Samedi 23 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Monsieur Mansour FAYE, MINISTRE DE L’HYDRAULIQUE ET DE L’ASSAINISSEMENT : « Le Président Macky Sall accorde la priorité à un accès équitable à l’eau potable»

Single Post
Mansour Faye : « Le Président Macky Sall accorde la priorité à un accès équitable à l’eau potable»

Maître-mot de la Politique nationale en matière d’accès aux services d’eau et d’assainissement : l’élimination des disparités. Quoi de plus normal pour célébrer la Journée Mondiale de l’Eau ce 22 mars 2019 sous le thème : « Ne laisser personne de côté » ? L’accès universel est l’objectif fondamental. Pour cela, d’importants efforts sont consentis dans la réalisation d’ouvrages. Revue des actes et des perspectives dans ce document.

Monsieur le Ministre, par rapport au thème de la Journée Mondiale de l’Eau « Ne laisser personne à côté ». Quels sont, selon vous, les principaux leviers d’appui du Gouvernement pour prendre en charge ce défi ?

La Journée Mondiale de l’Eau a été instituée depuis 1993 par l’Assemblée générale des Nations Unies à travers ONU Eau - l'entité qui coordonne les travaux de l'ONU liés à l'eau et à l'assainissement - pour permettre à la communauté internationale de célébrer chaque année les efforts déployés par l’humanité pour instaurer une gestion efficace des ressources en eau vers la satisfaction des différents usages. Dès son avènement à la magistrature suprême, Son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République, a fixé la priorité pour un accès équitable à l’eau potable à tous les citoyens. Cette vision a été ensuite traduite dans le Plan Sénégal Emergent en son axe 2, Développement du Capital humain et déclinée en objectif spécifique d’accès universel durable à l’eau potable en 2030.

Spécifiquement pour le milieu rural, quels sont les efforts déployés par le Gouvernement depuis l’avènement du Président Macky Sall pour atteindre l’accès universel à l’eau potable ?

Le Sénégal a atteint la cible Eau des OMD pour le milieu rural dès 2014 avec une performance de 84,2% pour une cible de 82% qui était fixée pour l’échéance de 2015 ; ce qui démontre des efforts réels déployés dans ce domaine. Durant la période 2012-2019, on estime à 1.600.000 personnes la population additionnelle desservie à l’eau potable à travers les nouvelles infrastructures et équipements mis en place dans le cadre des projets du PEPAM y compris le programme des 300 forages, des autres projets d’hydraulique post-PEPAM, des deux phases du PUDC exécutées avec l’appui du PNUD et du PUDC 3 mis en œuvre actuellement par l’OFOR. En termes de réalisations, sur la même période, on a enregistré 717 forages profonds (neufs, renouvelés et réhabilités), 20 unités de potabilisation, 363 pompes à motricité humaine, 430 châteaux d’eau et au moins 1.035 équipements de pompage. Au plan de la distribution de l’eau également, les résultats sont très satisfaisants avec la réalisation d’au moins 8.500 kilomètres de canalisations, de 6.978 bornes fontaines, de plus de 12.500 branchements domiciliaires et de 735 abreuvoirs qui ont permis de desservir au moins 5.000 localités.

Toutes ces réalisations ont ainsi permis au Sénégal de faire passer le taux d’accès amélioré en milieu rural de 81,2% en 2012 à plus de 93% en fin 2018.

Quels sont les défis immédiats auxquels notre pays devrait face dans ce domaine précis ?

Les principaux challenges que le Gouvernement est en train de prendre en charge sont relatifs à l’amélioration de la qualité de l’eau, sa disponibilité et son accessibilité. Pour ce qui concerne la qualité de l’eau surtout du point de vue physico-chimique, il faut relever que certaines parties du pays, notamment la bande centrale et un peu au Sud-Est, présentent des excès de chlorures, de fluor ou de fer qui impactent sur les services fournis aux ménages. Et à ce titre, des initiatives importantes ont été menées avec succès, notamment le projet de transfert d’eau de l’axe Notto-Ndiosmone-Palmarin avec un investissement de l’ordre de 18 milliards FCFA qui permet aujourd’hui d’améliorer nettement la qualité de l’eau au profit d’une population de plus de 400.000 habitants. Ces expériences de transfert d’eau seront renforcées à travers le concept d’«autoroutes de l’eau» qui vont certes devoir mobiliser des ressources financières importantes à l’investissement, mais auront l’avantage d’être très efficientes à l’exploitation et surtout vont permettre de prendre en charge le problème globalement à la fois pour les réseaux urbains et ruraux. Parmi ces initiatives, on peut citer les transferts d’eau depuis le triangle Khombole-Touba Toul-Kabadiack, les sites de Sadio et de Malem Hoddar, le bassin de la Sine-Gambie, etc.

En termes d’accessibilité, nous allons intensifier les programmes de branchements à l’eau potable avec une bonne dose de subvention afin de soutenir les ménages les plus démunis et surtout de réduire fortement les corvées d’eau qui souvent sont le lot des femmes et des filles.

Qu’en est-il pour le milieu urbain ?

La problématique de l’alimentation en eau potable de la région de Dakar est en passe d’être résolue grâce à la planification et la mise en œuvre d’un plan d’investissement ambitieux articulé autour d’un important programme d’urgence et de projets structurants. En effet, le système d’approvisionnement en eau potable de Dakar vient d’incorporer deux nouveaux centres de production : le centre de captage et de production de Bayakh, un nouveau centre de production d’eau potable d’une capacité actuelle de 17.000 m3/j ; le centre de captage et de production à Tassette à 100 kilomètres de Dakar, d’une capacité actuelle de 11.500 m3/j.

Ainsi, la mise en service des nouveaux forages de Bayakh et de Tassette a contribué à hisser la capacité de production à 419.000 m3/j contre 375.000 m3/j en 2017. Ce volume est inédit en termes de mobilisation de ressources en eau potable. La distribution de l’eau dans les différents quartiers s’est nettement améliorée depuis l’été dernier. Selon les enquêtes régulièrement effectuées par la SDE, aucun quartier de Dakar ne reste sans eau toute la journée.

Les efforts d’amélioration de la desserte en eau se poursuivent au niveau de ces centres de production de Bayakh et de Tassette où la phase 2 en cours de réalisation permettra respectivement d’apporter 15.000 m3/j et 11.500 m3/j afin de faire face à la demande à Dakar et dans ses zones d’extension.

Parallèlement à ces mesures transitoires, de grands chantiers sont ouverts, en particulier la troisième usine de traitement des eaux sur le Lac de Guiers, dénommée KMS3 et l’usine de dessalement des Mamelles. Ces deux installations stratégiques pour l’alimentation en eau potable du triangle Dakar-Thiès et Petite Côte seront fonctionnelles respectivement en 2020 et 2022 pour couvrir durablement les importants besoins en eau de cette zone.

Les populations se plaignent néanmoins parfois de problèmes de qualité de l’eau. Quels sont vos principaux projets à ce niveau ?

Le défi de l’amélioration de qualité de l’eau distribuée est bien pris en charge et en voie d’être relevé. Par exemple, la commune de Fatick vient d’être dotée d’une unité de traitement du fluor et des chlorures. Ainsi, après le renforcement substantiel de la production d’eau en 2015 dans le cadre du volet urbain du PEPAM, les habitants de cette ville ont commencé à consommer de l’eau douce depuis le mois de février 2019. C’est donc une doléance vieille de plusieurs décennies qui est maintenant satisfaite.

A Koungheul, le chantier de construction d’une unité de traitement et d’élimination de l’excès de fer, à l’origine de la couleur rougeâtre de l’eau, est en cours de finition. Toujours sous ce registre, les habitants de la banlieue de Dakar et de la Médina en particulier vont bientôt oublier cette même problématique grâce à l’érection, à Sébikotane, d’une usine de déferrisation. La ville de Kaolack figure également dans ce programme d’amélioration de la qualité de l’eau grâce à la réalisation, prochainement, de deux usines de traitement du fluor et des chlorures. Au-delà de ces villes déjà citées, la ville de Foundiougne aura bientôt son unité de traitement des eaux saumâtres après une année 2018 marquée par des difficultés réelles dans l’approvisionnement en eau potable des populations.

 



15 Commentaires

  1. Auteur

    En Mars, 2019 (12:42 PM)
    Si l'on tient compte de l'augmentation rapide des consommations lié à l'industrialisation, les augmentations de la population et de son niveau de vie et du déficit actuel, le projet de doublement de la capacité actuelle d'ici 10 ans devrait déjà être sur les rails, sinon nous vivrons la même mésaventure de déficit vers 2026.







    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2019 (14:46 PM)
      ci waloum nokh bou sett, sénégal bok neu ci deuk yi gueuneu kawé ci afrique, motakh sénégal di dem ci yonou accés universel bou tololé nieup ci qualité nokh bi. ci yon bobou néniou nek, di negn indi kopar ngir dieul nokhou guédj, deff ko mou sell. sénégal dey deff lou tolo ak production 300000 m3 bess bou nek.
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2019 (14:46 PM)
      macky sall daf fi deff 300 forages ci waloum pudc, lolou mo indi nokh bou sett ci lou tolo ak 91% ci gokh yi. 2015 ba tay, amna 158 forages tou bess, 132 tenn, ak 3700 km yonou nokh, ci reseau bou bakh ci deuk bi yeup
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2019 (14:46 PM)
      assainissement bi ci gokh yi, mi ngi tolo ak 67,4%, milieu rural bi, mi ngi ci 42,3%.
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2019 (14:46 PM)
      macky sall a lancé la construction du projet kms 3 : en 2018, il a lancé la construction de la 3ème usine de keur momar sarr (kms 3), dotée d’une capacité de 200.000 mètres cubes par jour à partir du lac de guiers. d’un coût de 274 milliards fcfa, l’usine kms 3 permettra d’alimenter correctement le triangle thiès - petite côte - dakar, qui concentre 80% des besoins en eau potable du sénégal. il a l également initié un second chantier majeur dans le secteur de l'hydraulique avec l’usine de dessalement d’eau de mer des mamelles à dakar, pour un coût de 135 milliards fcfa. cette usine aura une capacité de 50.000 mètres cubes par jour, extensible à terme à 100.000 mètres cubes par jour. le projet comporte un volet renouvellement de 460 kilomètres de réseaux de distribution d’eau dans la région de dakar. en plus des forages supplémentaires prévue dans le cadre du volet hydraulique rurale du pudc, 65 milliards fcfa seront investis dans le projet d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu rural.
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2019 (14:47 PM)
      macky sall a lancé la construction du projet kms 3 : en 2018, il a lancé la construction de la 3ème usine de keur momar sarr (kms 3), dotée d’une capacité de 200.000 mètres cubes par jour à partir du lac de guiers. d’un coût de 274 milliards fcfa, l’usine kms 3 permettra d’alimenter correctement le triangle thiès - petite côte - dakar, qui concentre 80% des besoins en eau potable du sénégal. il a l également initié un second chantier majeur dans le secteur de l'hydraulique avec l’usine de dessalement d’eau de mer des mamelles à dakar, pour un coût de 135 milliards fcfa. cette usine aura une capacité de 50.000 mètres cubes par jour, extensible à terme à 100.000 mètres cubes par jour. le projet comporte un volet renouvellement de 460 kilomètres de réseaux de distribution d’eau dans la région de dakar. en plus des forages supplémentaires prévue dans le cadre du volet hydraulique rurale du pudc, 65 milliards fcfa seront investis dans le projet d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu rural.
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2019 (14:47 PM)
      macky sall a lancé la construction du projet kms 3 : en 2018, il a lancé la construction de la 3ème usine de keur momar sarr (kms 3), dotée d’une capacité de 200.000 mètres cubes par jour à partir du lac de guiers. d’un coût de 274 milliards fcfa, l’usine kms 3 permettra d’alimenter correctement le triangle thiès - petite côte - dakar, qui concentre 80% des besoins en eau potable du sénégal. il a l également initié un second chantier majeur dans le secteur de l'hydraulique avec l’usine de dessalement d’eau de mer des mamelles à dakar, pour un coût de 135 milliards fcfa. cette usine aura une capacité de 50.000 mètres cubes par jour, extensible à terme à 100.000 mètres cubes par jour. le projet comporte un volet renouvellement de 460 kilomètres de réseaux de distribution d’eau dans la région de dakar. en plus des forages supplémentaires prévue dans le cadre du volet hydraulique rurale du pudc, 65 milliards fcfa seront investis dans le projet d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu rural.
  2. Auteur

    En Mars, 2019 (13:00 PM)
    Pensez à l'adduction de Bargny Waxandé Mr Le Ministre

    Auteur

    En Mars, 2019 (13:10 PM)
    DONC.



    les habitants des environs de Thiès qui sont privés d'accès à l'eau comptent pour beurre dans cette déclaration fracassante et mensongère ?
    Auteur

    Mentwur !

    En Mars, 2019 (13:41 PM)
    MENTEUR



    MENTEUR





    MENTEUR





    MENTEUR



    INCAPABLE

    INCAPABLE



    INCAPABLE !



    Auteur

    Sam

    En Mars, 2019 (13:57 PM)
    pourquoi il insiste tant que la suez gagne le marché ? y'a anguille sous roche , il faut pas qui'il pense à lui et qu'il pense à l'interet du pays , la sde à la meilleure offre pour nous !

    Auteur

    Pecosse

    En Mars, 2019 (14:25 PM)
    Allez aider SVP les habitants de Fimela et environnement, Yayem, ndangane etc..... 45 jours et plus sans eau....

    C'est triste ca ......
    Auteur

    En Mars, 2019 (14:28 PM)
    à PART LES GRANDES DECLARATIONS ,



    il est capable de quoi cet enfoiré ?
    Auteur

    Salimata Ba

    En Mars, 2019 (15:16 PM)
    il en est capable avec la construction de beaucoup de forages surtout dans les zones reculées. merci encore mon presi
    Auteur

    En Mars, 2019 (15:43 PM)
    même pas honte alors que des régions entières de notre pays n'ont pas accès à l'eau potable ni à l'électricité !



    quant au commentateur qui clicke xxxxx fois les mêmes bobards ; entendez les futurs projets ,ils sont toujours des suceurs du palais ?



    après les élections...voici le culte de la personnalité qui doit être mise en exergue ; en attendant :



    dans une république non bananière et qui se dit émergente la population a droit :



    à l'eau courante et potable sans interruption



    à l'électricité sans délestage



    à un meilleur enseignement



    à une qualité de soins dignes de ce nom



    à des hôpitaux qui soignent sans faire mourir les gens faute d'argent et de compétences



    à une justice équitable ; les voleurs de poulets ne doivent pas croupir en prison des années sans le moindre jugement.



    à mettre en place et à la place des élus compétents et non ceux venus par "remerciements et copinage"



    Auteur

    En Mars, 2019 (18:49 PM)
    Voilà l exemple type du pays bananier: Ils ( les Ministres et autres ) ne peuvent parler de leur travail sans évoquer le nom du Président ! Quelle tristesse !
    Auteur

    En Mars, 2019 (20:19 PM)
    Accès équitable à l’eau pour des branchements à 800 mille francs? Doul tek.
    Auteur

    Verite

    En Mars, 2019 (09:48 AM)
    En tout cas à Thiès on a énormément des problèmes d'eau avec les nouvelles habitations nous soufrons vraiment il revoir le chef de service de la SDE car rien ne marche méti na trop.
    Auteur

    Younousse

    En Mars, 2019 (11:14 AM)
    On s'en fou de vos réalisations ou vos explications on veut de l'eau en quantité et en qualité. Pas besoin de toute cette théorie. Vous n'êtes que des imbéciles pour vos appartenances politiques vous fêtes croire que le senegal est.un paradis sur terre. Merde way
    Auteur

    Salimata Ba

    En Mars, 2019 (18:30 PM)
    il a beaucoup travaillé pour ça et les résultats sont là

    Auteur

    En Mars, 2019 (22:59 PM)
    nettoko bandoum

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email