Dimanche 21 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

SPECULATIONS FONCIERES A PIKINE :Amath Dansokho interpelle le Président Wade

Single Post
SPECULATIONS FONCIERES A PIKINE :Amath Dansokho interpelle le Président Wade

Dans une correspondance datée du 20 juillet 2006, Amath Dansokho, Secrétaire général du Parti de l’indépendance et du travail (Pit) et vice-président de l’Assemblée nationale, interpelle le président de la République, Me Abdoulaye Wade, sur la situation de certains citoyens demeurant à Pikine Ouest-Rue 10 dont les habitations, les champs et les matériels agricoles ont été détruites « sans préavis et sans sommation ».


Amath Dansokho écrit à Me Wade

« En ma double qualité de Secrétaire général du Parti de l’indépendance et du travail du Sénégal et de député, vice-président de l’Assemblée nationale, j’ai été saisi par des citoyens de Pikine-Ouest-Rue 10 qui ont été victimes, sous la supervision, disent-ils, du maire de la commune d’arrondissement de Pikine-Ouest, Mr Pape Gora Thiam, de Mr Daour Niang Ndiaye, maire de Pikine, de la destruction brutale sans préavis et sans sommation, de leurs habitations, de leurs champs et de leurs matériels agricoles », peut-on d’emblée lire dans la missive qu’Amath Dansokho a envoyée à Me Wade et dont l’objet est une demande d’intervention. Le leader du Pit d’attirer l’attention du président Wade sur le fait que « ces deux personnages (ndlr : Pape Gora Thiam et Daour Niang Ndiaye) étaient accompagnés d’un entrepreneur répondant de Mbaye et des éléments dont les bulldozers ont immédiatement procédé au terrassement sous la puissante protection d’éléments du Gmi ». Et de préciser qu’il ne doute pas que le président Wade puisse comprendre « aisément que de telles brutalités sur de simples gens, installés sur ce site depuis 1950, (le) révoltent ».

« L’identification des terres à accaparer est devenue une des fonctions essentielles des services des domaines et du cadastre » Sur sa lancée, il rappelle au chef de l’Etat « l’instruction solennelle » que ce dernier lui avait donnée lorsqu’il était son ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, à la cérémonie du 5 avril 2000, à savoir que « la politique des bulldozers était finie ». Mais Amath Dansokho fait remarquer à Me Wade, pour s’en désoler, que « l’un des traits dominants de la politique menée à l’égard des populations des quartiers flottants, par votre gouvernement, depuis mon départ de celui-ci, est systématiquement faite de violences et d’expropriations ». En effet, il indique à l’endroit du président de la République, qu’« il ne se passe pas un jour sans que les municipalités de Dakar, sous la houlette des maires de votre parti, ne procèdent à des déguerpissements inhumains en vue de lotissements hâtifs et à des ventes de ou à des distributions de parcelles aux clients politiques et à des acquéreurs fortunés en violation des procédures républicaines en la matière. C’est à croire aujourd’hui que l’identification des terres à accaparer est devenue une des fonctions essentielles des services des domaines et du cadastre ! » Le chef de file des communistes de Khar Yalla de poursuivre en martelant : « Il semble que le gouvernement a délibérément décidé de tourner le dos à la politique de « Restructuration et Régularisation foncière » des quartiers flottants qui avait assuré à notre pays une réputation internationale et qui est parfaitement vérifiable dans la géographie physique de Dakar. Tous les programmes qui étaient en cours d’exécution dans ce sens avec d’importants financements étrangers ont été abandonnés au point que la Fondation « Droit à la ville » qui devait en être le fer de lance est quasiment gelée ». Revenant sur les récriminations des citoyens de Pikine-Ouest-Rue 10 qui l’ont saisis, Amath Dansokho s’insurge contre le fait que « l’entrepreneur Mbaye Thiam lui-même a reçu 20 parcelles qui seraient vendues, toujours selon les victimes, entre 6 000 000 de F. Cfa et 10 000 000 de F.Cfa la parcelle ». Estimant que « c’est franchement injuste et scandaleux », le Secrétaire général du Pit avertit : « De telles pratiques qui font légion, provoquent, d’ores et déjà, des tensions énormes dans la région de Dakar ». Toutes choses qui font que Dansokho sollicite l’intervention du président Wade pour que les gens auxquels on a causé du tort puissent être rétablis dans leurs droits et qu’ils bénéficient du « même traitement que les deux occupants qui ont conservé 65 pour cent de l’espace qu’ils occupaient, d’autant plus qu’ils ne doutent pas que ces injustices sont non seulement l’œuvre des deux maires, mais aussi de hautes autorités de la République ». Le patron du Pit termine sa missive en disant qu’il trouve « incompréhensible, alors que la lutte contre la pauvreté est un axe majeur de la politique de l’Etat, que des administrations locales, comme centrales, s’appliquent à enfoncer encore davantage des populations dans la misère et la désolation pour le compte de spéculateurs fonciers assoiffés d’accaparement de richesses ». Barka Isma BA



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email