Dimanche 25 Octobre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Politique

Me Assane Dioma Ndiaye : «On cherche à faire taire le juge Téliko»

Single Post
Juge Teliko
Le juge Souleymane Téliko, Président de l’Union des magistrats sénégalais (Ums), est-il dans le collimateur du pouvoir ? En tout cas, pour le président de la Ligue sénégalaise des droits humains, Me Assane Dioma Ndiaye, il y a une nette et claire volonté de le museler. 

 «On ne voit pas en quoi, aujourd’hui, on pourrait inquiéter Souleymane Téliko. Si ce n'est pour le faire taire et dire aux magistrats que, désormais, il y a une épée de Damoclès qui pèse sur leurs têtes et que le principe de l’inamovibilité pourrait être remis en cause à tout moment. Ce qui est inacceptable», dénonce-t-il. 

 «Il est évident que la société civile se dressera en rempart, dans ce qu'il est convenu d'appeler, aujourd'hui, une tentative de musellement des magistrats du siège. En sa qualité de président de l’Union des magistrats sénégalais, il ne peut ne pas se prononcer sur certaines questions qui interpellent aussi bien la magistrature que l'ensemble des citoyens sénégalais», clame le juriste. 

 «Il s’y ajoute, également, que Téliko n’a rien dit de nouveau. Même la Cour d’appel, qui avait annulé une partie de la procédure, dans son arrêt dans l'affaire Khalifa Sall, a reconnu en partie les violations des droits de l’ancien maire de Dakar. La Cour de justice de la Cedeao a rendu un arrêt disant que les droits que Khalifa Sall ont été violés et a condamné l'Etat du Sénégal à payer des dommages et intérêts», dit-il.

liiiiiiiaffaire_de_malade

11 Commentaires

  1. Auteur

    En Septembre, 2020 (13:16 PM)
    Seneweb séne data ndéye chaque jour , teuthie lene commentaire yeup bolène meunè. Sène leufeul ndeye chaque jour....
  2. Auteur

    Wwwwwwwwwwwww

    En Septembre, 2020 (13:34 PM)
    Tout ceci c est en prévision du 3 ème mandat; Macky ne veut pas que L' UMS entre dans le débat dans un futur trés proche d' ou cette intimidation prématurée

    Il faut qu' il y ait des sénégalais nobles qui osent dire non à Macky sinon c est la dictature qui va s' installer au Sénégal

    Les chefs religieux qui regardent faire ont une très grande responsabilité
    Auteur

    Amadou Abdoul Wele

    En Septembre, 2020 (13:47 PM)
    Décidément, l’affaire Khalifa Sall et consorts ne semble pas vouloir cesser de soulever des vagues.

    Mr Alioune Tine a crié haut et fort qu’il a lui même et d’autres dit la même chose que le juge Souleymane Teliko, président de l’union des magistrats du Sénégal (UMS) que l’on s’apprête à traduire devant un conseil de discipline.

    Tous parlent d’atteinte à la présomption d’innocence et aux droits de la défense, ce qui du reste est incontestable; mais l’origine du mal se situe dans la réticence, de la part de l’autorité judiciaire, de donner tout son sens à l’article 5 du règlement numéro 5 de l’UEMOA, dont les modalités d’application sont fixées par l’article 164 CPP. En effet, contrairement à une certaine croyance, ces dispositions ont pour but non pas de faire la part belle aux avocats, mais plutôt de propulser les États membres de l’UEMOA dans le cercle des États qui ont fait évoluer positivement leur système répressif, par rapport aux droits fondamentaux de leurs citoyens. Car, à l’image de la législation de ces États, l’article 5 du règlement numéro 5 de l’UEMOA, est destiné à renforcer la protection de la présomption d’innocence et des droits de la défense.

    À cet égard, si l’on prend par exemple, la loi française du 15 Juin 2000 complétée par la loi du 5 Août 2013, intitulée « Renforcement de la présomption d’innocence et des droits de la défense », l’on se rend compte que la synthèse qu’en a faite la doctrine française (en matière criminelle et correctionnelle, aucune condamnation ne peut être prononcée contre une personne sur le fondement de déclarations qu’elle a faites sans avoir pu s’entretenir avec un avocat et être assisté par lui), correspond parfaitement avec l’article 164 CPP, lequel dispose que la non assistance par un avocat dès la première interpellation entraîne non seulement la nullité de l’enquête préliminaire, mais également, la nullité de toute la procédure ultérieure.

    En tout état de cause, il est évident que même si l’on adopte la démarche qui a été suivie dans le déroulement du procès Khalifa et consorts, c’est-à-dire en ne tenant pas compte de la nullité prescrite dans la seconde branche de l’article 164 CPP, une analyse et un certain nombre de questionnements, pourraient faire prendre à cette affaire une dimension d’une gravité dépassant la compétence de la cour de justice de la CEDEAO.

