Lundi 23 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Grand Dossier : Baisse des prix du loyer : Unanimité sur l’application immédiate de la mesure

Single Post
Grand Dossier : Baisse des prix du loyer : Unanimité sur l’application immédiate de la mesure

« J’ai instruit le gouvernement afin qu’il prenne les mesures réglementaires immédiates pour la baisse effective des coûts du loyer ». Depuis cette annonce du président de la République faite à l’occasion du nouvel an, les populations sénégalaises, les locataires principalement, interrogées par les médias demandent l’application effective des mesures sur la baisse des prix du loyer. Mieux, des courtiers, des agents immobiliers et même des propriétaires de maison adhérent à cette décision du gouvernement. Le Soleil leur donne la parole et propose à ses lecteurs un grand zoom sur le sujet. 
Agents immobiliers et courtiers satisfaits de la décision
La baisse des coûts du loyer de 4 à 29% proposée par la Commission dirigée par le Pr Iba Der Thiam emporte l’adhésion des agents immobiliers et courtiers. Pour cause, cela leur permettrait de redynamiser leurs activités plombées par la cherté des prix en cours.
Hlm Grand Yoff. Cette localité et les quartiers qui l’environnent restent sans doute l’un des endroits de la capitale où l’on retrouve le plus grand nombre de bureaux d’agences immobilières, de courtiers et autres démarcheurs au Km 2. Une bonne dizaine d’agences immobilières y sont installées sans compter ces nombreux démarcheurs à la recherche de bonnes affaires qui y fourmillent. 
Appartements, chambres, studios, terrains, maisons, champs, il suffit de jeter un coup d’œil sur les petits tableaux accrochés au coin des rues les plus passantes pour trouver le type de logement qu’on cherche. Ici, le courtage fait vivre son homme. C’est donc naturellement que la proposition faite par la Commission dirigée par le Pr Iba Der Thiam sur la baisse des prix du loyer de l’ordre de 4 à 29% est suivie avec une attention toute particulière. 
Et l’on paraît même très pressé que cette mesure entre en vigueur. Et pour cause. « Cette baisse, contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, nous l’avons toujours souhaitée. Nous espérons simplement que les autorités iront jusqu’au bout de leur logique », insiste Moussa Ngom, un démarcheur bien connu dans le coin. L’entré en vigueur de cette mesure de baisse ne risque-t-il. pas de réduire comme peau de chagrin ses gains ? « Pas du tout », lâche-t-il d’un ton sec. Et cet homme bien charpenté et à la voix rocailleuse de se lancer dans des explications aux relents bien mercantilistes : « Vous savez, la cherté des prix des loyers plombe plus nos activités qu’elle ne nous serve. La flambée des prix du loyer fait que les gens ne déménagent pas souvent. Et cela, ce n’est pas bon pour nos affaires. Parfois, il nous arrive de disposer des appartements qui restent fermés plus d’un an parce que le prix de leur location dissuade bien des gens ». C’est donc de tous ses vœux que ce démarcheur, exerçant ce métier depuis 1989, souhaite que les autorités mettent en application cette mesure.

Elhadji Ibrahima THIAM

Nécessaire assainissement du milieu du courtage
Chérif Diallo, courtier, ne demande ni plus ni moins qu’un assainissement du milieu. Pour lui, l’Etat doit aller au bout de sa logique en exigeant qu’une copie des contrats de location parviennent aux Impôts et Domaines afin qu’il puisse y avoir un contrôle plus strict. « Mais pour ce faire, le préalable est qu’il doit être fait obligation à tous les propriétaires de confier leurs maisons aux agences immobilières reconnues par l’Etat », dit-il. Comme Moussa Ngom, Chérif est d’avis que cela ne compromettrait pas le travail des démarcheurs. « Nous travaillons déjà en parfaite intelligence avec les agences. Parfois nous dénichons des clients pour elles, donc il n’y a pas de raison que cette collaboration ne se poursuive pas », estime Chérif. 
Souvent accusées d’être à la base de l’inflation des coûts du loyer, les agences immobilières s’en défendent. « On nous fait un mauvais procès et c’est vraiment méconnaître le travail des agences immobilières. Il faut savoir que c’est le propriétaire qui fixe ses prix. Et le contrat de gérance signé avec lui ne nous permet pas de majorer ces prix à notre profit. Il nous arrive même de demander au propriétaire de revoir ses prétentions à la baisse», réplique Fily Wagué, gérant de l’agence « Dynamique Immo Wagué et Cie ». A l’en croire, si la baisse des prix des loyers va sans doute grignoter sur leurs chiffres d’affaires, il n’en demeure pas moins que cette mesure a un côté positif et non des moindres. « Elle devrait nous faciliter le recouvrement du loyer. Car plus la location est chère, plus le recouvrement devient difficile », explique-t-il. Par ailleurs, il pense que cette mesure est bien applicable. Mais à condition que l’Etat joue, par exemple, sur la baisse des prix des matériaux de construction comme le ciment et le fer. 
Comme en écho, Ibrahima Dièye de l’agence immobilière « Socobat Immo » tient le même discours et avance des chiffres qui permettent de mesurer le manque à gagner que cause le non recouvrement du loyer du fait de sa cherté. « A ce jour, les arriérés de loyers cumulés de mes clients tournent autour de 13 millions FCfa. Et puisque la procédure de recouvrement de ces dettes est très longue, nous sommes obligés parfois de laisser tomber. Dans les tribunaux, les cas d’assignation pour faute de paiement de loyers sont légion », indique-t-il. Ce dernier souligne qu’une baisse des prix du loyer aura une répercussion plus positive que négative sur leurs affaires.

El. I. THIAM

PIKINE ET GUEDIAWAYE : Le loyer, un lourd « fardeau », selon les locataires
Les locataires rencontrés dans les départements de Pikine et de Guédiawaye  affichent une satisfaction totale concernant la baisse annoncée des prix du loyer.  Cependant, beaucoup d’entre eux ont exprimé des appréhensions quant à la possibilité d’une effectivité de cette mesure.
Au premier étage d’un immeuble sis à Pikine Icotaf, le courtier Baye Fall est venu pour vérifier si la seule chambre inoccupée qui restait dans cette maison, il y a une semaine, l’est encore. Interpelé sur la baisse annoncée des prix du loyer, il fait part de sa satisfaction. « Contrairement à ce que beaucoup pensent, aucun courtier ne désapprouve cette bonne nouvelle dans la mesure où tout courtier y trouve son compte au même titre que le locataire », soutient M. Fall. 
« Si les prix baissent de manière considérable, les clients vont davantage se ruer vers nous à la recherche de chambres ou d’appartements à louer et c’est cela qui fait notre affaire », ajoute-t-il.  Deux femmes qui se tenaient devant la porte de l’une des chambres de ce premier étage suivent avec attention la causerie. L’une d’elles, Mbayang Ngom, intervient : « Si cette mesure devient effective, cela va arranger l’ensemble des locataires ». Elle enchaîne : « aujourd’hui, le loyer constitue un casse-tête pour les locataires, surtout pour les responsables de famille qui, pour la plupart, n’arrivent même pas à assurer convenablement la nourriture quotidienne de leurs progénitures ». 
Sur ces entrefaits, un vieux d’une soixantaine d’années sort de la chambre devant laquelle se tiennent ses deux femmes.  Après les salamalecs, Alioune Badara Sèye s’invite à la conversation. Sur un ton quasi pathétique, il affirme : « Si tout ce que j’ai payé comme loyer depuis 1963 jusqu’à ce jour m’était remboursé, je pourrais devenir propriétaire immobilier tout de suite». Tout en jurant sur le nom de son marabout, le vieux martèle que le loyer est un fardeau sous le poids duquel ploient de nombreux responsables de famille. « C’est pourquoi le président est bien inspiré en pensant à faire baisser les prix du loyer », conclut-il.

Dispositif de repression contre les récalcitrants
Rencontré à Guédiawaye dans un Grand-Place situé à proximité de l’esplanade de la mairie de ville, Serigne Sidy Diop s’est montré très enthousiaste. Cependant, il reste sceptique quant à la possibilité de son application. « A vrai dire, cette mesure est salutaire, mais je me demande s’il sera possible de faire en sorte qu’aucun propriétaire de maison de location ne puisse se soustraire à la règle », s’inquiète-t-il. «Moi aussi, j’en doute », intervient Pape Samba, debout à côté de Serigne Sidy Diop. 
Pape Samba qui occupe un appartement à Sam Notaire estime que c’est un acte fort que le chef de l’Etat posera s’il réussit à concrétiser cette promesse. « C’est un énorme service que le chef de l’Etat va rendre aux locataires une fois qu’il parvient à réduire les prix du loyer », affirme-t-il. Propriétaire d’une maison sise à Pikine Icotaf et qu’il a placée en location, Mademba Mbaye reconnaît que cette décision du chef de l’Etat est empreinte de magnanimité. Cependant, il croît savoir qu’il faut impérativement que les autorités mettent en place un dispositif de répression à l’encontre des récalcitrants. Pour lui, certains propriétaires de maisons à louer peuvent être tentés de déroger à la règle pour la simple raison qu’ils ne pourront pas résister aux propositions des locataires les plus nantis.
« En tant que propriétaire immobilier, plus les prix grimpent, mieux mes affaires se portent », affirme-t-il. Il ajoute : « Néanmoins, je suis d’accord avec la baisse car la vie est dure,  surtout pour les responsables de familles obligés de s’acquitter mensuellement du loyer ».

