Lundi 21 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sante

DOSSIER SANTÉ
Bébés siamois, les chiffres d'un mystère

Single Post
DOSSIER SANTÉ
Bébés siamois, les chiffres d'un mystère

Notée une fois sur 200 000 naissances vivantes, la venue au monde de bébés siamois est un phénomène encore inexpliqué. Les séparer est une opération délicate, sinon impossible. Surtout dans des pays comme le Sénégal. Une équipe médicale de l'hôpital pour enfants Albert Royer de Fann a réalisé la prouesse le 19 décembre dernier, mais le mystère siamois demeure. Seneweb a tenté de le percer.

Après un séjour de 48 jours seulement sur terre, les bébés Adja et Sophie étaient déjà plus célèbres que des Sénégalais ayant vécu des décennies. Cette notoriété tient au fait qu'à la naissance, elles étaient des jumelles siamoises. Une équipe médicale dirigée par Pr Gabriel Ngom à l'hôpital pour enfants Alber Royer de Fann a réussi à les séparer avec succès le mercredi 19 décembre 2018.

La petite Adja est décédée dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23 décembre, soit 3 jours après l'opération. Quant à Sophie, elle se porte bien et devrait bientôt quitter l'hôpital. C'est du moins ce qu'avait indiqué une source hospitalière au moment où nous écrivions ces lignes, le 11 janvier dernier.

Pourtant, quelques heures après l'opération, Pr Ngom était optimiste, malgré une anomalie cardiaque détectée chez la défunte. "Ce sont des jumelles qui sont parfaitement viables. (…) Elles ont tous les organes, elles peuvent vivre 100 ans", disait-il.

Cette disparition d'Adja est la preuve de la délicatesse de l'intervention, la deuxième du genre après une première expérience, il y a 15 ans, sous la conduite de Pr Mamadou Ngom. Cette intervention qui remonte en 2003 a connu plus de succès, puisque Adama et Awa Ndoye (Yoff) ont vécu toutes les deux et sont aujourd'hui au collège.

Être des siamois à la naissance c'est déjà avoir une chance très réduite de survivre. Ce phénomène mystère survient une fois sur 200 000 naissances vivantes, selon le centre médical de l'Université du Maryland aux Etats-Unis. Le taux de survie se situe entre 5 et 25% à la naissance. Pr Gabriel Ngom acquiesce : "Au Sénégal, on ne rencontre pas beaucoup de cas de siamois. Depuis que je pratique la chirurgie, j'ai vu environ une dizaine de cas de siamois. Dans cette dizaine de cas, les huit sont décédés bien avant l'opération parce qu'ils ont eu à présenter d'autres malformations qui étaient incompatibles avec la vie."

26 heures d'opération
Après l'intervention, par contre, la chance de vivre hausse jusqu'à plus de 50%. Mais faudrait-il d'abord réussir la prouesse. Puisque le travail peut se révéler plus compliqué que prévu. "Les radios faites avant l'opération indiquaient qu'elles (Adja et Sophie) avaient uniquement le foie en commun, rembobine Pr Ngom. Mais au cours de l'opération, on s'est rendu compte qu'elles partageaient d'autres organes, à savoir le cœur et l'os thoracique. Ce qui a compliqué l'opération."

Celle-ci a mobilisé une équipe pluridisciplinaire : anesthésistes, radiologues, chirurgiens, pédiatres,… Plusieurs réunions ont été tenues, pour déterminer le protocole à suivre.

Même dans les pays développés, de telles interventions sont toujours délicates. Le 17 février 2015, une douzaine de spécialistes se sont relayés  durant 26 heures à l'hôpital pour enfants du Texas pour séparer Knatalye Hope et Adeline Faith Mata. Les médecins ont passé 18 heures à désunir les corps et 8 heures à prendre en charge chacune d'elles. Les deux filles étaient unies par le sac péricardique (le cœur plus des artères et veines), le foie et les intestins. L'intervention a eu lieu mardi, mais il a fallu attendre dimanche pour que les médecins osent parler de succès.

En septembre 2014, ce sont 30 spécialistes qui ont passé 16 heures à l'hôpital pour enfants Nationwide de l'Ohio pour séparer Acen et Apio Akello, nées en Uganda.

Pas toujours séparables
Phénomène exceptionnel, les siamois concernent les filles à hauteur de 70 à 90%. L'origine reste pour le moment difficile à déterminer. "Il n'existe pas d'explication précise, il n'y a pas de facteur à incriminer", souligne le gynécologue Cheick Atab Badji. "On ne sait pas ce qui crée les siamois", confirme Pr Ngom.

Selon ces médecins, la théorie la plus répandue est qu'il s'agit d'une malformation résultant d'une anomalie qui se produit lors de la séparation des jumeaux. Lorsque la fécondation est gémellaire, les deux fœtus doivent se séparer entièrement. Mais, du fait d'un dysfonctionnement, notamment entre la deuxième et la troisième semaine de la grossesse, la division se fait de manière incomplète et les futurs bébés grandissent collés l'un à l'autre. Il existe également une thèse, minoritaire, qui voudrait que ce soit deux œufs séparés au départ et qui se collent par la suite.

