Jeudi 27 Janvier, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Crash d'hélico : Fatick pleure le sergent Thiendella Fall, pilote-mécanicien

Single Post
Crash d'hélico : Fatick pleure le sergent Thiendella Fall, pilote-mécanicien

À l'instar de Brin, un village situé à une dizaine de kilomètres de Ziguinchor d'où sont originaires la plupart des victimes du crash de l'hélicoptère de l'Armée, le quartier Mboubane de Fatick commune est endeuillé par le drame. Le pilote-mécanicien Thiendella Fall, 32 ans, membre de l'équipage de l'appareil qui a crashé à Missirah.

Parents, proches et voisins sont aux côtés de ses parents, sa mère, Aïssatou, et son père, Mamadou Fall. Qui se souvient dans Radio Sénégal : "Il m'a appelé avant-hier pour me dire qu'il prépare un vol sur Ziguinchor."

Ce vol sera son dernier. Son grand-frère, Al Ousseynou, informera Mamadou Fall de la disparition de son fils.

Le sergent-chef Thiendella était marié. Son bac S2 en poche, il a intégré l'Armée après une formation et une spécialisation en études mécaniques.


affaire_de_malade

13 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2018 (14:58 PM)
    Mais à son âme
  2. Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2018 (15:04 PM)
    Bour saay na. Rip
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2018 (15:04 PM)
    Bac S2? Si je ne m'abuse l'aéronautique est plus ouvert au S1. Mais bon
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2018 (15:24 PM)
    paix a son âme

    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2018 (15:31 PM)
    Que son âme repose en paix
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2018 (15:36 PM)
    Que son âme repose en Paix

    Nos condoléances à la famille et à la population de Fatick

     :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2018 (15:54 PM)
    ke son ame repose en p a cote des casamancais kil bombardait
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2018 (16:16 PM)
    Dans ce crash les victimes sont diolas wolofs sereres ect .Cela montre que le Sénégal est Un et indivisble n'en plais à ces sectaires du MFDC.Paix à leur ames et prompt retablissement aux blesses.
    {comment_ads}
    Auteur

    Boubacarmansour

    En Mars, 2018 (17:15 PM)
    Antouka depuis que macky sall nek président moussiba yi daffa barri nagnou sangu rewmi
    Auteur

    Boubacarmansour

    En Mars, 2018 (17:15 PM)
    Antouka depuis que macky sall nek président moussiba yi daffa barri nagnou sangu rewmi
    {comment_ads}
    Auteur

    Ndiaye

    En Mars, 2018 (20:18 PM)
    Toutes mes condoléances à toute sa famille et amis proches, je me souviens de lycée un gars vaillant et cool , très sympathique et intelligent on était dans la même classe au lycée COUMBA ndofene je suis vraiment touché que son âme se repose en paix .
    {comment_ads}
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2018 (23:44 PM)
    {comment_ads}
    Auteur

    Aldo Moro

    En Mars, 2018 (12:58 PM)
    MEMORANDUM DE LA COORDINATION DEPARTEMENTALE DU PARTI REWMI DE FATICK

    17/03/2018



    A Monsieur le Président de la République du Sénégal



    Monsieur le président,

    L’opposition a retenu de manifester à travers les rues de Fatick pour vous interpeller sur les questions suivantes :

    - le processus électoral,

    - le bilan du conseil des Ministres à Fatick,

    - les atteintes aux libertés individuelles et l’instrumentalisation de la justice,

    - la gestion de la commune de Fatick.



    1. le processus électoral



    S’agissant du premier point, après le système de fraudes utilisé par le gouvernement du Sénégal lors des élections législatives du 30 juillet 2017, nous vous rappelons que seul un processus électoral transparent peut garantir la paix au Sénégal en 2019 et sauver sa démocratie.

    C’est pourquoi nous pensons qu’un audit sérieux du fichier et du processus électoral, réclamé depuis après les élections locales et le référendum, doit être fait pour rassurer les acteurs politiques et ne doit pas se limiter à une analyse de la cohérence interne d’une base de données. L’audit doit concerner toutes les étapes du processus électoral (préélectoral, électoral, postélectorale).C’est pourquoi, nous rejetons l’audit de janvier/Février 2018. Il a établi une fiabilité à 98% du fichier sans prendre en compte les différents paramètres qui devraient être intégrés.

    Comme partout au Sénégal, nous exigeons que toutes les dispositions soient prises pour rétablir le fil du dialogue avec l’opposition et le consensus, gage d’élections apaisées et transparentes.





