Mardi 31 Janvier, 2023 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Societe

[Tranche de vie] Ibrahima Diouf, les stigmates d’un engagement

Single Post
[Tranche de vie] Ibrahima Diouf, les stigmates d’un engagement
Le 17 décembre 2013 est une date que le jeune homme n’est pas prêt d’oublier de sa vie. 10 ans après, Ibrahima Diouf garde encore les stigmates de son militantisme en tant qu’étudiant en licence de Physique Chimie de la Faculté des Sciences et Techniques. Une balle à blanc à l’œil gauche et l’étudiant âgé à l’époque de 26 ans voit sa vie défiler sous ses yeux.

Il a suffi d’un instant  précis  pour chambouler le parcours d’une vie. Mais un petit coup d’œil dans le rétroviseur s’impose pour mieux comprendre l’histoire du jeune fatickois. Tout commence en 2013. L’année d’Ibrahima Diouf, leader du syndicalisme estudiantin, a été marquée par des réformes de l’enseignement supérieur. Une décision saluée dans son ensemble par toute la communauté universitaire. Cependant  elle portait atteinte aux acquis sociaux des étudiants avec la suppression de l’octroi automatique d’une bourse après le passage en deuxième année, l’augmentation exorbitante des frais d’inscription, le refus systématique d’octroyer une bourse à un étudiant âgé de plus de 30 ans entre autres. «Mes camarades et moi avions estimé que de telles mesures allaient renforcer la précarité des étudiants et qu’il fallait les retirer», confie Ibrahima Diouf revenant sur le contexte de l’époque.

L’étudiant et ses camarades ont donc défini un plan d’action et y figurent  des fronts  pour manifester leur désaccord. Après avoir constaté que l’autorité ne comptait pas retirer ces mesures qui remettaient en cause les acquis sociaux des étudiants, ils décident d’organiser un mouvement d’humeur le 17 décembre 2013.

Une assemblée générale et un front ont été organisés la matinée de ce funeste jour. L’intervention des forces de l’ordre va coûter l’œil gauche au syndicaliste. «Cette matinée, j’ai payé un lourd tribut pour la défense de la cause estudiantine», se remémore l’étudiant en licence de Physique Chimie de la Faculté des Sciences et Techniques.

Entre interventions et abandon

Ibrahima Diouf est atteint par une balle à blanc à l’œil gauche et son sang coulait à flot. C’est le début de la descente aux enfers pour l’étudiant. Avec l’aide de ses camarades, il a pu atteindre le service médical avant de perdre connaissance. «J’ai été évacué à l’hôpital Principal de Dakar par des ambulanciers qui me croyaient déjà mort », confie-t-il.

L’étudiant va subir trois interventions chirurgicales au service ophtalmologique en moins d'un mois pour la reconstitution de la cavité orbitaire. Mais c’est sans succès. Ibrahima Diouf voyait déjà son avenir hypothéqué par cet incident. Hélas ce n’était que le début d’une longue et pénible épreuve. Au vu de la dégradation de son état de santé, ses camarades syndicaux se mobilisent pour son évacuation à l’étranger. «L’Etat accède à leur revendication et m’évacue à Paris le 31 janvier 2014 », renseigne le jeune homme âgé aujourd’hui de plus d’une trentaine d’années. Il va subir une quatrième opération payée par le gouvernement du Sénégal. Cependant  au bout d’un mois et 20 jours, il met fin à sa prise en charge.  L’étudiant  avoue s’être senti « abandonné » à son sort.

«J’ai subi de nouvelles opérations sans le concours de l'Etat sénégalais», observe le syndicaliste. Cet abandon avait eu des «conséquences fâcheuses» sur sa situation. «Je me suis retrouvé, malade, sans abri, sans ressources et sans papiers dans un pays étranger», narre-t-il.

Touché mais pas coulé

«C’est le comble du supplice, mais il fallait que je me batte pour m’en sortir », a relativisé le trentenaire. Son objectif était d’abord, de soigner convenablement son œil. Ce qui a été atteint grâce à la politique de santé solidaire du gouvernement français. Il voulait ensuite  trouver une université pour continuer ses études. «J’ai été accepté en Master génie des procédés à l’Institut Galilée de l’université Paris 13», informe-t-il. Mais les écueils ne finissent pas pour le sieur qui doit faire face au service de l’immigration. «Il m’avait refusé le titre de séjour pour étude, car j’étais venu en France avec le visa soins médicaux», précise-t-il. Une obligation de quitter le territoire français lui a été délivrée par la préfecture. C’est grâce aux services d’un avocat qui a plaidé sa cause qu’il finit par  obtenir la régularisation de son séjour.

