Jeudi 16 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Politique

[ VIDEO ] Message à la Nation du President de la republique Macky Sall

Single Post
[ VIDEO ] Message à la Nation du President de la republique Macky Sall

[ VIDEO ] Message à la Nation du President de la republique Macky Sall

 


liiiiiiiaffaire_de_malade

78 Commentaires

  1. Auteur

    Faye

    En Avril, 2012 (21:14 PM)
    ET POURQUOI PAS EN WOLOF
    • Auteur

      Mbaye

      En Avril, 2012 (21:32 PM)
      ah doufi def dara mock gayi yame reck ! macky khamol dara te da regal epui discours bé bakhna mais dafa wara ame wolof .
    • Auteur

      Q

      En Avril, 2012 (21:42 PM)
      et pourquoi pas en polar, serere, diola, manjack, soce, balante, bassari ? ce qui change c est que le pâle t la démagogie de laye wade, c et fini. la communication officielle doit rester n français .
    • Auteur

      Vérité

      En Avril, 2012 (11:27 AM)
      le banquier voulait le beurre et l’argent du beurre : abdoul mbaye, alors dg de la cbao, floue malick sall et coule sa société
      cette histoire a été racontée, mais seulement en partie, par week-end magazine (n°147, semaine du 5 au 11 février 2011). et ce n’est pas pour avoir démérité, de la part de l’excellent magazine, au contraire ! c’est qu’à ses origines, au début des années 90, à aujourd’hui, l’affaire a connu bien des péripéties et rebondissements qui en ont complexifiée la trame, en plus de son prolongement dans le temps, toutes choses qui peuvent la rendre faussement sans intérêt aujourd’hui. cependant, nous ne doutons pas que la personnalité d’un des deux principaux protagonistes, en l’occurrence le banquier abdoul mbaye –qui n’y a pas joué le plus beau rôle, loin s’en faut-, et ce que nous allons appeler sa réputation ainsi que, allez !, on va dire son extraction familiale, n’ont pas peu contribué à l’étouffer à différentes étapes. 
      seulement, l’autre principal protagoniste, l’homme d’affaires qui aspirait à passer industriel quand le destin a mis abdoul mbaye sur son chemin, el hadj malick sall, est un opiniâtre combattant sous ses dehors frêles, naïfs, voire un peu rendus instables par une histoire qui en aurait usé plus d’un parmi les humbles gens qui n’ont pas de famille puissante sur quoi s’appuyer. et bien que sa maison dans sa ville natale, st-louis (valeur : 329 millions) et son terrain à dakar, aux almadies (valeur : 257 millions) aient été vendus, que le terrain abritant son usine équipée soit en plein dans une procédure pouvant aboutir au même résultat, et que, ex-milliardaire, il circule aujourd’hui en taxi, il s’accroche encore à ce que dans une de ses innombrables lettres et mémos à abdoul mbaye et autres dirigeants de la biao devenue cbao, il appelle : « notre confiance illimitée dans ce pays où les citoyens peuvent et doivent se sentir en sécurité, protégés qu’ils sont par la justice… ». 
      c’est ce qui fait que, mis à genoux, l’homme d’affaires est encore entre diverses juridictions, derrière mille et une procédures qui s’imbriquent les unes dans les autres, mais qu’étrangement il maîtrise comme un homme de l’art. il se bat, non plus pour reprendre une affaire industrielle sûrement enterrée avec ses rêves d’expansion, par la seule faute, pense-t-il, de l’ex-directeur général de la biao d’abord, de la cbao ensuite, avant d’atterrir à la bst d’où, c’est étrange, une affaire similaire, sinon assimilable, lui pend encore au nez, avec une plainte d’un riche commerçant, abdoulaye diakhaté, l’accusant de faux et usage de faux. le journal l’as, notamment avait titré sa une sur cette affaire ainsi : « faux et usage de faux en écriture de banque portant sur 400 millions de f cfa/la chambre d’accusation confirme l’inculpation d’abdoul mbaye ». pour rester dans cette affaire qui oppose le banquier à el hadj malick sall, nous sommes en mesure aujourd’hui de dire que si ce dernier en est à « monter et descendre », comme disent les wolofs, les marches des administrations et juridictions derrière ses biens, c’est qu’un jour, un banquier, abdoul mbaye, qui devait l’accompagner de son professionnalisme dans le montage d’une usine de fabrication de produits d’entretien et de cosmétiques, a voulu entrer et faire entrer sa famille dans son affaire, en prendre la présidence du conseil d’administration et autres leviers, en un mot, la contrôler, et qu’il a refusé. 
      du coup, sorti du business, mais resté son banquier, m. mbaye aura mené la vie dure à m. sall jusqu’à ce qu’il perde un financement de la banque ouest-africaine de développement (boad) garanti par le fonds africain de garantie et de financement (fagas), voie son affaire bloquée, ses bien confisqués. mais reprenons tout depuis le début, puisque, apparemment, cette histoire ne serait même pas étrangère au départ de m. mbaye de son poste de dg de la cbao, si l’on recoupe certaines correspondances avec la date dudit départ.

      comment el hadj malick sall a été ruiné 
      « comment j’ai été ruiné par un directeur de banque et ses avocats… ». c’est ainsi que commence le récit raconté à week-end par l’homme d’affaires qui, aujourd’hui, dort dans son usine à l’arrêt. et c’est ce qu’il nous a aussi raconté dans nos bureaux, vendredi dernier, 29 avril, après que nous avions appelé son avocat d’abord, lui ensuite, rendus curieux par la lecture du magazine. et après l’avoir bien écouté, nous avons demandé et obtenu qu’il nous communique tous les documents pouvant étayer son histoire. samedi 30, autour de 14 heures, nous étions en possession de tout un dossier, extrêmement parlant. 
      en 1993, el hadj malick sall, qui évoluait jusqu’ici en tant que commerçant dans, dit-il, « la poissonnerie et certains produits », décide de se lancer dans « le montage d’une usine de produits cosmétiques et dérivés ». après des démarches en france qui lui ont permis de trouver des partenaires techniques, il réussit à réunir la somme de 2 milliards 100 millions de f cfa, grâce à ses économies et à un appui de la caisse française de développement. somme qu’il investit dans l’équipement en machines de son usine installée sur un terrain de 4240 mètres carrés sis à hann (route du service géographique) obtenu en bail, extrait du titre foncier tf 5012/dg. plus tard, il entrera en contact avec la boad qui consentira au projet un prêt d’un milliard avec nantissement sur le matériel et le terrain, sans compter un autre cautionnement, exigé par la banque et versé par le fagas. 
      tout cela, bien entendu, est assez indicateur du sérieux de l’affaire et de son promoteur, nous savons tous que les banques ne prêtent pas un milliard à n’importe qui pour n’importe quoi. les comptes de la société en gestation sont logés à la biao avec laquelle, en tant que simple commerçant, el hadj malick travaillait déjà : la biao, qui allait être « sénégalisée » bientôt pour devenir cbao. son directeur général est alors abdoul mbaye, jeune banquier à la réputation de sérieux et de professionnalisme déjà bien assise. seulement, voilà, dans le cadre familial, comme il le racontera à son client, il avait déjà entendu parler de ce business des produits d’entretien sans lui accorder une grande attention. seulement, tel que l’affaire se présentait avec la société fondée par el hadj malick sall, elle l’intéressait. personnellement. en tant qu’investisseur. lui, mais aussi quelques membres de sa famille. et que si le promoteur voulait lui faire une place, il ne cracherait pas sur l’opportunité. ce n’est peut-être pas illégal, mais question éthique, c’est assurément limite… 
      bref ! qui cracherait sur un banquier, le vôtre de surcroît, en tant qu’actionnaire de votre société dont les comptes sont logés dans sa propre banque ? en plus, m. sall attend la finalisation du financement de la boad, encore dans le circuit bancaire très technique où son futur partenaire pourrait être d’une utilité certaine. le promoteur donne son accord, et abdoul mbaye lui indique même le notaire chez qui il faudrait monter l’affaire, son ami me ismaïla kâ. 
      seulement, une fois chez le notaire, le banquier se montre gourmand et l’affaire se gâte. voici comment le promoteur, dans une lettre écrite plus tard à m. mbaye (reçue avec accusé de réception, le 30 décembre 1994), lui rappelle sa boulimie.