    2. Le Bilan du conseil des Ministres



    Monsieur le Président, lors de votre dernière tournée dans la région de Fatick du 18 au 19 Février 2018, nous, membres de l’opposition, vous avions interpellé ouvertement, à travers les médias, sur le bilan des réalisations des décisions du conseil des Ministres tenu à Fatick le mercredi 22 juillet 2015.

    Au cours de ce conseil, vous aviez rappelé au Gouvernement, l’importance d’assurer le bon fonctionnement de l’hôpital régional de Fatick, qui venait d’être ouvert, la densification de la carte sanitaire de la région ainsi que la dotation des structures sanitaires en personnels suffisants et en matériels adéquats.

    Abordant le développement territorial durable de la région de Fatick, vous aviez demandé au Premier Ministre de présenter les mesures retenues à l’issue du Conseil interministériel tenu à cet effet, le 21 juillet 2015.

    Le Premier Ministre, après avoir remercié les membres du Gouvernement, les autorités administratives, les élus locaux, les membres de la société civile, les associations de jeunes, de femmes, les opérateurs économiques, les autorités religieuses et coutumières pour la qualité des échanges, a fait part au Conseil, des recommandations issues de la rencontre et structurées autour d’un Programme d’investissements Prioritaires (PIP) 2015 – 2017 de la Région avec plusieurs projets phares, pour promouvoir le Sine Emergent.

    A ce titre, il a été retenu de faire bénéficier à la Région de Fatick, d’une enveloppe globale destinée à financer, tous secteurs confondus, divers projets et programmes axés autour de la valorisation des potentialités agropastorales, cynégétiques, culturelles, du relèvement du niveau d’équipements et des infrastructures de base, de l’électrification rurale, du désenclavement terrestre, du renforcement des moyens d’actions des services publics, afin de faire de Fatick, une région territorialement intégrée, économiquement viable et engagée vers l’émergence, en cohérence avec les orientations définies dans le cadre du PSE.

    Vous aviez validé ce Programme Prioritaire de la Région de Fatick pour un montant de 246.647.186.975 FCA.

    Ensuite, vous aviez donné instruction, dans le cadre du PUDC, pour que :

    -15,5 milliards soient consacrés aux infrastructures dans la région de Fatick

    - 50 fermes Natangué soient aménagées à Toubacouta, Gossas, et des espaces hydro-agricoles sur 50 ha avec réseaux d’irrigation à Niakhar, Tattaguine, Keur Samba Gueye, Mbar.

    - des complexes frigorifiques soient construits à Fatick et à Foundiougne et la maison des pêcheurs de Ndangane Sambou ;

    - l’aquaculture, notamment par l’implantation de fermes aquacoles, soit développée ;



    - les femmes bénéficient de matériels d’allégement des travaux et de transformation ;

    - le CEDAF de Gossas soit construit et que les cases-foyers dans la région soient réhabilitées ;



    - les abris provisoires qui servent de classes aux élèves soient éradiquées.

    Concernant l’électrification rurale, 378 villages avaient été prévus, répartis dans la région, afin de porter le taux d’électrification à 47 % dans le département de Fatick, 72 % à Foundiougne et à 95 % à Gossas.

    Rien de tout cela n’a été fait et je précise qu’une évaluation, avant fin août 2015, avait été prévue. Elle na pas eu lieu.

    Monsieur le Président, nous exigeons que le Bilan soit fait et que les promesses soient tenues.



    3. Les atteintes aux libertés individuelles et l’instrumentalisation de la justice



    Monsieur le Président, conformément aux dispositions de la constitution, la marche est soumise à une simple déclaration à l’autorité compétente. Mais, malheureusement, depuis votre accession au pouvoir cette disposition est très souvent violée. La règle est l’interdiction des marches et l’autorisation l’exception. Ainsi, sous ce rapport, le recul de la démocratie, n’est plus à démontrer dans notre pays sous votre magistère.

    Le peuple sénégalais ne s’y attendait guère, encore moins qu’il ne s’attendait aux atteintes systématiques des droits des citoyens que nous sommes de nous opposer à vos politiques.

    Partout au Sénégal, les citoyens épris de justice ont dénoncé vigoureusement le non- respect des droits du maire de Dakar à un procès équitable et transparent. Dès lors qu’il a été privé de liberté alors qu’il présentait toutes les garanties de se présenter à la justice en cas de convocation, nous ne pouvons accepter l’idée d’un procès équitable et transparent. C’est pourquoi nous exigeons sa libération dans des conditions qui garantissent sa participation aux élections.