Abdou DIOP

Keur Massar pour une application rapide des propositions
Appliquer rapidement les propositions de la commission chargée de réfléchir sur la baisse du coût du loyer, avant la fin du premier trimestre 2014 ; c’est ce que souhaitent des locataires rencontrés dans la zone de Keur Massar.
Rond-point Keur Massar, il est 10 heures. Il fait beau temps dans cette partie de la banlieue dakaroise. Non loin, se trouve un Grand-Place. Les commentaires vont bon train. Ils ont trait au Magal de Touba qui vient de s’achever, le prochain Gamou de Tivaouane, les fêtes de Noël et la Saint Sylvestre. Le vieux Amadou Ndiaye, la cinquantaine entamée, feuillette les pages du journal. A la une du quotidien national, il y a une information qui intéresse beaucoup ce «gorgorlou» (débrouillard). Il s’agit des propositions portant sur une baisse des coûts des loyers allant de 29%, 14% à 4%.  «Si le gouvernement applique ces réductions proposées par la Commission de réflexion, ce sera une bonne chose. Les Sénégalais sont fatigués par la cherté du loyer qui grève nos budgets. Ce que vivent les locataires est inacceptable. Chaque mois, je paie 80.000 FCfa pour un appartement de 2 pièces», affirme M. Ndiaye.

Banlieusards pas mieux lotis
Mansour Diagne salue lui aussi la proposition de la Commission qui a travaillé sur la baisse des prix des loyers. Employé dans une entreprise de Btp, M. Diagne, polygame et père de 10 enfants, dit avoir des soucis à la fin de chaque mois pour payer ses locations. « J’ai pris un logement à Keur Massar pour chacune de mes 2 épouses. En tout, je paie chaque mois 150.000 FCfa. Ce qui est cher», déplore-t-il. Rencontré près du marché, Amina Sarr, agent de la Fonction publique, déplore à son tour le coût élevé du loyer en banlieue. «Les gens pensent que la location n’est pas élevée en banlieue. Ce qui est faux. J’ai pris un appartement de 2 chambres plus un salon à 75.000 FCfa à Keur Massar. Ce qui est cher pour quelqu’un qui se débrouille », rouspète-t-elle. Très loquace, Mme Sarr ajoute : « Depuis que mon mari a pris une deuxième épouse, il m’a laissé toutes les charges. Je parviens difficilement à joindre les deux bouts à la fin du mois». Jeune coiffeur à la Cité Camille Basse, Mohamed abonde dans le même sens. « Contrairement à ce que pensent certains, en banlieue la location n’est pas à la portée de toutes les bourses. En plus, le coût du transport constitue un autre casse-tête », dit-il. Selon beaucoup de personnes, la location est rendue plus chère avec l’intrusion des courtiers. Ils demandent à l’Etat d’agir vite pour que la baisse soit effective avant la fin du premier trimestre 2014. «Nous demandons au gouvernement de faire vite pour que ces propositions soient appliquées avant la fin du premier trimestre 2014. Macky Sall doit penser aux familles démunies qui sont tenaillées par la cherté de la vie», ajoute Mme Sarr. Si ces propositions sont appliquées, dit Mohamed, on peut faire des économies et acheter un terrain. « Le gouvernement doit appliquer la baisse des prix des loyers très vite. Nous ne voulons pas des paroles, mais des actes », conclut Mansour Diagne.

Aliou KANDE

MARCHE DE L’IMMOBILIER A DAKAR  : Les honoraires des intervenants évalués entre 30 et 50 % du loyer
Pour mieux comprendre le fonctionnement du marché immobilier à Dakar, la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee) a commandité une étude en octobre 2007. Entre autres conclusions, il en ressort que les prélèvements fiscaux et les honoraires des différents intervenants dans le secteur de l’immobilier sont estimés entre 30 et 50% du prix du logement.
Selon une étude de la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee) datant d’octobre 2007, les prélèvements fiscaux et les honoraires des différents intervenants dans le secteur de l’immobilier sont estimés entre 30 et 50% du prix du logement. Cette étude, intitulée « Analyse du fonctionnement du marché de l’immobilier à Dakar : une approche empirique et qualitative », indique un déphasage entre la réglementation en vigueur et les réalités du marché de l’immobilier. Elle montre qu’il n’existe pas un marché immobilier, mais au moins trois marchés immobiliers : foncier non bâti, foncier bâti et location. Le document a identifié deux principaux mécanismes pouvant contribuer à la formation d’une bulle sur le marché de l’immobilier à Dakar : il s’agit du système de fixation des prix des biens immobiliers et du mode de rémunération de certains acteurs du marché de l’immobilier.
Par ailleurs, il existe effectivement des mécanismes sur le marché de l’immobilier qui sont potentiellement générateurs de spéculation. Il s’agit du système de fixation des prix sur les marché du foncier non bâti et du foncier bâti, et du système de rémunération de l’intermédiation immobilière sur le marché de la location. Elle indique également que la règlementation du marché de l’immobilier reste figée face à des sous-marchés très dynamiques. Il s’y ajoute qu’il n’existe véritablement pas de politique nationale d’accès au logement au Sénégal. L’Etat ne joue plus son rôle de régulateur du marché de l’immobilier, notamment sur le marché de la location. Selon les auteurs de l’étude, les droits et les taxes sur les transactions immobilières, à savoir l’enregistrement, la mutation, la Tva, les droits de douane, constituent les principales composantes de la structure du prix du logement. A les en croire, l’absence d’un système d’informations statistiques et d’un cadre formel de concertation entre tous les acteurs du marché limitent considérablement le fonctionnement du marché de l’immobilier. 

