Samedi 27 Novembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Ibrahima Sall en croisade contre les grévistes : Pas de travail, pas de salaire !

Single Post
Ibrahima Sall en croisade contre les grévistes : Pas de travail, pas de salaire !

Pas d’enseignement, pas de salaire. Telle sera la ligne de conduite du premier ministre de l’Education sous la deuxième alternance. Ibrahima Sall, qui a hérité du département détenant le plus grand budget de l’Etat (40 %) et de l’essentiel des effectifs de la fonction publique, entend se départir du laxisme de ses prédécesseurs face aux grévistes et appliquer la loi dans toute sa rigueur. Avec lui, il est désormais hors de question que des enseignants aillent en grève et continuent de percevoir indûment leurs salaires, comme ce fut le cas durant l’année académique 2011-2012 (voir la première partie de ce dossier dans notre édition du jeudi 12 juillet). Arrivé il y a quatre mois à la Rue Calmette, siège du ministère de l’Education nationale,  l’économiste de formation y coule, pour le moment, des jours tranquilles. Les membres du Cusems ayant levé leur mot d’ordre, après cinq longs mois de grève, à sa prise de fonction, comme s’ils lui souhaitaient la bienvenue, il peut ainsi consacrer le plus clair de son temps à la réflexion sur la modernisation de l’école sénégalaise et l’amélioration des conditions de travail des enseignants et des élèves. En tout état de cause, dans l’entretien exclusif qu’il nous a accordé, le fondateur du Mouvement pour la démocratie et les libertés (Model), premier parti politique à avoir noué une alliance avec l’Apr de Macky Sall aux élections locales de 2009, clame à qui veut l’entendre qu’il ne sera pas le «ministre de la grève» et annonce l’audit du personnel enseignants, avant d’aborder ses chantiers. Entretien.  

 

Wal Fadjri : Est-il décent que des enseignants fassent cinq mois de grève et perçoivent leurs salaires durant cette période ?

 

Ibrahima SALL : La loi 61-31 portant statut du fonctionnaire est très clair là-dessus. Elle dit clairement que le fonctionnaire, notamment l’enseignant, ne peut être payé qu’après service fait. Par conséquent, sur ce sujet, il n’y a pas d’équivoque. Il se trouve seulement qu’un acte commis en 2006 et ayant fait jurisprudence a entraîné le gouvernement dans une spirale infernale. En effet, en 2006, les services du ministère de l’Education avaient coupé les salaires des grévistes et le ministre avait demandé de les rétablir. En 2011, les salaires des enseignants en grève ont été aussi coupés. C’est le Premier ministre de l’époque (Souleymane Ndéné Ndiaye, Ndlr) qui avait demandé publiquement à ce qu’on les rétablisse. Cette sortie avait même affaibli l’autorité gouvernementale sur la question. Ce qui a permis d’ouvrir la brèche. Maintenant, il reste clair que tout le monde est censé être égal devant la loi. Et que la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur si un tel phénomène se reproduit. Car nous sommes là pour réparer les injustices. Il n’est plus question de ne pas appliquer la loi pour nous et pour tous les enseignants grévistes.

 

Avez-vous une idée du coût de la grève du Cusems pour l’école sénégalaise ?

 

Ce qui est clair, c’est que cela va coûter très cher à l’éducation nationale. Par exemple, si l’année avait été blanche, l’Etat aurait perdu plus de 360 milliards de francs Cfa. Mais, d’ores et déjà, sur le plan pédagogique, cela va coûter très cher aux élèves parce que cette interminable grève les a complètement perturbés. Je suis d’avis qu’il faut, dorénavant, éviter qu’on soit confronté à une telle situation.

 

Quelle sera votre réaction si une telle grève se reproduit ?

 

Cela ne se reproduira plus parce que le gouvernement a pris le taureau par les cornes. Nous voulons avoir avec les syndicats des rapports de partenariat. Parce que nous pensons que les syndicalistes ont des revendications justes sur leur situation, parce que ce sont des hommes et femmes qui travaillent et participent beaucoup au développement du pays, en donnant à nos enfants le savoir nécessaire à leur développement et à celui de leur nation. Et comme tous les fonctionnaires, ils doivent pouvoir réclamer un meilleur sort. Néanmoins, il faut que tout le monde comprenne que nous sommes un pays pauvre qui n’a pas de pétrole. De plus, nous venons de traverser une crise politique majeure qui a ralenti notre économie avec des répercussions sur nos finances publiques. Ce qui fait que nous devons nous mettre autour d’une table et que chacun accepte de lâcher du lest. Aussi faut-il savoir qu’il n’y a pas que des enseignants au Sénégal. Déjà que les 40 % du budget sont consacrés à l’éducation.  Ce qui est sûr, c’est que le gouvernement étudiera attentivement et avec diligence les revendications des enseignants et tentera, dans la mesure du possible, de leur trouver des solutions. D’ailleurs, nous allons ouvrir des négociations ce vendredi 13 juillet, à partir de 16 h, avec les syndicats.

