Mardi 10 Décembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Revue Presse

La Politique au menu et bien d'autres choses encore

Single Post
La Politique au menu et bien d'autres choses encore

Tribune rapporte que Me Wade s’est déplacé au domicile du président de la Convergence Bokk Gis-Gis pour présenter ses condoléances à Pape Diop dont le directeur de cabinet a été rappelé à Dieu le 6 novembre dernier.
 
Mais dans ces cas, la politique n’est jamais bien loin, Me Absoulaye Wade, "acclamé" par l’assistance, ne se faisant pas prier de se réjouir de voir Pape Diop "bien entouré de ses camarades de Bokk Gis-Gis et (de) ses frères" du PDS.
 
Le glissement vers la question des retrouvailles de la famille libérale était devenu naturelle, d’autant que Me Wade "n’a quasiment pas fait le distinguo et a loué leurs affinités idéologiques", selon Tribune.
 
Seulement la politique étant d’abord et avant tout affaire de contradiction, ce journal cite des déclarations de Pape Diop, selon lequel le président Macky Sall, qui peut légitiment prétendre être de cette famille libérale, "s’inspire mal de Wade".
 
D’autres propos qui ont particulièrement retenu l’attention des journaux renvoient aux déclarations de Me Wade sur la vieillesse, un état dont peut aisément parler l’ancien chef de l’Etat sénégalais, âgé de 93 ans.
 
S’il se dit dépassé par la façon dont le peuple sénégalais continue de lui manifester sa sympathie, l’ancien président a surtout retenu l’attention de son auditoire par son discours sur la vieillesse.
 
"La vieillesse n’est pas une maladie. C’est un état d’esprit", dit-il dans des propos rapportés par Vox Populi et le journal Le Quotidien par exemple. L’As, qui se fait également l’écho de ce déplacement de Me Wade au domicile de Pape Diop, juge que l’ancien chef de l’Etat est "plus que jamais lié" à l’ex-président de l’Assemblée nationale et du Sénat.
 
Un autre sujet politique concerne le "refus" de l’actuel président de tout débat sur l’hypothèse d’un 3e mandat qu’il serait amené à briguer. "Macky +biaise+ l’enjeu", affiche ce journal, évoquant dans le même temps la "division de l’opposition par le dialogue national".
 
"Macky Sall est véritablement maître du temps de son règne", pour être parvenu "à amadouer l’opposition avec la traque des biens supposés mal acquis" d’abord, "son refus du débat sur le troisième mandat" et le dialogue national enfin qui "a fini par diviser l’opposition", analyse Sud Quotidien.
 
Walfaquotidien revient sur le report des locales à 2021, un "piège" et des "conséquences inévitables sur les législatives et la présidentielle", au point que le couplage de ces deux élections serait inévitable, selon ce journal.
 
Pendant que la politique semble dicter le ton dans la plupart des journaux, Le Soleil met en avant les progrès économiques du Sénégal. "Impressionnants", affiche le journal en citant la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI) dont la photo avec le président Sall illustre sa Une.
 
La nouvelle DG du FMI "ne doute point de la bonne tenue de l’économie sénégalaise et des performances à l’actif du président de la République", souligne Le Soleil.
 
Pour le reste des sujets au menu, les quotidiens annoncent que le député démissionnaire Seydina Fall Boughazelli, cité dans une affaire de trafic présumé de billets de banque, sera déféré au parquet ce vendredi. 
 
"Orientension !", s’exclame le journal Le Quotidien à sa Une, pour parler de la sortie du syndicat représentant les enseignants du supérieur au sujet de "l’impréparation" des procédures d’admission des bacheliers dans les établissements supérieurs. 
 
Il ajoute que le SAES, le syndicat en question, "exige l’audit de la plateforme Campusen", qui permet aux nouveaux bacheliers sénégalais et étrangers souhaitant poursuivre leurs études supérieures au Sénégal de demander une orientation.
 
"Haro sur les banques", affiche Enquête, avant de signaler que face à "la cherté des services et au déficit de confiance, plus de 80% des populations se sont détournées des banques classiques".
 
L’Observateur parle d’une "hécatombe" sur les routes du Sénégal où 517 morts ont été enregistrés en 10 mois, de janvier à) octobre 2019, selon un décompte de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers. D’où cette manchette : "Sénégal, la mort à grande vitesse".


Article_similaires
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email