Aly DIOUF

Les auteurs pour une réglementation du secteur
Les auteurs du document recommandent la réorganisation et la mise en œuvre d’une règlementation effective du marché de l’immobilier, la définition d’une politique nationale de l’habitat social et sa mise en œuvre, la rationalisation et la diminution des prélèvements fiscaux dans le secteur de l’immobilier. Le document suggère également l’introduction et l’application d’un minimum de réglementation dans le fonctionnement du marché de l’immobilier avec la définition des rôles des différents acteurs du secteur et la systématisation des cartes professionnelles. Il est tout aussi nécessaire d’assurer l’encadrement des modes de rémunération des intervenants sur le marché de l’immobilier par la détermination des critères de fixation des prix de l’immobilier, la suppression des autorisations préalables de transaction immobilière, la transformation, selon des conditions à déterminer, des permis d’occuper et des autorisations d’habiter en droit réel éligible au financement bancaire et la mise en place un système d’information sur le marché de l’immobilier – observatoire du marché de l’immobilier – et des cadres de concertation entre tous les acteurs du secteur. Les auteurs ont rencontré des acteurs incontournables dans le secteur. Il s’agit des acteurs institutionnels, des notaires, des experts immobiliers, des promoteurs immobiliers publics et privés, des banques, des établissements financiers et des agences immobilières.

A. DIOUF

A CASTOR, GRAND DAKAR, SICAP BAOBAB : Les avances et cautions jugées « trop élevées »
A côté des plaintes sur la cherté du prix du loyer, les locataires se plaignent aussi du coût des avances de caution qu’ils jugent « trop élevées ». 
Trouvé en face du Stade Demba Diop, Aynina Sow, le sac en bandoulière, la trentaine bien sonnée, attend avec un brin d’impatience le courtier qui est chargé de lui trouver un appartement de deux chambres avec un salon, le tout à 100.000 FCfa. Quelques minutes plus tard, l’homme surgit, le téléphone collé à l’oreille, l’air un peu épuisé. La tâche semble immense, mais il avoue qu’il peut en trouver. Seulement, il invite son client à plus de patience. Interrogé sur l’option de l’Etat de faire baisser le coût de la location à travers la mise en place d’une commission chargée d’examiner la situation du loyer à Dakar, M. Sow reste un peu mitigé.
« Cela m’étonnerait que l’Etat arrive à maîtriser la situation du loyer », s’interroge-t-il, non sans nourrir toutefois l’espoir de voir le gouvernement inverser la tendance. S’il indexe la cherté de la location qu’il qualifie de « déraisonnable », il s’insurge aussi contre les avances de caution qu’il trouve « assez relevées ». A l’en croire, c’est l’une des plus grandes équations auxquelles les locataires sont actuellement confrontés. « Je suis un marié sans enfant. Je payais une chambre et un salon 125.000 FCfa à Amitié-Zone B, mais je trouve que c’est trop cher », laisse-t-il entendre. 
Selon lui, si le gouvernement envisage de faire baisser le prix de la location, il devra travailler de concert avec les banques, lesquelles imposent souvent aux agences immobilières des taux d’intérêt assez élevés. « Il est possible d’arriver à une baisse de 30 à 40% du coût de la location », dit-il. Habitant de Grand Dakar, Ndèye Yacine Guèye abonde dans le même sens. Pour cette femme de ménage, les avances de caution constituent la croix et la bannière à chaque fois qu’elle décide de déménager. « Avant de s’installer ici, il m’a fallu dépenser plus de 300.000 FCfa en payant deux mois de caution et un mois d’avance pour le loyer. Les dépenses de caution sont trop chères. Vu l’ampleur des frais, on s’appauvrit même avant d’avoir les clés de son appartement », explique-t-elle.  Et le plus cocasse, confie cette dame, une fois que cette étape est franchie, souvent toutes les conditions ne sont pas réunies pour mener une vie tranquille. « En plus de l’étroitesse de l’immeuble, nous qui sommes au deuxième étage, il nous arrive  très rarement d’avoir accès à l’eau. On est obligé de nous débrouiller pour trouver le liquide précieux », fait-elle comprendre. D’après elle, le prix d’un appartement devait être compris entre 60.000 et 65.000 FCfa. Ce qui permettrait, ajoute Mme Guèye, de faire davantage face aux besoins sociaux. Quant à sa voisine, Fatou Sakho Ndiaye, elle soutient que la baisse du coût loyer qu’elle trouve « très cher serait un geste d’une haute portée pour les ménages ». Fatou constate pour s’offusquer le manque de compréhension dont font preuve, la plupart du temps, les bailleurs qui mettent la pression sur leurs clients. 
L’autre difficulté à laquelle les personnes à la recherche de location sont confrontées demeure, de l’avis d’Abdoul Diallo, les conditions qu’imposent les bailleurs, qui préfèrent céder leurs maisons à des étrangers ou des célibataires plutôt qu’aux pères de famille. « Les propriétaires de maison préfèrent les Etrangers aux Sénégalais, car ils n’osent pas exploiter leurs compatriotes comme il le font avec les non-Sénégalais à qui ils peuvent demander de payer une ampoule à 5.000 FCfa. Pour les célibataires, d’habitude ils ne se posent pas de problème de cohabitation », informe ce quinquagénaire trouvé au quartier Baobab. Contrairement aux avis des autres locataires, Vieux Niang, habitant à Castor, trouve « acceptable » les avances de caution qu’on impose aux locataires même s’il reconnaît qu’auparavant cela n’existait pas. A l’en croire, la caution est une marque de confiance qui serve de garantie  pour les clients.

Ibrahima BA

GRAND YOFF, ALMADIES ET SACRe-CŒUR… : Le coût du loyer est « insoutenable » pour les habitants 
Les prix de la  location sont « insupportables » à Dakar, particulièrement dans la zone de Grand Yoff, Almadies et Sacré-Cœur. C’est l’avis de certaines personnes qui déplorent une exagération des promoteurs immobiliers.
La question du logement est devenue un véritable casse-tête pour les familles et les personnes sans toit à Dakar. A l’approche de chaque fin de mois, les moyens de s’acquitter de son logement devient la principale équation à résoudre  dans les familles, surtout les plus démunies. Le coût du loyer varie en fonction de la zone, de l’état de la maison et de sa position. Dans la zone de Grand Yoff, les chambres sont louées entre 20.000 FCfa et 60.000 FCfa, selon les critères cités plus haut. 
« J’occupe une chambre avec salle de bain intérieure et balcon à 60.000 FCfa, à la Scat-Urbam. Cela veut dire que si nous payons le loyer, il ne nous reste rien du tout. Nous travaillons pour les promoteurs immobiliers », déplore Cheikh Ndiaye. Pour lui, l’Etat du Sénégal doit, le plus rapidement possible, appliquer les mesures de la Commission en charge de réfléchir sur la baisse du loyer dirigée par le Pr Iba Der Thiam. « Ces mesures, si elles sont appliquées, soulageraient les locataires que nous sommes », pense Cheikh Ndiaye. Dans une maison à Khar Yalla, la dame Aïssatou nous explique sa misère : « Je suis veuve. Je vis avec mes trois enfants dans un studio. Je paie 90.000 FCfa le mois. C’est énorme pour quelqu’un qui a du mal à joindre les deux bouts. Ce n’est pas du tout évident de s’acquitter mensuellement du loyer à Dakar. Le président de la République Macky Sall doit aller jusqu’au bout de cette mesure pour nous aider ». « Ce n’est que de la pure exploitation de l’homme par l’homme. Pour un petit appartement de deux chambres plus salon, cuisine et toilettes aux Hlm Grand Yoff, je paie 150.000 FCfa par mois », confie Adama Touré. Il reste pessimiste quant à l’effectivité de la proposition de la Commission en charge de la baisse du loyer. Mamadou Diouf, agent immobilier, est du même avis. Il pense que c’est trop tard pour pouvoir revenir en arrière.

Spéculation des propriétaires 
« L’Etat laisse les gens spéculer comme ils le veulent dans le foncier. Ils ne me diront pas qu’ils ne sont pas au courant de ce phénomène d’autant plus que c’est le Service des Domaines qui enregistre les actes et c’est le ministère de l’Habitat qui délivre les certificats de construire. Je pense que l’Etat ferait mieux d’organiser ce secteur d’abord », soutient M. Diouf. Il explique que dans la zone des Almadies un appartement meublé peut être loué jusqu’à 1 million de FCfa. Ce sont souvent les organisations internationales qui louent ces lieux pour leurs fonctionnaires. Pour les appartements non meublés. « Les coûts varient de 200.000 à 600.000 FCfa », dit-il.
Mamadou Ba tient son commerce à Sacré-Cœur. C’est son grand frère absent qui connaît le coût du loyer de sa boutique. Toutefois, Mamadou déplore son coût élevé. « Les gens exagèrent parfois. L’immeuble que vous voyez là-bas n’a pas encore de locataires depuis sa construction. On m’a expliqué que les appartements sont inabordables. Il est temps que l’Etat intervienne », affirme-t-il.

Ndiol Maka SECK

Une bulle immobilière ininterrompue, selon une étude de la Dpee
La bulle immobilière qui s’est emparée de Dakar a démarré d’abord vers la fin des années 1990 pour reprendre de plus belle entre 2001 et 2008, indique une étude de la Direction de la prévision et des études économiques. L’inexistence de structure de contrôle du loyer et la dérégulation du marché viennent compliquer la situation.
Dans une étude intitulée « Existe-t-il une bulle immobilière à Dakar », menée en octobre 2008, la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee) s’est interrogée sur les risques de présence de bulles immobilières à Dakar en se fondant sur l’analyse des propriétés d’intégration des indices de prix de l’immobilier et de la location. Cette étude a permis de situer les périodes d’expansion de la bulle immobilière dans trois zones, notamment Dakar-Plateau, Grand Dakar et la banlieue de Dakar. Selon la Dpee, la bulle existe lorsque les phases explosives des prix de l’immobilier ne sont pas simultanées à celle de leur principale composante fondamentale. Ainsi, l’étude montre que, depuis le début des années 2000, la bulle apparaît manifestement de manière ininterrompue dans la quasi-totalité des zones étudiées. Seule la zone de Dakar-Plateau fait état de quelques incertitudes, du fait que les prix y ont atteint des niveaux record, donc difficiles à surpasser. L’indice consolidé du prix de l’immobilier dans le département de Dakar fait ressortir l’existence de bulle en deux périodes distinctes. D’abord, il y a la fin des années 1990, juste avant l’explosion des prix de la location (entre 1997-1998). La bulle, qui s’est dégonflée par la suite à cause de la tendance explosive de l’indice Dakar qui s’explique par celle de l’indice loyer, est réapparue entre 2001 et 2008.

Parc locatif Sicap et Sn-Hlm
L’étude révèle une hausse continue du prix de l’immobilier à Dakar ces dernières années, aussi bien dans les quartiers résidentiels que populaires. Il explique cette situation essentiellement par la forte demande qui dépasse l’offre à cause de la concentration démographique excessive. En effet, pour une superficie de 550 km2 et une population estimée à près de 3 millions d’habitants, la capitale sénégalaise présente un marché immobilier structurellement déséquilibré, du fait de l’insuffisance naturelle des capacités d’offre de logement. Aussi, le secteur de l’immobilier présente bon nombre d’imperfections dues au manque d’organisation, à une asymétrie d’information et aux nombreux cas de litiges sur les titres fonciers. Ce qui a eu pour conséquence d’entraîner les prix du logement sur une tendance haussière défavorable aux consommateurs, doublée d’une spéculation foncière. 
Cette croissance, explique l’étude, a dû résulter d’une dérégulation dans un marché jusqu’alors stabilisé par l’instauration des structures telles que la Société immobilière du Cap-Vert (Sicap) et la Société nationale des habitations à loyer modéré (Snhlm) qui détenaient un important parc locatif permettant de fixer les prix de la location à des niveaux très accessibles aux personnes à revenu modéré. Mais, aujourd’hui, ces sociétés immobilières ont perdu leur vocation de régulateurs avec la disparition du parc locatif, accentuant ainsi la contraction de l’offre locative. 
A cela s’ajoute une forte croissance de la demande locative. Enfin, poursuit l’étude, le cadre juridique inapproprié et l’insuffisance voire l’absence de structure chargée du contrôle des loyers ont contraint le marché à une totale dérèglementation. 

Adama MBODJ

PR IBA DER THIAM, PRESIDENT DE LA COMMISSION DE REFLEXION SUR LA BAISSE DU LOYER : « Il faut ramener la Sicap et la Sn-Hlm à leur mission originelle en créant de nouveaux pôles urbains hors de Dakar » 
Le professeur Iba Der Thiam, président de la Commission chargée par le chef de l’Etat de mener la réflexion sur la baisse du loyer, estime que pour réguler le secteur de l’immobilier et celui des loyers, il faudra augmenter l’offre. Cela, en promouvant le logement social à vaste échelle à des prix abordables, en ramenant la SICAP et  la SN-HLM à leurs missions originelles, en créant de nouveaux pôles urbains à l’extérieur de Dakar, entre autres mesures.

