Lundi 10 Août, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

[REPORTAGE] Embouteillages, parc automobile vétuste... Au cœur des problèmes de mobilité à Mbour

Single Post
[REPORTAGE] Embouteillages, parc automobile vétuste... Au cœur des problèmes de mobilité à Mbour
D'énormes bouchons quotidiens, des klaxons, des demi-tours impromptus ont fini d'installer un sentiment de chaos dans la circulation à Mbour. Des querelles entre automobilistes se produisent tous les jours sur la route nationale n°1. En effet, les embouteillages sont devenus monnaie courante. Il est même difficile de marcher sur le trottoir et manquer de peu de se faire heurter. Mbour connaît un sérieux problème de mobilité, du fait de la densité de sa circulation. C’est une combinaison de facteurs qui explique l’anarchie qui règne sur les routes. Etant un carrefour, les automobilistes qui rallient Fatick, Kaolack, Tambacounda, le Mali, passent par Mbour. 

Ce qui fait que la ville est noyée dans des bouchons monstres. Les automobilistes ne manquent pas de contourner les obstacles. Ils n’hésitent pas à emprunter les ruelles mettant dés fois en danger la vie des piétons. En effet, pour ne pas se laisser coincer dans les embouteillages, ils quittent la route et disputent les trottoirs aux piétons. '' Depuis que je suis enfant, il y a la même route à Mbour. C'est à se demander s'il y a un maire dans cette ville où si la ville est prise en compte parmi les priorités ‘’, rouspète un sexagénaire qui a pris place dans un taxi. Son voisin de renchérir : '' maintenant, il est plus facile d'aller à Thiès que de circuler à Mbour. Il faut sortir deux heures avant pour ne pas être pris dans le piège des embouteillages. On perd beaucoup de temps dans nos déplacements’’. Pour traverser la route, les piétons sont souvent obligés de patienter pendant plusieurs minutes. Comble des choses, les automobilistes ignorent complètement les piétons qui veulent traverser. ‘’Une fois, un taxi a failli m’écraser. Je marchais sans me soucier de rien, parce que j’étais sur l’espace réservé aux piétons. Depuis, je regarde ou je mets les pieds’’, raconte Binta Ndiaye.

 La route nationale est en permanence saturée. L’anarchie dans la conduite n’offre pas aux populations des solutions de mobilité adaptées. ''Il y a quelques mois, une voiture m'a heurté sur l'espace réservé aux piétons. J'ai subi deux opérations et je marche actuellement avec une béquille'', confie Babacar Diop. Pléthore de taxis, charrettes dangereuses Cet état de fait vient s’ajouter à l’état des véhicules, de véritables carcasses. Malgré leur nombre pléthorique, la vétusté des taxis n’est pas de nature à améliorer la situation. Pour rallier son lieu de travail, il faut se lever très tôt car on peut rester des heures à attendre un taxi. Ceux qui arrivent sont pleins. En dépit de la pléthore de véhicules qui officient comme taxis et les Tata, les moyens de transport ne comblent pas les besoins de mobilité urbaine des populations. Certains cherchent des alternatives qui, même si elles sont efficaces, ne sont pas reposantes. ‘’ Pour me rendre à Saly, je passe sur la route de Saly Niakh Niakhal. Le prix est plus cher, car il faut débourser 400 frs au lieu de 200 frs. La route de Mbour qui mène jusqu'à Saly est très cahoteuse. Mais arrivé à Saly on circule paisiblement parce qu'il y a une bonne route'', assure Dieynaba, une vendeuse d'œuvre d'art. 

 Au niveau du marché, outre les automobiles, il y a aussi les hippomobiles qui participent au déplacement des citadins. La charrette demeurait le moins cher et le plus pratique, de l’avis de certains. Mais depuis un certain temps, les charretiers ont revu leurs prix à la hausse. Auparavant, il fallait débourser 50 frs. '' Maintenant, ils demandent 100 frs à la place des 50 frs. On est obligé de les prendre parce qu'il faut attendre des heures avant de trouver un taxi '', dit Safietou Niang. Même si la clientèle est présente, certains Mbourois la considèrent comme la plus dangereuse parmi tous les moyens de transport. Le carrosse peut se renverser. Les conditions de sécurité et de confort des passagers sont jugées inexistantes. Il n’y a pas d’abri ombragé. Les passagers sont ainsi exposés aux rayons du soleil. La charrette est également fréquemment surchargée. Elle peut contenir onze personnes. Cinq de chaque côté, plus le cocher, sans compter les bagages des passagers placés au milieu. Le cheval peut donc s’écrouler à tout moment. En dépit de tous ces dangers, les populations continuent à prendre les hippomobiles, puisque considérés comme une alternative pratique. Ils offrent un avantage assez comparatif. '’Il n’est pas dangereux de monter à bord des charrettes, car les cochers conduisent à une vitesse raisonnable. Avec les charrettes qui vont à Gounass, on peut descendre à quelques mètres de chez soi, ce qui n’est pas possible avec un taxi ou le Tata'’, se réjouit-elle. 