 

Le temps n’est-il pas venu d’imposer un service minimum dans l’enseignement public en cas de grève pour ne pas pénaliser outre mesure les élèves ?

 

Le droit de grève est un droit inaliénable dans une démocratie. Mais dans certains secteurs comme le transport, la santé et l’éducation, il faut mettre en place un service minimum. Il faut essayer de protéger ces secteurs sensibles. Mais, c’est compliqué compte tenu du nombre de syndicats d’enseignants : ils sont au nombre de cinquante-huit. C’est la raison pour laquelle, nous prévoyons d’organiser des élections de représentativité dans le secteur de l’éducation en vue d’avoir des interlocuteurs crédibles.

 

Juste après votre nomination, les enseignants ont repris le chemin des classes. Quels ont été vos arguments pour les convaincre d’arrêter leur grève ?

 

C’est d’abord par la grâce de Dieu. D’ailleurs, mon prédécesseur (Kalidou Diallo Ndlr) plaisantait, en disant que, grâce à mes grands-parents, j’avais la baraka (chance). Mais il y a le fait que j’ai été soutenu par le président de la République, Macky Sall, mais aussi par les différents chefs religieux, que ce soit le Khalife général des mourides, Serigne Cheikh Maty Lèye Mbacké, le porte-parole du Khalife général des tidianes, Serigne Abdoul Aziz Sy Al-Amine, ou l’Archevêque de Dakar, le Cardinal Théodore Adrien Sarr, ou encore le professeur Amadou Mactar Mbow, la société civile, etc. Tous m’ont appuyé parce qu’ils savent que le combat que je mène, je ne le fais pas pour moi, ni pour le gouvernement, mais pour le peuple sénégalais, pour nos enfants qui étaient en danger. Il ne faut plus que cette grève se répète. Puisqu’on a frôlé la catastrophe. Je crois qu’il est de la responsabilité du gouvernement de discuter de manière continue avec les syndicats pour faire de la prévention de conflits et qu’il est de celle des syndicats de mettre de l’eau dans leur vin pour arriver à faire fonctionner correctement l’école. Parce que notre seul combat, c’est de moderniser l’école sénégalaise et d’améliorer les conditions de travail des enseignants et des élèves.

 

Quel bilan tirez-vous des cent jours de votre gouvernement dans le domaine de l’Education ?

 

Dans sa globalité, le gouvernement a fait en trois mois ce que beaucoup de gouvernements n’ont pas fait en plusieurs années. D’abord, il y a la diminution des denrées de première nécessité, la réduction de la taille du gouvernement, le démarrage des audits… Le président de la République a aussi rétabli certains équilibres macroéconomiques. Il y a aussi le sauvetage de l’année. Ce sont des pas importants. Mais le travail doit continuer. Un gouvernement d’un pays sous-développé fait un travail de Sisyphe. Il faut toujours se mettre à l’ouvrage pour remettre le pays sur les rails. Mais c’est un bon départ. Et cela nous a été confirmé par les populations qui nous ont donné une large majorité à l’Assemblée nationale pour que nous puissions mettre en œuvre les réformes qui ont été promises durant la campagne électorale.

 

Est-ce à dire que le quantum horaire sera atteint partout ?

 

Dès qu’on a arrêté la grève, mes services techniques se sont réunis pour voir par quels moyens le quantum horaire peut être atteint. Ils ont mis en place toute la stratégie nécessaire en vue d’un bon déroulement des examens. D’ailleurs, on vient de faire concourir deux cent trente mille élèves à l’entrée en sixième et au Cefe sans couacs. Maintenant, nous sommes en train de préparer le Bfem et le baccalauréat. Et nous allons prendre toutes les dispositions pour que cela se passe normalement. Je pense aussi qu’avec le prolongement des cours en accord avec les enseignants, les élèves et les parents d’élèves, le quantum horaire sera atteint.

 

Qu’allez-vous faire pour maintenir ce climat de paix ?

 

D’abord, il faut ouvrir rapidement le dialogue avec les syndicats. Cela sera fait cette semaine. Ainsi, on se réunit ce vendredi 13 juillet. Et nous allons autour de la table discuter de l’ensemble des questions avec les syndicats. Dans un premier temps, nous allons travailler dans un sens positif pour restaurer la confiance entre les syndicats et le gouvernement. Dans un second temps, chaque début d’année, nous allons ouvrir une concertation pour anticiper sur les conflits. Nous voulons surtout aller vers la tenue des assises nationales de l’Education pour faire en sorte que tous les acteurs qui tournent autour de l’éducation, que ce soit la fédération des parents d’élèves, les enseignants et les élèves, se mettent autour d’une table pour apporter des remèdes aux maux qui gangrènent le système éducatif sénégalais. Car l’éducation est un secteur névralgique et vital pour notre pays qui n’a ni or, ni diamant. Notre pays n’a pour ressource que l’intelligence de ses fils. Donc, il faut la protéger. C’est à travers l’éducation nationale que le pays se construira.

