Mercredi 23 Juin, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Politique

les 5 dates clés du carnet secret de Guy Stéphan, l’adjoint de Didier Deschamps

Single Post
les 5 dates clés du carnet secret de Guy Stéphan, l’adjoint de Didier Deschamps

Il parle peu, se montre peu, et reste souvent dans l'ombre. Guy Stéphan est pourtant un maillon essentiel de la réussite de L'Equipe de France.

Fidèle adjoint de Didier Deschamps, Guy Stéphan est un homme dont la discrétion n'a comme seul égal que son professionnalisme. Chargé de regarder plus de 400 matches par saison pour aider le sélectionneur à établir la fameuse liste des 23, l'homme de 61 ans a été un élément essentiel de la réussite de l'Equipe de France en Russie, mais pas seulement, lui qui était aussi l'adjoint de Roger Lemerre lors de l'Euro remporté par les Bleus en 2000. 

Sacré Champion du Monde cet été, après une aventure commune aux côtés de Didier Deschamps commencée en 2012, Guy Stéphan a tenu un carnet secret durant son escapade russe, sur lequel il a voulu immortaliser ses différents ressentis personnels. Chaque jour, l'homme qui murmurait aux oreilles de Didier Deschamps a donc rédigé de petites notes, rendues publiques par le quotidien Le Parisien. Voici ce que nous avons estimé être les 5 dates clés, porteuses des propos les plus éloquents. 

11 JUIN : 

"Première séance d’entraînement à Glebovets, à quelques kilomètres d’Istra. Ma première colère du Mondial. J’arrive avec le staff une heure avant pour installer le matériel. Le terrain n’est pas tracé, il est mal tondu, pas arrosé. Il n’y a pas de but mobile. Le responsable de la Fifa est désolé et promet d’y remédier très rapidement. Tout doit être corrigé le lendemain (ce sera le cas)."

1er JUILLET : 

"L’Espagne est éliminée par la Russie. Le football de possession a-t-il vécu ? Après l’élimination de l’Allemagne et notre succès sur l’Argentine, on sent bien que le regard que l’on porte sur nous a changé. Après les matchs du premier tour, on nous classait parmi les pires équipes. Une certitude : nous, nous ne devons absolument pas changer."

5 JUILLET : 

"Demain, nous affrontons l’Uruguay. Sans Blaise Matuidi, suspendu. Il y a une réflexion sur trois options pour le remplacer entre Lemar, Fekir et Tolisso. On a besoin de densité au milieu. Didier opte en faveur de Corentin. On doit aussi gérer avec le possible forfait de Cavani. On va aux infos, on aimerait être fixés. Mais dans le doute, on fait comme s’il allait jouer. On prend aussi des renseignements sur Stuani, son remplaçant attendu. Comme la veille de France-Argentine, nous réunissons les 11 titulaires à l’hôtel de façon à ce qu’ils aient les idées bien claires sur notre plan de jeu avant leur dernière nuit précédant le match."

10 JUILLET :

"Nous battons la Belgique (1-0, demi-finale) après un combat de haute intensité. Notre plan de jeu a fonctionné. J’avoue que les critiques des joueurs belges me déçoivent un peu. Je comprends leur déception mais nous avons joué avec nos atouts et ils ont mieux fonctionné que les leurs. On a frappé au but deux fois plus qu’eux. Surtout, on a marqué. Nous sommes en finale, le groupe est habité par une force, une détermination énorme. Avant le match, Paul Pogba a pris la parole dans le vestiaire. Il est avec nous depuis 2013. En Russie, il s’affirme comme un des leaders, comme Raphaël Varane, Hugo Lloris ou Blaise Matuidi. Eux aussi, leur voix porte."

15 JUILLET :

"Comme avant chaque match, je me retrouve avec les titulaires pour l’échauffement. Sur la pelouse du stade Loujniki à Moscou, nous vivons un moment particulier. Une finale de Mondial ! J’ai prévu de le dire quelques mots. J’ai bien réfléchi au sens de mon message. J’utilise une image, celle de la montagne, pour décrire notre ascension. Je dis aux gars qu’ils ne sont pas fatigués, qu’ils ont déjà gravi six cols et qu’au bout du septième, il y a une étoile. Je leur dis qu’ils vont la gravir pour eux et leur famille."

?

"Le but, c’est de les motiver, les rassurer, comme Didier a pu le faire à de nombreuses reprises. Deux heures plus tard, nous sommes champions du monde. Je suis dans les bras de Didier. Il me dit : "On n’était pas beaucoup à y croire mais on a bien fait de ne rien lâcher." J’ai beaucoup de mal à réaliser. Je vois des sourires partout. Le ciel pleure de joie. La joie est familiale aussi."



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email