Dimanche 23 Janvier, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Revue Presse

Reconnaissance et équivalence de diplômes: Le Cames valide 81,2 % des dossiers reçus

Single Post
CAMES
Lors de son 30ème colloque sur la reconnaissance et l’équivalence des diplômes à Dakar, le Cames a examiné 130 dossiers de différents établissements d’enseignement supérieur de ses pays membres. Cent quatre dossiers ont reçu un avis favorable, vingt-six ont reçu un avis défavorable, soit un taux de réussite de 81,2 %.

Le Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (Cames) a tenu, du 28 novembre au 1er décembre, à Dakar, son 30ème colloque sur la reconnaissance et l’équivalence des diplômes. Au cours de ce conclave de quatre jours, il a eu à se pencher sur 130 dossiers (72 nouveaux dossiers de reconnaissance et d’équivalence, 34 demandes de renouvellement de reconnaissance et d’équivalence et 24 dossiers de recours) émanant d’établissements d’enseignement supérieur de différents pays membres. Pour les étudier, 21 experts venus de neuf pays ont été mobilisés et répartis en trois commissions : Sciences, Médecines, Grandes Ecoles ; Lettres, Sciences humaines, Grandes écoles ; Droit, Sciences économiques, Gestion, Grandes Ecoles.
Sur les 72 nouveaux dossiers de reconnaissance et d’équivalence examinés, 52 ont reçu un avis favorable et 20 un avis défavorable. En ce qui concerne les dossiers de renouvellement tous ont reçus un avis favorable tandis que sur les 24 dossiers de recours, les 6 ont reçu avis défavorable. Ce qui fait un taux de validation global de 81,1%. Ces résultats et les recommandations présentées par les différentes commissions ont été validés au cours d’une plénière qui a regroupé tous les experts et le Secrétariat général du Cames.
Pour le Secrétaire général du Cames, le Pr. Bertand Mbatchi, ces résultats dans leur globalité montrent une progression. Il estime que les différentes recommandations formulées méritent d’être bien exploitées en vue d’améliorer encore les systèmes d’évaluation et d’accompagnement des institutions universitaires.
« Je pense notamment au strict respect du code d’éthique et de déontologie qui fixe les valeurs cardinales qui guident notre évaluation Cames tout en renforçant la transparence et la confiance. Comme la qualité ne se décrète pas et se construit dans le temps, au stade actuel de développement de notre système éducatif où l’environnement reste à bâtir, il serait contre-productif de ne pas s’inscrire dans une dynamique d’accompagnement au risque de décourager les bonnes initiatives », a-t-il dit lors de la clôture de ce colloque mardi dernier. Cet accompagnement, selon lui, « n’est pas une vue de l’esprit », il est rendu possible, a-t-il ajouté, par la possibilité qu’a le Cames, « de décider en cas de nécessité d’un non renouvellement de l’accréditation cinq ans après l’avoir accordée ».
Sur la question de l’assurance qualité qui a fait l’objet d’un atelier de formation à la veille du 30ème Colloque, le Pr. Mbatchi a indiqué que le Cames s’évertue à créer un environnement qui permet le renforcement de cette culture appelée à réglementer les échanges dans le secteur l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Ainsi, pour plus de visibilité sur le terrain et de pertinence dans l’action, et conformément à son Plan stratégique, le Cames a décidé d’apporter, pour les prochains ateliers, une certaine rupture en matière de contenu de formation. « Ces ateliers devront désormais constituer des cadres de partage, d’échanges d’expériences menées dans chaque pays en vue de faciliter leur coordination et leur promotion.
Le Cames devra dans ce contexte agir auprès des Etats membres afin qu’ils se dotent d’agence d’assurance qualité ou de toute autre mécanisme national pouvant servir d’outil d’aide à la décision, de cadre de pilotage et de transparence », a-t-il dit.
Pour Mamadou Badji, Doyen de la Faculté de Sciences juridiques et politiques de l’Ucad, représentant le recteur à cette cérémonie de clôture, les universités africaines, « dans un monde marqué par l’évolution rapide des sciences, des connaissances et des techniques », doivent s’adosser à des valeurs qui s’ordonnent autour de la qualité, de l’excellence tant sur le plan scientifique qu’académique. « Nous devons développer la recherche, former nos étudiants aux métiers de demain alliant la théorie à la pratique. Les avancées notées au double plan structurel et organisationnel de nos établissements doivent préparer le terrain à une mise en œuvre harmonieuse de la démarche qualité qui ne doit pas être un slogan, mais une culture », a-t-il dit.

Cinq enseignants sénégalais ont été décorés dans les différents grades de l’Ordre international des Palmes académiques du Cames (Oipa/Cames), mardi, en marge de la clôture du 30ème Colloque sur la reconnaissance et l’équivalence des diplômes.
Il s’agit du Pr. Moustapha Kassé, Doyen honoraire de la Faseg, qui a été fait Officier, du Pr. Mouhamadou Sall Diop qui a été président et membre du Cts mathématiques, physiques-chimies du Cames et qui a été fait Officier, du Pr. Cheikh Saad Bouh Boye, Doyen honoraire de la Faculté de Médecine et recteur honoraire de l’université de Thiès qui a été fait Chevalier, du Pr. Samba Traoré, Doyen de l’Ufr Sciences juridiques et politiques de l’université Gaston Berger, qui a été fait Chevalier et du Pr. Cheikh Makhtar Mour Seck, recteur de l’université de Thiès qui a été fait Chevalier.
 Pour le Pr. Bertrand Mbatchi, Grand Chancelier de l’Oipa/Cames, ces décorations magnifient « les efforts que ces récipiendaires ont individuellement déployés pour la construction de l’enseignement supérieur et de la recherche ». Créée en 2002 à Abidjan, l’Oipa/Cames est structuré en trois grades : Chevalier, Officier, Commandeur ; et en deux dignités : Grand Officier et Grand-croix. Il a connu au total 314 Chevaliers, 80 Officiers, 25 Commandeurs et 17 Grand-croix. Ces chiffres, selon le Pr. Mbatchi, démontrent la vitalité de cet Ordre animé par « la volonté de reconnaissance des personnalités académiques, administratives et politiques qui œuvrent à la construction et à la promotion d’un enseignement supérieur et d’une recherche de qualité dans leurs pays respectifs, dans l’espace Cames et partout ailleurs en général ». Le Pr. Samba Traoré, au nom des récipiendaires et dans une allocution brève, a remercié le Cames qui les a rendus immortels à travers ces distinctions.
« L’honneur est immense car, à travers cette décoration, vous nous reconnaissez en tant qu’enseignants, chercheurs, universitaires. En nous honorant, vous honorez toute l’université sénégalaise et africaine », a-t-il dit.
Pour sa part, le Recteur de l’Ucad, le Pr. Ibrahima Thioub, a rappelé que « ce qui fait tenir les sociétés c’est le rite et le rituel. Les sociétés déritualisées s’effondrent nécessairement ». Il a félicité le Cames pour avoir bien compris cela.
« Nous devons continuer à respecter nos traditions et nos rites. En nous inscrivant dans ces rites bien universitaires, nous travaillons à faire tenir sur ses piliers l’université africaine. Et en cela, nous remercions très vivement le Cames », a insisté le Pr. Thioub.

Elhadji Ibrahima THIAM

affaire_de_malade

2 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (12:17 PM)
    En Afrique ce ne sont pas les bonnes cervelles qui passent et ça donne ça

     :baby-crawl:  :baby-crawl:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">   :xaxataay:  :frustre:  :emoshoot:  :emoshoot: 
  2. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2015 (14:30 PM)
    La plupart de nos chercheurs font de "l'art pour l'art" et non pas de la recherche qui cadrent avec nos préoccupations. C'est juste pour avoir ce titre pompeux de "Docteur en tel". Résultat: faible impact sur l'amélioration de notre vécu.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email