    4. La gestion de la commune de Fatick



    Monsieur le président, l’application de la gestion sobre et vertueuse pompeusement annoncée par vous, comme style de gestion des affaires publiques n’est qu’un simple slogan. Aujourd’hui, nul n’ignore que votre pouvoir est loin de cette option. La mauvaise gestion est à tous les échelons de pouvoir de votre gouvernance, notamment au niveau local, dans la commune de Fatick qui, pourtant, devrait être la commune la plus surveillée par vous (vous y avait été maire). La commune de Fatick est une ville laissée à elle-même, depuis quelques années, sous la conduite d’un maire et d’un conseil municipal limités et sans aucune ambition pour elle. Aucune prise en compte des priorités identifiées par les comités de développement des quartiers(CDQ) et des préoccupations sociales des populations. Aucune vision ni à long, ni à court terme qui permet d’admettre l’existence d’une politique municipale. Pourtant, dans les rapports d’orientation budgétaire de 2017 et 2018, les montants réservés aux différentes lignes destinées aux dépenses sociales dépassent globalement dix million (10.000.OOO).Vue l’absence d’une prise en charge correcte des questions sociales par l’équipe municipale on est en droit de se demander : où sont donc passés les sommes budgétaires allouées aux dépenses sociales. Les populations sont laissées à elles-mêmes pendant les moments les plus difficiles de l’hivernage.

    S’y ajoute que des pans entiers de la ville sont insalubres et sombres. L’assistance aux établissements de santé et d’enseignement est insignifiante. Dans cette même lancée, dans le rapport d’orientation budgétaire de 2017, la coopération décentralisée est retenue comme une source de financement additionnelle. Ainsi, un montant de dix(10) million lui est consacré. Ce montant a baissé en 2018. Il est de six(06) millions ; ce qui nous conforte dans l’idée qu’il n’existe aujourd’hui aucune coopération décentralisée signifiantes entre Fatick et une autre ville étrangère. Là également on se pose des questions sur l’utilisation des ressources. Il est tant aujourd’hui que les Fatickois s’intéressent à la gestion de l’équipe municipale actuelle, dirigé par Matar Bâ, et s’organisent pour défendre les intérêts de leur commune.

    Monsieur le Président,

    Dans un arrêté signé par le Maire, Matar BA, le conseil municipal de Fatick a acté l’attribution de 800 parcelles à usage d’habitation.

    La lecture des différentes listes affichées dans l’enceinte de la mairie, conformément au code général des collectivités locales, révèle un partage d’une partie du foncier de la commune de Fatick entre amis, parents, collaborateurs et chefs de services déconcentrés de l’Etat, laissant en rade une majorité d’ayants droit, de citoyens originaires de Fatick.

    Concrètement, les parcelles ont été presque toutes attribuées aux familles DIENG, BA, BARRO, à des collaborateurs du Ministre des sports, aux enfants et parents de députés et à des non résidents à Fatick. Ce partage de « bouki » n’a pas aussi épargné le long du boulevard qui porte votre nom.

    En notre qualité de citoyens de la commune de Fatick, d’acteurs politiques et après avoir enregistré la désapprobation de la majorité des Fatickois, nous tenons à dénoncer vigoureusement l’arrêté susmentionné. Il n’honore pas leurs acteurs !

    Rappelons que la posture de maire, d’adjoint au maire et de membre du conseil municipal ne donne pas droit à la pratique qui a guidé le partage du foncier de notre commune.

    Par ailleurs, les prenons et Noms des sept(07) premiers attributaires de terrains n’ont pas été affichés. La première liste portant les visas de l’arrêté non plus.

    On est en droit de nous demander qui sont ces sept (07) premiers sur la liste ?

    S’y ajoute que les ¾ de ceux dont leurs maisons ont été démolies n’ont pas été recasés et Sept(O7) espaces verts ont été réservés dans une superficie de 800 parcelles ; ce qui nous oblige à nous poser des questions.

    Quel est le plan d’aménagement qui à été suivi ? Ces sept(07) espaces ne seraient-ils pas réservés à des personnes qu’ont n’ose pas signaler ? En effet, de tous les plans de morcellement que nous connaissons, nous n’en avons pas vus sept(07) espaces verts dans une superficie de 800 parcelles.

    Monsieur le Président,

    Un conseil municipal doit penser à servir les populations qui l’ont élu et non à servir des parents, des amis et des collaborateurs.

    Nous dénonçons avec la dernière énergie tous ces pratiques mafieuses et exigeons de vous le respect de vos engagements.



    Fait à Fatick le17/03.2018

    La coordination départementale du parti REWMI

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email