoir et dans des conditions bien précises . Le couple a redéfini son territoire .

Cheikh Diallo de la cellule de communication du candidat Wade vient de souligner à Sud FM , avec justesse , que ce 25 février 2007 consacre la victoire de Abdoulaye Wade . C’est la victoire incontestable de Abdoulaye Wade qui a aujourd’hui les coudées franches pour agir , orienter , définir . Wade s’est affranchi . Il est libre . Et pour rester dans la métaphore amoureuse , on pourrait dire que Wade a le cœur libre pour choisir qui il veut avoir à ses côtés et pour définir en toute liberté le destin du couple . Aujourd’hui, la responsabilité première de Wade , c’est tout d’abord à l’endroit de la population et non plus à l’endroit des partis politiques ou de supposés porteurs de voix ( dont certains n’ont incontestablement pas livré la marchandise ). La population a imposé Wade à la presse , à la société civile et même au PDS qui n’avait pas su sortir Wade des querelles internes de roitelets qui l’empêchaient de construire la cohésion et la cohérence internes dans son parti après le départ de Idrissa Seck . Aujourd’hui, la population a sorti Wade des contradictions du passé pour lui dire d’être le leader historique au dessus de la mêlée pour diriger avec sagesse , avec compassion et faire du peuple son premier interlocuteur.
Wade a gagné. C’est vrai. Et l’opposition a perdu. Wade: agent incontestable de sa victoire. L’opposition : actrice incontestable de sa défaite. L’opposition n’a joué que pour perdre . Première erreur de l’opposition : croire en la répétition de l’histoire . Croire qu’en campagne électorale , une stratégie déjà gagnante peut se répéter était une erreur d’appréciation . L’opposition a lu l’issue de cette campagne électorale à travers la lorgnette d’un déterminisme historique qui nous amenait comme en 2000 à une victoire qui ne pouvait être acquise qu’ au deuxième tour . L’opposition n’a pas su évaluer à sa juste mesure l’impact de la reconfiguration sociologique de la nouvelle alliance autour de Wade : Wade a su tisser une alliance stratégique plus forte , plus significative portée par des bases populaires , ethniques , culturelles et confrériques . Wade n’allait pas laisser l’histoire se répéter , surtout à son détriment . Idrissa Seck , lui aussi , est tombé dans ce déterminisme historique lorsqu’il a cru utile d’annoncer son soutien au candidat de l’opposition le mieux placé lors d’un second tour .
Deuxième erreur de l’opposition : le manque de nuance à travers sa stratégie plébiscitaire . « Tout sauf Wade » était un slogan qui décrédibilise . Ce slogan était même une insulte à la rationalité citoyenne . Les adversaires de Wade donnaient alors l’image de «fous de l’alternative , d’illuminés de l’alternative » . Ils auraient dû relire Camus pour savoir que le radicalisme est l’ennemi de la révolte . La révolte pour être crédible , intelligente , efficiente doit s’accompagner de la mesure . Ainsi l’opposition a manqué de nuance . L’opposition a utilisé une rhétorique catastrophiste alors que la population restait encore imprégnée du souvenir des années avant- wade et se disait que les réalisations de Abdoulaye Wade n’étaient pas négligeables . La trame argumentative amorcée lors du débat télévisuel de présentation du bilan de l’alternance en octobre 2006 par le premier ministre Macky a constitué une rupture énonciative importante dans le discours de l’alternance . En effet , Macky Sall a parlé , sans utiliser l’expression , de triomphe sans triomphalisme . Il a introduit le discours de la vérité , de l’humilité dans l’évaluation des acquis . Ce discours d’humilité , de prise en compte des insuffisances et de désir de dépassement , repris dans la campagne électorale autant par le candidat Wade que par son directeur de campagne , a donné crédibilité face aux discours catastrophistes de l’opposition .
Troisième erreur de l’opposition : faire de la presse écrite ou radiophonique le baromètre de lecture , de saisie de la sensibilité politique des Sénégalais . Ce qui semble ressortir aujourd’hui , , c’est la dissonance cognitive , la distance énorme entre ce que répercute , ce que construit une certaine presse et la sensibilité politique réelle des Sénégalais . Le peuple sénégalais a désavoué une certaine presse et a indiqué qu’il est plus en demande de médias alternatifs aux médias de l’alternance que d’une alternative à l’alternance wadienne . Défaite de l’opposition donc mais aussi défaite d’une certaine presse .
Que dire pour demain ? Abdoulaye Wade nous a promis un pacte de travail , de prise en charge des demandes des jeunes et des femmes et de rentrée dans l’émergence. Macky Sall nous a dit que l’on ne peut définitivement pas faire l’impasse d’un discours sur la gestion responsable et transparente des biens publics. Nous prenons acte. De plus, les Sénégalais commencent dès aujourd’hui , ce 26 février 2007, à construire leur leader pour demain . Le discours de passage du flambeau ne doit plus être un tabou ou être considéré comme un discours de parricide . Abdoulaye Wade doit nous aider , sans imposer personne , à nous inscrire dans une mémoire du futur . Il rentrera dans l’Histoire en favorisant une transition ouverte et démocratique . Sans renier un passé respectable , aujourd’hui demande de construire une mémoire du futur . Comment construire une mémoire du futur ? Se représenter tout d’abord le futur que nous voulons , le futur que nous croyons possible de bâtir , vivre les valeurs démocratiques et républicaines qui sont interpellées par ce futur , identifier et appuyer ceux et celles qui sont porteurs d’idées nouvelles , originales et inclusives qui puissent faire advenir un Sénégal de prospérité partagée et de justice sociale. Faire émerger démocratiquement un leader compétent , un leader qui inspire par ses idées , qui donne confiance par son éthos et surtout qui est un vrai républicain. Donner confiance en la République .
 
 
Pr Khadiyatoulah Fall,
Sénégalais de l’extérieur


0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email