      « 1°) votre souhait d’être le président du conseil d’administration (prétention illégitime compte tenu de vos apports financiers).

      « 2°) votre souhait de recruter mlle wade amie d’enfance de votre épouse à la tête de la direction financière (rejeté pour raisons personnelles)

      « 3°) votre souhait de fondre mes structures commerciale et industrielle en une seule entité juridique (rejeté pour une meilleure séparation des comptes d’exploitation) » 
      ainsi sont exposés les causes du refus du promoteur de laisser abdoul mbaye entrer dans son affaire, devenir son associé, mais aussi, il ne le sait pas encore, elles seront les causes de ses déboires et de sa descente aux enfers judiciaires et financiers. dès après la signification de ce refus, qui intervient quand m. mbaye avait déjà présenté l’affaire à sa famille qui l’aurait approuvée, celui-ci s’est acharné, au-delà du raisonnable, à mettre toutes sortes d’obstacles à la réalisation du projet par des artifices techniques et lenteurs administratives factices dans le traitement des dossiers de la société dite « etablissement général de produits industriels (egpe) ». 
      le comité de crédit de la banque fut notamment, selon m. sall, par abus, mis particulièrement à contribution pour saboter son affaire. quand m. sall demandait, par exemple, un découvert, celui-ci était transformé par m. mbaye en créance sur attestation. il écrit dans une lettre adressée le 6 avril 1995 à abdoul mbaye, encore directeur général de ce qui était devenu la cbao : « pendant un an, vous avez, par des manœuvres subtiles, fait traîner en longueur le traitement du dossier industriel et commercial, pour dénaturer à votre convenance les demandes de financements… » il ajoute, et c’est ici qu’intervient encore « la famille », et de façon un peu singulière : « or les membres du comité de crédit seraient étonnés de savoir : 
      « -qu’à titre personnel, vous avez décaissé plusieurs millions pour entrer dans le capital de la société egpe 
      « -(…) 
      « -que votre ‘comité de crédit familial’, tenu à la maison maternelle sous votre présidence, a déclaré la requête du fils conforme aux intérêts de la famille et après examen du dossier, l’a jugé rentable et bénéfique ». ensuivent quelques considérations du promoteur à l’intention du banquier dont nous nous passons, ici, avant qu’il ne donne ce qui, à ses yeux, représente la raison fondamentale de la mise en place par son banquier d’« un plan de représailles » contre lui. 
      un plan ayant eu pour conséquence qu’à ce jour, 17 ans après sa mise en place, la société egpe n’a pas reçu le financement d’un milliard de la boad, que les machines installées à l’usine de hann n’ont jamais produit quoi que ce soit et rouillent sur place, que m. sall a perdu sa maison de st-louis, son terrain des almadies, circule en taxi et dort dans son usine d’où il risque d’être expulsé si les nombreuses procédures judiciaires découlant de sa faillite provoquée se dénouaient en sa défaveur. 
      aujourd’hui, face à la cbao, en tant qu’institution (embarquée selon sall lui-même par son ancien dg dans cet imbroglio), à ses avocats, es qualité, mais aussi à titre personnel (accusés, eux, de vouloir mettre la main sur le patrimoine foncier de l’usine), face à abdoul mbaye (dont il pense qu’il abuse de l’autorité et du prestige de sa famille pour réchapper de ses abus), et perdu dans ces innombrables dossiers judiciaires, el hadj ibrahima sall apparaît comme quelqu’un qui veut arrêter la mer avec ses bras. et ce n’est pas juste ! 
      toutes les procédures judiciaires pendantes, comme celles qui sont bouclées et ont conduit à la perte de ses biens, soit ont été initiées par mbaye, soit découlent de dossiers contentieux bancaires nés sous son autorité de directeur général alors qu’il baignait en pleins conflits d’intérêts, et que ses successeurs n’ont pu que suivre. quant à el hadj malick sall, s’il en est là, c’est qu’un jour, son banquier qui voulait entrer dans son affaire avec un appétit indécent s’est heurté à son refus et a décidé de mettre du sable dans le couscous. cela est clair pour lui et maintenant pour tous ceux qui auront lu cette histoire, certes, pas encore complètement dénouée, mais suffisamment édifiante sur les rôles et intentions de ses principaux protagonistes. 

      pape samba kane le populaire
    • Auteur

      @verite

      En Avril, 2012 (19:21 PM)
      pourkoi vouloir coute que coute travailler avec la cbao. mr mbaye a raison de trainer les pays com il a refuser kil entre dans ton capital. a sa place jalais accepter kil entre dans le k ou je vais voir ailleurs mais pas avec la cbao, en tt cas c complique cet histoire.
  2. Auteur

    Apr Texas

    En Avril, 2012 (21:17 PM)
    MACHALLAH!!!! MACHALAH!!!!!MACHALLAH.

    CLAIR, NET ET PRECIS. Sounou khele guene na dale.
    • Auteur

      Diop

      En Avril, 2012 (08:03 AM)
      regardez sur youtube
      liban esclavagisme : une ethiopienne se fait battre par son maitre libanais
    Auteur

    Aliou

    En Avril, 2012 (21:23 PM)
    merçi d´avoir pensé a nous immigrés merçi president
    Auteur

    Bielle

    En Avril, 2012 (21:24 PM)
    LE PRESIDENT EST SOBRE , MODESTE MAIS SURTOUT TRES SIMPLE CE QUI EST FORMIDABLE
    Auteur

    Bara

    En Avril, 2012 (21:25 PM)
    ok mais pour quoi pas en wolof ?
    • Auteur

      @bara

      En Avril, 2012 (22:42 PM)
      yaw meyniou diam! la langue officielle c le français. bâchir kounta va se charger de traduire.
      sinon c dire 2 fois la même chose et franchement c'est énervant!
    • Auteur

      Dave

      En Avril, 2012 (00:14 AM)
      la politique c'est pour ceux qui ont ete a l'ecole :les oualofs n'ont qu'a attendre la traduction en langues vernaculaires
    Auteur

    Cg

    En Avril, 2012 (21:33 PM)
    Soyons positif et prions pour lui qui est de prier pour le Senegal .Du courage Macky que Dieu t'aide.



    Je ne suis pas avec toi ,mais contre wade c a dire avec le Senegal
    Auteur

    Dioubeul

    En Avril, 2012 (21:37 PM)
    mane mom sama wakh douthi barri ma ngu déklo lima dalone thi wade douma dalat :dedet: 

    benno bokk dioubeul sunugal

    benno bokk dioubeul sunugal

    benno bokk dioubeul sunugal

      <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  
    Auteur

    Q

    En Avril, 2012 (21:38 PM)
    Excellent dscours !
    Auteur

    Penske

    En Avril, 2012 (21:38 PM)
    Bon discours! Attendons voir la pratique
    Auteur

    Somewhere

    En Avril, 2012 (21:39 PM)
    Des paroles sensées, mais ne comprends toujours pas l'histoire

    de l'avion présidentiel....

    Vive le Sénégal  :sn: 
    Auteur

    Zaph

    En Avril, 2012 (21:43 PM)
    MERCI BEAUCOUP PRESIDENT LE PEUPLE A ESPOIR. QUE LE BON DIEU GUIDE TES PAS.
    Auteur

    Espoi

    En Avril, 2012 (21:44 PM)
    hohoho fais le traduction et ferme ta gueule!!!

