Jeudi 21 Janvier, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Améliorer les chaînes de distribution des produits alimentaires

Single Post
Légumes, Marché Kermel - Dakar, Sénégal

La distribution des produits alimentaires périssables souffre beaucoup de la mauvaise qualité de la logistique, du transport et de l’inaccessibilité de certaines zones.  Un diagnostic qui a poussé l’Etat du Sénégal à commanditer une étude sur « l’Amélioration de la logistique des produits agricoles périssables au Sénégal ». L’objectif est de moderniser les chaînes de distribution et de juguler les pertes.

Faute de logistique adéquate pour une bonne distribution de ses produits aux niveaux national et international, le secteur alimentaire sénégalais subit beaucoup de pertes. D’après la Banque mondiale, elles (les pertes) sont estimées à 35% de la production dans la Vallée du fleuve. Face à cette contrainte de taille, combinée à l’inaccessibilité de certaines zones, l’Etat, avec ses partenaires financiers, que sont la Banque mondiale et l’ambassade des Pays-Bas, a commandité une étude sur « l’amélioration de la logistique des produits agricoles périssables au Sénégal ». Celle-ci vise à accroître l’efficacité des chaînes de distribution des produits agricoles périssables et à identifier les possibilités de Partenariat public privé afin d’améliorer leur commercialisation. Hier, le cabinet Agland Investments, chargé de l’étude, a présenté ses premiers résultats à l’Institut de technologie alimentaire (Ita). 

« Cet atelier est l’aboutissement d’un processus que le gouvernement du Sénégal et ses partenaires en l’occurrence la Banque mondiale et l’ambassade des Pays-Bas à Dakar ont initié, depuis plusieurs mois, en vue d’améliorer d’une manière globale, le système de distribution des produits alimentaires et singulièrement de rendre efficaces les opérations logistiques des produits alimentaires», a expliqué le représentant du ministère du Commerce, Ousmane Mbaye. Il a souligné que le gouvernement, par le biais du ministère chargé du Commerce, a jugé nécessaire d’apporter des corrections aux schémas actuels de distribution et de rechercher les moyens à mettre en œuvre en vue de la modernisation des chaines d’approvisionnement des produits locaux importés ou exportés.

Ce qui implique, selon lui, la mise en place de services logistiques performants comprenant les processus de transport, l’entreposage, la gestion des stocks, les flux d’information de documents etc. « L’inefficience des chaînes de distribution du secteur alimentaire, notamment les produits de l’agriculture, de la pêche, de l’horticulture et les produits importés et exportés, a pour conséquence, des pertes extrêmement importantes sur les offres de produit et des surcoûts dans leur commercialisation, une dégradation de leur qualité et des difficultés d’accessibilité et de disponibilité », a-t-il poursuivi.

Ousmane Mbaye a indiqué que cette étude s’inscrit en droite ligne du Plan Sénégal émergent (Pse) dont l’axe 1 est consacré à la transformation structurelle de l’économie avec un accent particulier sur le volet agriculture. A l’en croire, l’Etat du Sénégal s’est résolument engagé à lever les goulots d’étranglement qui entravent la valorisation des produits et à faciliter une bonne distribution. Il espère que le rapport final va déboucher sur un plan d’actions permettant de moderniser la logistique des produits périssables et de trouver des financements à travers le prisme du partenariat public-privé.

Diégane SARR



3 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2016 (19:17 PM)
    Voilà de bons sujets qui devraient recueillir des suggestions et autres de nos compatriotes trop portés sur les affaires politiques.il faut intéresser les gens sur les produits senegalais au lieu de leur imposer des débats stériles.
  2. Auteur

    Le Pharmacien

    En Juin, 2016 (23:11 PM)
    le problème est que dans ce pays les gens ne payent pas le prix. On ne peut pas investire des milliards dans des entrepôt et des camions pour ne pas gagner des marchés, alors que tout le monde le sait a logistique est un maillon important de l'économie mais chacun y va avec le systéme Gainde motakh rien ne va

    wassalam
    Auteur

    Anonyme

    En Juin, 2016 (22:17 PM)
    Ce étalages de beaux fruits et légumes ne peut être qu'au marché Kermel qu'on appelait avant "marché toubab" étant entendu que pour le Sénégalais des années de colonisation jusqu'à récemment tout ce qui est propre et bien aménagé est du" toubab"! Même en Europe, on ne mettait pas les aliments à même le sol il y a trois cents ans ! On devrait interdire de ^poser les fruits et les légumes à même le sol et exiger que tout commerçant de ces aliments ait une table d'au moins un mètre cinquante de hauteur.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email