Cette fusion peut se faire à plusieurs niveaux. Certains siamois ont les deux têtes collées. Pour d'autres, c'est le thorax, l'abdomen, la hanche ou le dos. De ce point de jonction dépend l'avenir des siamois. Lorsque c'est le thorax, le vendre ou la hanche par exemple, il est possible de les séparer. Par contre, si les bébés partagent des organes vitaux, il est difficile, voire impossible, de les séparer.

"Tout dépend du bilan légionnaire à faire. S'ils sont liés par la moelle épinière, le cerveau ou le cœur, il est quasi-impossible de les séparer", éclaire Dr Cheick Atab Badji. Tout est donc une question d'arbitrage en fonction des arguments pour ou contre.

"Si l'intervention est lourde, il faut analyser et procéder au cas par cas. C'est à l'échelle individuelle", précise Dr Badji. Dans certains cas, il faut renoncer à toutes opérations. Les nouveaux nés sont donc condamnés à vivre ensemble, à leurs risques et périls. Dans d'autres, il faut sacrifier l'un au profit de l'autre.

Tous les siamois ne présentent pas les mêmes caractéristiques. Il existe des exemples où l'un des enfants n'est pas un être humain à part entière. Il n'a pas les organes vitaux pour vivre. C'est juste une partie du corps humain qui dépend de l'autre. On parle de parasite. Mais dans tous les cas, soutient cet interlocuteur, la décision doit être motivée.

Contraintes législatives
La naissance de jumelles siamoises tend à creuser le fossé entre pays riches et pays pauvres. Ou du moins, à devenir une question de culture et de législation. En Occident, si une malformation importante est notée lors des échographies prénatales, les parents peuvent demander l'interruption de la grossesse. Lorsque les bébés sont jugés viables, l'évolution de la grossesse est suivie de prêt et l'accouchement se fait par césarienne.

Dans les pays en voix de développement, la réalité est autre. Les examens, assez limités, ne permettent pas souvent de savoir qu'il s'agit de jumelles siamoises. C'était le cas pour Adja et Sophie. Leur mère qui portait pour la première fois une grossesse ne savait pas qu'elles étaient siamoises. "Cette maman a eu à faire quatre échographies au cours de la grossesse, confie Dr Atab. Ces échographies mettaient juste en évidence la présence d'un seul enfant. Les deux dernières ont vu deux enfants mais n'ont pas permis de savoir qu'ils étaient fusionnés."

Origine du mot siamois
Le mois siamois renvoie à Siam, la ville Thaïlandaise. Chang et Eng Bunker (1811-1874) ont été les frères fusionnés les plus célèbres. D'où le nom siamois. Ces deux ont vécu aux Etats-Unis où ils ont pris la nationalité. Ils vivaient essentiellement d'exhibition dont ils faisaient l'objet.  Les siamois épousèrent Sarah et Adélaïde Yates, deux sœurs. 22 enfants naitront de cette union. Certaines version disent que c'est 11 grossesses pour chacune, alors d'autres soutiennent que c'est 10 pour l'une et 12 pour l'autre. Chang est mort le 17 janvier 1874 d'une pneumonie. Deux heures plus tard, avant même que le médecin de la famille n'ait le temps d'intervenir pour séparer Eng de la dépouille de Chang, le second décède.
À ce jour, les plus vieux vivent aux Etats-Unis et détiennent le record de longévité. Il s'agit de Donnie et Ronnie Gaylon, âgés de 67 ans, liés par le vendre. Ils font l'objet d'une forte médiatisation par la presse anglo-saxone !m :. Ces frères siamois ont joué dans des spectacles de cirques jusqu'à 39 ans. Ils ont alors arrêté. Comme ils ont arrêté d'ailleurs leurs études, parce que les enseignants ne voulaient pas d'eux dans leur classe parce que considérés comme des facteurs de déconcentration pour les autres élèves. Jusqu'à ce jour, ils vivent à Beavercreek où ils possèdent une maison adaptée à leur handicap.

L'examen échographique est donc un gros défi. Que le Sénégal, de l'avis du gynécologue, doit savoir relever. "Toute la problématique est que les bébés siamois doivent être découverts pendant l'examen. Ça doit être révélé par un diagnostic échographique et non une découverte à la naissance", indique-t-il.

Et pour cela, Dr Badji pense que, dès l'instant qu'il y a des signes qui échappent à un agent de santé, la référence doit fonctionner immédiatement. Autrement, le malade doit être envoyé vers une structure de niveau supérieur. Le médecin reste cependant optimiste, puisque la pratique de l'échographie est de plus en plus répandue au Sénégal et la matériel davantage disponible.