     :sn: 
    Auteur

    Seydou Kane Diallo

    En Avril, 2012 (21:48 PM)
    macky god must love you and i know so i never doubt about you since day one that you will be president may god bless you more even knowind that you are already bless.Part of my daily worship to allah i decide to add you on it cause i see you in my dream saving senegal from collapsing.May allah watch over you and direct you into the right path you will need more than anybody i love you my dear macky :sn: 
    Auteur

    N`diaye Deme

    En Avril, 2012 (21:50 PM)
    tous les senegalais comme moi n`entend pas le français.il fallait parler aussi le wolof qu`ont retrouve tous meme si je sius poulaar
    • Auteur

      Sidi

      En Avril, 2012 (00:29 AM)
      vous avez un probleme avec vos parents si vous etes poular combien de poulars sont au senegal est ce que s`il parle en wolof tes parents vont entendre
    • Auteur

      Oulof

      En Avril, 2012 (07:09 AM)
      macky doit faire ses discours en wolof, 99,9% des senegalais comprennent le wolof.
      c'est le lobby toucouleur qui lui dit de ne pas parler wolof



      macky doit faire ses discours en wolof, 99,9% des senegalais comprennent le wolof.
      c'est le lobby toucouleur qui lui dit de ne pas parler wolof



      macky doit faire ses discours en wolof, 99,9% des senegalais comprennent le wolof.
      c'est le lobby toucouleur qui lui dit de ne pas parler wolof



      macky doit faire ses discours en wolof, 99,9% des senegalais comprennent le wolof.
      c'est le lobby toucouleur qui lui dit de ne pas parler wolof



      macky doit faire ses discours en wolof, 99,9% des senegalais comprennent le wolof.
      c'est le lobby toucouleur qui lui dit de ne pas parler wolof



      macky doit faire ses discours en wolof, 99,9% des senegalais comprennent le wolof.
      c'est le lobby toucouleur qui lui dit de ne pas parler wolof



      macky doit faire ses discours en wolof, 99,9% des senegalais comprennent le wolof.
      c'est le lobby toucouleur qui lui dit de ne pas parler wolof



      macky doit faire ses discours en wolof, 99,9% des senegalais comprennent le wolof.
      c'est le lobby toucouleur qui lui dit de ne pas parler wolof
    Auteur

    Azer

    En Avril, 2012 (21:53 PM)
    merci macky!! franchement si je devais noter son discour je dlui donnerai 18/20 car il s'est comporté en vrai chef d'etat et s'est exprimé comme tel contrairement a ce ke lautre vieux nous avait habitué...et en plus il na marginalisé aucune couche de la société donc je lui tire mon chapeau!! maintenant place aux actes concrets et aux realisation courage macky!!!!
    Auteur

    Yakar

    En Avril, 2012 (21:56 PM)
    merci mr e president yalla na la yalla diapale gnou gui laye yakar lou barry et puis oulof rek dou fi langue et les autres c est bien di en francais merci encore on t adore
    Auteur

    Sopdabakh

    En Avril, 2012 (22:01 PM)
    bravo Mr le President vous avez fait un discours honnorable très apprecié avec des points sensibles qui repondent aux attentes des populations . Vous l'avez promis durant la campagne electorale et vous l'avez répétez dans ce discours à la nation donc vous avez fait du wax waxaat et non du wax waxeetcomme votre prédécesseur. Vous avez ete sobre,modeste , court et précis. :-D 
    Auteur

    Salkonzi

    En Avril, 2012 (22:02 PM)
    formidable,mais jaimerai beaucoup que tu insistes sur l hgiene et la proprete du pays.le senegal est trop salle.

    la corruption,l infrastructure du pays comme lavait fait wade.et surtout deduquer les senegalais de les conscientiser pour quils puissent respecter les biens publique.

    Auteur

    Mamadou Niang

    En Avril, 2012 (22:14 PM)
    M le Président je vous conseille S V P de ne pas faire comme M W
    Auteur

    Urgence

    En Avril, 2012 (22:20 PM)
    Monsieur le président;

    venez au secours de l'armée. La corruption de Wade a atteint les rangs au point que les militaires ne pensent plus qu'à l'argent facile :du dernier soldat aux généraux. Le commandement est coupé des réalités du terrain. Purgez l'armée de tous ces généraux qui n'ont aucun parcours respectable et que Wade a imposé aux braves jambaars. Dans le dernier lot des nominations, il n y a pas plus de 2 généraux valables. Ceux que les militaires attendaient de façon unanime ont été écartés parce qu'ils sont des gens dignes et intègres. L'armée a les moyens de sa mission, elle exige des hommes d'action à sa tête!
    Auteur

    Sede

    En Avril, 2012 (22:23 PM)
    Wolof Wolof loutakh wakholl Wolof wala poullar African niak fayda soff Macky ya soff
    Auteur

    Yo

    En Avril, 2012 (22:28 PM)
    Vous avez remarqué que le discours a été donné debout et non assis. Cela représente une marque énorme de respect.
    Auteur

    Jean

    En Avril, 2012 (22:29 PM)
    THANK YOU SO MUCH OUR NEW PRD MACKY WE LIKE IT AND WE WITCH YOU ALL OUR BEST FOR SENEGAL

    Auteur

    Observateur

    En Avril, 2012 (22:31 PM)
    Excellent discours, très bien délivré et avec conviction. Ceci présage de bonnes choses, en particulier la professionnalisation de la vie publique.

    Bravo son Excellence pour ce travail remarquable dans un délai aussi serré, mais également dans les circonstances où les sollicitations – consultations pour constituer le Gouvernement, recevoir les souteneurs après la victoire, préparer la prestation de serment, etc.- ont été fort nombreuses ! On peut aisément comprendre et être convaincu que derrière ce discours engagé et ferme se cache une équipe compétente.



    Bonne chance et surtout bon courage pour rester sur la ligne tracée qui, si elle est suivie, conduira résolument le Sénégal sur le sentier de la création de la richesse.

    Auteur

    Ami

    En Avril, 2012 (22:33 PM)
    Ami sénégalais, vous avez beaucoup de chance d'avoir un président de cette carrure, il s'est exprimé en français (4ème langue internationale) et quelques ignares eussent aimé qu'il s’exprimât en Wolof (3.8 millions de personnes parlent le Wolof dans le monde de 6 milliard d'habitants) Ces incultes, limite xénophobes n'ont pas compris qu'ils ont maintenant un président de stature internationale et que le monde entier a écouté son discours. Alors qu'il soit en français, en anglais ou en espagnol peut importe! il a fait passer un grand message d'une future grande nation démocratique qu'il n'aurait pas pu faire entendre dans le monde en Wolof. Une langue appartient à celui qui la parle! Bien évidemment il faut protéger les langues locales et la culture vernaculaire, mais malheureusement elles disparaîtront comme elles ont disparues au quotidien dans les pays développés. Quand au premier ministre (Mbaye), HEC, Sorbonne et le reste, c'est du haut de gamme et en correspondance avec les besoins du pays. Bravo à vous pour la leçon de démocratie. (F)
    • Auteur

      Ennemi

      En Avril, 2012 (12:54 PM)
      tu es vraiment idiot on parle du message du prési à sa nation qui parle à 90% olof et toi bête comme pas possible tu nous des 6millierds de la planète. osez vos idées et montrez vous, il n y aura aucun mal à en discuter au lieu de distiller sournoisement ce genre d'idée. tu te choques qu'on veuille entendre en olof ce que macky a dit. je comprendrais qu'on dise que ça lui prendrai trop detemps et qu'on devrait se contenter des la traduction. toi et ton genre, vous êtes dangereux aupoint de refuser ce qui nous a toujours réuni entre autres plus que ta putain de 4eme langue.
    Auteur

    Coumbisse

    En Avril, 2012 (22:58 PM)
    yalla na la yalla diappalé banga fadial niou lép lou nou metti yone senegal thia kaname rek
    Auteur

    Lemzomampalago

    En Avril, 2012 (23:01 PM)
    bravo! 18/20! fini les discours kilometriques. Bonne chance Président.
    Auteur

    Deet

    En Avril, 2012 (23:14 PM)
    MERCI MONSIEUR LE PRESIDENT MAIS IL FAUDRA QUE NOUS CITOYENS QUI VOUS AVONS ELU VOUS DONNERONS UNE MAJORITE CONFORTABLE A L ASSEMBLEE NATIONALE POUR QUE VOUS PUISSIEZ REALISER CE QUE VOUS VENEZ DE NOUS DIRE .MERCI C EST PRECIS ,NET ET CLAIR
    Auteur

    Laskha

    En Avril, 2012 (23:30 PM)
    Comme vous avez pu apprendre des erreurs de Idy apprenez aussi des erreurs de Wade. Merci Mr le President :up:  :up:  :up: 
    Auteur

    Kona

    En Avril, 2012 (23:33 PM)
    merci monsieur le president.ca se voit que vous symbolisez la rupture generationnelle.nous comptons bcp sur vous pour voir le senegal ds le concert des nations.avec NOUS voulons un senegal où regnent la justice,....l equitè,Les defis sont multiples mais DIEU VOUS AIDERA A LES RELEVER THIA KAW THIA KANAM.
    Auteur

    Na

    En Avril, 2012 (00:02 AM)
    j'ai les larmes aux yeux !! je le connais personnellement je sais qu'il ne va pas nous decevoir! incha Allah

    Puisse Allah le guider vers le droit chemin de la gouvernance et le preserver contre le chaytan
    Auteur

    Piandineve

    En Avril, 2012 (00:03 AM)
    discours bien dit mais le niveau dont il veut porter le senegal oubien la façon dont il veut gouverner notre pays depasse largement les senegalais..ça c'est une mentalite trop europeèn..esperons!!!! :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Immigres

    En Avril, 2012 (00:25 AM)
    merci monsieur le president d avoir penser a nous immigres bonne chance pour votre mission vive le senegal
    Auteur

    Aziz

    En Avril, 2012 (00:32 AM)
    les sénégalais sont l,énemi des senegalais
    Auteur

    _kikina

    En Avril, 2012 (00:55 AM)
    On a enfin un Président qui unie et non qui divise. Je ne me sentais pas sénégalais avec wade et sa clic et pourtant je suis né et j'ai grandi au Sénégal pays que j'aime et ou j'investie. wade commençait à m'éloigner de mon pays de ma terre de cette teranga sénégalaise, je ne l'ai jamais considéré comme mon président car il a toujours agit comme si je n'existait pas. Oui Macky tu es mon président et je suis fière de contribuer au développement de mon pays avec toi. Tiens ta promesse on te soutient président et on marche avec toi. Ma mère me dis toujours de ne jamais dévier du bon chemin et de rester toujours concentrer dans le travail, d'être sincère et honnête dans la relation avec les autres et de mourir pour la vérité.

    Je suis fier d'être Sénégalais
    Auteur

    Dioudiouf

    En Avril, 2012 (00:57 AM)
    Merci Président de nous redonner espoir, nous restons à l'écoute pour rebâtir avec vous cette nation!!!
    Auteur

    Boylebougui

    En Avril, 2012 (01:19 AM)
    Mettons nous au travail , c'est son souhait le plus fort et ds la vie on a que des a priori sur les personnes, on l'a mis à l'épreuve alors donnez lui le temps de prouver et treve de commèrages et de tactiques politiciennes... Respectez lez gens apolitiques. Tous pour un Senegal "uni et indivisible" comme il l'a si bien dit !!!Wassalam
    Auteur

    Boylebougui

    En Avril, 2012 (01:42 AM)
    le discours de Macky me renvoie au disours inaugural de Keba Mbaye a l'UCAD " qui se servent au lieu de servir " , " je dis bien personne, personne ..." entre autres ... est ce un signe que lui avait en tete la leçon magistrale du Mr ....

    Simple remarque au boulot naaak!!! wahe dji doyna aak politique biiii Senegal DIeume kanam!!!! :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Moustapha Niass

    En Avril, 2012 (01:42 AM)
    MOI PERSONNELLEMENT J'AIMERAIS VOIR MOUSTAPHA NIASS DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT, JE NE SUIS PAS DANS LE PARTI DE NIASS.



    MOI PERSONNELLEMENT J'AIMERAIS VOIR MOUSTAPHA NIASS DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT, JE NE SUIS PAS DANS LE PARTI DE NIASS.



    MOI PERSONNELLEMENT J'AIMERAIS VOIR MOUSTAPHA NIASS DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT, JE NE SUIS PAS DANS LE PARTI DE NIASS.



    MOI PERSONNELLEMENT J'AIMERAIS VOIR MOUSTAPHA NIASS DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT, JE NE SUIS PAS DANS LE PARTI DE NIASS.



    MOI PERSONNELLEMENT J'AIMERAIS VOIR MOUSTAPHA NIASS DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT, JE NE SUIS PAS DANS LE PARTI DE NIASS.



    MOI PERSONNELLEMENT J'AIMERAIS VOIR MOUSTAPHA NIASS DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT, JE NE SUIS PAS DANS LE PARTI DE NIASS.



    MOI PERSONNELLEMENT J'AIMERAIS VOIR MOUSTAPHA NIASS DANS LE NOUVEAU GOUVERNEMENT, JE NE SUIS PAS DANS LE PARTI DE NIASS.
    Auteur

    Un Septique-obtimiste

    En Avril, 2012 (01:50 AM)
    "Dans un pays où les chefs délèguent leur travail pour se tourner les pouces ou se déchargent sur leurs inférieurs hiérarchiques pour ne pas avoir à prendre leurs responsabilités, l’excellence et la productivité ne sont que rarement ou accidentellement au rendez-vous."



    j'espere qu'avec la nouvelle équipe cette remarque ne sera pas valable pour le sénégal!
    Auteur

    Khadim

    En Avril, 2012 (02:45 AM)
    Oh senegalais, ayez la foi et cessez de critiquer. Mettons nous au travail pour un Senegal prospere.
    Auteur

    Fall

    En Avril, 2012 (03:57 AM)
    merci mon pisi bonne chance YALLAH NALA YALLAH DIAPPALé VIVE LE SENEGAL
    Auteur

    En Wolof Pourquoi Pas

    En Avril, 2012 (04:02 AM)
    Pourquoi pas message a la nation en ""WOLOF
    Auteur

    Syc

    En Avril, 2012 (04:40 AM)
    Tres. Bien parle

    Si je ne me trompe la langue officielle c'est le francais

    D'ailleurs le discour a ete traduit en Wolof a la rts

    Ce qui m'a le plus impressionne il dit " JE NE PROTEGERAIS PERSONNE "

    Parlant des niak diom qui pillent l'argent du contribuable .

