Samedi 23 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sante

Lutte contre le VIH/Sida : l’accès au dépistage reste encore

Single Post
Lutte contre le VIH/Sida : l’accès au dépistage reste encore
L’accès au dépistage demeure un défi pour l’atteinte de l’objectif des "trois 90" en matière de lutte contre le Sida, à savoir dépister 90% des personnes infectées, d’en placer 90% sous traitement anti-rétroviral et rendre indétectable la charge virale chez 90% de ces personnes, a relevé lundi à Dakar la secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS), docteur Safiétou Thiam.

Cette situation s’explique par le fait que 19% des personnes infectées ne connaissent pas leur statut sérologique, a indiqué Mme Thiam, par ailleurs présidente du conseil d’administration de Coalition Plus, un réseau international de lutte contre le Vih/Sida et les hépatites regroupant des associations issues de 52 pays d’Europe, d’Afrique, d’Asie et d’Amérique.
 
"Il nous faut développer des stratégies particulières pour combler ce gap et espérer atteindre l’élimination de la maladie en 2030", a-t-elle dit au cours de la cérémonie officielle de lancement de la première édition de la Semaine internationale de dépistage, à l’initiative de Coalition Plus.
 
 Au Sénégal, a relevé Safiétou Thiam, les estimations font état de "41 000 personnes qui vivent avec le VIH dont 81% de personnes dépistées et sous traitement, le reste est difficile à trouver puisque étant une population très cachée dont la plupart sont des hommes et des enfants".
 
En 2016, a rappelé docteur Thiam, la communauté internationale s’était engagée pour l’élimination du Vih/Sida en 2030 mais des objectifs intermédiaires avaient été fixés pour 2020 par l’organisation des Nations unies pour la lutte contre le Sida (ONU/SIDA).
 
Dans chaque pays, il fallait faire en sorte que 90% des personnes vivant avec le VIH soient dépistées, 90% des personnes dépistées mises sous ARV et 90% mises sous traitement devaient avoir leur charge virale indétectable pour ne plus transmettre la maladie.
 
Au Sénégal, en fin 2019, 81% sont dépistés, 87% de ces personnes sont sous traitement et 81% ont vu leur charge virale indétectable, selon la secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre le Sida.
 
"Nous allons mesurer en fin 2020 et espérons pouvoir atteindre les deux derniers 90, à savoir le traitement et la non transmission", a indiqué Mme Thiam, selon qui pour le dépistage, le premier des trois 90, "ce sera plus difficile à atteindre, d’où le lancement de la Semaine internationale de dépistage". 
 
La Semaine internationale dans ce contexte de pandémie de Covid-19 offre une opportunité pour la mise en place de stratégies visant à atteindre les 90-90-90 fin 2020.
 
"Il nous faudra certainement plus d’innovations pour prendre en compte toutes les cibles, lever les obstacles et accélérer la prévention des nouvelles infections. 
 
La tâche ne sera pas facile puisque la Covid-19 qui sévit depuis presque un an a creusé les inégalités en santé et augmenté les inégalités" de manière générale, à dit Safiétou Thiam.
 
Elle a fait état du travail en cours avec les partenaires mais également avec la Division de la lutte contre le Sida du ministère de la Santé et de l’Action sociale, pour rendre disponibles les autotests salivaires pour le dépistage du VIH/SIDA dans le service public mais aussi dans les officines privés 
 
Selon la secrétaire exécutive du CNLS, il faut une bonne campagne de communication mais également un accompagnement des communautés pour arriver à cet objectif. 
 
Pour le président de la Coalition Plus Afrique, docgteur Alioune Sylla, "cette première édition entièrement financée par son organisation déroulera partout des caravanes de sensibilisation avec la mobilisation des pairs éducateurs, du personnel de santé pour dépister plus de personnes".
 
"Le dépistage est la porte d’entrée de toutes les stratégies de lutte contre le VIH, aussi bien pour la prévention, puisqu’il faut connaître son statut afin d’adopter les mesures de prévention, que pour la prise en charge", a-t-il souligné.
 
A l’occasion de cette semaine déroulée du 23 au 29 novembre, les acteurs communautaires au sein de la Coalition vont également plaider pour une reconnaissance et une intégration du dépistage communautaire dans les politiques de santé publique, a dit la présidente du conseil d’administration de l’Alliance des communautés pour la santé (ANCS), Rokhaya Nguer.
 
Mme Nguer, dont la structure est membre de Coalition Plus, a également cité l’accès effectif aux outils de prévention et de dépistage avec la recommandation de l’OMS pour la mise en place de l’autotest. 
 
Coalition Plus est un réseau international de lutte contre le Vih/Sida et les hépatites virales qui regroupent des associations issues de 52 pays d’Europe, d’Afrique, d’Asie et d’Amérique.
 
Dans le sillage de la Semaine européenne de dépistage lancée il y a 7 ans, cette première édition vise à sensibiliser les populations à risque sur le dépistage, étape "incontournable pour parvenir à l’élimination".  


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email