Mardi 20 Avril, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Ousmane Sonko : « Pourquoi mon immunité parlementaire reste intacte »

Single Post
Ousmane Sonko, Pastef
L’assemblée nationale se réunit ce vendredi 26 février pour examiner la demande de levée de l'immunité parlementaire du député Ousmane Sonko. Ce dernier est accusé de viols et de menaces de mort sur la masseuse de 20 ans, Adji Sarr. Toutefois, le mis en cause a fait une déclaration, hier jeudi 25 février pour soutenir que même si cette requête passe comme lettre à la Poste, son immunité va  rester intacte. Ce faisant, il a donné des arguments. A l’en croire, il y a entre autres des vices de la phase d’enclenchement judiciaire de la procédure. Le parlementaire a indiqué que le doute manifeste du procureur qui, dans son réquisitoire, en date du 9 février 2021, adossé sur le seul Procès-Verbal (PV) d’enquête, a requis contre X et non Ousmane Sonko, même la pauvre victime collatérale, Ndeye khady Ndiaye, n’a pas été visée puisque, dans sa précipitation, a mis « Ndeye khady Diagne ». Il ajoute que l’empressement injustifié du juge d’instruction, Mamadou Seck, rappelé sur Dakar le même jour, alors que son père venait de décéder la nuit, pour immédiatement désigner l’adversaire politique de Macky sall, en dehors de tout élément en surplus de ceux dont disposait le procureur de la République, maître des poursuites.


« De mémoire de praticien, jamais une procédure n’a été aussi expéditive, irrégulière et partisane »

Ousmane Sonko de renseigner que c’est ainsi, qu'il a immédiatement informé le procureur de la République d’une demande de levée de l’immunité parlementaire de Ousmane Sonko. « De mémoire de praticien, jamais une procédure n’a été aussi expéditive, irrégulière et partisane. Le seul domaine où Macky Sall réussi », dit-il.

Concernant les vices de la procédure parlementaire (article 61 Constitution, articles 51, 52, 40, 32 et suivants du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale), le mis en cause a précisé que c’est un dossier qui ne comporte pas le réquisitoire du procureur mais qui commence avec la lettre très tendancieuse du juge d’instruction, monsieur Mamadou Seck. En sus, c’est un dossier qu'on refuse de transmettre aux membres de la commission ad-hoc, pour leur permettre d’avoir des opinions éclairées et travailler en conséquence. Il a également affirmé qu’il y a une précipitation à l’’envoyer une convocation alors même que les membres de la commission n’avaient pas encore validé un plan de travail. Mieux, il y a la démission de deux membres de l’opposition rendant sa composition irrégulière. Et la  conséquence est qu’ «elle ne peut lever mon immunité ».

« Toute cette mascarade vise un seul but : m’inculper le plus rapidement possible, décerner le mandat de dépôt, ouvrir une instruction non limitée dans le temps pour me laisser pourrir en prison et me radier de la liste électorale, ternir mon image et me décrédibiliser. Hé bien je dis non à la levée viciée d’une immunité que nous confèrent la confiance et le suffrage des Sénégalais. Non à mon arrestation illégale et imminente, programmée par Macky Sall en personne », soutient Ousmane Sonko. Avant de poursuivre : « Chers compatriotes, comme je vous l’avais dit, Macky Sall n’en a cure du droit et des procédures, quand il lance une sale entreprise de liquidation d’un adversaire politique, rien ne l’arrête si ce n’est le rapport de force politique et social. D’où ma décision d’invoquer mon droit constitutionnel, naturel et individuel à la résistance à l’oppression ».

« Ma ferme résistance se manifeste par… »

 Le député d’asséner : « Ma ferme résistance se manifeste par mon refus de reconnaissance de la légalité de la commission ad-hoc, de ses recommandations et de la résolution de la plénière illégitime de BBY, la conséquence logique est que mon immunité parlementaire demeure intacte et la récusation de Mamadou Seck, ce juge partial du 8é cabinet, non indépendant du procureur de la République et du gouvernement de Macky Sall » ;

Il a, par ailleurs, invité les Sénégalais par la même, à prêter un œil attentif au doyen des juges d’instruction, Samba Sall, pour toute participation éventuelle au traitement de ce dossier. Car, c’est connu de tous, tous les coups foireux contre les opposants politiques ou citoyens au régime Sall passent par ce triangle des Bermudes judiciaires (Bassirou Gueye – Samba Sall –Mamadou Seck). « Si Macky Sall veut me liquider, il devra pour une fois accepter de se salir les mains au lieu de se cacher lâchement derrière ses barbouzes de la justice », termine-t-il.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email