    D'ailleurs l'espoir est permis car il a deja nomme un homme integre a la tete du gouvernement

    Et j Suis sur ce dernier va nommer les hommes qu'il faut a la place qu'il faut

    Le Senegal ne manque pas d digne fils et filles qui peuvent relever le defit

    Yallah yallah doli soutoura wathie yeurmande ci sounou rew diapale bi gouvernement

    Ak bep senegalais bou diok pour ligueye gnou dieum kaname

    Le temps est au travail le compte a rebours a deja commence

    Vive le Senegal , vive l'Afrique

    Guene Balma akh

     :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Ba

    En Avril, 2012 (05:14 AM)
    bien dit que DIEU t'assiste amine.  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  
    Auteur

    Mooomooo

    En Avril, 2012 (06:41 AM)
    SUMA YARAM DAFFA DAW.Bonne chance Macky tu es un homme hônnete.Tu mérites de réussir !
    Auteur

    Kalimera

    En Avril, 2012 (07:05 AM)
    Merci Mr le president bien dit que DIEU t'assiste a tout tes projets amine
    Auteur

    Gggggggggg

    En Avril, 2012 (07:31 AM)
    ''Je tiens, également, à ce que les dispositions constitutionnelles limitant l’élection du Président de la République à un mandat de cinq ans, renouvelable une seule fois, soient verrouillées sans possibilité de modification'' Macky Sall $$$$$$ UN GRAND PAS EN AVANT, VIVE LE SENEGAL $$$$$$$$$$$

    &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

    @@@@@@@@@@@@@
    Auteur

    Femme De France

    En Avril, 2012 (07:49 AM)
    je suis sénégalaise vivant à l'exterieur; je suis agréablement surprise du choix de notre premier ministre..VIVE LE SENEGAL VIVE MON PAYS HOURRA AU PRESIDENT MACKY je n'arrete pas de chanter depuis ce matin ...



    YOUSSOU NDOUR GRAND MERCI...y en a marre BRAVO...DEVELOPPONS NOTRE PAYS...SERRONS LA CEINTURE ENSEMBLE....
    Auteur

    Zézé

    En Avril, 2012 (07:58 AM)
    il dit que le 4 avril consacre l'accession à la souveraineté internationale. Quel nullard !



    On dit souveraineté nationale et pas internationale. L'international est le cadre des rapports entre les souveraineté nationales. Je me demande même ce que veut dire souveraineté internationale. C drôle.



    Il doit vraiment apprendre à parler et à faire moins de fautes...

    Bof...



    Moi en tout cas j'attends les audits et la politique de l'emploi.



    Comme El pistolero a dit que les caisses de l'Etat sont vides, alors il faudrait aller aux trousses de ceux qui les ont vidées.



    On sait que l'ex premier ministre est un copain à Macky mais ce n'est pas une raison pour l'épargner.



    Pas de copinage. Ce pays a été dépouillé et il faut faire valoir la justice jusqu'au bout.



    En attendant, les Wade doivent être mis en examen voire écroués d'office..
    • Auteur

      Ngaye

      En Avril, 2012 (21:24 PM)
      toi tu es un nullard de première.

      accéder à la souveraineté internationale veut dire devenir un etat indépendant reconnu par la communauté internationale, ayant capacité à accréditer des ambassadeurs et à en faire accréditer au près d'autres etats, à devenir membre des organisations internationales comme l?onu ...

      c'est toi qui a besoin de cours de culture générale.
    Auteur

    Ba

    En Avril, 2012 (08:00 AM)
    WOLOF LA ÑIOU WAKH :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?:  :?: 
    Auteur

    Bethio Petit Pagne

    En Avril, 2012 (08:08 AM)
    May GOD BLISS YOU Mr president Sall.





    Mai-nakk, j'ai la nostaligie de PA-Ndiankhoumm WADE
    Auteur

    Vivi

    En Avril, 2012 (08:14 AM)
    Je suis prête à Rentrer au bled moi, contribuer à toutes ses mesures que je trouve bien!
    Auteur

    Sikaw Sikanam Rek

    En Avril, 2012 (08:55 AM)
    AVEC sincérité JE VEUX DIRE QU' AUJOURD'HUI je ME SUIS Réveillé, avec joie et bonheur PLEIN DANS MON COEUR, ET aussi beaucoup D'ASPIRATIONS de voir UN  :sn:  :sn:  NOUVEAUX, QUI SE DESSINE DANS UN AVENIR TREEEEES!! PROCHE "BILLAHI" JE LE SENT, I FEEL IT WAY DOWN DEEP INside !! we can :up: 
    Auteur

    Kaddu Magg

    En Avril, 2012 (09:03 AM)
    Abdoul Mbaye PM: C'est Intelligent. Government=Sénégal 51%, Etranger (France, USA, ONU, etc.) 49%  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn: 

     :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn: 

     :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn: 

     :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn: 

     :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn: 

     :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn:  :haha:  :sn: 
    Auteur

    Niokhorf

    En Avril, 2012 (10:23 AM)
    Excellent et c'est du véritable wax jef!
    Auteur

    Nt

    En Avril, 2012 (10:31 AM)
    que dieu te protege te guide pour k tu puisse realise tous tes proger tu es calme et modeste .les senegalais doivent faire bcoups deffort une seule personne ne peut pas tous faire gnou bayi fo yafouce féne corruption nafékh tricherie ta khamne loudoule yalla nénela

    Auteur

    Deug

    En Avril, 2012 (10:32 AM)
    MACKY NE VEUT PAS CHOQUER LES PULAAR QUI L ONT ELUS C EST POURQUOI IL FERA PAS DE DISCOURS EN WOLOF.POUR LES NON PULAAR QUI ONT VOTER MACKY ATTENDEZ VOUS A UN GOUVERNEMENT DES ENTREPRISES DES MAIRIES.... REMPLIES DE PULAAR
    Auteur

    Hj

    En Avril, 2012 (10:47 AM)
      <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  
    Auteur

    Moisa

    En Avril, 2012 (10:52 AM)
    IL PARAIT QUE MACKY VOULAIT FAIRE LE DISCOURS EN PULAAR?
    Auteur

    Tapha

    En Avril, 2012 (11:28 AM)
    Reponse a Post 52,

    dire "souverainete internationale" est correct. cela signifie "independance vis a vis de toute puissance exterieure"...arretons de critiquer et concentrons nous sur l'essentiel
    Auteur

    Serigne

    En Avril, 2012 (12:04 PM)
    mane fi senegal la del wakh wolof bakna
    Auteur

    Abdoulayebeye

    En Avril, 2012 (12:07 PM)
    salamalecoum souleymane zule diop dama conetane si yaw le moment ou tu pleurer j'ais meme failli pleure grand le senegal a besoin des gens comme zule diop .pour macky limou wara ndjeukeu bagne bounou touder bene ministre aye yeufou thiakhane aye lamb ak aye journee je suis un chaufeur.
    Auteur

    Mame Konta

    En Avril, 2012 (12:34 PM)
    FELCITATION MR SALL BIEN DIT ET J'ESPERE QU'AVEC L'AIDE DE DIEU TU RESPECTERA TES ENGAGEMENTS QUE LE TOUT PUISSANT TE GUIDE

    Auteur

    Patriote Travailleur

    En Avril, 2012 (13:13 PM)
    Sénégalaises, sénégalais. Mon rêve s'est enfin réalisé. J'ai toujours révé d'avoir un président travailleur et qui invite au travail. moi je travaille et je fais suis fait tout seul sans politique, sans attendre rien de personne. je travaille nuit et jour et je ne me repose que 4heures par jour. je gagne ma vie correctement car j'ai gravi beaucoup d'échelons j'ai construit deux maisons et ai acheté une voiture confortable. je pense aller à la mecque et y amener mon grand frère et ma soeur ainée. je n'ai pas besoin d'avoir plus. suis déjà heureux et tout ça grâce au travail.

    suivons le nouveau président en travaillant au lieu de passer tout notre temps à s'ériger en observateur politique ou en expert du débat national. peace and love.
    Auteur

    Vivemacky

    En Avril, 2012 (14:28 PM)
    Que le bon Dieu te protege Macky!!!! L'assemblee Nationale etait illegitime! Tres bien de l'avoir dissout!!!!!
    Auteur

    Mor

    En Avril, 2012 (15:38 PM)
    Refuser la pensée unique (LIBRE OPINION)





    Par Hamadou Tidiane SY*



    Ce lundi 2 avril 2012, le Sénégal ouvre une nouvelle page de son histoire. Le peuple, s’est subitement remis à rêver, à nouveau enivré par une victoire contre un vieux sénile dont les velléités dictatoriales ont été découvertes sur le tard et, fort heureusement, sévèrement sanctionnées. C’est normal. Mais attention.



    Les mêmes causes produisant les mêmes effets, donner un blanc-seing à la nouvelle équipe comporte beaucoup de risques.

    Ne serait-ce que parce qu’une telle attitude nous jetterait dans le même piège que celui qui s’est refermé sur nous au soir du 19 mars 2000. Il nous faut alors cette fois-ci faire preuve de plus de sérénité. Il nous faut être plus vigilants et plus exigeants, y compris dans l’euphorie de la victoire.



    Comme on s'en souvient, l’ivresse de la delivrance du 19 mars 2000 nous avait fait baisser la garde au point d’enfanter le régime monstrueux dont nous venons de nous débarrasser. Et pourtant, le combat fut héroïque et la victoire belle: ils permirent au peuple sénégalais de débouter le régime socialiste et d’installer Me Abdoulaye Wade au pouvoir!



    A l’arrivée, la déception ne fut qu’à la mesure de l’immense espérance. La suite, on la connaît: ce furent douze ans d’errance, douze ans perdus pour le Sénégal. Douze ans que nous aurions pourtant pu mettre à profit pour faire avancer notre démocratie au lieu de la faire reculer, nous occuper des vraies priorités nationales au lieu de consacrer nos maigres ressources à des « chantiers » à la pertinence douteuse, renforcer la justice sociale au lieu de favoriser le népotisme, remettre ce qui restait de notre système éducatif sur les rails au lieu de le liquider…



    La liste est longue de ces cas où nous nous sommes clairement fourvoyés sur des sentiers mal tracés. Le résultat est là, implacable. Douze ans après, nous sommes obligés de faire un retour à la case départ avec un pays en bien piteux état. Et pour une seconde fois, nous avons été obligés à faire un choix difficile, c'est à dire a voter « contre » quelqu’un, plutôt que de voter « pour » quelqu’un.



    Car, si d’un point de vue purement légal, personne ne conteste la « légitimité » de notre nouveau chef d’Etat, il lui faut, à lui - et surtout à ses partisans déjà aveuglés par la perspective du pouvoir - avoir les pieds sur terre. Comme son prédécesseur, il n’est qu’un « président par défaut ». Démocratiquement élu certes mais en réalité très minoritaire. Légitimement installé, mais très mal élu. N’en déplaise aux laudateurs et aux adeptes de la pensée unique.



    Oui, rien qu’à se fier aux chiffres sur lesquels il fonde sa propre légitimité, le nouveau président a été élu par moins de deux millions de Sénégalais. C’est moins de la moitié des électeurs inscrits. Plus significatif encore, c’est très peu pour une population que l’on estime à environ douze ou treize millions d’habitants. On est donc très loin du « plébiscite » et du « vote massif », que l’on brandit à tout-va.



    Tout le monde a déjà dit que le scrutin pour le second tour du 25 mars 2012, plus qu’une simple élection présidentielle, était devenue un référendum pour ou contre le projet de dévolution monarchique du pouvoir et une démonstration de force des capacités du peuple souverain, y compris face à la toute-puissance de l’Etat.



    Devant pareille circonstance, il faut aux vainqueurs du jour avoir le triomphe modeste et comprendre qu’à l’exception des 26 % des électeurs (moins de 720.000 Sénégalais au total) ayant voté au premier tour en faveur du nouvel élu, le reste du pays, c'est-à-dire l’écrasante majorité des Sénégalais, ne sont ni des militants, ni des sympathisants, ni des électeurs de l’Alliance pour la république (APR) ou de son président. Ils ne pensent donc pas comme les militants et responsables de l’APR et ne partagent pas forcément leurs points de vue. Que ce soit sur le pays et la meilleure manière de conduire ses destinées, que ce soit sur les qualités et la crédibilité à accorder aux propos du leader de l’APR. Au plus, ils ont accordé au nouveau président une occasion de… prouver.



    Ces rappels sont importants, car dans les cercles du nouveau parti au pouvoir ou proches du nouveau président, c’est déjà le début de ce qui ressemble fort à un culte de la personnalité. C’est déjà la stigmatisation contre tous ceux qui veulent relativiser l’ampleur de la victoire, pour ne pas dire les menaces à peine voilées contre quiconque ose questionner le passé du nouveau président.



    Or, on ne le sait que trop bien, l’actuel président est aussi comptable en très grande partie des actes posés par le régime précédent. Du népotisme érigé en mode de gouvernement à la mal-gouvernance endémique, des enrichissements illicites à la calamiteuse présidentielle de 2007, dont les résultats, rappelons-le, n’ont jusqu’à ce jour, pas été reconnus par l’essentiel de l’opposition, y compris par ceux qui aujourd’hui, ont appelé à voter pour le nouveau président . C’est tout dire…



    Que l’homme ait retenu les leçons du passé et veuille changer. Soit. Puisque nous somme tous capables de repentir. Qu’il ait appris à mieux traiter les citoyens, en étant dans l’opposition, c’est possible. On peut lui accorder comme à tout être humain le bénéficie du doute. Qu’il ait aujourd’hui la volonté de bien faire, ce serait tout à son honneur.



    Néanmoins, il est bon de noter que tout ceci commence par accepter quelques principes bien simples, dont la liberté de chaque citoyen à apprécier, selon ses propres convictions, le nouveau régime sur ses actes et non sur des professions de foi. Accepter la différence et comprendre que gouverner un pays, ce n’est pas comme le considérait Abdoulaye Wade s’imposer en roitelet entouré de courtisans et de laudateurs.



    Diriger un pays au 21ème siècle et devant l’affirmation de plus en plus forte de la citoyenneté reconquise, c’est aussi et surtout s’appliquer ce qu’on exige aux autres, en matière de respect des règles démocratiques, de bonne gouvernance, de transparence et d’équité.



    Bref, c’est faire tout ce qu’Abdoulaye Wade a été incapable de faire durant ces douze ans de pouvoir, y compris - nous insistons dessus - lorsque siégeait à ses côté, son ex-premier ministre de 2004 à 2007, ex-directeur de campagne en 2007 et ancien ministre de 2001 à 2004.



    Voilà pourquoi, il nous a paru utile, à l’heure où nous célébrons une nouvelle victoire du peuple sur les démons qui ont failli brûler ce pays, de lancer cet appel citoyen pour que nous sachions tous raison garder et rester vigilants pour ne pas avoir – demain encore - à élire un autre président… par défaut.



    *Journaliste, fondateur Ouestafnews, Ashoka/Knight News & Knowledge Fellow.



    Auteur

    Mor

    En Avril, 2012 (15:54 PM)


    A l’arrivée, la déception ne fut qu’à la mesure de l’immense espérance. La suite, on la connaît: ce furent douze ans d’errance, douze ans perdus pour le Sénégal. Douze ans que nous aurions pourtant pu mettre à profit pour faire avancer notre démocratie au lieu de la faire reculer, nous occuper des vraies priorités nationales au lieu de consacrer nos maigres ressources à des « chantiers » à la pertinence douteuse, renforcer la justice sociale au lieu de favoriser le népotisme, remettre ce qui restait de notre système éducatif sur les rails au lieu de le liquider…



    La liste est longue de ces cas où nous nous sommes clairement fourvoyés sur des sentiers mal tracés. Le résultat est là, implacable. Douze ans après, nous sommes obligés de faire un retour à la case départ avec un pays en bien piteux état. Et pour une seconde fois, nous avons été obligés à faire un choix difficile, c'est à dire a voter « contre » quelqu’un, plutôt que de voter « pour » quelqu’un.



    Car, si d’un point de vue purement légal, personne ne conteste la « légitimité » de notre nouveau chef d’Etat, il lui faut, à lui - et surtout à ses partisans déjà aveuglés par la perspective du pouvoir - avoir les pieds sur terre. Comme son prédécesseur, il n’est qu’un « président par défaut ». Démocratiquement élu certes mais en réalité très minoritaire. Légitimement installé, mais très mal élu. N’en déplaise aux laudateurs et aux adeptes de la pensée unique.



    Oui, rien qu’à se fier aux chiffres sur lesquels il fonde sa propre légitimité, le nouveau président a été élu par moins de deux millions de Sénégalais. C’est moins de la moitié des électeurs inscrits. Plus significatif encore, c’est très peu pour une population que l’on estime à environ douze ou treize millions d’habitants. On est donc très loin du « plébiscite » et du « vote massif », que l’on brandit à tout-va.



    Tout le monde a déjà dit que le scrutin pour le second tour du 25 mars 2012, plus qu’une simple élection présidentielle, était devenue un référendum pour ou contre le projet de dévolution monarchique du pouvoir et une démonstration de force des capacités du peuple souverain, y compris face à la toute-puissance de l’Etat.



    Devant pareille circonstance, il faut aux vainqueurs du jour avoir le triomphe modeste et comprendre qu’à l’exception des 26 % des électeurs (moins de 720.000 Sénégalais au total) ayant voté au premier tour en faveur du nouvel élu, le reste du pays, c'est-à-dire l’écrasante majorité des Sénégalais, ne sont ni des militants, ni des sympathisants, ni des électeurs de l’Alliance pour la république (APR) ou de son président. Ils ne pensent donc pas comme les militants et responsables de l’APR et ne partagent pas forcément leurs points de vue. Que ce soit sur le pays et la meilleure manière de conduire ses destinées, que ce soit sur les qualités et la crédibilité à accorder aux propos du leader de l’APR. Au plus, ils ont accordé au nouveau président une occasion de… prouver.



    Ces rappels sont importants, car dans les cercles du nouveau parti au pouvoir ou proches du nouveau président, c’est déjà le début de ce qui ressemble fort à un culte de la personnalité. C’est déjà la stigmatisation contre tous ceux qui veulent relativiser l’ampleur de la victoire, pour ne pas dire les menaces à peine voilées contre quiconque ose questionner le passé du nouveau président.



    Or, on ne le sait que trop bien, l’actuel président est aussi comptable en très grande partie des actes posés par le régime précédent. Du népotisme érigé en mode de gouvernement à la mal-gouvernance endémique, des enrichissements illicites à la calamiteuse présidentielle de 2007, dont les résultats, rappelons-le, n’ont jusqu’à ce jour, pas été reconnus par l’essentiel de l’opposition, y compris par ceux qui aujourd’hui, ont appelé à voter pour le nouveau président . C’est tout dire…



    Que l’homme ait retenu les leçons du passé et veuille changer. Soit. Puisque nous somme tous capables de repentir. Qu’il ait appris à mieux traiter les citoyens, en étant dans l’opposition, c’est possible. On peut lui accorder comme à tout être humain le bénéficie du doute. Qu’il ait aujourd’hui la volonté de bien faire, ce serait tout à son honneur.



    Néanmoins, il est bon de noter que tout ceci commence par accepter quelques principes bien simples, dont la liberté de chaque citoyen à apprécier, selon ses propres convictions, le nouveau régime sur ses actes et non sur des professions de foi. Accepter la différence et comprendre que gouverner un pays, ce n’est pas comme le considérait Abdoulaye Wade s’imposer en roitelet entouré de courtisans et de laudateurs.



    Diriger un pays au 21ème siècle et devant l’affirmation de plus en plus forte de la citoyenneté reconquise, c’est aussi et surtout s’appliquer ce qu’on exige aux autres, en matière de respect des règles démocratiques, de bonne gouvernance, de transparence et d’équité.



    Bref, c’est faire tout ce qu’Abdoulaye Wade a été incapable de faire durant ces douze ans de pouvoir, y compris - nous insistons dessus - lorsque siégeait à ses côté, son ex-premier ministre de 2004 à 2007, ex-directeur de campagne en 2007 et ancien ministre de 2001 à 2004.



    Voilà pourquoi, il nous a paru utile, à l’heure où nous célébrons une nouvelle victoire du peuple sur les démons qui ont failli brûler ce pays, de lancer cet appel citoyen pour que nous sachions tous raison garder et rester vigilants pour ne pas avoir – demain encore - à élire un autre président… par défaut.



    *Journaliste, fondateur Ouestafnews, Ashoka/Knight News & Knowledge Fellow.



    Auteur

    Mor

    En Avril, 2012 (15:58 PM)
    N’en déplaise aux laudateurs et aux adeptes de la pensée unique.



    Oui, rien qu’à se fier aux chiffres sur lesquels il fonde sa propre légitimité, le nouveau président a été élu par moins de deux millions de Sénégalais. C’est moins de la moitié des électeurs inscrits. Plus significatif encore, c’est très peu pour une population que l’on estime à environ douze ou treize millions d’habitants. On est donc très loin du « plébiscite » et du « vote massif », que l’on brandit à tout-va.



    Tout le monde a déjà dit que le scrutin pour le second tour du 25 mars 2012, plus qu’une simple élection présidentielle, était devenue un référendum pour ou contre le projet de dévolution monarchique du pouvoir et une démonstration de force des capacités du peuple souverain, y compris face à la toute-puissance de l’Etat.



    Devant pareille circonstance, il faut aux vainqueurs du jour avoir le triomphe modeste et comprendre qu’à l’exception des 26 % des électeurs (moins de 720.000 Sénégalais au total) ayant voté au premier tour en faveur du nouvel élu, le reste du pays, c'est-à-dire l’écrasante majorité des Sénégalais, ne sont ni des militants, ni des sympathisants, ni des électeurs de l’Alliance pour la république (APR) ou de son président. Ils ne pensent donc pas comme les militants et responsables de l’APR et ne partagent pas forcément leurs points de vue. Que ce soit sur le pays et la meilleure manière de conduire ses destinées, que ce soit sur les qualités et la crédibilité à accorder aux propos du leader de l’APR. Au plus, ils ont accordé au nouveau président une occasion de… prouver.



    Ces rappels sont importants, car dans les cercles du nouveau parti au pouvoir ou proches du nouveau président, c’est déjà le début de ce qui ressemble fort à un culte de la personnalité. C’est déjà la stigmatisation contre tous ceux qui veulent relativiser l’ampleur de la victoire, pour ne pas dire les menaces à peine voilées contre quiconque ose questionner le passé du nouveau président.



    Or, on ne le sait que trop bien, l’actuel président est aussi comptable en très grande partie des actes posés par le régime précédent. Du népotisme érigé en mode de gouvernement à la mal-gouvernance endémique, des enrichissements illicites à la calamiteuse présidentielle de 2007, dont les résultats, rappelons-le, n’ont jusqu’à ce jour, pas été reconnus par l’essentiel de l’opposition, y compris par ceux qui aujourd’hui, ont appelé à voter pour le nouveau président . C’est tout dire…



    Que l’homme ait retenu les leçons du passé et veuille changer. Soit. Puisque nous somme tous capables de repentir. Qu’il ait appris à mieux traiter les citoyens, en étant dans l’opposition, c’est possible. On peut lui accorder comme à tout être humain le bénéficie du doute. Qu’il ait aujourd’hui la volonté de bien faire, ce serait tout à son honneur.



    Néanmoins, il est bon de noter que tout ceci commence par accepter quelques principes bien simples, dont la liberté de chaque citoyen à apprécier, selon ses propres convictions, le nouveau régime sur ses actes et non sur des professions de foi. Accepter la différence et comprendre que gouverner un pays, ce n’est pas comme le considérait Abdoulaye Wade s’imposer en roitelet entouré de courtisans et de laudateurs.



