Samedi 11 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Colonel Mamadou Gaye : "Une femme Cemga, ce n'est pas exclu !"

Single Post
Colonel Mamadou Gaye : "Une femme Cemga, ce n'est pas exclu !"

La féminisation de l'Armée est une longue histoire. Que raconte le colonel Mamadou Gaye, directeur des ressources humaines de la Grande muette, dans cet entretien avec Seneweb.

Les femmes commencent à être de plus en plus visibles dans les différents corps militaires et paramilitaires. Comment en est-on arrivé là ?

La question genre occupe une place prioritaire dans la politique des ressources humaines des forces armées et dans le cadre de la mise en œuvre également des orientations prioritaires du Chef d'état-major général des armées (Cemga). Son institutionnalisation a été effective avec l'élaboration de la stratégie nationale genre du ministère des Forces armées, largement inspirée de la stratégie nationale pour l'équité et l'égalité du genre qui a été instituée en 2006.

Mais l'entrée des femmes dans l'armée remonte à 1984…

Il faut reconnaitre que les armées ont été à l'avant-garde de ce combat puisqu'en 1984 déjà, les armées ont recruté les premiers personnels féminins, une dizaine, à l'école militaire de santé et depuis lors. Cela ne s'est pas arrêté ; chaque année nous procédions à un recrutement de personnel féminin assez important au niveau de cette école. Cette initiative a été poursuivie jusqu'en 2006 où nous avons enregistré les premiers personnels féminins recrutés au niveau de la gendarmerie nationale suivi en 2008 des premiers élèves sous-officiers femmes qui ont été recrutées à l'école nationale des sous-officiers d'active (Ensoa) qui ont été les pionnières au niveau de cette école-là.

Et en 2008, nous avons commencé à élargir le recrutement au niveau des militaires du rang en recrutant des personnels féminins au niveau du centre d'instruction de Daakhar-Bango qui plus tard a été densifié.

L'Armée recrute combien de femmes par an ?

Aujourd'hui, nous procédons à un recrutement environs de 150 personnels féminins par an que nous envoyons en centre d'instruction et qui sont affectés dans les différents corps des armées. C'est une initiative qui est en train de prendre de l'ampleur. Aujourd'hui nous avons un personnel féminin déployé au niveau de certains directions et services. On a même commencé à les mettre dans les formations combattantes comme au niveau des bataillons territoriaux où elles jouent un rôle dans le soutien, dans l'administration en général des différents corps de troupe.

Et pour les grades d'officier ?

Depuis quelques années nous avons commencé à recruter du personnel féminin par le biais du Concours unique de recrutement des grandes écoles militaires (Cugem). Et nous avons des officiers femmes qui ont été formées dans les grandes écoles militaires étrangères comme l'Italie, la France, l'Angleterre. Mais également dans certaines académies africaines comme le Niger, le Bénin, le Togo, le Mali. Nous avons aujourd'hui une population féminine assez importante au niveau des armées et elles donnent satisfaction.

"Au début il y avait quelques difficultés liées à la sexo-spécificité des personnels féminins dans l'Armée : difficultés infrastructurelle, de perception même de l'intégration, difficultés liées également à la réglementation."

Comment se passa l'intégration des femmes parmi les hommes ?

C'est vrai qu'au début il y avait quelques difficultés liées à la sexo-spécificité des personnels féminins : difficultés infrastructurelle, de perception même de l'intégration des femmes dans les armées, difficultés liées également à la réglementation. Tout le corpus réglementaire qui devrait encadrer cette intégration mais aujourd'hui c'est quelques choses que nous avons dépassé. Actuellement les femmes sont bien intégrées dans les armées. Il n'y a pas de discrimination possible. Elles sont actuellement employées dans tout le spectre des emplois militaires et à tous les niveaux : officier, sous-officier et militaire du rang.

Aujourd'hui nous comptons un nombre important de femmes dans nos rangs. Pas essentiellement des femmes sénégalaises mais aussi des étrangères de nos partenaires étrangers qui nous envoient des personnels pour la formation. Actuellement nous avons même des femmes médecins-colonels qui servent dans toutes les structures médicales et à tous les niveaux de spécialisation également et depuis lors c'est une initiative très salutaire parce que c'est un enjeu national la question du genre et les armées ne doivent pas être en reste. Nous sommes même allés plus loin : aujourd'hui nous déployons des personnels féminins dans les missions à l'extérieur dans le cadre des Nations Unies, dans le cadre de la Cedeao.

Participent-elles aux opérations ?

Bien sûr ! Elles participent aux opérations de maintien de la paix au même titre que les hommes. On les retrouve par exemple au Mali, en République Centrafricaine, au Darfour, en Gambie, en Guinée Bissau. Donc progressivement, elles intègrent tous les domaines de la vie militaire.

Les bataillons commando et para sont réputés être des corps d'élite, y retrouve-t-on des femmes ?

Initialement elles étaient confinées dans des rôles de soutien au niveau de certaines structures militaires comme les bataillons de soutien, de l'intendance, la marine, au bataillon du matériel ou elles sont beaucoup plus nombreuses. Maintenant on les retrouve dans toutes les zones militaires. Nous rentrons récemment de Bakel mais nous avons trouvé des personnels féminins. Nous en avons dans tous les services.

Aujourd'hui elles représentent environs 5% des effectifs. Nous avons un peu évolué mais vous savez l'évolution doit tenir compte également de certaines contraintes liées à la politique des ressources humaines que nous avons élaboré pour maintenir un certain niveau de représentation au niveau de certaines tâches. Donc nous y allons progressivement parce qu'il y a un équilibre qu'il faut trouver dans la composition des unités et des formations, compte tenu des missions, des moyens et du besoin spécifique des armées.

Y-a-t-il des quotas réservés aux femmes lors des recrutements ?

Présentement pour ce qui est du recrutement national qui se déroule annuellement au mois d'octobre, nous recrutons environs 150 femmes réparties en 3 fractions de contingents. Ces femmes que nous recrutons, intègrent également d'autres formations, après les deux ans de présence sous les drapeaux, comme la gendarmerie, la police, sapeurs-pompiers. L'armée est le creuset de formation qui met à la disposition de tous ces corps paramilitaires des effectifs dont ils ont besoin. Parmi ces femmes qui sont recrutées annuellement une bonne partie est rengagée, d'autres préfèrent aller intégrer d'autres corps compte tenu peut-être de leur sensibilité, de leur choix.

Sur le terrain vous arrive-t-il de rencontrer des conflits homme/femme liée au genre ?

Heureusement on a dans l'armée ce qu'on appelle le règlement de discipline général qui est un document extrêmement contraignant qui fixe les règles. Il permet de réguler les rapports entre genre. Il y a tout un corpus réglementaire, législatif également qui permet d'éviter les rapports conflictuels et cela en parfaite intelligence avec les commandements. Dans les armées également nous avons des instances de communication, d'anticipation pour prévenir certains rapports conflictuels. Même entre les garçons il peut y avoir des rapports conflictuels. Vraiment il n'y a pas de cas particulier d'indiscipline ou de harcèlement. Les femmes sont acceptées. Et je pense que c'était cela le défi. Les perceptions ont changé et le règlement suit également. Vous savez les premiers textes qui régissaient les armées étaient destinés au genre masculin maintenant tous ces textes ont été réétudiés, réécrites pour prendre en compte la sexo-spécificité liée à la condition féminine dans les forces de défense et de sécurité.

Peut-on s'attendre à avoir une femme Cemga ?

Ce n'est pas exclu ! Le commandement est très ouvert par rapport à cela. Bien entendu on s'attend à avoir des femmes à tous les niveaux de responsabilité. Nous avons des officiers femmes qui ont été formées dans les grandes académies et on les retrouve à la marine, à l'armée de l'air et elles progressent normalement dans le cadre des avancements. Il n'y aura pas de discrimination quand il s'agira de les nommer en fonction de leurs compétences mais également en fonction des besoins réels des armées.


liiiiiiiaffaire_de_malade

16 Commentaires

  1. Auteur

    En Avril, 2019 (13:46 PM)
    Vivement une femme cemga. Le monde bouge et avance!
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2019 (14:39 PM)
      une femme ministre des forces armées, ça ne doit poser aucun problème.
      les femmes du sénégal ont montré qu'elle avait toutes les capacités pour très bien tenir un poste ministériel.
      mais une femme pour conduire des hommes au combat, c'est tout autre chose.
      je veux bien le croire que tout est possible et que nos femmes sénégalaises sont les plus belles et les plus exceptionnelles du monde mais à travers l'histoire une femme à la tête d'une armée ça s'est rarement vu ! il doit bien y avoir quand même quelles bonnes raisons à celà.
      cela dit pourquoi pas ? mais alors il ne faut surtout pas que cela soit au détriment de notre sécurité nationale .
      mais, connaissant les sénégalais , je les vois d'ici ricaner " général bi diongué na lole", " genral koulo niawal ?" "general sa grefasse bi machallah", " general yow kène ci nekh"
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2019 (15:26 PM)
      n'affaiblissons pas notre armée au nom d'un saupoudrage populiste et démagogique.
      la place de la femme n'est pas dans l'armée.
      si nous féminisons , notre armée, le sénégal disparaitra sous peu.
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2019 (20:19 PM)
      depuis les révélations documentées de barthelemy dias, on n'entend point les grandes gueules (seydou gueye, aminata touré, el hadj bouffon diouf) sur le sujet.
      quel silence assourdissant  :hun:  :hun: 
      de "président par défaut" macky sall est devenu le "président par-des-faux" pour reprendre l'ex -députe mamadou bamba ndiaye.
      les sénégalais ne s’étaient pas trompé, il y avait bien anguille sous roche, le 24 février.
  2. Auteur

    En Avril, 2019 (14:10 PM)
    Cela risqué de prendre des annees vu la hierachie militaire et les avancements. Si une femme rentre deja comme officier c'est bon, elle pourrait etre Cemga au bout de 15 ans au moins en fonction de ses devanciers , de sa notation. parfois dans l'armee du change de grade tous les 3 ans si tu as de la chance sinon tu peux rester 5 ans sans avancement
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2019 (20:29 PM)
      une personne qui n'a jamais été au front en premiÈre ligne ne mérite même pas d'être officier ou général wakhoumala cemga arrêtez avec cette démagogie les femmes ne connaissent rien à l'art de la guerre
    Auteur

    En Avril, 2019 (14:12 PM)
    N'importe quoi!
    Auteur

    En Avril, 2019 (14:18 PM)
    Qui vivra verra.
    Auteur

    En Avril, 2019 (14:27 PM)
    n importe quoi. meme les armees les plus avancees du monde qui ont plus de cent ans d existence ne l ont pas encore envisage. aux etats unis le debat est encore en cours sur la question de savoir si les femmes doit faire parti des unites operant a la ligne de front.



    Auteur

    Caporal

    En Avril, 2019 (14:41 PM)
    Ca veux dire qu'on va nommer CEMGA a partir des services?
    Auteur

    En Avril, 2019 (15:04 PM)
    Comme l'a dit a juste raison un des leurs, il ne faut pas feminiser l'armee pour appater la galerie. Il a raison.
    Auteur

    En Avril, 2019 (15:30 PM)
    l'armée, c'est du sérieux! il en va de notre survie à tous.

    Ne confions pas notre sécurité à des femmes.

    Dans chaque maison, c'est le chef de famille qui assure la sécurité et c'est vers lui que les femmes courent en cas de danger.

    Comment voulez-vous dans ces conditions que ces mêmes femmes assurent notre sécurité?

    Ces féministes nous emmerdent finalement! les leçons occidentales qu'elles récitent par coeur ne sont même pas appliquées par les occidentaux eux-mêmes.

    Si les femmes étaient égales physiquement aux hommes, pourquoi dans les concours aux postes militaires et paramilitaires elles ne subissent pas les mêmes épreuves physiques que les hommes? Le fait même de les différencier dans les épreuves physiques est un aveu implicite.

    Hors, l'armée, le physique est très important dans une armée.
    Auteur

    En Avril, 2019 (15:31 PM)
    c'est le monde à l'envers, avec cette promotion de la femme à outrance, bientôt ce sont les hommes qui resteront à la maison faire la cuisine, lave les linges, s'occupent des enfants pour ceux qui auront la chance d'avoir une femme ou un mari femme etc car avec ce rythme il n'y aura plus de boulots pour les hommes. combien de jeunes garçons meurent dans le désert et dans l'océans faute de travail. la femme surtout sénégalaise n'a rien n'a foutre dans les crps paramilitaires sauf les gardiens de prison. tous ces postes occupés par les femmes dans ces corps pouvaient etre occupés par les jeunes garçons qui se suicident dans la méditerranée et dans le désert. N'oubliez pas que nous sommes dans un pays de croyance et c'est l'homme qui a le pouvoir de fonder une famille avec cette discrimination de l'emploi au profit des femmes je me demande que feraient les hommes dans un avenir trés proche. Le taux de banditisme va augmenter et le célibat de même que l'adultère car les femmes sont plus nombreuses que les hommes elles risquent d'avoir toutes les difficultés du monde à trouver un mari de leur niveau et cela a même commencé. J'ai vu les femmes à l'oeuvre dans des commissariats, des gendarmeries mais franchement c'est comme si elles étaient dans leurs foyers. Franchement ces recrutements de femmes dans l'armée on doit les arrêter et revenir à l’orthodoxie il y a bcp d'autres métiers que les femmes pourraient valoir leur compétences mais pas dans les corps paramilitaires. Tout cela est l'oeuvre des franc-maçons qui veulent donner tous les pouvoirs de décision aux femmes c'est pourquoi vous entendez tous ces notions de parité, du genre, des nouveaux code de la famille etc peut etre que cela peut etre valable en occident où il n'y a pas de croyance religieuses mais pas chez nous je pense car la femme ne pourrait etre jamais l'égal de l'homme sinon DIEU ne créerait pas deux etres homme et femme mais un seul etre.
    Auteur

    En Avril, 2019 (15:46 PM)
    C’est de la foutaise et il faut bien voir ce que no vous dis. Au nom de quoi Les gens qui discutent de l’avenir de notre Nation ne défilent pas alors que notre existence en tant que pays dépend de leurs décisions. Il s’agit des députés, des ministres, anciens ministres, gouverneurs, préfets, sous préfets, juges. On peut concevoir que les anciens combattants et mitules de guerres se chauffent sous un soleil de plomb et que les bandes de féneants soient dans les tribunes ou devant leurs téléviseurs. Qui a inventé ça ?

    RÉPONDRE +0 -0

    Signalier Permalink
    Auteur

    En Avril, 2019 (16:24 PM)
    ENFIN bientôt une femme Cemga n'en deplaise aux idiots! BRAVO
    Auteur

    MÉdzo De Tap

    En Avril, 2019 (19:08 PM)
    DÉSOLÉ JAMAIS UNE FEMME DIRIGÉE NOTRE ARMÉE...L ARMÉE SÉNÉGALAISE EN RECUL ET DERRIÈRE TOUTES LES ARMÉES DE LA SOUS RÉGION LA HONTE DE CES OFFICIERS PENSEURS...
    Auteur

    Vieux Soldat

    En Avril, 2019 (20:27 PM)
    "Le combat est le but final des Armées et l Homme est l instrument premier du combat" (Ardant Du Picq)
    Auteur

    Quoi!!!!!!!

    En Avril, 2019 (20:33 PM)
    Bullshit !
    Auteur

    Maky Fotrever

    En Avril, 2019 (20:37 PM)
    2024 ça sera une femme présidente de la république
    Auteur

    En Avril, 2019 (21:45 PM)
    Moi je pense quon se prepare a nommer Mimi Toure ministre detat ,Forces Armees..

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email