 En outre, un problème de cohabitation se pose aussi. Les charretiers sont accusés d’être à l’origine des encombrements quasi-permanents au niveau du marché. Le mode de transport version Jakarta n'existe qu'à Saly. Là-bas aussi, l’intérêt pour les transports version Jakarta est relativement récent. Et ils ne sont assurés que dans un circuit bien défini dans la commune. Avec la venue des bus Tata, les habitants pensaient que leur calvaire était fini. Que nenni ! ''Cela n'a rien réglé. Au contraire, c'est pire que ce que l'on attendait. Les bus ont été convoyés ici pour transporter les commerçantes de légumes et de poissons. Elles remplissent le bus avec leurs paniers, leurs seaux. Si tu n'as pas de place pour t'asseoir, tu risques de te faire salir'', explique Khady Thiam. La mine dépitée, elle rajoute : ''Ces bus ont été amenés ici, pour transporter les personnes pas des marchandises qui peuvent te salir. Et quand tu en parles, tu risques d'être vu comme le méchant''. En tout état de cause, Mbour et ses habitants se noient sous un parc automobile vétuste et un marasme routier. 

liiiiiiiaffaire_de_malade

13 Commentaires

  1. Auteur

    Senewebien

    En Novembre, 2019 (21:39 PM)
    merci seneweb pour cet excellent article. au moins cette fois vous fetes des reportages intraissant. continuez ainsi et surtout faut arreter avec les diazaka et sa femme la.
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (05:37 AM)
      le probleme de mbour est l'autoroute aibd-mbour-malicounda qui tarde a être livré
      on ne s'est pas ce qu'il foute sur ce petit tronçon depuis 3 ans
      on travaille pas vite dans nos pays
  2. Auteur

    En Novembre, 2019 (21:47 PM)
    Bien
    Auteur

    En Novembre, 2019 (22:03 PM)
    Le problème de mbour c'est les clandos plus nombreux que les clients
    Auteur

    En Novembre, 2019 (22:08 PM)
    Merci le site......bouzz.....

    Une des trop rares fois.....
    Auteur

    Mbourois

    En Novembre, 2019 (22:50 PM)
    J'ose l'avouer pour une première fois Seneweb parle d'une chose intéressante. En effet ns ki habitons Mbour connaissons a quel point cette situation est alarmante. Tu ne peux mm pas matcher sur les trottoirs faute de place les voitures roulent partout. Pas de policiers pour contrôler cette anarchie: devanture gare routière, rd point Djiouti (devant le stade C.F.), et j'en passe. Des points de carrefour sans le moindre limiers pour gérer la circulation. Faute de koa des embouteillages se créent. En plus les voitures surtt lourdes escalent sur les trottoirs, les routes de déviations ne sont pas utilisées.

    Il faut vraiment kil y'ait des mesures!

    Je ne parle pas du maire parsk c un imbécile, corrompu, voleur!

    Mangui djégalou!!!
    Auteur

    En Novembre, 2019 (22:51 PM)
    Mercimerci

    Mbour n'a pas de Maire depuis Feu Demba DIOP, c'est Tanor Dieng qui choisie les maires de Mbour



    Une de plus grande ville du pays on a jamais eu de ministre pour défendre notre cause heureusement qu'il y a les associations de jeunes Mbourois qui se battent.

    Mbour mérite un Maire choisie par la population non par les partis politique !!! Mbour mérite d'^tre une région avec tout ce Mbour génère comme recette fiscale, comme activités économiques numéro 1 en pêche, tourisme, avec un bon secteur agricole maraîcher; Mbour est un pôle.

    On a pas de routes, pas de structures de santé on évacue sur Thies, Dakar

    Un bachelier de Mbour il a pas le choix il est forcé de s'exilé pour continué ses études !!! Mbour sone na saleté na ééywaay japalé léne Mbour !!
    Auteur

    En Novembre, 2019 (22:52 PM)
    tout est probleme d'urbanisation à Mbour et amenagement .

    les lotissements sont mal faits.

    les speculateurs fonciers ont vendu de manière anarchique car la petite cote fut prisée.





    voila les consequences quand on élit des ignorants sans vision interet commun .



    Senegal dou gawa deme deh.
    Auteur

    Bayiléne Doule

    En Novembre, 2019 (03:47 AM)
    Bilahi walahi ki bind article bi ak ay mbokam nio commenter. Article bou kata ndeyam nul bi! Ak bane domaram rek mo ko lire bam diekh di doule. Bayilene bind article ba paré di ko commenterle sene bop, comment pouvez vous et osez vous dire que cet article est bien ecrit alors que les premieres phrases donnent des mots de tete! Comment peut on ecrire un si long reportage sans inter titres et les repetitions a outrance a en croire que l’article n’est pas corrige. N’abusez pas des internautes quand meme respectez les gens du forum.
    • Auteur

      Pkm

      En Novembre, 2019 (04:23 AM)
      pourquoi etre aussi vulgaire, vous pouvez objectivement commenter sur cet article sans faire des insultes. par ailleurs on a des maux de tete pas des mots de tete.,.cordialement
    Auteur

    En Novembre, 2019 (06:21 AM)
    Mbour a un code de la route special : on a les cotes de la route nationale qui semblent etre reservees au vehicules de transport en communmais nullement materialise physiquement. Ensuite la route nationale on a des points de police qui ne gene pas d'arreter des camions en pleins milieu de la route. Mbour c'est une route nationale qui passe en plein milieu de la ville actuellement au niveau du rond point la chausse est defoncee et en plein hivernage la route de Joal est inondee des qu'il y a la moindre pluie. Les routes secondaires sont libres mais tres souvent non goudronnees.

    L"ouverture du peage sortie Mbour aiderait certainement a diminuer le flux de voiture encofe faut il que lez tarifs soit raisonables.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (09:08 AM)
    Le problème de Mbour c'est qu'il n'y a pas de routes secondaires bitumées à part la route nationale.

    Les anciens charretiers devenus chauffards de clandos n'en font qu'à leurs tetes. Le marché est sale et les vendeurs baol baol n'hesitent pas à occuper la chaussée, la mairie est responsable de tous ces problemes.
    Auteur

    Dégoûté

    En Novembre, 2019 (09:36 AM)
    un ville pourrie, pas de route ni d'éclairage, difficile d'avoir une voiture en bon état avec son unique "route", nids de poule, nid de cochons, saletés, marché le plus étroit du pays, quai de pêche pourri et sale. et on nous le présente comme ville touristique, ville 'tous risques" oui. en résumé un gros village. faut demander des images de la route au rond point shell, devanture banque atlantique et tigo, intersection maché, devanture sgbs, devanture commissariat.......
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (15:05 PM)
      tu as tout résumé: gros village et l'état n'a pas suivi. faut bitumer l'intérieur de mbour
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (15:05 PM)
      tu as tout résumé: gros village et l'état n'a pas suivi. faut bitumer l'intérieur de mbour
    Auteur

    Un Ami De Mbour

    En Novembre, 2019 (11:39 AM)
    développement anarchique, absence totale d'Autorités avec ses corollaires, les embouteillages, l'insalubrité, l'insécurité, l'absence d'éclairage public, insuffisance de routes bitumées; bref la liste est loin d'être exhaustive. La ville de Mbour est laissée à elle-même. Heureusement quelques organisations de jeunesse commencent à se hisser comme porte-étendard du combat pour le développement de la ville. Mais vue l'ampleur du mal, force est de constater que le chemin est encore long.
    Auteur

    Diaf Mbour

    En Novembre, 2019 (11:49 AM)
    Meme si l'autoroute à péage Dakar- Kaolack est fonctionnelle, Mbour continuera de vivre le même calvaire.

    C'est un manque de vision et de volonté d'une part de la part l'Etat et des autorités locales avec tout ce que cette commune regorge en matières de ressources économiques et sa position geographique... Mais d'autre part, il ya une population inconsciente de du danger qui guette la ville et qui tarde à prendre en main la situation.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email