Dimanche 22 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

ALERTE ROUGE DANS LE MONDE RURAL : Paysans et bétail crient famine

Single Post
ALERTE ROUGE DANS LE MONDE RURAL : Paysans et bétail crient famine

«La faim est déjà présente, dans certaines zones du Sénégal, c'est dramatique. C'est pourquoi le président de la République a particulièrement insisté pour que ce Conseil interministériel se tienne dans les meilleurs délais». Une déclaration par laquelle, le Premier ministre du Sénégal, Abdoul Mbaye, a reconnu la faim qui sévit chez les braves paysans. Un problème qui est de loin beaucoup plus âpre que tout ce que l'on peut imaginer. Les paysans se trouvent entre le marteau de trouver à manger pour leur famille et l'enclume d'en faire de même pour le bétail.

Conséquence de la mauvaise campagne agricole de l'année dernière qui a vu les paysans se retrouver avec de faibles rendements, cette famine dans le monde rural prévaut pratiquement un peu partout dans le pays. Un constat qui a été fait, il y a quelques jours.

Fatick vit sa misère en silence
A Fatick, région d'origine du 4e président du Sénégal, Macky Sall, les villageois vivent dans la misère et la désolation. La famine s’est réellement installée. Ils sont beaucoup plus préoccupés à trouver de quoi se nourrir que de penser à autre chose. Les paysans n’ont quasiment rien vendu cette année. Et du coup, ils se retrouvent sans vivres pour nourrir leurs familles. Une situation pénible qui fait que les villageois souffrent déjà le martyr. Chaque jour, ces derniers remuent ciel et terre pour trouver de quoi se mettre sous la dent. C’est le cas de Latyr Sène, ce paysan qui habite à «Ndoss Diarraff» un village situé dans le département de Fatick. En effet, Latyr Sène marche des kilomètres, chaque lundi, pour
rejoindre le marché hebdomadaire de Niakhar. Et c’est pour vendre des matelas en paille «padiass» qu’il tisse lui-même histoire de trouver de quoi faire vivre sa petite famille. «Cette année, l’hivernage n’a pas été bon. La pluie n’était pas du tout abondante. Ce qui fait que nous n’avons pas beaucoup récolté, nous n'avons pas de quoi manger» regrette le vieil homme, le visage fatigué. Assis à même le sol, la pipe à la bouche, le teint noirci par la chaleur et le chaud soleil, le vieux paysan de dire : «nous n’avons même pas de quoi vivre. C’est pourquoi je tisse des matelas en paille que je vends ici au marché hebdomadaire tous les lundis pour avoir de quoi nourrir ma famille». Trouvé dans les lieux, Bocar Diouf un autre paysan qui habite le village de «Sanguaye» dans l’arrondissement de Niakhar vend également des «padiass» pour faire vivre sa famille.
«Puisque cette année, les récoltes n’ont pas été abondantes à cause d’une mauvaise pluviométrie, je vends des ‘padiass’. Parce que je n’ai plus de quoi faire vivre ma famille. Chaque ‘padiass’ je le vends entre 1500 et 5000francs c’est avec ça qu’on survit, ma famille et moi».
Dans le même registre, Diodio Diagne, ce vieux paysan subit déjà les conséquences de cette situation. Assis sur un banc, le visage assombri, l’esprit ailleurs, Diodio vend des cordes de bétail. Il ne veut même pas se souvenir de cette année hivernale qui n’était pas au rendez-vous. «Vraiment nous les paysans, nous sommes très fatigués. L’hivernage, de cette année, a été très mauvais, on n’a même de quoi vivre. Mon bétail est en train de mourir, parce qu’il n’y a même pas d’herbe» se lamente t-il. Aussi, indique t-il : «Le peu de mil que j’ai récolté je ne peux pas le vendre sinon ma famille risque de mourir de faim. Nous n’avons rien. C’est pourquoi et pour ne pas laisser mes enfants mourir de faim, je
viens ici pour vendre des cordes entre 100 et 500 francs. Vraiment nous sommes fatigués et l’Etat doit nous aider». Les conséquences de cette mauvaise année hivernale a atteint son paroxysme dans le monde rural. Les paysans vivent dans la misère et la famine, le bétail meurt à cause d’un manque d’herbe.

Article_similaires

7 Commentaires

  1. Auteur

    N'gor

    En Avril, 2012 (17:32 PM)
    Cette annee sera terrible pour nos parents. Comment font-ils faire? Le gouvernement peut-il tout resoudre?
  2. Auteur

    Sene

    En Avril, 2012 (17:39 PM)
    Si linfo est vraie il faut en deduire des lecon, changer les methodes de cultures . Le monde riral est troo coupe de ce qui fait la bonne moisson cad comment enrichir et preserver les sols? Comment choisie des semences a rendements meilleurs. Le monde rural est son propre sauveur. Pas le gouvernement. Il faut aussi travailler davantage. Le noir travaille tres peu!!!
    Auteur

    Zal

    En Avril, 2012 (17:46 PM)
    il faudrait dépasser les clivages politiques, çà c'est une véritable urgence nationale, et c’était pourtant prévisible tous les bulletins le prévoyait.

    Le piège à éviter pour ce régime est de voir en cet échec au niveau du monde rural une affaire personnelle et se mettre à une chasse aux sorcières qui est certes utile mais pas la véritable urgence, risquant de devenir un débat de gueux ( l'actuel président étant tout aussi comptable que ces anciens compagnons du moins jusqu'à 2009).

    L'urgence nationale est de soutenir le monde rurale qui en largement besoin.

    Les promesses électorales non tenues peuvent être comprises, si l’intérêt de la nation est mis en avant.
    Auteur

    Ouf

    En Avril, 2012 (17:48 PM)
    yawe ya..... néke si sa guinawe clavier nane le noir travaille tres peu. ya sofff waye yawe un peu de respect pour ces pauvres gens
    Auteur

    Ami

    En Avril, 2012 (19:22 PM)
    Mon Dieu! Si seulement j'avais gagne des millions! Ca fait mal au coeur. One can only imagine what my people are going throu in a daily basis. Lord help us all. Open the hearts of those able to end this misery.
    Auteur

    Elevage

    En Avril, 2012 (23:08 PM)
    Au ministère de l'élevage il ya des projets dont les montants cumulés depassent les 50 milliards, Quel est l'impact de ces projets sur la vie de tous les jours des eleveurs? Zero, nada, touss. Cependant l'ex ministre est riche comme cresus, idem pour son DAGE et tous les directeurs de projets. Ces gens n'aiment pas le Senegal, le nouveau ministre de l'élevage doit changer toutes ces têtes qui ne rendent pas service à la nation sénégalaise.



    HONTE A VOUS OUMY KHAR GUEYE SECK ! Alors a combien de milliards s'élévent ton butin!?
    • Auteur

      @elevage

      En Avril, 2012 (23:16 PM)
      @ elevage
      toi, tu connais le ministère de l'élevage. pedesoc c 9milliards, pmfa c 10milliards sans compter fonstab, grippe aviare, psoap...aujourd'hui on nous dit que le monde rural a faim. trouvez l'erreur
      les audits ne doient pas ignorer les projets dans les minstères car à l'élevage le cout des projets etait de loin superieur au budget alloué au ministère et ils constituaient la vache à lait de oumou khar la honte
    Auteur

    Flopaty

    En Avril, 2012 (07:52 AM)
    l'agriculture et l'elevage c'est le plus grand défis pour le nouveau gouvernement, il faut faire vite, il y a urgence, certaines regions sont en grand danger.

    il y a tout à faire dans ce dommaine au senegal.....si le peule souahite une autonomie alimentaire...tous ces produits importé sont trop chers pour les populations, il faut revenir à des productions locales....

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Top Banner

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR