Mardi 28 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sante

Santé de la reproduction : Sansas, pour permettre aux jeunes de se protéger et d’éviter les actes criminels

Single Post
Sansas santé reproduction
Grossesses précoces, infanticides, meurtres ou assassinats. La liste est loin d’être exhaustive. Tout ça peut résulter d’une vie sexuelle des jeunes et des adolescents alors qu’ils ignorent encore leurs droits dans le domaine de la santé de la reproduction.

Coordinateur du projet Santé reproductive des adolescents et jeunes du Sénégal, Abdoulaye Ka a voulu faire, d’emblée, une précision de taille. «Nous n’avons pas la prétention de réinventer la roue, mais plutôt jeter les bases de la pérennisation des actions relatives à la santé de la reproduction. Nous voulons permettre aux jeunes de se protéger et d’éviter ces actes criminels», a-t-il déclaré lors de l’atelier de sensibilisation des journalistes sur les thématiques dudit projet, ces 14 et 15 juillet à Saly (Mbour).

Le programme  intervient dans les deux régions de Sédhiou et de Thiès (Mbour) avec 20 communes urbaines et rurales. L’objectif général est d’améliorer l’accès aux services de santé reproductive des jeunes et des adolescents, en particulier des filles, des jeunes femmes et jeunes vulnérables, à travers un accès à des services de santé de qualité et adaptés, ainsi qu’à une éducation en matière de SRAJ (santé de la reproduction des ados et des jeunes), visant à diminuer les inégalités femme-homme et les violences qui en découlent. 

Pour ce faire, les acteurs auront pour mission d’élargir et améliorer l’offre en matière de SRAJ, d’améliorer les connaissances et aptitudes des bénéficiaires et de contribuer au renforcement d’un environnement social et légal favorable au niveau local et national.

Selon toujours le coordonnateur, 24 460 jeunes, 260 professionnelles de santé et 200 agents de santé communautaire de 30 structures de santé, des équipes-cadres des districts sanitaires, des régions médicales et de la DSME/MSAS, 920 membres du personnel scolaire et 12 240 parents d’élèves au sein des 46 établissements ciblés, 160 personnels d’associations culturelles/communautaires seront mis à contribution. 

Lors de sa présentation, Abdoulaye Ka a assuré que les impacts, à plus long terme, associés à ces résultats attendus sont la réduction des mariages et des grossesses précoces et des grossesses non désirées et par là, de leur impact sur l’éducation (décrochage scolaire, déscolarisation...), notamment des jeunes filles, l’évolution des normes sociales (perception du statut des jeunes filles et des jeunes femmes, rapports femme-homme/rapports de pouvoir), la réduction des inégalités femme-homme et des VBG (MGF, violences sexuelles, physiques, psychologiques...).

Une meilleure implication des adolescents, jeunes hommes et jeunes femmes dans les décisions individuelles et collectives concernant leur santé, notamment leur santé reproductive, l’autonomisation sociale des adolescents et jeunes, notamment les jeunes filles et jeunes femmes, et l’amélioration des conditions de vie et du bien-être des adolescents, jeunes filles et jeunes hommes seront aussi pris en compte.
Sansas va durer quatre ans, à compter du premier trimestre 2021. Son financement s’élève à plus de 5 milliards de F Cfa.


3 Commentaires

  1. Auteur

    En Juillet, 2022 (14:47 PM)
    Mimi a mis Touba en ebullition, apres avoir osée s'asseoir au meme niveau que le Khalife.  :sad:  Ce qu'aucun homme politique ne s'etait jamais permis. Meme le president de la republique ne s'y est jamais aventuré  :hun:  Elle doit etre sur les pas de son patron qui avait declaré que "les chefs religieux sont des hommes comme les autres" Qu'elle soit encore premier ministre, on le lui airait concedé à moitie; mais le pire c'est qu'elle n'a aucun mandat electif 🙁
  2. Auteur

    Fall Papa

    En Juillet, 2022 (18:56 PM)
    Distribuer des contraceptifs aux jeunes ne fera qu'augmenter les relations sexuelles avec toutes les conséquences. Ce qu'il faut c'est une véritable éducation sexuelle pour apprendre aux jeunes à maîtriser leur sexualité et à vivre leurs relations sexuelles dans le respect, la responsabilité, l'amour et le mariage
    {comment_ads}
    Auteur

    Abdou

    En Juillet, 2022 (18:59 PM)
    Ce ne sont pas les pilules et les capotes qui vont éviter les actes criminels ! C'est l"'éducation, en commençant par les parents et les écoles, avant les médecins.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email