Mardi 27 Octobre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Sante

[Focus] Coronavirus au Sénégal : Touba, le cocktail explosif !

Single Post
[Focus] Coronavirus au Sénégal : Touba, le cocktail explosif !
Touba est une ville à surveiller de très près, face à la progression communautaire du Covid-19. La capitale du mouridisme a longtemps été un foyer de propagation des épidémies au Sénégal.

À la date du 22 mars 2020, le Sénégal compte 67 cas confirmés de coronavirus, dont plus de la moitié est enregistrée à Touba. Une seule personne a contaminé plus de 20 individus. Aujourd'hui, la situation est assez critique, selon les autorités sanitaires avec 5 régions touchées et la transmission communautaire qui gagne de l'ampleur. Malgré tout, à Touba, épicentre de l'épidémie au Sénégal, on ne semble pas prendre la pleine mesure du danger.

À ce jour, il y a encore une partie de la population qui n'est toujours pas convaincue de l'existence de la maladie dans le pays, encore moins à Touba. Les sorties du chef de quartier de Darou Marnane et de certaines célébrités mourides (Mbaye Pekh, Gana Masséré, Selbé Ndom…) constituent des exemples patents.

Ce qui est valable pour ces personnalités publiques l'est aussi pour des milliers d'anonymes à Touba. Ils n'ont pas encore vu de malade, disent-ils. Donc, ils ne peuvent pas y croire. Certains affirment même que cette maison de "Modou-Modou" n'est qu'une vue de l'esprit.

D'où le cri de détresse du gouverneur de Diourbel, Gorgui Mbaye. "La maladie est bien présente à Touba, il faut que toute la population en soit consciente", a-t-il supplié, le 16 mars dernier, lors d'une campagne de sensibilisation dans la ville de Cheikh Ahmadou Bamba.

Pour l'ancien parlementaire Moustapha Diakhaté, la situation est à la fois inquiétante et révoltante. "Les habitants, avec insouciance, continuent de faire comme si de rien était en termes de rassemblements dans les lieux publics tels que les mosquées, mausolées, cimetières, marchés, rues, véhicules de transport en commun et aussi dans les cérémonies familiales baptêmes, funéraires entre autres", regrette-t-il dans une publication sur sa page facebook datée du 20 mars.

D'où l'appel de Diakhaté à un confinement de la ville. "Si on confinait (sanitairement et sécuritairement) Touba, on protégerait mieux sa population et le reste du Sénégal avec !", a osé Diakhaté.

Ce que renseigne l'histoire des épidémies au Sénégal

Hier, encore, à l'occasion du Kazu Rajab, certains fidèles ont fait le déplacement à Touba. Ils se sont rendus au mausolée de Serigne Fallou, contre toute indication des autorités sanitaires, mais aussi en foulant au pied l'interdiction des rassemblements et autres manifestations. On continue à serrer la main de l'autre, à la porter même au nez et à la bouche, à échanger des gobelets de café Touba, sous prétexte que le fondateur du mouridisme a formulé des prières pour la protection de la ville.

Pourtant, l'histoire des épidémies au Sénégal montre que Touba a toujours été un foyer de propagation des maladies, surtout à la suite du grand magal. Lors de l'épidémie de choléra de 2004-2005, la capitale du mouridisme a été la zone la plus affectée.

"En termes de répartition globale, sur les 11 régions du pays, Diourbel et de Dakar ont notifié 66,6% des cas. Les 3 districts sanitaires les plus touchés de la région de Diourbel sont : Touba (6841 cas), Mbacké (2646 cas) et Bambey (1567 cas)", lit-on dans une publication intitulée "Le choléra au Sénégal de 2004 à 2006 : les enseignements d'épidémies successives".

Choléra (2004-2005) : "Le taux d'attaque était au moins 3 fois plus élevé dans la région de Diourbel"

Durant cette épidémie, 29 556 cas ont été recensés en 18 mois, selon les auteurs de l'article susmentionné. Or, comme le montrent les chiffres en haut, la région de Diourbel à elle seule concentre plus de 10 000 cas, avec une forte prédominance à Touba. "Le taux d'attaque était au moins 3 fois plus élevé dans la région de Diourbel que dans les autres régions", confirme la publication.

La prédominance de la maladie à Diourbel et Dakar s'explique, selon les auteurs, par deux facteurs différents. Dans la capitale, la situation a été aggravée par les inondations. Dans le Baol, par contre, ce sont les manifestations religieuses.

Ce qui n'est pas une première. Entre 1971 et 1973, le Sénégal avait connu une épidémie de choléra. Mais comme en 2004, le scénario était presque le même. En fait, la maladie a connu plusieurs phases dans son évolution.

"Les deux premières phases ont été alimentées par des foyers différents : Dakar pour la première phase qui a été vite maîtrisée grâce à une réaction rapide et adaptée des autorités et Touba pour la deuxième phase a été d'une ampleur telle que les services sanitaires, déjà rudement éprouvés par la première vague, ont été dépassés", rappelle l'étude ci-devant citée.

"Nous étions passés de 25 cas par jour, mais avec le pèlerinage, l'épidémie a connu une flambée"

Avec Touba, le boom intervient très souvent après le grand magal. "La célébration annuelle de cet événement constitue un risque d'explosion épidémique récurrente…", concluent les auteurs.

Cette affirmation a été confirmée lors de l'épidémie de choléra de 1999. A l'époque, le magal a eu lieu en fin mars. En avril, la situation s'est dégradée. "Nous étions passés de 25 cas à un cas de choléra par jour dans la ville de Touba, mais avec le pèlerinage, l'épidémie a connu une flambée", se plaignait Amadou Moustapha Sourang, alors médecin-chef du district de Touba.

Même si le grand magal n'est nullement comparable à aucun autre évènement de la confrérie mouride, il n'en demeure pas moins que la prière du vendredi 20 mars qui a connu une affluence plus importante que n'ordinaire ainsi que le Kazu Rajab peuvent être de puissants vecteurs pour le Covid-19.

À ce tableau déjà inquiétant, s'ajoute l'alerte du sous-préfet de Ndam, commune de Touba. "Depuis que la pandémie a commencé à prendre de l'ampleur à Touba, nous recevons des appels de voisins qui nous signalent l'arrivée d'émigrés qui viennent en cachette", avoue Mansour Diallo.

Acte et discours de Serigne Mountakha

L'autorité se montre inquiétante quant aux conséquences de tels actes. "Si on se cache et qu'on est porteur du virus, c'est grave parce qu'en phase d'incubation, il ne se manifeste pas et au moment où il va être connu, ce sera déjà trop tard puisqu'on aura contaminé beaucoup de personnes", se préoccupe-t-il.

Un historien contacté par Seneweb souligne que la particularité de Touba réside dans le fait, entre autres, qu'il y a beaucoup de migrants qui quittent les zones rurales pour habiter dans la périphérie. Souvent analphabètes, ils vivent dans des zones dépourvues de certaines infrastructures de base. "Ce qui fait qu'il y a inégalité non seulement devant la maladie et la mort, mais aussi devant le savoir", indique-t-il.

Malgré tout, souligne cet historien, la communauté mouride est connue pour son attachement aux directives du chef. Il suffit juste que le khalife général indique le chemin pour que tout le monde se mette dans les rangs.

Serigne Mountakha avait déjà posé un premier jalon en mettant 200 millions dans l'effort de guerre contre le coronavirus. Mais avec sa dernière sortie vendredi dernier où il a déclaré que la maladie ne décide pas de tout, il n'est pas certain que les talibés se sentent obligés à plus de prudence.

liiiiiiiaffaire_de_malade

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email