Mardi 18 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

[Spécial 4-Avril] 4/4Capitaine Mbaye Diagne : L'incroyable histoire du Casque bleu sénégalais, héros du génocide rwandais

Single Post
[Spécial 4-Avril] 4/4Capitaine Mbaye Diagne : L'incroyable histoire du Casque bleu sénégalais, héros du génocide rwandais
 Le Sénégal célèbre, ce mardi 4 avril, le 63e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Occasion pour Seneweb de revisiter l’incroyable histoire du capitaine Mbaye Diagne, officier subalterne sénégalais, qui a réussi à sauver, à lui seul et au péril de sa vie, plusieurs centaines de personnes du génocide rwandais qui a fait près d’un million de morts, en 1994.  

L’homme est aujourd’hui un parfait inconnu dans son pays, le Sénégal, et en Afrique. Et pourtant, quand on rapporte la grandeur de ses actes à la petitesse de ses moyens, quand on contextualise ses faits, on peut dire sans ambages qu’il est l’un des plus grands héros du XXe siècle. Lui, c’est le capitaine Mbaye Diagne, officier de l’armée sénégalaise et observateur militaire de la Mission des Nations Unies pour l’assistance au Rwanda. Il a sauvé, à lui seul, plusieurs centaines de personnes (un millier, selon certaines estimations) du génocide au Rwanda au péril de sa propre vie.

La médaille du courage de l’ONU baptisée Mbaye Diagne

En effet, début 1994, il a assisté au génocide qui va causer près d'un million de morts. Face aux horreurs qu’il voit au quotidien, il décide, de son propre chef, d’aller à l’encontre des directives de l’ONU et de sauver autant de personnes qu’il peut. «Il s’en allait seul, puis revenait avec des dizaines de personnes qu’il avait arrachées à l’orgie sanguinaire des génocidaires», témoignera le général Roméo Dallaire (commandant en chef de la mission de la Minuar). Il organisait ensuite leur évacuation vers le Kenya, puis partait à nouveau en chercher d’autres. Il sauvera ainsi plus de 600 personnes (un millier, selon certaines estimations) avec pour seules armes, ses convictions et la force de son verbe. Il se fera tuer lors d’une de ses «escapades humanitaires». 

Une prouesse et une bravoure qui lui ont valu le titre de «l’Homme le plus courageux ayant servi l’Organisation des Nations Unies». La médaille du Courage de l’ONU porte son nom.

Le 31 mai de la même année, le capitaine Mbaye Diagne rentre seul à l’État-major de la force, lorsqu’un obus de mortier s’abat sur son véhicule militaire. Il est tué sur le coup. C’était à deux jours de son retour au Sénégal où l’attendaient sa femme et leurs deux enfants. La nouvelle parvient vite au fameux «hôtel des Mille collines» de Kigali où se trouvent les locaux de la Minuar ainsi que des rescapés tutsis et des Hutus modérés qui ont échappé aux terribles massacres perpétrés par les génocidaires interahamwe. 

C’est alors la consternation totale. «À l’hôtel des Mille collines, je me souviens des réfugiés qui pleuraient la mort de Mbaye Diagne. Tous le connaissaient. Nous étions alors très tristes», dira plus tard son frère d’armes, le colonel à la retraite Mamadou Adje, lui-même capitaine de la Minuar à l’époque. Et pour cause : l’un des plus grands héros de notre temps venait de tomber au Rwanda, le Pays des mille collines, terre rouge du sang des martyrs de l’un des pires holocaustes de l’histoire de l’humanité.  N’est-ce pas «on peut être héros sans ravager la terre», comme l’écrivait le grand poète français Nicolas Boileau dans ses «Épîtres». Il a été profondément humain dans une période où la bestialité était la norme. Il a préféré la mort au déshonneur. Il a fait preuve d’un courage extraordinaire quand le monde entier se complaisait dans un silence complice et un mutisme assassin. Une rose parmi les orties, voilà ce qu’il était.

De Koki à Kigali

Né à Koki, dans le département de Louga, le 18 mars 1958, Mbaye Diagne, à l’état civil, a fait des études de droit à l’université de Dakar avant de s’inscrire à l’École nationale des sous-officiers d’active (Ensoa) de Thiès d’où il est sorti avec le grade de capitaine de l’armée sénégalaise.

Ayant reçu le commandement de la 3e compagnie du 6e bataillon d’infanterie, il prend une part active dans le conflit casamançais, de 1989 à 1993. Au cours de la même année, il est envoyé au Rwanda, dans le cadre d’une équipe d’observateurs militaires de l’OUA chargée de surveiller la guerre civile opposant les forces gouvernementales de la majorité hutue aux combattants du Front patriotique rwandais (FPR) dominé par les Tutsis.

Par la suite, il sera affecté à la Minuar, une force de maintien de la paix des Nations Unies chargée de superviser la mise en œuvre des accords d’Arusha (août 1993) destinés à mettre un terme à la guerre. Malheureusement, le président de la République du Rwanda, Juvénal Habyarimana, d’ethnie hutue, est tué dans des circonstances troubles. C’est alors le coup d’envoi du terrible génocide des Tutsis par les extrémistes hutus.

Un Rwanda reconnaissant !

C’est dans ce contexte tragique que va se révéler Mbaye Diagne, le «capitaine courage». «Personne n’allait nous secourir. Nous étions littéralement abandonnés par le monde dans une Afrique lugubre. Il était absolument hors de question pour moi de m’en aller et j’aurais sacrifié toutes les vies sous mon commandement, de ceux qui ont décidé de rester avec moi et la mienne, pour être capable de sauver une Rwandaise ! Un Tutsi, qui tiendrait le monde pour responsable de ce génocide !», confiera le capitaine Mbaye Diagne à son ami le journaliste de la BBC Mark Doyle. «C’est l’homme le plus courageux que j’ai rencontré au cours de mon existence», dira ce dernier de l’officier sénégalais.

Notons que les cinq enfants de la Première ministre Agathe Uwilingyimana, une Hutue modérée, assassinée le 7 avril 1994, furent arrachés des griffes des miliciens interahamwe puis évacués vers la Tanzanie par le capitaine Mbaye Diagne. Ce fut sans doute l’un des premiers hauts faits du héros sénégalais qui continua de mener ses opérations de sauvetage, seul, sans arme et en dépit des ordres de la hiérarchie militaire. «Il s’en allait seul, puis il revenait avec des dizaines de personnes qu’il avait arrachées à l’orgie sanguinaire des génocidaires», témoignera le Général Roméo Dallaire, Commandant en chef de la Minuar. 

Pour cet officier supérieur des Casques bleus de l’ONU, le capitaine Mbaye Diagne peut être considéré comme «l’homme le plus courageux ayant servi l’Organisation des Nations Unies».

En juillet 2010, sa veuve et ses deux enfants ont reçu des mains du président Paul Kagamé le prix Umurinzi accompagné de ces mots émouvants : «Pour votre bravoure et votre sacrifice pendant le génocide de 1994 et pour montrer au monde la vraie signification de l’Ubuntu africain, le peuple rwandais vous sera toujours endetté.» 

Au mois d’octobre de la même année, en Italie, Mbaye Diagne est célébré par le Jardin des Justes de la ville de Padoue. En 2011, à l’occasion du 17e anniversaire du génocide, le capitaine est à nouveau honoré à titre posthume par la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton.

Les vœux de sa veuve Yacine Mar Diop

En 2014, le Conseil de sécurité de l’ONU décide de créer la «Médaille du Capitaine Mbaye Diagne pour courage exceptionnel» en son honneur.

Au Rwanda, son souvenir reste gravé dans les cœurs et dans les esprits et chaque année, son nom est évoqué au moment des commémorations du génocide de 1994.

Quid de son pays natal, le Sénégal ? En 2005, le capitaine Mbaye Diagne est décoré à titre posthume du grade de chevalier dans l’Ordre national du lion. 

Cependant, aujourd’hui encore, ce chevalier des temps modernes reste peu connu de ses compatriotes. Aucun boulevard, avenue, rue ou édifice public ne porte son nom.

Pourtant, comme le souligne sa veuve Yacine Mar Diop, son histoire devrait être connue de tous les Sénégalais, car qui est plus grand que l’homme qui a fait don de sa vie à ses semblables ? «Mon souhait serait que le nom de mon mari puisse figurer dans les manuels scolaires du pays. Que son histoire puisse être connue de tous. Son attitude sur le terrain et son courage doivent inspirer les jeunes», affirmait, avec justesse, l’épouse du capitaine Mbaye Diagne. 

Le souhait de cette brave dame, qui a su rester digne dans l’épreuve, est également le nôtre, nous ses concitoyens saint-louisiens, car nous n’oublions pas qu’elle est aussi une petite-fille d’Abdoulaye Mar Diop, Maire émérite de la vieille ville de 1946 à 1952. 




17 Commentaires

  1. Auteur

    En Avril, 2023 (15:03 PM)
    Merci  mon capitaine d'avoir honorer Meïssa Fary Fall
    {comment_ads}
  2. Auteur

    Mbokk

    En Avril, 2023 (15:22 PM)
    le capitaine est sorti de l 'ENOA (Ecole Nationale des Officiers d'Active) et non de l'ENSOA.                                 Une personne courageuse et tres humble de nature.Je suis bien place pour lui faire ce temoignage etant son cousin.Que Firdawsi soit sa retraite eternelle.
    {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2023 (15:25 PM)
    Je me rappelle de lui élève lycée Faidherbe internat à l'époque il faisait série c nous série d il était très vivant ensuite c'est lucad . Repose en paix.
    {comment_ads}
    Auteur

    Yomtvrap

    En Avril, 2023 (15:33 PM)
    L'as des as. Je sais que tu as ce que tu mérites actuellement auprès de notre Seigneur. Dieu accueille le et pardonne lui ses péchés sur notre terre de misère et de sang, amen 🙏🏿 
    {comment_ads}
    Auteur

    Bravure

    En Avril, 2023 (15:49 PM)
    Merci de tout coeur Capitaine M.D. pour cette grande leçon d'humanité, qualité malheureusement si rare chez vos semblables. RIP
    Auteur

    En Avril, 2023 (15:56 PM)
    RIP jambar 
    {comment_ads}
    Auteur

    Et Pourtant

    En Avril, 2023 (16:03 PM)
    Bravure, vous avez parfaitement raison. A l'heure actuelle, trouver des personnes d'une telle humanité est pratiquement rare. Voilà des exemples qu'ils faut présenter aux jeunes et même aux vieux. 
    {comment_ads}
    Auteur

    886

    En Avril, 2023 (16:35 PM)
    Que votre nom retentisse a jamais dans la memoire collective Senegalaise 🇸🇳🇸🇳🇸🇳 

    JERE NGA DIEUF DIAMBAR 🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2023 (16:36 PM)
    Un formidable modèle d'humanisme et de don de soi, c'est scandaleux et incompréhensible qu'aucun édifice public ne porte son nom.
    Auteur

    Tombon

    En Avril, 2023 (16:56 PM)
    Je suis du MFDC mais je reconnais qu'Mbaye Diagne 6BAT à Bignona était un homme brave. Il bravait même le danger pour dialoguer avec les rebelles sous les manguiers à Manguiline Kadiamor/Bignona.

    Ce n'est pas parce qu'il n'est plus là mais c'était le seul homme qu'aucun rebel du MFDC n'imaginerai tirer dessus. Il était un homme de paix et a sauvé beaucoup de vies en casamance avant d'aller au Rwanda. 

    Sans vous mentir j'ai vu des rebels larmer pour son décès. Paix à son âme et je suis content pour cette reconnaissance de toute votre nation à son égard.

    Capitaine Diagne repose en pais la casamance ne t'oubliera jamais pour service rendu.

    Je salut au passagers un autre homme valereux dont je n'ai plus de nouvelles (Commandant Abou Thiam qui était à Bignona aussi vers 2002-2004)
    {comment_ads}
    • Auteur

      886

      En Avril, 2023 (20:07 PM)
      Kajamoor keb !!! Senegal 🇸🇳 yololal du Nord au Sud d Est a l Ouest 
      Un Peuple Un But Une Foi
      UJAMORAAL 🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳🇸🇳
    {comment_ads}
    Auteur

    Aliou Diop

    En Avril, 2023 (17:20 PM)
    Repose en paix JAMBAR un valeureux officier un vrai militaire. Il fut mon commandant d'unité au 6ème Bataillon à Bignona connu pour son franc parlé à l'époque il était avec le capitaine Wardini le capitaine Ba d'un cœur d'or il a écrit l'histoire de toute une nation le Sénégal qui lui doit beaucoup, et d'une autre nation qu'est le Rwanda d'où il a sauvé plus 600 hutus d'une mort certaine. Priez pour le repos de son âme. Je suis au garde à vous mon capitaine. Que le tout puissant vous accueille dans son céleste paradis amine
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2023 (18:19 PM)
    Paix à son âme 

    un homme courageux humain digne et valeureux 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2023 (18:30 PM)
    Le plus grand Centre d'entraînement tactique des Armées où se regroupent les contingents militaires, gendarmes et policiers avant d'aller en mission  porte son nom. 

    L'escale de la base aérienne de Ouakam et une promotion de l'école nationale des officiers de Thies porte son nom.

    Une stèle est érigée en face de la gare du TER en son nom.

    Le Sénégal lui a rendu hommage. 

     
    Auteur

    Az67

    En Avril, 2023 (18:58 PM)
    Ce capitaine mérite même un film pour  son courage afin que l on puisse connaître son histoire car c est un véritable héros de guerre
    {comment_ads}
    Auteur

    Ano

    En Avril, 2023 (19:02 PM)
    Merci pour ce beau témoignage! Je voudrais juste préciser que des efforts sont entrain d'être faits depuis 5 ans au moins. Le centre d'entraînement tactique n°7 de Thiès porte son nom. Une journée du capitaine MD y est organisée tous les ans en présence des autorités civiles et militaires nationales et étrangères.

    Merci a vous de participer à faire connaître l'homme le plus courageux ... 
    {comment_ads}
    Auteur

    Fall Ousmane

    En Avril, 2023 (19:08 PM)
    ils ne se sont pas bien occupe de sa famille et surtout de ses enfants

    j ai suivi un reportage sur sa famille mais son fils avait arrete les etudes faute de moyens.

    Ses enfants devraient etre accepte a l ecole de lONU ou vont les enfants de diplomates.

    il serait interessant de faire un tour chez eux voir ce qu ils sont devenus
    {comment_ads}
    Auteur

    Diaraf Ndiambour

    En Avril, 2023 (20:05 PM)
    Tristes,nous regrettons tous le sacrifice de mbaye diagne, mort en sauvant des vies.Des années après, nous nous posons des questions,sa mort prématurée à beaucoup joué sur sa fratrie qui aurait pu s'appuyer sur lui pour émerger.Helas,ses frères et sœurs n'ont jamais été pris en compte par l'ont et l'état sénégalais. Ils ont comme leur mère perdu beaucoup sinon  tout. Vivant,il aurait pu racheter la maison paternelle sise à  tali boumack et y loger  sa fratrie mais aussi ses neveux et nièces et surtout,souien et pillier principal de famille,aider sa famille à  moins souffrir des affres de la vie. Que de regrets,face à l'ingratitude humaine, à l'oubli ou à l'amnésie. Pour nous racheter, il faut un sursaut des autorités nationales et locales avec des actes simples mais combien bénéfiques pour sa famille et sa mémoire. D'abord  faire une levée de fonds sur le plan national et international pour le rachat de la parcelle de feu Pathe Diagne sise sur talli boumack et y édifier  un immeuble qui servirait de centre socio culturel et d'information sur la vie de capitaine mbaye. Ensuite au niveau du conseil municipal baptiser tali boumack  avenue capitaine mbaye diagne. Permettre aux membres de sa famille de bénéficier d'un travail décent au niveau de la mairie ou à travers khayou ndaw yi. Enfin au niveau des ministères des forces armées et de la culture prendre en charge la manifestation  sargal capitaine mbaye diagne  organisée annuellement. 

     

     

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email