Jeudi 21 Octobre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

ANAMO : Bras de fer entre le Dg Malick Mbaye et le président du Conseil de surveillance

Single Post
Maodo Malick Mbaye, le directeur général de l’Anamo.

Entre le directeur général de l’Anamo, Maodo Malick Mbaye, et le président du Conseil de surveillance de l’Agence, Mamadou Gassama, ce n’est pas le parfait amour. Loin de là. Ils sont à couteaux tirés depuis trois ans. Et avant-hier, jeudi 28 septembre, la dégradation de leurs relations a atteint un nouveau cap : le directeur a boudé la réunion du Conseil.

D’après L’AS, la brouille est survenue lorsque Mamadou Gassama a demandé à certains collaborateurs de Malick Mbaye de quitter la rencontre. Ce, en invoquant une note de service, signée de sa main, interdisant «à toute personne étrangère» d’assister aux réunions du Conseil de surveillance.

De son côté, narre le journal, le Dg de l’Anamo signale que l’un des membres du Conseil, dont le mandat aurait expiré, Ndiamé Diouf, doit, lui aussi, quitter la salle. Le président du Conseil s’oppose en signalant que la prérogative de faire la police lui revient. C’est ainsi que Malick Mbaye a pris ses affaires pour s’en aller.

Macky et Dionne en arbitres 

Joint par L’AS, le Dg de l’Anamo jure qu’il n’a pas boudé. Il dit : «L’article 7 du décret qui constitue le Conseil de surveillance administratif dispose que la qualité de membre se perd par décès, par démission, par révocation et par expiration du mandat qui est de trois ans. Mais le président du Conseil de surveillance s’est entêté à vouloir faire en sorte que ce membre prenne part au Conseil. Et si ce dernier prenait part au toutes les délibérations allaient être prises dans l’illégalité. Et elles seraient nulles et non avenues.»  

L’AS indique que le Dg et le président du Conseil de surveillance de l’Anamo ne s’entendent pas. Et que leurs relations ont commencé à se détériorer il y a trois ans. Le second reprochant au premier, renseigne le journal, sont incompétence et sa propension à dilapider les fonds de l’Anamo.

Pour sa défense, Malick Mbaye confie que sa gestion est sans tache. «Nous avons reçu tous les corps de contrôle de l’État, jubile-t-il. Nous avons reçu récemment la dernière inspection interne de notre ministère de tutelle. Et elle a montré qu’il n’y a aucune erreur de gestion. Nous n’avons rien à nous reprocher.»  

Pour sa part, Mamadou Gassama, joint par L’AS, n’a pas souhaité donner sa version des faits. Il a informé, néanmoins, avoir déposé son rapport «à qui de droit». Le journal rapporte que, pour obtenir un arbitrage, les deux parties ont déposé leurs rapports sur la table du ministre de la Formation professionnelle, Mamadou Talla. Lequel a transmis les documents au chef de l’État et au Premier ministre.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email