    Pour éviter le gouffre qui se profile, les conseillers en la matière, doivent pour ce cas précis et les cas similaires, faire comme ce sujet du roi Louis XIV, qui s’étant aperçu que le monarque était contrarié par les conseils qu’il venait de lui prodiguer lui dit « Sir, il est parfois difficile de servir loyalement et de plaire ».
    Auteur

    En Septembre, 2020 (14:42 PM)
    Un parvenu , et un arriviste , ignare à part les cours de droit appris par coeur , et de surcroit , ingrat avec le pays qui a accueilli ses parents .

    D'ailleurs , il est en train de demander la nationalité guinéenne de ces derniers .

    Ce n'est pas un magistrat , c un opposant , attendez la suite ..
    • Auteur

      Au Commentaire De La Honte Ci-

      En Septembre, 2020 (09:01 AM)
      ton commentaire est une immense frustrations pour l'éducation nationale qui a déployer tant d'efforts et de moyens pour t'alphabétiser en espérant obtenir à la fin un citoyen de qualité, avec un esprit ouvert ! en lieu et place ils voient un sauvageon xénophobe et sectariste !

      ton commentaire immonde est une profonde déception pour tous les enseignants qui ont eu à t'encadrer ! tous leurs efforts pour tenter de faire de toi un individu instruit et ouvert se sont révélés vains ... tu t'exprimes avec la mentalités des crapules analphabètes nourris au populisme et au mépris des réalités historiques !

      ton commentaire imbécile est surtout une humiliation pour la famille qui t'a engendrée car elle donne une image honteuse du genre d'éducation que tu as reçue ....

      en résumé, tu étais parti pour cracher ton venin sur téliko mais au final tes crachats te sont revenus en pleine gueule, tu exposes ton ignorance, ta méchanceté et tes lacunes concernant la manière artificielle dont les frontières africaines ont été tracées et les déplacements de populations opérées par le colon selon son bon-voulor ! c'est ainsi qu'avec un petit effort tu aurais pu retrouver dans d'autres pays d'afrique des gens qui portent le même patronyme que ton père !!! ignare va ! téliko doussa morom ! khamal sa bopp !
    Auteur

    En Septembre, 2020 (14:50 PM)
    On pronom des menteurs me disaient mon instituteur mr ndiaye -le fleuve- à derkle 2
    Auteur

    En Septembre, 2020 (16:47 PM)
    C'est fini l'époque où des magistrats appliquaient le code de la route avec des véhicules prioritaires (ambulances ou cortèges de police)qui passaient aux feux rouges et aux sens interdits en lieu et place du code pénal
    Auteur

    En Septembre, 2020 (18:14 PM)
    Les cols blancs qui ont le ventre bedonnant, qui ne connaissent plus la faim depuis leur premier emploi, ignorant tout du petit peuple mais fonctionnant au rythme de la bourgeoisie naissante mais fondamentalement attaché au privilèges des rangs ,s'organise au nom du droit, leur droit pour celui de l'inetientiel contre l'essentiel. Ce droit qui protège le voleur au nom d'une pirouette ,ils sont unanimes à le préférer au réel et au fait. C'est çà la démocratie bourgeoise. Les instruments que cette caste utilise, sont les ONG ,des fonctionnaires de niveau élevé, des hâbleurs... Et des politiciens cachés dans la cagoule comme le juge Telico qui veulent gouverner sans être élus. Quand on veut les faire respecter la loi les voilà jouer à faire peur comme s'ils avaient un poids quelconque. On en a marre avec Assane Dioma et ses acolytes
    Auteur

    En Septembre, 2020 (19:06 PM)
    C des corrompus jusqu'à l'os.
    Auteur

    Dou

    En Septembre, 2020 (19:09 PM)
    Salam

    Non monsieur Dioma, restons sur le droit..

    Le Sénégal est un état de droit . Parlez nous de son statut de magistrat et non de son statut président d une association.parlez nous du code de procédure pénale sur la possibilité d un magistrat de faire un jugement sur une décision judiciaire.Et la on saura si l état cherche a bâillonné ou si c est la loi qui a déjà tranche.loin de nous les idées partisanes.

    Que Allah protège le Sénégal
    Auteur

    Fatou Ndiaye

    En Septembre, 2020 (22:31 PM)
    Teliko n'a qu'à enlever sa robe et entrer en politique. Il a bien un devoir de réserve en temps que magistrat. Il ne peut pas profiter des avantages de son rang et insulter le Sénégal en appelant à la revolte ici au Sénégal qui fait de lui ce qu il est aujourd'hui. Pour jeter du sable dans le couscous il faut d abord enlever sa main du bol A bon entendeur....
    Auteur

    Kamu

    En Septembre, 2020 (03:33 AM)
    Shrinking democratic space in Senegal... pathetic

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email