Vendredi 14 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sante

Journée mondiale: Le paludisme, maladie létale négligée

Single Post
Journée Mondiale du Paludisme
Le Sénégal continue de payer le lourd tribut au paludisme. L’incidence de la maladie est passée de 26,7 en 2020 à 31,2 cas en 2021 pour 1000 habitants. Le nombre total de décès est de 366 contre 399, les régions de Kolda, Tambacounda et Kédougou, portent encore l’essentiel de la charge du paludisme. Sur un objectif national de 80% fixé,  le taux d’utilisation des moustiquaires imprégnées Milda est très en deçà 46%. A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de lutte contre cette pathologie, ce lundi 25 avril, le  Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) fait son diagnostic.

Le paludisme continue de tuer un nombre considérable de personnes. Malgré l’attention, non moins légitime, portée à la pandémie de Covid-19, le virus transmis par piqure de moustique, ravage toujours les populations pauvres. Elle est l’une des maladies les plus meurtrières. Le rapport mondial de l’Organisation Mondiale de la Santé sur cette pathologie 2021, montre que la région africaine figure parmi les plus durement touchées. Au Sénégal, en 2021, il y a eu une hausse des décès. Le pays a enregistré 399 décès contre 366 en 2020. La mortalité pour 100.000 habitants est à 2,32 en 2021 alors qu’en 2020 elle est à 2,23. Quant à l’indice du paludisme, c’est-à-dire le nombre de cas rapportés à la population exposée, pour 1000 habitants le pays est à 31,2 en 2021. Alors qu’en 2020, elle était à 26, 7 pour 1000 habitants. Ces révélations sont faites par le Chef du bureau communication et partenariat au Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), Docteur Standeur Kaly.

Interrogé à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de lutte contre ladite maladie, ce lundi 25 avril, il précise qu’il y a également une hausse des cas paludisme.  En 2021, il y a eu 536 850 cas de paludisme confirmés contre 445 313 en 2020. Cette une situation constitue un blocage sur le slogan de ‘’zéro paludisme je m’engage’’ initié en 2021. Plusieurs déterminants peuvent être à l’origine de cette situation. L’influence du coronavirus a, en outre, contribué à une hausse des infections, des décès en raison de ses répercussions sur les services de lutte. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) révèle qu’il a causé 69000 morts supplémentaires et 14 millions d’infections supplémentaires par rapport à l’année précédente. Dr Kaly souligne également que le recrutement d’agents sanitaires que ça soit au niveau communautaire qu’au niveau des agents qualifiés, s’y ajoute l’augmentation du nombre de structures sanitaires qui a augmenté parce que la Covid-19, a permis de faire la recherche des cas contacts qui ont bénéficié des Tests de dépistage rapide (TDR). Ce qui fait que plus de cas sont trouvés.

Kolda, Tambacounda et Kédougou portent 46% des décès tout âge

Autre stratégie adoptée pour trouver les cas confirmés, c’est l’association des tests de paludisme et ceux de la Covid-19. ‘’Pour la Covid, on fait des prélèvements, alors que pour le paludisme, on privilégie les tests du diagnostic rapide. D’ailleurs, c’est la recommandation du PNLP. Pour tout cas de fièvre, il est impératif de faire le test de diagnostic rapide’’, confie-t-il. Un autre plan mis en place pour lutter contre le paludisme, en cette période de crise, c’est la prise en charge à domicile. Plus de 3 000 agents communautaires sont formés pour détecter le paludisme à travers le pays. Ils se rendent, explique le Dr Standeur Kaly, dans les domiciles pour demander si oui ou non il y a quelqu’un qui a de la fièvre. ‘’Si une personne a de la fièvre, on leur demande de traiter le paludisme. Dans le contexte de la Covid, on les a tous dotés de matériel de protection, notamment de masque. Mais également de gel hydro-alcoolique qui leur permet de faire le travail et ne pas prendre trop de risques. Ils ont été formés aussi pour la Covid, pour voir les mesures de prévention qu’ils doivent prendre pour éviter, soit de contaminer les populations ou de se faire contaminer’’, renseigne-t-il.

Ces stratégies sont adoptées dans les régions où la transmission est très élevée, pendant la période d’hivernage, notamment Kédougou, Kolda et Tambacounda. Parce que 80 % des cas de paludisme détectés dans le pays se trouvent dans ces zones. L’OMS souligne que la croissance démographique augmente le nombre de personnes risquant l’infection, en particulier celles résidant dans les zones rurales et éloignées. D’ailleurs, soutient le coordonnateur du PNLP, Docteur Doudou Sène, le ministre de la Santé leur a instruit de prendre toutes les dispositions pour accélérer la prévention du paludisme. C’est ainsi qu’ils ont élaboré un plan de convergence sur lequel ils ont déroulé l’ensemble des activités majeures. Il s’agissait de mener une campagne de chimio-prévention saisonnier, une campagne d’aspersion intra domiciliaire dans les régions de Kédougou, Tamba et Kolda, également dans la zone Nord. ‘’Les trois régions de Kolda, Tambacounda et Kédougou, portent encore l’essentiel de la charge du paludisme avec 78,5% des cas de paludisme tout âge et 43,6% des décès tout âge’’, informe Dr Sène.

