Mercredi 29 Janvier, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Grossesses précoces : Tostan recense 196 cas dans le département de Bignona

Single Post
Grossesses précoces : Tostan recense 196 cas dans le département de Bignona

Au total, 196 cas de grossesses précoces sont enregistrés dans les établissements scolaires du département de Bignona (sud), a déploré, dimanche, le coordonnateur de l’ONG Tostan, Bacary Tamba.

‘’La situation est plus qu’alarmante. (…) Dans un CEM (Collège d’enseignement moyen) du département de Bignona, on a enregistré 6 cas de grossesses. Dans la communauté rurale de Djinaki, on a enregistré presque 72 cas de grossesses. Dans l’ensemble du département de Bignona, ça fait 196 cas de grossesses’’ a-t-il expliqué.

M.Tamba s’exprimait en marge d’un atelier de partage sur les grossesses précoces et l'excision. Cette rencontre entre dans le cadre de l’accélération du processus d’abandon de l’excision, des mariages précoces et forcés d’ici 2015.

‘’Parfois, vous rencontrez des filles adolescentes de 11 à 12 ans. Alors si on ne prend garde, on aura que filles mères à l’école et non des élèves’’, a-t-il averti.

‘’Les grossesses précoces constituent un frein à la scolarisation des jeunes filles. Une fille qui tombe enceinte aura honte de venir à l’école devant ses camarades élèves avec sa grossesse et même après l’accouchement. La conséquence, c’est la déperdition scolaire’’ a-t-il encore déploré.

‘’Cette fille qui est restée à la maison, a appris un autre métier qu’elle n’assumait pas auparavant, c’est-à-dire être mère. Elle va allaiter et s’occuper de son enfant. Elle va chercher à comprendre les pleurs de l’enfant. Elle est dans une autre école nouvelle qu’elle ne parvient pas à assimiler'', a dit Bacary Tamba.

Selon, ''prendre les deux écoles (l’école fonctionnelle et l’école nouvelle de future mère de famille), va être très difficile''. A cela ''s’ajoute la stigmatisation de ses camarades élèves'', indique le coordonnateur de l'ONG'', estimant que ''ce sera vraiment difficile pour que cette fille puisse poursuivre les cours''.

L’ONG Tostan organise une journée publique pour l’abandon de l’excision le 20 janvier à Ziguinchor, a annoncé M.Tamba soulignant que l’excision est un thème d’actualité avec l’apparition de nouvelles maladies telles que les fistules jadis inconnues des femmes africaines. 

Selon lui, l'atelier de partage sera sanctionné par la mise sur pied de groupes de sensibilisation qui ''vont descendre dans les quartiers pour parler aux jeunes, aux femmes, aux chefs de villages et aux chefs de familles''.

ASB/OID


Article_similaires

6 Commentaires

  1. Auteur

    Nénéta

    En Décembre, 2012 (10:48 AM)
    Vraiment BASSANGANBOU ta raison, le diola aime tro le sexe, è en fait l'adultère un passe temps, je ne te cache pas la vérité, je suis diola, je connais ce qui se passe bien chez moi au village d'Oulampane, avec le boukout, le ébounaye ect........ j'ai même surpris ma femme avec trois de ses ex copains entrain de planifié que j'ai suivi jusqu'à avoir toutes les mains dans les différents sacs avec des preuves c'est dommage population et ethnie diola que je suis. c'est dommage........ c'est dommage, le taux de prévalence au sida est actuellement plus élevé en casamance dans tout le Sénégal. Dans le Sindian, Kalounayes, Oussouye, Blouf ect....... C'est dommage rectifions nos comportement, recemment ONG TOSTAN ont enregistré 196 cas de grossesses précoces dans établissements scolaires c'est dommage, la fille evolue à l'image de sa mère REFLECHISSEZ........ Je vous en prie..........
  2. Auteur

    Défar

    En Décembre, 2012 (11:33 AM)
    On a donné ici que les statistique du département de Bignona mais grosso modo c'est partout la même chose au Sénégal. C'est dommage pour des éléves et il faut combattre ce fléau. Certaines filles peuvent revenir dans le circuit et continuer leur cursus scolaire mais il faut noter qu'au Sénégal il y a beaucoup de jeunes filles à qui on refuse la scolarisation parce que les parents trouvent que les filles ont mieux à faire à la maison
    Auteur

    Bouba

    En Décembre, 2012 (13:33 PM)
    Il est vrai que les cas de grossesse sont important en casamance mais il s'agit d'un phénomène récent. La conception de la sexualité est certes différentes entre le nord et le sud tardivement islamisé. Cependant les rapports aux femmes sont plus équilibrés au Sud, les femmes sont très tôt responsabilisé. Mais le phénomène des grossesses précoce est venue avec le conflit et la pauvreté sévissante dans cette région pourtant riche. En effet, dans ces zones extrêmement pauvres et oublié de l'Etat du Sénégal les seules personnes qui ont une ressources financières stables sont les enseignant et les militaires. Aujourd'hui avec l'installation des base militaires dans les village, les filles sont facilement séduit par le maigre prestige et les promesses de mariage que leur présente les soldat, et c'est eux la cause. Si Trostan pouvait accompagner les jeunes filles à porter plainte pour abus sexuel et détournement de mineur on verra alors le phénomène s'atténuer
    Auteur

    @bouba

    En Décembre, 2012 (16:16 PM)
    BOUBA TU AS RAISON, LA SOURCE DU PROBLEME SONT LES MILITAIRES ET LES ENSEIGNANTS QUI UTILISENT LEURS MAIGRES SALAIRES POUR SEDUIRE LES PETITES FILLES DE PARENTS PAUVRES. C'EST IRESPONSABLE. IL FAUT EDUQUER LES FILLES QUITE A PORTER PLAINTE CONTRE CES ABUSEURS DE JEUNES FILLES. IL FAUT EN PARLER DANS LES MOSQUES, LES EGLYSES, LES RAPPEURS DOIVENT FAIRENT DES THEMES SUR CET ABUS DE NOS PETITES SOEURS
    Auteur

    Doxondem

    En Décembre, 2012 (20:59 PM)
    7 fois ci il est question de grossesses precoces et non de viol.Une jeune fille (probablement mineure ) qui tombe enceinte alors on peut sous entendre k niam na affaire bi au moins bènyone,au moins .Je me suis tjrs posè la question à savoir ou se trve la faille morale du cotè des garcons ou bien des filles wala bok cè le systeme social qui est pourri au cas èchèant il serait utile de mener des campagnes de sensibilisation sur les methodes de contraception comme le faisait enda santè ou enda tiers monde auparavant.
    Auteur

    Pam Pam

    En Janvier, 2013 (10:41 AM)
    jr crois que le phénomène des grossesses précoces n'est pas propre à telle ou telle localité. c'est une situation qui touche tout notre système éducatif. il faut faire à la fois de la sensibilisation et de l'éducation des adolescents (garçons et filles, filles-garçons et éducateurs, filles-garçons et parents, établissements et ministère de tutelle). celles qui tombent en enceintes ne sont pas nécessairements les plus dévergondées ni les plus nulles en classe. il faut que tout le monde s'y mette pour maintenir les filles à l'école. elles auront après tout le temps pour faire leur vie de femmes et de futures mères. quant à dire que diola égal sexe, c'est un peu réducteur et ne contribue nullement à une réflexion sereine pour préconiser des solutions acceptables pour l'éducation sexuelle de notre jeunesse. l'école ne peut nullement être un lieu de libertinage  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">  

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email