Jeudi 06 Mai, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Sante

[Photos-Vidéo] Chine : "Payer son confinement à l'hôtel ou la prison" pour des Noirs de Guangzhou

Single Post
[Photos-Vidéo] Chine : "Payer son confinement à l'hôtel ou la prison" pour des Noirs de Guangzhou
À Guangzhou, dans le Sud de la Chine, les autorités locales ont pris de nouvelles mesures drastiques obligeant les immigrés noirs à se confiner dans des hôtels, à leurs charges, à défaut d'aller en prison. Ce, depuis qu'un ressortissant nigérian a été testé positif au Covid-19, la semaine passée.

Alors que les autorités chinoises ont annoncé "le début de la fin" de la maladie du Coronavirus, dans la province du Guangdong, plus précisément à Guangzhou et à Foshan, les ressortissants africains sont, depuis quelques jours, la cible des forces de l'ordre locales. La raison ? D'après des informations obtenues par Seneweb, un immigré d'origine nigériane, a été testé positif au coronavirus, en fin de semaine dernière. Un "nouveau cas" apparemment mal perçu dans cette ville du Sud du pays, située à plus de 2100 kilomètres de Pékin, la capitale chinoise.

Ici, les Africains, plus particulièrement les Noirs, sont délogés de leurs lieux d'habitations et conduits de force dans des hôtels pour confinement. Et les récalcitrants sont automatiquement envoyés en prison, d'après des témoignages concordants.

Une situation que déplore la communauté sénégalaise regroupée dans différents groupes "Wechat", le principal réseau social.

"La situation est tellement critique, on n'a jamais vu ce visage des Chinois. Ils menacent d'envoyer les gens en prison si toutefois ils refusent d'obtempérer, ils ne négocient même pas", alerte Serigne Mbaye, membre actif de l'Association des Sénégalais vivant en Chine.

D'après ces Sénégalais, le confinement en soi n'est pas un problème, parce qu'ils le trouvent normal, mais il leur est exigé le paiement de l'intégralité des frais dans les hôtels.

Pour le confinement, les policiers escortent les Noirs jusqu'à l'accueil de l'hôtel et leur demandent de payer la totalité des frais de logement et s'ils refusent, c'est la prison, comme le montrent les vidéos qui nous ont parvenues.

À Guangzhou et Foshan, l'accès aux résidences, principalement occupées par des étrangers, est désormais interdit aux Noirs. Dans une note de l'autorité administrative locale affichée devant les portails de ces "Garden", il est mentionné ceci : "le quartier commence maintenant à interdire l'entrée des étrangers, en particulier des Noirs, et je vous prie de contacter dès que possible les propriétaires qui louent les logements aux Noirs pour les inviter à quitter. Merci de votre coopération".

"Nous le dénonçons avec la dernière énergie. Les policiers ont ciblé les Noirs alors que des milliers d'autres étrangers établis sur les lieux sont tranquillement confinés chez eux sans être inquiétés. Mais nous, on confisque nos passeports", ajoute Elhadji, membre de l'association.

21 Sénégalais délogés et confinés

"Beaucoup de Noirs sont déjà délogés de leurs appartements avec l'aide des "Bawan" (vigiles). Il y a eu des altercations, mais, comme nous sommes dans un pays d'autrui on ne peut que négocier", témoigne un autre interlocuteur.

Selon nos informations, parmi ces centaines d'immigrés déjà délogés de force, il y a 21 Sénégalais.

Une fois qu'un immigré est délogé, ses affaires sont parquées et scellés dehors.

Il est constaté dans les images que même dans les boutiques et supermarchés, ils fuient les Noirs. ("No entry for foreign friends", "Pas d'entrée pour les amis étrangers", voir photos).

"Ils ne veulent pas leur vendre quoi que ce soit. Ils ont reçu des consignes des autorités médicales", nous souffle-t-on.

Ces compatriotes établis dans la province de Guangdong regrettent le "mutisme coupable" des autorités consulaires sénégalaises qui, selon eux, ont tardé à réagir.

"Le consul général du Nigeria s'est lui-même déplacé et a récupéré les documents de ses compatriotes qui ont été confisqués par les policiers. Pourtant, le cas déclaré positif est d'origine nigériane, mais nous, nos représentants sont introuvables", martèle un autre Sénégalais vivant à Guangzhou.

Face à cette situation, le consulat général du Sénégal à Guangzhou n'a pas voulu briser le silence. Une source consulaire contactée par Seneweb laisse entendre que "les autorités y travaillent", sans aucun détail. Un autre responsable préfère ne pas répondre.

Au même moment, l'ambassadeur du Nigeria à Beijing a, dans un communiqué rendu public le 7 avril, consulté par Seneweb, a informé que "le gouvernement fédéral du Nigéria a exprimé sa volonté de fournir l'assistance nécessaire aux ressortissants nigérians nécessitant une évacuation au cours de cette période difficile de la nouvelle pandémie de coronavirus. À cette fin, l'ambassade compile les noms des ressortissants nigérians nécessitant une évacuation d'urgence".


Dans une déclaration commune signée ce jeudi 9 avril, la communauté des Africains de Guangzhou a dénoncé ce qu'elle qualifie de "stigmatisation" dont elle est victime depuis quelques jours. Ces Africains ont d'ailleurs saisi l'ensemble des ambassades et consulats africains établis en Chine les invitant à "prendre leurs responsabilités" face à cette situation.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email