Le jeune homme recommence ses études tout en faisant des petits boulots pour s’entretenir  après un an dans la tourmente et  une santé fragile. Le sieur finit par bénéficier d’une bourse sociale grâce au Service de Gestion des Etudiants Sénégalais à l’Etranger (SGEE) et obtenir un logement

Spirale sans fin

«Aujourd'hui, j'ai obtenu mon diplôme de Master en Génie des Procédés, je suis marié et père d'une fille », révèle le trentenaire. L’actuel professeur de physique chimie dans un établissement public en France semblait enfin voir la lumière au bout du tunnel. Cependant, son œil a encore besoin de soins médicaux. «J’ai  d’ailleurs subi une intervention chirurgicale en juillet 2022 et d’autres sont programmées », a confié le professeur de physique.

Ibrahima Diouf pointe du doigt l’Etat sénégalais. «Je ne peux m'empêcher de penser qu’il n'a pas assumé sa pleine responsabilité dans ce qui m'est arrivé», avoue-t-il. Le père de famille parle même d’un double crime, une tentative d’assassinat, suivie d’une mise en danger délibérée de la vie d’un innocent jeune étudiant syndicaliste. «Cela fera bientôt dix ans que j'ai perdu mon œil, que je subis des opérations chirurgicales sans fin et tout le reste de ma vie il me faudra continuer les soins», dit-il avec amertume.

«Je vivrai le reste de ma vie avec un œil en moins. Cela fait 10 ans que ça dure alors que pour l'Etat du Sénégal, le problème d’Ibrahima Diouf est classé depuis avril 2014», fustige-t-il.

Ibrahima Diouf souhaite des dédommagements pour ses soins à venir et bénéficier d’un soutien.



10 Commentaires

  1. Auteur

    En Janvier, 2023 (11:09 AM)
    Courage couz yalla dinala takhawou car tu as toujours était présent pour toutes la famille  k la protection d'allah soit avec vous 🙏🙏
    Top Banner {comment_ads} {comment_ads}
  2. Auteur

    En Janvier, 2023 (12:06 PM)
    Ça m'est déjà arrivé et je regrette aujourd'hui les risques pris et généralement ceux qui dirigent sont à 10 km derrière. Heureusement pour moi c'était sur la jambe. Dans l'œil j'imagine même pas. Il faut sensibiliser les étudiants en ce sens. Combien d'étudiants sont morts pour rien de Barra gaye au dernier en date.  
    {comment_ads}
    Auteur

    Fatou Kine Sow

    En Janvier, 2023 (12:10 PM)
    Sa ira inchala yalla dinala takhawou

     
    {comment_ads}
    Auteur

    En Janvier, 2023 (12:28 PM)
    D'AUTRES VONT TOMBER JUSQU'AU DERNIER ET PERDRONT PEUT ETRE PLUS QU'UN OEIL S'IL LE FAUT

    MAIS LA LUTTE CONTINUERA TANT QUE TOUT LE MONDE NE SERA PAS EGAL DEVANT LA LOI ET LES RICHESSES DE CE PAYS.
    {comment_ads}
    Auteur

    Galgui

    En Janvier, 2023 (12:29 PM)
    Beugeu ca rew ci diamou yalla la bok. Dieu sait quelle était son intention quand il participait à cette manifestation. C'est Dieu qui nous protège mais personne n'est à l'abri de la mort. Même au volant quelqu'un d'autre peut venir te percuter et te tuer. Maintenant le coup est parti. Il reste le jugement à l'au-delà personne n'échappera. Le coupable remboursera si la victime ne le pardonne pas. J'imagine mal comment on peut être aussi bête pour ouvrir le feu sur son prochain parce qu'il dénonce ses conditions de vie 
    Top Banner
    Auteur

    Mme

    En Janvier, 2023 (12:36 PM)
    Cet article pour mater les populations et les ètudiants! Seneweb roule pour Macky 
    {comment_ads}
    Auteur

    Psycho

    En Janvier, 2023 (12:44 PM)
    La bourse est trop chère pour la nation. Beaucoup d'étudiants dans le monde travaillent pour payer leurs études surtout dans les pays industrialisés. Nos universités sont bourrées d'étudiants dont la contribution au développement est minime voire zéro. Cet argent pourrait être utilisé pour construire des centres professionnels focalisés sur les métiers de demain et en phase a notre développement. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Janvier, 2023 (12:45 PM)
    Parfois le toubab fait  mieux le noir trop tribaliste et partisan. Bon courage kooro maak.
    {comment_ads}
    Auteur

    Mon Frère Remercie Allah

    En Janvier, 2023 (13:30 PM)
    Heureusement que tu t'es retrouvé en france ou tu as pu bénéficier de soins et terminer tes études. 

    Allah t'a sauvé de la précarité dans laquelle tu aurais dû vivre au Sénégal. 

    Tu as le droit de réclamer des dédommagements pour ton handicap à vie.
    Top Banner
    Auteur

    Deug

    il y a 3 semaines (13:20 PM)
    quant on vous disait que l'univesité c'est pour étudier et non pour faire la gréve, voila le resultat.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email