Dimanche 01 Août, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

REDUCTION ANNONCEE DE LA DUREE DU MANDAT PRESIDENTIEL PAR MACKY SALL : Jean Paul Diaz et Cissé Lô opposent leur veto, Malick Mbaye se réjouit du respect de la parole donnée

Single Post
REDUCTION ANNONCEE DE LA DUREE DU MANDAT PRESIDENTIEL PAR MACKY SALL : Jean Paul Diaz et Cissé Lô opposent leur veto, Malick Mbaye se réjouit du respect de la parole donnée

Macky Sall respecte sa promesse. Le chef de l’Etat fera un premier mandat de 5 ans. Il en a fait la confirmation hier en France. Mais une décision qui n’agrée pas tous ses souteneurs. Jean Paul Diaz, tout comme Moustapha Cissé Lô, rament à contre-courant, même si le dernier nommé avait déclaré qu’il se plierait à la décision de la majorité.


Macky Sall veut montrer qu’il est le «chef». Depuis la France où il se trouve depuis mercredi, le président de la République vient de clore le débat sur l’opportunité ou non de la réduction de son mandat, de 07 à 05 ans. Macky Sall compte bien respecter cette promesse de campagne, même si certains de ses souteneurs ont manifesté leur volonté de voir le chef de l’Etat faire un mandat de 07 ans. «J’ai déjà engagé les réformes constitutionnelles et il y a une commission que j’ai confiée à Amadou Makhtar Mbow, qui est en train de travailler sur la question. Que ce soit par référendum ou par un vote à l’Assemblée, je réduirai mon mandat à 5 ans.» C’est clair. Mais Jean Paul Diaz, allié de la première heure de Macky Sall et Moustapha Cissé Lô, le bouillant responsable apériste, ont toujours manifesté leur désaccord face à l’obsession de celui-ci de vouloir tenir promesse pour ne pas s’attirer les foudres des populations.


«Je n’ai pas varié, je suis pour un mandat de sept ans». Pourtant, cette déclaration du chef de l’Etat ne fait pas dévier Jean Paul Diaz de son chemin. Le Leader du Bloc des Centristes gaïndé (Bcg) rugit toujours. Au bout du fil, il parle avec assurance : «Je ne varie pas. Je n’ai pas varié, ma position n’a pas changé et je l’ai argumentée juridiquement. Je suis pour un mandat de sept ans», enchaîne-t-il. Des arguments qu’il a toujours défendus vigoureusement. Dans une interview qu’il avait accordée à nos confrères du Quotidien, Jean-Paul Diaz déclarait : «Je suis partisan du maintien du mandat à sept ans. Je répète que ce mandat est celui qui est dans la Constitution. Le texte fondamental n’a pas été modifié par Macky Sall, qui a prêté serment devant le Conseil constitutionnel de respecter la Constitution. Or, ce texte dit que le mandat du président de la République est de sept ans.» Pour lui, Macky Sall a prêté serment et cela est plus fort que toute éventuelle déclaration politique.


Selon lui, le mieux aurait été qu’on aille au référendum pour savoir ceux qui sont pour ou contre le mandat de sept ans. Toutefois, se résigne-t-il à dire : «Le mandat appartient au Président, je ne fais pas dans l’obstination, je raisonne simplement.»


«Les Sénégalais l’ont élu pour sept ans». En voyage au Mali dans le cadre des activités du Parlement de la Cedeao, Moustapha Cissé Lô n’a jamais caché son désaccord avec la posture de Macky Sall. Cissé Lô n’a jamais été favorable à la réduction du mandat présidentiel. Dans nos colonnes, le tonitruant député précisait : «Je ne suis pas pour la réduction du mandat de Macky Sall, je souhaite qu’il fasse 07 ans, comme il a été élu sous l’empire de la Constitution en vigueur. Après le premier septennat, il pourra faire un mandat de 05.» El Pistoléro arguait qu’il avait dépensé 127 millions durant l’élection présidentielle et pour tous ses sacrifices, il invite son mentor à faire un mandat de 7 ans et non de 5 ans, puisque, les Sénégalais l’ont élu pour 5 ans. Mais en «bon démocrate», Cissé Lô avait juré de «se départir de son manteau de rebelle et de se plier à la volonté de la majorité pour respecter la discipline de parti.» Qui vivra verra.   


«Une déclaration contraire m’aurait étonné». Pour Maodo Malick Mbaye, leader du mouvement « Geem sa bop » et membre de la coalition Macky 2012, cette déclaration du chef de l’Etat fait aujourd’hui mentir l’adage qui disait que les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient (une déclaration de Abdoulaye Wade). Le directeur de l’Agence nationale de la maison de l’outil (Anamo) pense que le président de la République fait preuve de son obsession pour le respect de la parole donnée. « En tant qu’allié du chef de l’Etat, je suis satisfait de l’entendre réaffirmer cela. D’ailleurs, c’est une déclaration contraire qui m’aurait étonné».


Toutefois, il reconnaît que cela peut être un piège parce que les cinq ans vont bientôt s’écouler. Mais précise-t-il : «Si on continue à voir politiquement ce qui arrange ou ce qui dérange, il y a énormément d’engagements qu’on n’aurait pas pu tenir. Ce qu’il est possible de faire en sept ans, il est possible de le réaliser en cinq ans. »


Adama Dieng et Codou badiane


Avis d’un constitutionnaliste


« Le référendum est la voie royale, mais…»


Pour modifier la durée du mandat présidentiel en le faisant passer de sept ans à cinq ans, le chef de l’Etat doit en soumettre la proposition au peuple par voie référendaire. «C’est la voie royale, c’est ce que prévoit l’article 27 de la Constitution, qui dit que le mandat du président de la République ne peut pas être modifié en dehors d’un référendum », indique un constitutionnaliste. Toutefois, le chef de l’Etat peut aussi passer par l’Assemblée nationale en usant «d’artifices», et ainsi passer outre le référendum. «Il peut commencer par retirer l’article 27 de la Constitution, ensuite marquer un temps d’arrêt en attendant quelques jours, voire un mois ou deux, avant d’introduire une nouvelle écriture de l’article 27 », poursuit notre constitutionnaliste. Selon lui, même si cela peut être vu comme une méthode cousue de fil d’or, ça n’en reste pas moins un artifice. Cependant, il estime que cet artifice peut paraître acceptable, dans la mesure où le président de la République veut réduire son mandat à cinq ans et se l’appliquer de façon rétroactive. «On peut convenir que c’est pour la bonne cause, mais la voie royale pour modifier le mandat du président de la République, c’est le référendum», affirme-t-il.

 



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email