Comment la commission a-t-elle travaillé et procédé pour aboutir à ce rapport sur les loyers à Dakar et sa banlieue présenté au chef de l’Etat ? Quelle a été la méthodologie utilisée ?
« Je commence par dire que le Président Macky Sall et son Premier Ministre Aminata Touré, en arrachant les locataires de Dakar et de sa banlieue à la situation où des bailleurs, qui les soumettaient à une exploitation insupportable, les avaient placés dans une impunité totale, ont pris en main la défense des faibles contre les gros et les puissants, dans des conditions qui feront date dans notre histoire. Le peuple leur en sera reconnaissant le moment venu, parce qu’ils ont répondu à ses préoccupations. Depuis 1981 l’Etat avait renoncé à ses devoirs régaliens sur cette affaire. Pendant 22 ans (hormis le décret de 2010), il a refusé de jouer son rôle de régulateur, livrant, ainsi, les locataires au bon vouloir des propriétaires provoquant des augmentations injustifiées et répétitives, des menaces d’expulsion avec délivrance de commandement écrit, des convocations arbitraires à la Gendarmerie ou à la Police, des coupures arbitraires d’eau et d’électricité, des vexations multiples telles que démontage des portes et des fenêtres et quelquefois même de la chaise des WC, des refus de délivrer un décompte, etc. Conséquences ? Des ménages ont éclaté. La femme ne pouvant plus supporter toutes ces tracasseries est repartie chez elle ou au village, abandonnant ses enfants en pleine année scolaire, brisant, ainsi, leurs études, sans parler des traumatismes psychologiques, moraux et sociaux encourus. Des fonctionnaires (gendarmes, policiers, soldats, étudiants, agents du secteur informel, des chauffeurs, des personnels du secteur privé, des membres de la classe moyenne, des retraités, des gens de condition modeste sont, ainsi, entrés dans un processus de paupérisation galopante. On ne travaille plus que pour payer son logement. 
L’Etat avait démissionné. L’anarchie avait fleuri partout. Des courtiers, sortis on ne sait d’où, se sont constitués et imposent leurs propres lois dans une illégalité totale. Ils ne sont pas recensés, ne paient aucun impôt, n’ont ni carte professionnelle ni agrément. Les services de régulation qui existaient ont été mis en veilleuse. Les personnels techniques chargés du contrôle n’étaient plus ni recrutés ni formés. Est-ce que tout cela pouvait-il perdurer ? Il fallait que cette tor


Article_similaires

11 Commentaires

  1. Auteur

    Ali

    En Janvier, 2014 (17:02 PM)
    Ces idiots qui croient que tout ce qui leur reste pour gagner les electioins municipales a dkar est de nationaliser les biens d'honnetes citoyens se trompent-

    Cela se voit qu on est ds un pays de manqud e sereux debordante , un gars avec deux femmes a keur Massar , veut etre aide parceque le loyer des deux maison a 150 000 est cher ----J ai juste envi de crier-- des irresponsables vont epouser deux femmes , milles enfants que c'est a d'honnetes citoyens qui ont vecu de maniere responsable , qui se sont prive et qui parfois ce sont endete a des taux usuraires de les supporter --On s'achemine vers une guerre dans ce pays
    • Auteur

      @ali

      En Janvier, 2014 (18:14 PM)
      ali,
      tu es juste un egoiste proprietaire de maison .
      vous doublez les loyers pour pouvoir payer a la bank en moins de 5 ans quelque chose prevue pour 10 ans ou plus.


      macky doit meme interdire tout proprietaire d'expulser meme si le locataire ne paie pas et avertir les huissiers , en emprisonner au moins 2 ou 3 .

      la gendarmerie impliquee a le pouvoir de tirer
  2. Auteur

    Deug

    En Janvier, 2014 (17:13 PM)
    Le problème des Sénégalais c pas le loyer , mais c le cout de l’électricité,la scolarité,l’insécurité routière avec les bus et camions qui tuent les gens sans aucune mesure,les mendiants étrangers et les fous dans les rue,les ordures.
    Auteur

    Cheikh

    En Janvier, 2014 (18:44 PM)
    on ne donne pas un pourcentage pour reduire la baisse du prix de loyer mais plutot de preciser la prix du metre carre pour chaque zone dans dakar car il ya des proprietaire qui louent pas cheres leurs appatement dans la normalite maintenant si on aplique la baisse ça va etre dure pour eux aussi ils seront obliges de reduire aussi
    • Auteur