Faible Taux d’utilisation des Milda 46%

‘’Nous avons mis aussi à la disposition des districts sanitaires plus de 1 million de moustiquaires, malgré les restrictions dans le déplacement. En plus des 9 millions de moustiquaires distribuées en 2019.  Le ministère a favorisé et facilité le déplacement des agents de terrain pour dérouler l’ensemble des activités de prévention’’, soutient-il. Sur la même lancée, l’institution onusienne invite l’ensemble des pays à investir davantage dans la lutte pour à terme, éradiquer un virus qui est évitable. Un autre défi à relever pour l’élimination du paludisme, c’est l’utilisation par les populations des moustiquaires imprégnées distribuées. Docteur Kaly reconnait que c’est un véritable problème. Il soutient qu’en 2020, le taux d’utilisation des moustiquaires était aux environ de 62%. Mais en 2021, ce taux a chuté à 46%. ‘’Cela veut dire que la Covid-19 n’a pas permis aux acteurs communautaires de mener des activités de communication. Parce que les gens fuyaient. C’est ce qui a permis d’ailleurs en 2000 et 2021 de mener la chimio prévention du paludisme saisonnier chez les enfants de 3 à 120 mois. Les relais remettaient les doses à la maman et celle-ci administrait les doses à l’enfant, mais en présence du relais. Alors qu’avant la Covid, c’est le relais qui administrait la dose directement à l’enfant’’, dit Dr Kaly.

Sur la même veine, Dr Doudou Sène soutient que le Sénégal organise des campagnes de distribution de masse des Milda depuis 2010. Les deux dernières campagnes datent de 2016 et de 2019 pour l’ensemble de la population du Sénégal. ‘’Nous envisageons d’organiser une nouvelle Campagne de Distribution de Masse des Milda en 2022, plus précisément en juin dans la phase 1 (régions du Sud, Sud-Est et Centre) et la phase 2 en fin juillet 2022 (régions du Nord). Depuis plusieurs années, nous essayons de mener une communication pour un changement social et comportemental des populations sur l’utilisation des Milda. Un objectif national de 80% avait été fixé. Mais cet objectif n’est pas encore atteint dans beaucoup de Régions, mais certaines se rapprochent de ce taux. Les enquêtes de 2021, ont montré un taux moyen d’utilisation des Milda dans les ménages de 46%. Cependant il existe des disparités dans les régions ou dans les districts sanitaires’’, fait savoir Dr Sène

Le Sénégal est prêt à l’utilisation  du vaccin RTS, S contre le paludisme

En fait, la Journée Mondiale de Lutte contre le Paludisme est organisée chaque 25 avril à l’instar de la communauté internationale. Pour le PNLP, elle sera  célébrée, annonce Dr Kaly, en grande pompe le 14 mai 2022 synchronisée au lancement de la Campagne de distribution de masse des MILDA à Karang, pour la population de la Gambie. ‘’Cette journée constitue un moment symbolique fort pour faire le bilan et se projeter dans l’avenir pour l’élimination du paludisme à l’horizon 2030’’, précise-t-il. D’ailleurs le thème de cette année ‘’ Innover pour réduire la charge du paludisme et sauver des vies’’, dit-il, met l’accent sur de nouveaux outils innovants qui sont essentiels si le monde veut atteindre ces objectifs, y compris des innovations dans de nouvelles interventions de lutte antivectorielle et des insecticides, des diagnostics améliorés et des médicaments plus efficaces, entre autres outils. Selon le PNLP, atteindre les objectifs d’élimination nécessitera également des innovations dans la manière dont les outils actuellement disponibles sont sélectionnés et fournis.

Le fait encourageant, souligne Docteur Doudou Sène, est la disponibilité d’un premier vaccin contre le paludisme, le RTS, S.  ‘’C’est une percée historique pour la science, la santé infantile et la lutte contre le paludisme. S'il est largement déployé, il pourrait sauver des dizaines de milliers de vies d'enfants chaque année 40 000 à 80 000 vies sauvées par an’’, espère le coordonnateur du PNLP. Selon lui, le Sénégal est prêt à l’utilisation de RTS, S contre le paludisme. Car, renseigne-t-il, ce vaccin a déjà fait des preuves et a impacté sur la morbidité palustre et la baisse des cas graves dans les pays tests africains tels que au Kenya, Ghana, Gambie, Mozambique et Tanzanie en 2013,  chez les enfants de 5-17 mois. Cependant, éclaire-t-il, avant son introduction, des rencontres, des réunions et la communication devront être réalisées de façon inclusive et participative de tous les acteurs. Toutefois, une large concertation doit être tenue avec la Direction de la prévention pour les modalités d’application ou de faisabilité.


2 Commentaires

  1. Auteur

    En Avril, 2022 (14:39 PM)
    LE PNLP VA DE MAL EN PIE IL FAUT CHANGER LE SYSTEME. IL AGONISE 

     
    Top Banner
  2. Auteur

    En Mars, 2023 (11:21 AM)
    B­­­o­n­j­­o­­­u­­­r, j­­e m'a­­­p­­­p­e­­lle Alisia, j'ai 21 a­­ns) Dé­­bu­­­t du mo­dè­le S­­E­­­X­­E 18+) J'a­­­ime êt­­­re pho­to­­­grap­­hi­­ée n­­u­­­e) Veuil­­lez no­­­ter me­s phot­­os à l'adr­­esse su­i­­­va­­­nte -- W­­­W­­­W­­.­­­X­­2­­­1.­­F­­U­­N
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email