    Diriger un pays au 21ème siècle et devant l’affirmation de plus en plus forte de la citoyenneté reconquise, c’est aussi et surtout s’appliquer ce qu’on exige aux autres, en matière de respect des règles démocratiques, de bonne gouvernance, de transparence et d’équité.



    Bref, c’est faire tout ce qu’Abdoulaye Wade a été incapable de faire durant ces douze ans de pouvoir, y compris - nous insistons dessus - lorsque siégeait à ses côté, son ex-premier ministre de 2004 à 2007, ex-directeur de campagne en 2007 et ancien ministre de 2001 à 2004.



    Voilà pourquoi, il nous a paru utile, à l’heure où nous célébrons une nouvelle victoire du peuple sur les démons qui ont failli brûler ce pays, de lancer cet appel citoyen pour que nous sachions tous raison garder et rester vigilants pour ne pas avoir – demain encore - à élire un autre président… par défaut.



    *Journaliste, fondateur Ouestafnews, Ashoka/Knight News & Knowledge Fellow.



    Auteur

    Mor

    En Avril, 2012 (16:12 PM)
    Que ce soit sur le pays et la meilleure manière de conduire ses destinées, que ce soit sur les qualités et la crédibilité à accorder aux propos du leader de l’APR. Au plus, ils ont accordé au nouveau président une occasion de… prouver.



    Ces rappels sont importants, car dans les cercles du nouveau parti au pouvoir ou proches du nouveau président, c’est déjà le début de ce qui ressemble fort à un culte de la personnalité. C’est déjà la stigmatisation contre tous ceux qui veulent relativiser l’ampleur de la victoire, pour ne pas dire les menaces à peine voilées contre quiconque ose questionner le passé du nouveau président.



    Or, on ne le sait que trop bien, l’actuel président est aussi comptable en très grande partie des actes posés par le régime précédent. Du népotisme érigé en mode de gouvernement à la mal-gouvernance endémique, des enrichissements illicites à la calamiteuse présidentielle de 2007, dont les résultats, rappelons-le, n’ont jusqu’à ce jour, pas été reconnus par l’essentiel de l’opposition, y compris par ceux qui aujourd’hui, ont appelé à voter pour le nouveau président . C’est tout dire…



    Que l’homme ait retenu les leçons du passé et veuille changer. Soit. Puisque nous somme tous capables de repentir. Qu’il ait appris à mieux traiter les citoyens, en étant dans l’opposition, c’est possible. On peut lui accorder comme à tout être humain le bénéficie du doute. Qu’il ait aujourd’hui la volonté de bien faire, ce serait tout à son honneur.



    Néanmoins, il est bon de noter que tout ceci commence par accepter quelques principes bien simples, dont la liberté de chaque citoyen à apprécier, selon ses propres convictions, le nouveau régime sur ses actes et non sur des professions de foi. Accepter la différence et comprendre que gouverner un pays, ce n’est pas comme le considérait Abdoulaye Wade s’imposer en roitelet entouré de courtisans et de laudateurs.



    Diriger un pays au 21ème siècle et devant l’affirmation de plus en plus forte de la citoyenneté reconquise, c’est aussi et surtout s’appliquer ce qu’on exige aux autres, en matière de respect des règles démocratiques, de bonne gouvernance, de transparence et d’équité.



    Bref, c’est faire tout ce qu’Abdoulaye Wade a été incapable de faire durant ces douze ans de pouvoir, y compris - nous insistons dessus - lorsque siégeait à ses côté, son ex-premier ministre de 2004 à 2007, ex-directeur de campagne en 2007 et ancien ministre de 2001 à 2004.



    Voilà pourquoi, il nous a paru utile, à l’heure où nous célébrons une nouvelle victoire du peuple sur les démons qui ont failli brûler ce pays, de lancer cet appel citoyen pour que nous sachions tous raison garder et rester vigilants pour ne pas avoir – demain encore - à élire un autre président… par défaut.



    *Journaliste, fondateur Ouestafnews, Ashoka/Knight News & Knowledge Fellow.



    Auteur

    Mor

    En Avril, 2012 (16:18 PM)
    Qu’il ait aujourd’hui la volonté de bien faire, ce serait tout à son honneur.



    Néanmoins, il est bon de noter que tout ceci commence par accepter quelques principes bien simples, dont la liberté de chaque citoyen à apprécier, selon ses propres convictions, le nouveau régime sur ses actes et non sur des professions de foi. Accepter la différence et comprendre que gouverner un pays, ce n’est pas comme le considérait Abdoulaye Wade s’imposer en roitelet entouré de courtisans et de laudateurs.



    Diriger un pays au 21ème siècle et devant l’affirmation de plus en plus forte de la citoyenneté reconquise, c’est aussi et surtout s’appliquer ce qu’on exige aux autres, en matière de respect des règles démocratiques, de bonne gouvernance, de transparence et d’équité.



    Bref, c’est faire tout ce qu’Abdoulaye Wade a été incapable de faire durant ces douze ans de pouvoir, y compris - nous insistons dessus - lorsque siégeait à ses côté, son ex-premier ministre de 2004 à 2007, ex-directeur de campagne en 2007 et ancien ministre de 2001 à 2004.



    Voilà pourquoi, il nous a paru utile, à l’heure où nous célébrons une nouvelle victoire du peuple sur les démons qui ont failli brûler ce pays, de lancer cet appel citoyen pour que nous sachions tous raison garder et rester vigilants pour ne pas avoir – demain encore - à élire un autre président… par défaut.



    *Journaliste, fondateur Ouestafnews, Ashoka/Knight News & Knowledge Fellow.



    Auteur

    Rama

    En Avril, 2012 (17:32 PM)
    salame le discour es tres beau mais jai pas entendu parler des personnes handicapés du sénégal qui sont plus dans le besoin davoir des soins gratuitement et une petite allocation pour vivre avec leurs familles
    Auteur

    Ok!!!!!

    En Avril, 2012 (17:45 PM)
    MOUSTAPHA NIASSE SERA LE PRESIDENT DE L ASSEMBLEE NATIONALE ET TANOR DIENG CELUI DU SENAT....
    Auteur

    Laskha

    En Avril, 2012 (17:53 PM)
    Moi je veux bien que les prix baissent mais si on doit prendre la moitie du budget pour subventionner les prix, ce sera intenable et cela risque de plomber l`economie.

    Moi je preconise la justice sociale cad libre acces a la formation et a l`emploi, jeter les fondementaux d1 eco solide en financant et subventionnant les PME, l`eradication de la corruption au sein de l`adminnistration et l`acces aux soins de sante primaires pour tous, doter d`equipements les agents du controle eco. et d`hygiene...

    Un Etat c1 tout mais pas pour le manger seulement.

    Bonne continuation Mr le President :up:  :up:  :up: 
    Auteur

    Un President Pour Tous

    En Avril, 2012 (18:00 PM)
    c'est fini les discours en wolofs macky est un president pour tous il a intéret a parler françai et se taire si non il n'aura pas nos cartes prochainement :down: 
    • Auteur

      Serere

      En Avril, 2012 (19:48 PM)
      99 pour cent des senegalais entendent le le wolof je ne vois pas du mal de parler une langue que macky disait que pendant la campagne electoral que c`est un atout pour tous les senegalais (le wolof)et tout le monde s`y retrouvent.
    Auteur

    Xulo

    En Avril, 2012 (19:58 PM)
    wolof rek :love:  :love:  :love:  :love:  :love:  :love: 
    Auteur

    Vive Le Senegal Uni

    En Avril, 2012 (20:33 PM)
    tres beaux discour en tant que president faut parler une seule langue si les wolofs veulent comprendre ils na ka emmener des interpretes c'est tout :down: 
    Auteur

    Tapha57

    En Avril, 2012 (21:33 PM)
    sa sera difficile mais DIEU , le tout puissant te protégera en terminant tout ce nous promènera de refaire un autre Sénégal par rapport d'autrui. amen............................................................

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email