      B Attorney

      En Janvier, 2014 (00:36 AM)
      cheikhou , tu dois ne pas reflechir.
      les prix seront fixes selon la zone et le standing de l'appartment.
      si on trouve un proprietaire louer a 100 000 fcfa pour un appartment classee a 100 000 fcfa il conservera son prix car repondant aux tarifs
    Auteur

    Jaz

    En Janvier, 2014 (18:44 PM)
    félicitations pour les auteurs de cet article, le contenu est bon et très exhaustif. Ils ont fait une étude et des enquêtes complètes et intéressantes. Pour une fois des journalistes sénégalais prennent le temps d'étudier un problème dans le fond et en y mettant la forme avant de l'exposer aux lecteurs. Il Ya tout juste un manque c'est l'élément sur les taxes et les taux d'intérêts des banques. Car pour les propriétaires et mêmes les futures propriétaires c'est une donnée importante dans une fixation du prix du loyer voire même pour l'acquisition d'une maison
    Auteur

    Carton Rouge

    En Janvier, 2014 (19:30 PM)
    messieurs mesdames, on dépouille laye pour enrichir ndiaye. si là ou je veux louer est cher je vais chercher aileurs; si le proprio ne trouve preneur il baissera logiquement le prix du loyer, c'est l'offre et la demande. comme dejà dit que celui qui veut faire serrer la ceinture se sert la ceinture; qu'il balaie devant sa porte et dans sa maison qui est l'etat et autre puisqu'il est le président ensuite qu'il permette d'avoir des meilleurs conditions d'économie de maniére à augmenter les revenus et autres: la meilleur solution est la baisse des impôts et encourager la consommation par des mesures incitatives comme la baisse de la tva c'est mathématique avec un risque d'inflation que l'on peut par la suite contenir au fur et à mesure par ensuite d'autres mesures fiscales d'ailleurs l'etat sera et non pas serait (au conditionel) gagnant car les recettes fiscales augmenteraient.... bon allez je crois que certains ont besoin de retourner à l'ecole!!!!
    Auteur

    Goor Yomboul

    En Janvier, 2014 (19:49 PM)
    Les loyers, c'est pas du domaine de la loi mais de la réglementation qui impose une "surface corrigée". Ces idiots vont voter une loi "inconstitutionnelle" qui sera attaquée. Iba Der est un démagogue. Il devait commencé par là ou il a terminée, c'est à dire Sicap, Hlm, Scatt Urbam......
    Auteur

    Fourqan

    En Janvier, 2014 (23:25 PM)
    Décision capitale qui réduit considérablement le cout de la vie des ménages surtout les 29% de moins. Sante yallah rek moniou war
    Auteur

    Dave

    En Janvier, 2014 (00:22 AM)
    Mack vraiment il se fout des senegalais!! Est ce qu'il as pris le temps de mettre son cul quand les braves gens prenaient leur argent et construisaientt leur maison? Quiconque qui n'a pas les moyens de s offrir une maison a 200.000 devra faire avec ses moyens et trouver quelque chose qui lui convient!!On ne peut vivre au dessus de ses moyens!! Pourquoi tous les senegalais veulent etre forcement dakarois? Ceux qui n ont pas les moyens n'ont qu'a retourner au village!! Wa sallam
    Auteur

    Foutaises

    En Janvier, 2014 (02:16 AM)
    C' est de la pure demagogie.Dans un regime liberal serieux l'etat ne reglemente pas les prix.Ici l'etat s 'attaque a une frange da la population .pourquoi on ne baisse pas le prix de l'electricite?des terrains?

    l'etat devrait remercier ces senegalais qui ont contribue a resoudre le probleme de l'habitat la ou la sicap et hlm ont echoue....porquoi on ne demande ala sicap et hlm ne rediure le prix de vente des maisons?

    pourquoi on ne reduit pas le salaire des deputes et minitres?

    pourquoi LE PRESIDENT ne reduit pas sa caisse noire qui avec laquelle il s'enrichit
    Auteur

    Routage

    En Janvier, 2014 (03:42 AM)
    L'état baisse ski leur apartient pas c'est du routage de gueule baisse les impôt les pris des douane pris du courant qui coupe tjr l'eau ki n'est pas potable est ptetre que sa ira :haha: 
    Auteur

    Ok

    En Janvier, 2014 (08:22 AM)
    a partir d’aujourd’hui je vais exiger à mon propriétaire de payer légalement mon loyer -29%. C'est à dire 50000fca-29%=50000-14500=36000.

    avec l’économie que je vais réaliser je vais marier une 3eme.

    vive macky.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Top Banner

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR