Lundi 18 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Cour d’appel de Dakar : Au-delà du simple trafic, une vraie mafia

Single Post
Cour d’appel de Dakar : Au-delà du simple trafic, une vraie mafia

L’affaire présentée par la presse comme «un scandale de trafic d’ordres de mise en liberté» est beaucoup plus vaste. Contrairement à la légende médiatique, c’est la Section de Recherches de Dakar, sous la supervision du Procureur, qui a mis la main sur cette mafia après avoir travaillé sur une information reçue de son réseau.

Libération est en mesure de révéler que l’affaire dite de trafic d’ordres de mise en liberté est beaucoup plus vaste que ce que la presse a écrit et décrit. Dans ce dossier, il ne s’agit pas que d’ordres de mise en liberté falsifiés, et tout l’honneur revient aux enquêteurs de la Section de Recherches et au Procureur de la République. Car contrairement à la légende médiatique, l’affaire n’a pas éclaté suite à des «vérifications» au niveau de la Cour d’appel. Ce sont les gendarmes qui ont reçu l’information grâce à une source avant de mettre en place un dispositif de recherches qui sera payant.

En effet, après plusieurs jours de filatures, recoupements, infiltration..., les hommes du commandant Diack ont exécuté une opération coordonnée le 6 septembre à 6 heures du matin après avoir «verrouillé» tous les «objectifs» et obtenu le feu vert du procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye.

De quoi s’agit-il ? En réalité, il s’agit d’un système de corruption qui a permis de «relaxer» des détenus à travers des audiences... fictives ou de réduire des peines ! Ainsi, de nombreux détenus ont été libérés des Maisons d’arrêt et de correction du Sénégal grâce aux agissements de cette bande conduite par Amadou Lamine Diagne, ex agent de l’administration pénitentiaire à la retraite, maintenu en fonction à la Cour d’appel de Dakar. Suivant les dossiers, ce dernier empochait entre 100 et 500.000 F Cfa pour «intervenir».

Selon nos informations, les gendarmes ont pu établir par exemple qu’un trafiquant de cocaïne du nom de C.C. Anene est sorti de prison après six... mois de détention. Ce, parce que son épouse Jacinta Anene- interceptée par les enquêteurs- avait remis 200.000 F Cfa à Amadou Lamine Diagne qui agissait en complicité avec ses deux intermédiaires, en l’occurrence Issa Lakhounne et Moussa Khaira Ndiaye approché pour faire libérer un prévenu détenu à Tivaouane pour viol sur mineure.

M. Diagne aurait encore fait des dégâts n’eut été le travail remarquable des enquêteurs de la SR mais aussi la ténacité du procureur de la République puisque ce dossier dépasse de très loin ce qui a été écrit jusque-là. À preuve, selon un décompte provisoire des enquêteurs, la mafia a réussi à faire libérer, réduire les peines ou à faire transférer plus de 60 détenus rien qu’en 2017.

Au total, six parentes de détenus ayant requis les services du groupe ont été écrouées et la plupart ont fait des aveux renversants. Tout comme Amadou Lamine Diagne qui, se sachant cerner par les preuves et témoignages, a fait une sacrée confession aux gendarmes.


Article_similaires

24 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (06:46 AM)
    Si une seule personne peut faire sortir 60 détenus rien que pour l'année 2017 c'est qu'il y a un problème sur le système.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (09:02 AM)
      président abdou diouf avait interdit les bénévoles dans les services de l'etat on doit y ajouter les retraités aussi car s'ils n'ont de traitement salariales que la pension dérisoire vaut mieux les laisser brouter ailleurs loin de l'administration au lieu de les maintenir ils feront que gaffes et c'est pas fini dans la santé les infirmiers chefs de poste retraité arnaquent les populations avec soit des tickets, ordonnances, des injonctions de kaolack à tambacounda je dis biens des retraités dans les postes de santé
    • Auteur

      Le 20 Janvier

      En Septembre, 2017 (10:02 AM)
      tous les juges sont des corrompus, tous le systéme est corrompu, aller voir du coté du tribunal de grande instance de diourbel. il y'a un juge corrompu jusqu'à la moelle. c'est dommage ce qui se passe dans ce pays.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (11:05 AM)
      un article de griotisme en faveur du procureur de la république, le nouveau zorro d’une certaine presse.
      laissez la justice suivre son cours.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (11:09 AM)
      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend
      repondre
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (11:09 AM)
      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend
      repondre
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (11:24 AM)
      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend
      repondre
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (11:25 AM)
      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend
      repondre
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (17:03 PM)
      macky sall a là une bonne occasion de mettre tous ses retraités à la porte
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (17:27 PM)
      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (17:27 PM)
      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend
    • Auteur

      Mami

      En Septembre, 2017 (21:51 PM)
      ????????????????venez gouter à la détente absolue, et profonde d’un massage sensuel, de relaxation detente appaisement,quietude,calme,massages aux
      huiles tièdes, massage 4 mains cocoonning savonnage toniqu relaxant lomi lomi .hammam sauna gommage au savon noir jaccuzi accompagnee sauront vous faire oublier le stress, ainsi que la fatigue accumulée toute au long de la journee avec de charmantes hotesses tres pro????????????contacte 338683419 ou 784480901 ou 774626808 ou 779867215 ou 772646161!!!!!!!!!!!!!!!????????????
      sous les mains expertes en massage la meilleur equipe et proffessionnelle charmantes propres specialisees en massages et soins du corps vous retrouverez cette énergie physique et psychique que la vie trépidante vous a enlevée.???????????? on travail 7j sur 7 meme jours feries aussi une eauipe dynamiques d3place a votre hotels ou domicile???? 772646161 ou 774626808????????
      moment de détente et de bien-être, calme et douceur, dans un cadre agréable, où l’hygiène et la propreté, sont prises très au sérieux pour votre plus grand confort.un instant de sérénité; et de zénitude dans un havre de paix; vous attend dorénavant.
  2. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (07:17 AM)
    Merci M.le procureur et bravo à nos forces de l'ordre  :sunugaal:  :fbhear:  :thumbsup: 
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (13:02 PM)
      cet article ne dit pas que c'est la signature du procureur qui a été imitée alors que c'est ce qui s'est passé. au lieu de dire la vérité on essaie de tresser des lauriers au procureur . ces faits mettent en cause exlusivement le fonctionnement du parquet . parlez en au lieu de faire de l'intoxication.
    Auteur

    Anonymagistrat

    En Septembre, 2017 (07:24 AM)
    On veut la tête de ceux qui sont au dessus de Amadou Lamine Diagne. Ceux là qui l'ont maintenu en fonction, malgré sa mise en retraite, pour que ces trafics continuent. Il faut que l'enquête aille jusqu'au bout.
    • Auteur

      Paff

      En Septembre, 2017 (07:36 AM)
      que des retraités dans cet administration, je vous jure qu'en retraité n'est jamais maintenu pour son intégrité mais pour sa lâcheté.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (07:38 AM)
    IL FAUT MIEUX REEORGANISER CE SYSTEME ET SANCTIOONER TOUS LES COUPABLES
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (08:23 AM)
    Il y a plus grave dans l'ensemble sur les questions d'héritage. Cela fait combien de milliards séquestrés injustement pendants des années tandis que les orphelins attendent et meurt un à un sans jouir totalement des biens laissés par le défunt. Je trouve ici qu'il y a réseau, malheureusement on frappe toujours les faibles : ici le seul coupable est un "agent retraité maintenu à son poste. Pourquoi cela ?
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (08:28 AM)
    je les conseille de militer vite dans l'opposition comme ça ils pourront invoquer l'acharnement d'un opposant et les sénégalais vont marchés pour étre liberérer c est lacharnement
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (08:48 AM)
      ou bien de militer vers l'apr comme ça le procureur pourra les relaxer avec une liberté provisoire à vie
    • Auteur

      Replybi

      En Septembre, 2017 (08:52 AM)
      je leur conseille de militer vite à l'apr comme ça ils pourront être libérés sans aucune forme de procès même si les sénégalais risquent de marcher pour une justice équitable. c'est lâche.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (08:52 AM)
    il faut en profiter pour virer tous les retraités de la FP qui ne sont pas indispensables. Dans bcp de ministères les gens ne partent plus à la retraite. Au contraire ils sont meme mieux traités qu'avant
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (08:53 AM)
    UN ANCIEN DÉTENU M'EN AVAIT PARLE EN 2015, MAIS JE NE LE CROYAIS PAS, CAR POUR MOI, IL RACONTAIT DES HISTOIRES !
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (09:27 AM)
      qui est se detenu ? qu'est ce qu'il t'a dit exactement ? peux tu te presenter a la dic pour complement d'infos ?
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (09:11 AM)
    Cette mafia est le produit des leaders, les rapports de nafi nom Keïta sur alios sall, ministre mous tata diop, cheikh Kanté, cheikh outra Anne sont déchirés par maky, ces pauvres diables n ont pas un grand Free président de la république comme alios sall
    Auteur

    Ernest

    En Septembre, 2017 (09:15 AM)
    Yaw tais toi avant qu'on te convoque pour les besoins de l'enquête!!!
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (09:28 AM)
    personne ne part en retraite dans ce pays alors que les jeunes étudient pour se retrouver après dans la rue c'est très grave ce qui se passe au Sénégal
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (10:07 AM)
    ce sont les magistrats et les avocats qui magouillent entre eux . Ces gens là n'ont pas le pouvoir de sortir quelqu'un de prison ou d'aménager leurs peines .

    Il y a un systéme de corruption généralisé dans ce pays : impôts , douane , police , gendarmerie , prefecture , ministeres , partout , partout .
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (11:36 AM)
      c est dans le sénégalais la corruption n oublier pas que le sénégal est la porte d entrée des esclavagistes grands corrupteurs des chefs
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (10:15 AM)
    FOULBES/PEULHS -tout comme Assane, Penda Ba, Amy Collé Dieng- doit/doivent être traqué(s) pour rendre compte de ses/leurs insultes contre les mourides qui ne lui/leur ont fait aucun tort. Insulter des millions de personnes, dénigrer leurs croyances, leur choix et leurs options, pour on ne sait quelle raison ne peut pas prospérer impunément. Ce qu'il(s) a/ont fait est d'une extrême gravité et ne peut être passé aux pertes et profits tout simplement.
    Auteur

    Ngor Diegane

    En Septembre, 2017 (10:45 AM)
    Il y a egalement dans l'argument un parfum de "sambaay mbayaan" pour le procureur qui ces derniers temps est au centre des controverses politico-judiciares.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (11:14 AM)
    Faut aller du cote de la departementale aussi pour toutes les questions relatives aux divorces a outrance dans notre societe.........c est devenu trop facile et tout le monde divorce pour un sel qui manque, du poivre ranci, du riz mal cuisine, des babouches mal portees, des lunettes vacillantes, une voiture qui rate, le bebe qui chiale, la belle-mere qui aime le fonde plutot que le ngualaax.....le visa refuse, la vis de voiture mal serre (motif de divorce chez les mecanos), le mouton de tabaski trop chetif (chez les ndananes), etc.... y en marre.....
    Auteur

    M.f.d

    En Septembre, 2017 (11:18 AM)
    Décidemment, chaque jour nous apporte son lot de numéros dans ce grand cirque sénégalais...
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (11:23 AM)
    Les delinquants à col blanc comme alios sall épingles par nafi ornât ne seront jamais inquietes
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (11:58 AM)
    Auteur

    Diapena

    En Septembre, 2017 (12:38 PM)
    combien y a t'il aujourd'hui de dossiers en appel ? certains ne sont - ils pas perdus comme on parle de mafia en faisant dans la disparition de dossiers contre commission, bref un véritable lavage à eau ne saurait pas de trop pour le nouveau ministre !
    Auteur

    Milk

    En Septembre, 2017 (12:46 PM)
    LE PROCUREUR EST CHARGE DE L’EXÉCUTION DES PEINES IL EST LE SEUL RESPONSABLE DE CE GRAVE DYSFONCTIONNEMENT.



    RÉORGANISER LES SERVICES DE L’EXÉCUTION DES PEINES QUI SONT GÉRÉS PAR DES VACATAIRES ET DES BÉNÉVOLES.



    JOURNALISTES : DEMANDEZ QUI SIGNENT LES ORDRES DE MISES EN LIBERTÉ ET VOUS SAUREZ LA SIGNATURE DE QUI A ÉTÉ IMITEZ AU LIEU DE TISSER DES LAURIERS AU PROCUREUR
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (14:06 PM)
    Les magistrats doivent aussi été audites.Ils doivent faire des déclarations de patrimoine. Ce sont les plus corrompus de la fonction publique.
    Auteur

    Mon Senegal

    En Septembre, 2017 (15:11 PM)
    Je propose la liberation immediate de ce retraité et de ces complices .J'accuse le systeme les a fait: Une retraite dérisoire pour tous, des salaries de miseres pour tous...... Je condamne le systeme qui corromp . Voila le cynisme de l'Etat..... Les policitiens sont les premiers voleurs et les impunis la créi et les services fiscaux pour redressements sur la base du train de vie.

    Ce retraité doit etre relaché on revalorise sa pension de retraite et ce ne sera que justice. Dame justice au sénégal est trop lente, et l'etat ne garanti pas non plus la sécurité des détenus c'est la justice qui doit etre revue.....
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (18:52 PM)
    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Opportunité à saisir Vente de terrain déjà en fondation 2Chambre salon cuisine cour à sebikotane prix 3000000fcfa est oui 3000000fcfa contact [email protected]

    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (19:48 PM)
    retraite dafa meti...

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email