Cependant, même si le Sénégal parvient à détecter tôt les malformations, il reste un point d'achoppement. A l'état actuel, la législation ne permet pas une interruption volontaire de grossesse (IVG), sauf si la vie de la maman est directement en danger. Tant qu'il ne s'agit que de la vie du bébé, quels que soient les risques ou la malformation, il n'est pas permis d'interrompre la grossesse, sous peine de poursuites pénales, à la fois contre l'agent de santé impliqué et les parents concernés. Pour renverser la tendance, un lobbying intense est mené actuellement au Sénégal par les organisations en faveur de l'IVG.


Article_similaires

18 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (13:51 PM)
    intéressant mais politique rek
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2019 (23:18 PM)
      rien qu'a regarder le tableau derrière ce médecin, on se fait déjà une idée des conditions de travail des médecins au sénégal.
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2019 (23:25 PM)
      bravo seneweb! l'article est instructif !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
      c'est mieux que de nous verser des articles de conflits entre promoteurs de lutte, de politiciens....trop de terre a terre qui n'apporte rien a lecteurs.
  2. Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (13:56 PM)
    aucun commentaire sur un sujet scientifique si instructif. C'est grave
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (14:11 PM)
    Félicitations
    Auteur

    Aids

    En Janvier, 2019 (14:25 PM)
    C'est vraiment extraordinaire de se pencher sur ce cas. C'est le moment de magnifier davantage la grandeur d'ALLA (SWT).

    Par ailleurs force est de reconnaître qu'il nous reste du chemin à parcourir dans le domaine de la formation continue et du ré-haussement du plateau technique.
    Auteur

    Eye

    En Janvier, 2019 (14:46 PM)
    Pr. Ngom et son equipe meritent toutes nos felicitations.

    Ce sont eux les vrais jambars, pas ces mastodontes qui se

    versent des concoctions nauseabondes et se roulent de

    coups de poing comme des gladiateurs.

    La vraie emergence viendra de de senegalais comme Pr. Ngom

    et son equipe, mais pas des politiciens qui passent leur temps a dancer

    le mbaras.
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (15:09 PM)
    Si vraiment seneweb pouvait publier que des articles pareils tous les jours au lieu des balivernes à 0 sou!

    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (15:44 PM)
    papier bien fouillé félicitations

    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (16:02 PM)
    Fiers de vous DOCTEURS!
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (16:26 PM)
    Il faut orienter les sénégalais le rationnel mais on nous entretient dans l'émotionnel pour mieux nous manipuler dans l'intérêt de certains groupes qui nous apportent peu de plus value
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (17:31 PM)
    La priorité pour moi est comment faire pour guérir la drepanocytose ss qui touche 10% de la population sénégalaise et pourtant les autres pays ( France,usa,maroc,nigéria) ont commencé à le faire avec la greffe de la moelle osseuse mais puisque au Sénégal on ne connaît pas les priorités moy lolou
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (17:31 PM)
    La priorité pour moi est comment faire pour guérir la drepanocytose ss qui touche 10% de la population sénégalaise et pourtant les autres pays ( France,usa,maroc,nigéria) ont commencé à le faire avec la greffe de la moelle osseuse mais puisque au Sénégal on ne connaît pas les priorités moy lolou
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (17:31 PM)
    La priorité pour moi est comment faire pour guérir la drepanocytose ss qui touche 10% de la population sénégalaise et pourtant les autres pays ( France,usa,maroc,nigéria) ont commencé à le faire avec la greffe de la moelle osseuse mais puisque au Sénégal on ne connaît pas les priorités moy lolou
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (18:01 PM)
    ici c 'est pas mon domaine je vous donne rendez vous en bas pour les insultes
    Auteur

    Doktoru Ndamm

    En Janvier, 2019 (19:08 PM)
    Brawoo

    mais nak bilan légionaire amoul tchi madecine.. ay wa goorgoolou lèen..

    j'ai fréquannter L'université de Kolobane et interrogé beacuoup de professeurs de khour mbouki mais xamna bilan lésionnel mo am :sunugaal: 
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (21:52 PM)
    Bravo pour cet article
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (22:35 PM)
    Merci bcp pour cet article. Ça fait du bien de voir qu'il y a encore de vrais journalistes
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (23:31 PM)
    Comment le Sénégal ne peut pas se doter d'équipements d'échographie de haute précision?

    On préfère maintenir cet état, laisser mourir des citoyens et aller dépenser des milliards pour des cérémonies politiques, religieuses....

    Ah j'ai vraiment triste pour mon pays.

    Je ne suis pas spécialiste en médecine, mais je pense parfois a investir dans les équipements médicaux au Sénégal. Qu'en pensez-vous?
    Auteur

    Anonyme

    En Janvier, 2019 (08:17 AM)
    Bel article très intéressant et instructif. Pour une fois on ne parle pas de politique macky Wade sonko....

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR