Vendredi 05 Juin, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Politique

Orientation de tous les bacheliers dans le public : Le Saes pose ses conditions à Cheikh Oumar Hann

Single Post
Orientation de tous les bacheliers dans le public : Le Saes pose ses conditions à Cheikh Oumar Hann
La décision du gouvernement du Sénégal, annoncée jeudi dernier, par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Cheikh Oumar Hann, d’orienter l’ensemble des nouveaux bacheliers de l'année 2019 dans les universités publiques, a fait sortir le Syndicat autonome de l'enseignement supérieur (Saes) de son mutisme.

Dans un communiqué de presse parvenu à Seneweb, le Saes estime qu'à travers cette mesure, "le gouvernement revient sur son choix de 2013, toujours contesté, d’orienter une partie importante des ressources publiques destinées à l’enseignement supérieur vers des structures privées au détriment des universités publiques existantes". 

 Par ailleurs, relève le syndicat, le ministre, dans sa communication, reconnait "l’insuffisance et la non-livraison d’infrastructures dont les constructions ont été entamées depuis plusieurs années, sans oublier le déficit d’enseignants dans les universités publiques". A ce titre, le Saes exige, avant l’envoi de l’ensemble de ces nouveaux bacheliers dans les universités publiques, le respect d’un certain nombre de préalables. 

Il s'agit, selon les camarades du professeur Malick Fall de "l’achèvement et la livraison avant la prochaine rentrée universitaire de toutes les infrastructures équipées dans tous les campus, de l’ouverture immédiate de 400 postes d’enseignants-chercheurs et le recrutement conséquent d’enseignants chercheurs pour arriver au moins à 70% de permanents à l’horizon 2021-2022". 

Le Saes réclame également au gouvernement "le paiement des sommes dues aux vacataires qui accompagnent les universités dans leur fonctionnement, l’augmentation conséquente dès 2020 de la dotation de l’Etat aux universités publiques pour atteindre l’objectif «budgets de vérité» et couvrir ainsi les dépenses pédagogiques, de recherche et de personnel", entre autres revendications.

 Le Saes, qui réitère son engagement à veiller à "l’accès pour tous les bacheliers à un enseignement supérieur public de qualité", dit toutefois, "tenir le gouvernement pour responsable de toutes les conséquences néfastes que pourrait entrainer cette décision si ces préalables ne sont pas respectés aggravant ainsi la situation difficile des universités publiques".

liiiiiiiaffaire_de_malade

7 Commentaires

  1. Auteur

    En Septembre, 2019 (15:34 PM)
    Ma réponse au gars du SAES, le gouvernement n'a pas d'argent pour tout ce qui est énuméré, un petit effort peut être fait mais rien de plus.

    Le gouvernement n'a pas assez de marge de manœuvre dans ses finances : les universites ne peuvent pas ete terminees car il faut payer les entreprises pour travailler et l’état d'avancement des travaux dans certains cas ne permet pas de livrer.

    Payer les vacataires as t on l'argent ?

    L’état doit aux instituts prives environ 16 milliards, je suis presque sur que si'on chiffre les demandes du SAES en enlevant les coûts de construction on va dépasser ces montants, donc attention.

    Je pense que l'Etat doit lancer plus de formations professionalisante au lieu d'envoyer tout le n=monde dans les universites.
  2. Auteur

    En Septembre, 2019 (22:37 PM)
    ngor niébé de retour
    Auteur

    Sae

    En Septembre, 2019 (23:02 PM)
    mieux vaut discuter avec les ecoles privees et trouver des solutions a l'amiable. La rentree c est bientot et les universites publiques sont deja bondees. Le saes n'a pas tord, mais l etat a raison aussi..redynamiser le public.
    Auteur

    En Septembre, 2019 (23:31 PM)
    Apres avoir dilapide l'argent du peuple, voila qu'on va faire payer ca aux citoyens ordinaires. On va sacrifier les etudiants en les entassant dans des amphitheatres trop etroits pour contenir 2000 etudiants. Les mauvaises conditions d'etudes vont entrainer l'echec de milliers d'etudiants.

    Voila une des consequences de la mauvaise gestion d'un pays.
    Auteur

    Saga

    En Septembre, 2019 (06:56 AM)
    Depuis quand le syndicat dicte ses conditions a l'État de ce qu'il doit faire ?
    Auteur

    Saga

    En Septembre, 2019 (06:56 AM)
    Depuis quand le syndicat dicte ses conditions a l'État de ce qu'il doit faire ?
    Auteur

    Saga

    En Septembre, 2019 (06:56 AM)
    Depuis quand le syndicat dicte ses conditions a l'État de ce qu'il doit faire ?

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email