Mercredi 20 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Afflux de réfugiés au Sénégal : Attention au trafic d’enfants !

Single Post
Afflux de réfugiés au Sénégal : Attention au trafic d’enfants !

Un agent du Haut commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés (Hcr) a tiré la sonnette d’alarme. L’afflux de réfugiés au Sénégal, en provenance de la Gambie, pourrait charrier un autre problème crucial : le trafic d’enfants.

Au total, indique cette source, plus de 10 000 personnes de différentes nationalités et fuyant le pays de Jammeh ont pris la direction des villes situées non loin de la frontière sénégalo-gambienne. Ces réfugiés ne sont pas encore pris en charge officiellement par l’État et les organisations humanitaires.  

Mais, souligne l'agent du Hcr, il y a pire. « Ce qui est le plus déplorable, dénonce-t-il, c’est de voir ces milliers d’enfants non-accompagnés et transportés dans des camions vers les régions limitrophes. Sans doute, leurs parents ont décidé de les mettre à l’abri ! Mais avec le trafic d’enfants en Afrique, cette situation doit attirer l’attention des pouvoirs publics. »

(Source : Le Témoin)


Article_similaires

4 Commentaires

  1. Auteur

    Urgent à Lire !

    En Janvier, 2017 (09:43 AM)
    20 Novembre 1959 (texte intégral)





    Préambule



    Considérant que, dans la Charte, les peuples des Nations unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l’homme et dans la dignité et la valeur de la personne humaine, et qu’ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,



    Considérant que, dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, les Nations unies ont proclamé que chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés qui y sont énoncés, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation,



    Considérant que l’enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d’une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d’une protection juridique appropriée, avant comme après la naissance,



    Considérant que la nécessité de cette protection spéciale a été énoncée dans la Déclaration de Genève de 1924 sur les droits de l’enfant et reconnue dans la Déclaration universelle des droits de l’homme ainsi que dans les statuts des institutions spécialisées et des organisations internationales qui se consacrent au bien-être de l’enfance,



    Considérant que l’humanité se doit de donner à l’enfant le meilleur d’elle-même,



    L’Assemblée générale



    Proclame la présente Déclaration des droits de l’enfant afin qu’il ait une enfance heureuse et bénéficie, dans son intérêt comme dans l’intérêt de la société, des droits et libertés qui y sont énoncés; elle invite les parents, les hommes et les femmes à titre individuel, ainsi que les organisations bénévoles, les autorités locales et les gouvernements nationaux a reconnaître ces droits et à s’efforcer d’en assurer le respect au moyen de mesures législatives et autres adoptées progressivement en application des principes suivants :



    Principe premier :



    L’enfant doit jouir de tous les droits énoncés dans la présente Déclaration. Ces droits doivent être reconnus à tous les enfants sans exception aucune, et sans distinction ou discrimination fondées sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l es opinions politiques ou autres, l’origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance, ou sur toute autre situation, que celle-ci s’applique à l’enfant lui-même ou à sa famille.



    Principe 2 :



    L’enfant doit bénéficier d’une protection spéciale et se voir accorder des possibilités et des facilités par l’effet de la loi et par d’autres moyens, afin d’être en mesure de se développer d’une façon saine et normale sur le plan physique, intellectuel, moral, spirituel et social, dans des conditions de liberté et de dignité. Dans l’adoption de lois à cette fin, l’intérêt supérieur de l’enfant doit être la considération déterminante.



    Principe 3 :



    L’enfant a droit, dès sa naissance, à un nom et à une nationalité.



    Principe 4 :



    L’enfant doit bénéficier de la sécurité sociale, il doit pouvoir grandir et se développer d’une façon saine; à cette fin, une aide et une protection spéciales doivent lui être assurées ainsi qu’à sa mère, notamment des soins prénatals et postnatals adéquats. L’enfant a droit à une alimentation, à un logement, à des loisirs et à des soins médicaux adéquats.



    Principe 5 :



    L’enfant physiquement, mentalement ou socialement désavantagé doit recevoir le traitement, l’éducation et les soins spéciaux que nécessite son état ou sa situation.



    Principe 6 :



    L’enfant, pour l’épanouissement harmonieux de sa personnalité, a besoin d’amour et de compréhension. Il doit, autant que possible, grandir sous la sauvegarde et sous la responsabilité de ses parents et, en tout état de cause, dans une atmosphère d’affection et de sécurité morale et matérielle; l’enfant en bas âge ne doit pas, sauf circonstances exceptionnelles, être séparé de sa mère. La société et les pouvoirs publics ont le devoir de prendre un soin particulier des enfants sans famille ou de ceux qui n’ont pas de moyens d’existence suffisants. Il est souhaitable que soient accordées aux familles nombreuses des allocations de l’État ou autres pour l’entretien des enfants.



    Principe 7 :



    L’enfant a droit à une éducation qui doit être gratuite et obligatoire au moins aux niveaux élémentaires. Il doit bénéficier d’une éducation qui contribue à sa culture générale et lui permette, dans des conditions d’égalité de chances, de développer ses facultés, son jugement personnel et son sens des responsabilités morales et sociales, et de devenir un membre utile de la société.



    L’intérêt supérieur de l’enfant doit être le guide de ceux qui ont la responsabilité de son éducation et de son orientation; cette responsabilité incombe en priorité à ses parents.



    L’enfant doit avoir toutes possibilités de se livrer à des jeux et à des activités récréatives, qui doivent être orientés vers les fins visées par l’éducation; la société et les pouvoirs publics doivent s’efforcer de favoriser la jouissance de ce droit.



    Principe 8 :



    L’enfant doit, en toutes circonstances, être parmi les premiers à recevoir protection et secours.



    Principe 9 :



    L’enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d’exploitation, il ne doit pas être soumis à la traite, sous quelque forme que ce soit.



    L’enfant ne doit pas être admis à l’emploi avant d’avoir atteint un âge minimum approprié; il ne doit en aucun cas être astreint ou autorisé à prendre une occupation ou un emploi qui nuise à sa santé ou à son éducation, ou qui entrave son développement physique, mental ou moral.



    Principe 10 :



    L’enfant doit être protégé contre les pratiques qui peuvent pousser à la discrimination raciale, à la discrimination religieuse ou à toute autre forme de discrimination. Il doit être élevé dans un esprit de compréhension, de tolérance, d’amitié entre les peuples, de paix et de fraternité universelle, et dans le sentiment qu’il lui appartient de consacrer son énergie et ses talents au service de ses semblables.





     :bindeu:  :bindeu:  :bindeu: 
  2. Auteur

    Watt

    En Janvier, 2017 (10:10 AM)
    Cette situation déplorable est la résultante de l’immixtion du Sénégal dans les élections d'un pays voisin.

    Depuis quand les félicitations sont devenues des lois ? Est ce que la félicitation est au dessus de la constitution Gambienne?

    Nous refusons malhonnêtement à Yaya Diamé ce que nous avons accepté à Macky Sall quand il se réfugiait derrière la constitution sénégalaise.

    Nous revient il à nous sénégalais de définir les règles de jeux d'une élection dans un pays étranger ?

    Nous avons été bavard et osé au point de montrer à la face du monde que s'il faut embraser la sous région pour faire partir Yaya Diamé, vous le ferez.

    Ces images illustrent déjà le calvaire que les populations vont vivre pendant des années. A cause de vos conneries gouvernementales, nos ménages commencent déjà à souffrir de ce nouveau fardeau.

    SÉNÉGAL, PAYS DE LA HONTE, OCCUPONS NOUS DE NOS OIGNONS !
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2017 (10:22 AM)
      soyons raisonnables, vous savez que les gambiens sont matures et qu'ils savent bien pour qui voter. le sénégal a fait son devoir, accepter le verdict des urnes après que le président sortant ait fait. stop à la spéculation intellectuelle sur des drames humaines. nous avons tous un parent en gambie, nous sommes un même peuple que la colonisation a réunion à partager en deux. restons logiques et empathiques avec le peuple gambien. si vous avez des souci pour jouer votre partition demandez de l'aide et vous verrez que vos amis ou familles gambiens ne seront pas en reste.
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2017 (10:22 AM)
      soyons raisonnables, vous savez que les gambiens sont matures et qu'ils savent bien pour qui voter. le sénégal a fait son devoir, accepter le verdict des urnes après que le président sortant ait fait. stop à la spéculation intellectuelle sur des drames humaines. nous avons tous un parent en gambie, nous sommes un même peuple que la colonisation a réunion à partager en deux. restons logiques et empathiques avec le peuple gambien. si vous avez des souci pour jouer votre partition demandez de l'aide et vous verrez que vos amis ou familles gambiens ne seront pas en reste.
    Auteur

    Ibra

    En Janvier, 2017 (11:44 AM)
    Arrêtez de dire que ce sont des réfugiés. Je donne un exemple, dans 10 familles casamancaises, 9 ont un membre de leur famille en Gambie. Et si ce parent envoie ses enfants à son pays d'origine est-ce qu'on peut qualifier ça de réfugiés. C'est un instinct de survie normal et de préservation de la famille. Ces gens reviennent simplement dans leur pays.
    Auteur

    Deug

    En Janvier, 2017 (15:07 PM)
    @ POSTE No 2 (WATT) HONTE a toi. c'est comme si nous ne sommes pas aussi senegalais que toi . tu es aigris, tu es anti MACKY , c'est ce qui te fait depiter de telles ANNERIES contre ton pays .

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email