Lundi 26 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

MALGRÉ LES 1200 MILLIARDS INVESTIS DEPUIS 2000 SUR LES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES : La Banque mondiale parle de retard du Sénégal par rapport à la moyenne africaine…

Single Post
MALGRÉ LES 1200 MILLIARDS INVESTIS DEPUIS 2000 SUR LES INFRASTRUCTURES ROUTIÈRES : La Banque mondiale parle de retard du Sénégal par rapport à la moyenne africaine…

Comparé à la moyenne africaine, du chemin reste à parcourir par le Sénégal en matière de construction d'infrastructures routières. Un gap qui, pour être comblé, requiert le relèvement du niveau d'investissement dans le Pib aujourd'hui de 2% à 3,5%, selon la Banque mondiale.

Secteur privilégié du régime qui l'a hissé sur l'une des plus hautes marches de ses priorités, avec un volume d'investissements de l’ordre de 1200 milliards de francs Cfa entre 2000 à aujourd'hui, à en croire Karim Wade, les infrastructures routières ne constituent pas un domaine où le Sénégal figure parmi les meilleurs élèves en Afrique. Malgré l'autoglorification du régime d'avoir doté le pays de routes, d'autoroutes, de corniche et même de tunnel, le Sénégal n'est guère au niveau moyen de ce qui est réalisé dans les autres pays du continent. Seules 20 à 30% des routes du Sénégal sont en effet en bon état, là où la moyenne africaine est de 70%. Cette observation est de Moctar Thiam, Directeur de la Banque mondiale par intérim. Selon lui, «la revue des dépenses publiques dans le secteur des transports en cours de finalisation montre qu’un investissement d’environ 800 milliards de francs Cfa pendant les cinq prochaines années permettrait de relever le réseau routier à la moyenne africaine».

«Seules 20 à 30% des routes du Sénégal en bon état»

C'est pourquoi il estime qu’«il faudra en fait exécuter un programme d’investissement plus large pour le secteur des transports de l’ordre de 1500 milliards de francs Cfa sur 5 ans, ce qui permettra de couvrir d’autres besoins urgents et engagements déjà pris dans le secteur des transports». Mieux, note Moctar Thiam, «il est crucial de financer l’entretien et globalement de consacrer environ 50% du programme aux travaux d’entretien, y compris les entretiens courants et périodiques».

Toujours selon M. Thiam, «pour rattraper ce retard», avec seulement 20 à 30% de routes en bon état, «le Sénégal doit non seulement relever ses dépenses d’infrastructures de transport à un niveau de 3 à 3,5% du Pib recommandé pour les pays qui n’ont pas connu de sous-investissement (2% en moyenne ont été dépensés au Sénégal sur 2005-2009)», mais aller même au-delà, c’est-à-dire «y ajouter environ 1% du Pib annuellement pendant la prochaine décennie». Une position qu'il a exprimée, hier, lors de la table ronde sur le financement des infrastructures organisée par le ministère de Karim Wade.

«À cause de l’état vétuste de la voie ferrée, 80% du trafic passe par la route qui se dégrade»

Mettant un bémol sur la volonté du Sénégal de destiner 90% des 1600 milliards du programme spécial pour les infrastructures aux routes, Moctar Thiam indique : «le Sénégal doit également mieux répartir les dépenses entre les différents modes de transport». Citant le cas de la voie ferrée, il plaide pour que plus d'attention lui soit accordée. Parce qu’«à cause de l’état vétuste de la voie ferrée, 80% du trafic passe par la route qui se dégrade de façon accélérée alors que son entretien coûteux est supporté entièrement par l’Etat». Dans la même veine, il met le doigt sur le sort réservé au transport fluvial qui, à ses yeux, «reste très limité et sous utilisé». C'est pourquoi il estime qu'«un projet de relance de la navigation sur le fleuve Sénégal permettra d’offrir une alternative moins chère au transport de fret le long de cet axe (phosphate et produits vivriers cultivés sur les berges du fleuve)».

… Et craint les effets dévastateurs sur l’économie des 1600 milliards du programme de Karim Wade

Karim Wade et Abdoulaye Diop, respectivement ministre des Infrastructures et ministre de l’Economie et des Finances, ont animé, hier, au Méridien, une table ronde sur le financement des infrastructures. Selon Abdoulaye Diop, le Sénégal se lance dans un programme quinquennal de construction et d’entretien routier qui nécessite la mobilisation de 1600 milliards de francs Cfa. Ce, afin d’atteindre les rampes de l’émergence en levant l’insuffisance des infrastructures de transports aussi bien routiers, ferroviaires, portuaires qu’aéroportuaires. Un programme d’investissement pour lequel la Banque mondiale émet des craintes. En effet, pour ce programme, de manière générale, Moctar Thiam, Directeur des opérations par intérim de la Banque mondiale, prévient que sa «mise en œuvre ne va pas se faire sans risques sur le système des passations des marchés». Parce que, ajoute-t-il, «elle pourrait même engendrer de sérieuses tensions sur la trésorerie avec des risques d’accumulation des arriérés pouvant entraîner la suspension des travaux ou des opérations lorsqu’il s’agit de subvention d’équilibre pour des services de transport concédés, le report des mises en service, et immanquablement donc l’augmentation des prix». 

Article_similaires

7 Commentaires

  1. Auteur

    Lagaffe

    En Mars, 2011 (16:42 PM)
    Vous croyez que c'est si simple de rattraper un retard de 40 ans? :hun:  :hun:  :hun:  :-D  :-D  :-D  :-D  :-D 
  2. Auteur

    Mame Kha

    En Mars, 2011 (16:49 PM)
    bande d'analphabète vous croyez que s'il avait mis tout cet argent à la construction de routes seulement nous en serons encore à la sous moyenne ;ils se sont partagés l'argent pour nous leurrer avec ses routes réveillez vous et le seul remède est le PVD !!!
    Auteur

    Serign_toubab

    En Mars, 2011 (16:50 PM)
    quand on vous dis que le senegal est un pays arriéré !!! En voila, une fois de plus, la preuve !!
    Auteur

    Detectiv

    En Mars, 2011 (17:01 PM)
    senegal critiqué rek à l'image de SOULEYMANE JULES DIOP
    Auteur

    Wakh Deug

    En Mars, 2011 (18:39 PM)
    Sur ce point précis, notre retard est lié à notre indiscipline
    Auteur

    Boy

    En Mars, 2011 (00:19 AM)
    NIAYES THIOKER REUBEUSS MEDINA FASS COLOBANE CITE PORT BOPP HLM DIEUPEUL CASTOR DERKLE AUCUN DE CES QUARTIER NA DE BONNES RUES!ALLEZ VERIFIER POUR VOIR BèNE TALLY BAKHOUL THI AUTOS YEUP YAKHOUNAY!DèSOLANT;
    Auteur

    Folle09

    En Mars, 2011 (08:49 AM)
    la ou lé pays en voi de developement parle de NTICS

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR