Jeudi 28 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

ALINE SITOE DIATTA : La prêtresse, héroïne de la résistance casamançaise

Single Post
ALINE SITOE DIATTA : La prêtresse, héroïne de la résistance casamançaise

Née entre 1910 et 1920 à Kabrousse, dans le quartier de Mossor, la fille de Silosia Diatta et d’Assonelo Diatta, est devenue le symbole de la résistance de la Casamance à toute forme de domination.

Son père décédé, Aline a été prise en charge par son oncle paternel, Elaballin Diatta. Très jeune, elle quitta son village pour aller travailler à Ziguinchor comme docker. Mais à cause des conditions de vie éprouvantes, elle se rendit à Dakar où elle sera bonne à tout faire chez un colon du nom de Martinet, Régisseur des produits de base dans l’Ouest africain. Elle devait avoir 18 à 19 ans. D’après certaines traditions, elle a eu sa première révélation en 1941 à Dakar, lui demandant de rentrer chez elle, d’où elle mènerait une lutte pour sauver le « Sénégal » du colon. D’autres sources avancent la date du 8 mars 1940. Alors qu’elle allait au travail, elle entendit une voix lui dire : « Rentre chez toi ou il t’arrivera malheur ». Elle n’a pas obtempéré. Au quatrième jour, à son réveil, elle constata qu’elle était paralysée. Elle sera ramenée en Casamance où la paralysie cessa dès son arrivée, mais elle en gardera des séquelles, notamment en boitillant.

Aline Sitoé Diatta se remarqua par son appel au peuple casamançais de refuser catégoriquement toute activité imposée par les colons : refus de payer l’impôt en espèces ou en nature, rejet de la culture d’arachide au détriment de celle du riz, recrutements/enrôlements pour la guerre. Elle engagea ainsi le peuple sur le chemin de la résistance. Elle disait aussi être porteuse d’un message divin qui consistait en un retour aux sources. Ainsi, elle réhabilita l’ancienne semaine diola des 6 jours (5 jours travaillés et repos le 6e jour), ordonna des sacrifices, de nouvelles formes de prières, une nouvelle religion traditionnelle. Elle est connue comme faiseuse de miracles (guérir des malades, faire tomber la pluie). Elle devint populaire puisque les populations venaient de toutes les contrées pour la rencontrer. L’administration coloniale la qualifia de rebelle et insoumise, dit qu’elle prônait une insurrection rampante, qu’elle s’opposait à la France et qu’elle était à abattre. Aline Sitoé Diatta fut arrêtée, le 8 mai 1943. La reine-prêtresse de Kabrousse alla d’une prison à l’autre au Sénégal et en Gambie et, finalement, fut déportée à Tombouctou, au Mali, où elle sera déclarée morte en 1944.

Sources

Extrait d’une communication de Fatou Sarr, chercheur à l’Ifan, Université Cheik Anta Diop, directrice du Laboratoire genre et recherche scientifique, faite au Musée de la femme de Gorée, le 3 février 2007 : De Ndaté Yalla à Aline Sitoé : un siècle de résistance. http://www.sengenre-ucad.org/

Barry, Boubacar, La Sénégambie du XVe au XIXe siècle : Traite négrière, Islam, Conquête coloniale, Paris l’Harmattan, 1988

Roche, Christian, Conquête et Résistance des peuples de Casamance, 1850-1920, NEA, Dakar, 1976



2 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2016 (14:23 PM)
    Top Banner
  2. Auteur

    Anonyme

    En Avril, 2017 (13:12 PM)
     :taala_sylla:  :fbhang:  :lool: 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email