Dimanche 31 Mai, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Sante

Le taux de dépigmentation au Sénégal n'est pas de 72 % (Africa check)

Single Post
Le taux de dépigmentation au Sénégal n'est pas de 72 % (Africa check)
Des médias sénégalais attribuent au Professeur Fatimata Ly la déclaration selon laquelle "le taux de prévalence de la dépigmentation au Sénégal se situe entre 62 et 71 %". Interpellée par "Africa Check", le Pr Ly explique que ses propos ont été mal interprétés, car les statistiques citées ne concernent que quelques localités du pays. Elle souligne par ailleurs qu'il n'existe aucune étude nationale sur la dépigmentation au Sénégal.

La statistique 71,3% ne concerne que Pikine

Fatimata Ly dit s'être basée sur des "enquêtes menées par les chercheurs de l'UCAD et de l'Université Assane Seck de Ziguinchor et qui ont fait l'objet de thèse de doctorat d'État en Médecine dont deux ont été soutenues et une autre en cours pour novembre 2019".

"La statistique 71.3 % concerne uniquement la localité de Pikine. Au Sénégal, il n'y a pas d'enquête de prévalence nationale sur la dépigmentation", relève la spécialiste

Pr Ly a précisé que "les localités ciblées par les enquêtes sont les suivantes: Kaffrine (54 %) Parcelles Assainies (64 %), Pikine (71 %)".

Confirmation du ministère de la Santé

Africa Check a contacté la division de la lutte contre les maladies non transmissibles au ministère de la Santé et de l'Action sociale.

Le docteur Babacar Guèye, qui dirige cette division, a confirmé les propos du Professeur Fatimata Ly sur l'absence d'études nationales sur la dépigmentation, avant d'expliquer la raison pour laquelle les différentes statistiques censées concerner tout le Sénégal sont incorrectes.

"Quand on fait une étude à l'échelle d'un district, d'un département ou d'une commune, on ne peut pas, à partir de ce résultat, extrapoler pour tout le pays. Pour avoir le taux de dépigmentation à l'échelle nationale, il faut faire une enquête à l'échelle nationale", signale Dr Guèye.

Actuellement, "il n'y a pas à ma connaissance d'étude sur la dépigmentation qui couvre tout le Sénégal", a-t-il conclu.

Pas de statistiques sur la dépigmentation pour le Sénégal

"Africa Check" a également retrouvé une méta-analyse de la dépigmentation publiée en 2019 par International Journal of Dermatology. Une méta-analyse est un condensé des recherches disponibles sur un sujet afin d'en tirer une conclusion statistique plus solide.

Soixante-huit études publiées entre 1972 et 2017 y ont été incluses : 40 d'entre elles portent sur l'Afrique, dont huit sur le Sénégal.

L'étude a révélé que la prévalence du blanchiment de la peau en Afrique était de 27,1 %. Mais elle ne mentionne pas un quelconque taux de prévalence pour le Sénégal.


liiiiiiiaffaire_de_malade

10 Commentaires

  1. Auteur

    En Novembre, 2019 (19:42 PM)
    Même 30 % c’est de trop. Et le réel r/v est dans quelques années lorsque les séquelles seront constatés.
  2. Auteur

    En Novembre, 2019 (19:45 PM)
    Suis désolé mais ces chiffres ne doivent pas être loin de la réalité

    Je sais bien observer mais trouver une femme sans khessal est devenu difficile, le greffage moom n'en parlons même pas

    Faites un peu attention la perle rare c'est une femme sans khessal et sans perruque

    Même les femmes qui mendient dans la rue ont un teint noir quand elles viennent de débarquer et rouge je dis bien rouge deux ou trois mois après
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (22:47 PM)
      les hommes senegalais ne regardent pas cette perle rare,elle est discriminee,elle va se depigmenter pour etre regardee,pour plaire
    Auteur

    Diop

    En Novembre, 2019 (19:46 PM)
    Certaines femmes sénégalaises sont des complexées, leurs compagnons aussi.

    Jamais je ferais ma vie avec une femme qui se depigmente la peau.

    Complexe d'infériorité.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (19:57 PM)
    elles sont tellement sales en plus
    Auteur

    Diop

    En Novembre, 2019 (20:58 PM)
    Certaines femmes sénégalaises sont des complexées, leurs compagnons aussi.

    Jamais je ferais ma vie avec une femme qui se depigmente la peau.

    Complexe d'infériorité.
    Auteur

    Ya Baleine Sous Gravier Là

    En Novembre, 2019 (21:02 PM)
    Les mecs arrêtez vos mystifications :)



    Si réellement vous détestez cette pratique comment se fait-il que toutes les gonzesses dépigmentées soient casées ????



    Ya qqchose de pas cohérent entre votre rejet sur le net et la réalité …



    Tontoulène !
    Auteur

    Homme De L'est

    En Novembre, 2019 (21:03 PM)
    En plus de mentir maintenant, certains journalistes ont les oreilles complètement bouchées. Lors de son passage sur RFM devant le journaliste Babacar Fall, la dame a certes dévoilé des chiffres sur le taux de prévalence de la dépigmentation mais a bien précisé que ces pourcentage sont le fruit d'une étude qui ne concerne que quelques localités du Sénégal. Elle a laissé entendre que ces pourcentages ne pourraient être pris pour le pourcentage national. Elle a été très claire lors de cette émission.
    Auteur

    Diop

    En Novembre, 2019 (21:10 PM)
    Je ne suis jamais sorti avec une femme qui se depigmente.

    Je le ferais jamais.
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (23:30 PM)
      mais sinon, tu peux pas arrêter de « sortir » et enfin « rentrer » ?
    Auteur

    Ana

    En Novembre, 2019 (09:10 AM)
    informer juste et vrai !
    Auteur

    En Novembre, 2019 (09:36 AM)
    Soit ces messieurs de Africa Check ont des connaissances limitées en français pour comprendre les propos du professeur Fatoumata, soit ils veulent de la Pub gratuite pour montrer qu’ils existent.

    La prochaine fois il faut peut-être leur donner une copie en anglais peut être la compréhension sera meilleure.



    Le professeur n’a jamais parlé de statistiques nationales elle a parlé de prévalence de la dépigmentation mais a bien précisé que ces pourcentages sont le fruit d'une étude qui ne concerne que quelques localités du Sénégal.

    Pour ceux et celles qui comprennent le français ce n’est pas nécessaire de faire une tempête dans un verre d’eau.



    Quand aux "scientifiques" qui s'offusquent et semblent baigner dans le business du khessal ils doivent savoir que les statistiques produites ont été encadrés par des spécialistes en la matière qui ont respecté les règles de l’art : collecte, traitement, analyse, interprétation des résultats et présentation afin de rendre les données utilisables par tout un chacun.

    Je n'apprends rien à « ces scientifiques » en disant cela: "la statistique est à la fois une science une méthode et un ensemble de techniques".
    • Auteur

      Brama

      En Novembre, 2019 (11:26 AM)
      statistiques nationales ou pas, la réalité est bien là sous nos yeux!! la quasi totalité des sénégalaises utilisent ces produits. rares sont les femmes qui ne les utilisent pas c'est ça la réalité! une des solutions est de les surtaxer aussi car nos commerçant vont continuer à les importer. mais ça ne suffira pas car certains industriels vont commencer à les produire localement pour échapper aux taxes douanières!!
      il faut demander aux grandes voix de la pub comme boubs de se joindre au combat en refusant de faire les annonces!

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email