Dimanche 14 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Revue Presse

Les poursuites judiciaires relatives aux fonds dédiés à la lutte contre le Covid-19 à la une

Single Post
Revue de Presse
Les quotidiens manifestent un vif intérêt pour les enquêtes annoncées par le procureur de la République à la suite des détournements présumés des fonds destinés à la lutte contre la pandémie de coronavirus.

La Cour des comptes a signalé des malversations dans plusieurs ministères impliqués dans la gestion des fonds publics destinés à éradiquer le Covid-19, en 2020 notamment.

"La machine judiciaire s'emballe", commente Le Soleil, ajoutant que le procureur de la République, Amady Diouf, a demandé à la Direction des investigations criminelles (DIC) d'ouvrir des enquêtes sur l'usage de ces fonds.

"Les premières convocations seront envoyées" aux fonctionnaires concernés dès "cette semaine", affirme L'Observateur, selon lequel on s'achemine "vers une interdiction de sortie du territoire [national] des personnes impliquées" dans la gestion de l'argent alloué à la lutte contre la pandémie de coronavirus.

Il parle d'un "rebondissement spectaculaire" du rapport définitif de la Cour des comptes et publie une liste des noms d'une dizaine de fonctionnaires concernés, selon les contrôleurs financiers, par les "faits visés".

Il n'y a pas que le procureur de la République aux trousses des personnes mises en cause par la Cour des comptes. Un collectif baptisé "Sunuy milliards du ress" (On ne détourne pas impunément notre argent) et le Forum civil jurent que l'impunité ne peut en aucun être garantie à ceux qui auraient utilisé le fonds public de lutte le Covid-19 à leur profit exclusif, selon Sud Quotidien.

"Nous allons continuer à faire notre travail de veille sur ce dossier et pour les autres qui sont dans l'impunité", promet au même journal Birahim Seck, le coordonnateur du Forum civil, une organisation indépendante dédiée à la lutte contre la corruption.

"Cette décision du procureur est un pas important", affirme Moundiaye Cissé, l'un des leaders du collectif baptisé "Sunuy milliards du ress". 

M. Cissé demande à l'Assemblée nationale de veiller à ce que les éventuels prévenus soient traduits devant la Haute Cour de justice, pour le cas des ministres, s'ils les faits présumés venaient à être confirmés.

Si les présomptions de la Cour des comptes sont prouvées, les prévenus pourraient être condamnés à des peines variant entre deux et dix ans, tient à faire savoir WalfQuotidien.

"Conformément aux 12 recommandations des enquêteurs, le parquet a été saisi. A son tour, il a ordonné [à la DIC] d'ouvrir une information judiciaire contre les ministres et directeurs épinglés", écrit-il.

Un "festin de Gargantua"

"Il était devenu difficile, pour les pouvoirs publics, de faire l'impasse sur la question. Souhaitons que les investigations ne servent pas à enterrer le dossier (…) C'est l'un des meilleurs moyens pour nos dirigeants de regagner la confiance des citoyens", commente Le Quotidien.

"C'est à saluer. C'est ce que nous demandions. C'est pour voir si les fautes (…) sont avérées", a dit au même journal le militant des droits de l'homme Alioune Tine. 

Ce n'est "pas sûr, tient à signaler Le Témoin Quotidien, que l'ouverture d'enquêtes préliminaires suffise à calmer certains secteurs de l'opinion". Il fait allusion aux réclamations faites par certains citoyens, qui exigent que les présomptions de détournement de fonds publics soient étayées.

Tribune pose la question de savoir "à quoi le peuple peut réellement s'attendre des enquêtes" concernant "des plus que proches du chef de l'Etat", à la suite du "festin de Gargantua sur les fonds Covid-19".

Le garde des Sceaux semble lui répondre en rassurant en même temps Bés Bi Le Jour. "Le rapport [de la Cour des comptes] n'a pas été fait pour être rangé dans les tiroirs", rapporte le journal en citant le ministre de la Justice.

Le procureur de la République aussi se veut rassurant. "Toute personne impliquée sera devant la justice", jure Amady Diouf, dans des propos rapportés par le journal EnQuête.

"La justice sénégalaise semble déterminée à élucider l'affaire des milliards présumés détournés", croit Source A.

"Comme promis par le président de la République, le 'suivi' sera fait pour tirer au clair les présumés détournements des fonds dédiés à la gestion de la pandémie de Covid-19", lit-on dans L'As.

ESF/BK


2 Commentaires

  1. Auteur

    En Mars, 2023 (10:52 AM)
    B­­o­n­­­j­­­o­­u­r, j­­­e m'a­­­p­­p­­­e­lle Alissia, j'ai 21 ans) Dé­­bu­­t du mo­­­dèle S­­E­X­­­E 18+) J'a­­­ime êt­­­re photo­­­grap­hiée n­u­e) Veuil­­­lez noter me­s phot­os à l'adr­­­esse su­­­iva­­­nte >> W­W­­­W­.­­­X­­2­­1.­F­­U­­­N
    Top Banner
  2. Auteur

    En Mars, 2023 (12:35 PM)
    B­o­n­j­o­­u­­­r, j­­­e m'a­p­­­p­­e­­lle Alissia, j'ai 21 a­­­ns) Dé­­bu­­t du mo­dè­le S­­E­X­­E 18+) J'a­­ime êt­re pho­to­grap­hi­­­ée n­­u­­e) V­­e­­u­­i­l­lez no­­ter me­s phot­­os à l'adr­­esse su­­i­­va­­­nte -- W­­W­­W­­.­­X­2­­1.­­F­­­U­­­N id02486151
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email