 

Peut-on s’attendre à une trêve de quelques années avec les syndicats ?

 

Au-delà d’une trêve, nous voulons définitivement pacifier l’espace scolaire. Parce que les grèves n’arrangent ni les syndicats, ni les élèves, encore moins l’éducation nationale. Je suis sûr que c’est à contrecœur que les enseignants quittent les classes pour aller en grève. C’est parce qu’ils sont confrontés à des difficultés, qu’ils le font. Mais, au moins, qu’ils sachent que le régime du président Macky Sall veut combattre les injustices. Et cela commence par rétablir les équilibres et combler la fracture sociale qui existe entre les enseignants et une certaine catégorie de fonctionnaires. Il faut reconnaître que l’Etat a fait beaucoup d’efforts, en affectant 40 % de son budget à l’Education, mais aussi en accordant certains avantages aux enseignants. En tout état de cause, nous allons dialoguer avec les syndicats pour essayer de mettre en place un pacte social qui va éviter à l’école des soubresauts.

 

«Je ne suis pas là pour gérer des grèves. J’espère que c’est un épiphénomène et que, bientôt, nous allons passer aux choses sérieuses.»

 

Le fil du dialogue avec les syndicats n’est-il pas rompu, car jusqu’à présent, il n’y a pas de rencontre ?

 

Ah non. J’ai rencontré une dizaine de fois les syndicats d’enseignants pour négocier avec eux l’arrêt de la grève. Bien plus, je me suis rendu au siège de tous les syndicats pour discuter avec eux, ce qu’aucun ministre de l’Education n’avait fait auparavant. Je suis un homme de dialogue et le président de la République nous a instruit de faire de ce département un ministère de paix et de consensus. Je ferai un partenariat gagnant/gagnant avec les enseignants pour contribuer à moderniser l’école sénégalaise pour en faire une école de qualité, démocratique et laïque. Je ne suis pas là pour gérer des grèves. J’espère que c’est un épiphénomène et que, bientôt, nous allons passer aux choses sérieuses.

 

Quelle organisation comptez-vous mettre en place en vue du Bfem et du Bac qui se tiendront en deux sessions ?

 

Ce sont les mêmes hommes qui étaient-là qui vont préparer ces examens. Ce sont des fonctionnaires dévoués qui aiment leur métier. Le ministère de l’Education nationale est assez outillé pour ce genre d’opération complexe. La machine est rodée. Le ministère de l’Education est comme une usine. Nous travaillons tous les jours pour être prêt le jour des examens. Il y a plus de trente directions, plus de quatre cents bureaux… Dans les inspections d’académie, dans les inspections départementales, tout le monde travaille au service de l’éducation nationale.

 

Dans la foulée des examens de fin d’année, il y a les cours de rattrapage prévus en septembre, mais surtout la rentrée. N’y a-t-il un risque d’assister à une rentrée à deux vitesses ?

 

A situation exceptionnelle, solution exceptionnelle. Je peux assurer qu’il n’y aura une rentrée à deux vitesses. Tout cela a été calculé. Nous avons les dates. De manière professionnelle, nous mettrons tout en place. Rien ne se chevauchera. Il y aura deux sessions du Bfem. Ceux qui feront la première, ne feront pas la deuxième. Et nous souhaitons qu’il n’y ait aucun problème. Le privé ne sera pas pénalisé parce qu’il n’a pas été perturbé. La rentrée ne sera pas retardée. Imaginez s’il y avait une année blanche ? On aurait pénalisé les 40 % d’élèves du privé. Les parents, qui financent leurs études, auraient perdu beaucoup d’argent. De même que ceux des élèves du public. C’est pour éviter cette catastrophe que l’on s’est battu pour éviter l’année blanche.


Le ministère de l’Education est réputé difficile. Est-ce votre sentiment ?

 

Rien ne me fait peur. Je suis d’abord un croyant. J’ai été élevé à relever des défis. Je peux dire que je suis un homme de défi. Pour moi, c’est le difficile qui est le chemin. Je crois que l’affection que je porte au président Macky Sall, les convictions profondes que nous partageons, font que je suis très content d’atterrir dans ce département ministériel qu’on dit difficile. C’est l’occasion pour moi de l’accompagner et de lui prouver mon engagement et ma fidélité.

 

«Nous savons qu’il y a beaucoup d’enseignants fantômes. Il est donc nécessaire de mettre fin à tout cela pour que ceux qui travaillent soient mieux payés.»

 

Il y a un déficit en enseignants dans les disciplines scientifiques, mais également un déficit en salles de classe et tables-bancs… Avez-vous estimé ce déficit et qu’allez-vous faire pour le résorber, notamment en mettant fin aux abris provisoires ?

 

On n’a pas évalué le déficit. Mais, vous savez que l’Education nationale construit le plus au Sénégal. Cette année, nous allons réceptionner à la rentrée quatre mille cinq cents classes pour le primaire, les collèges et les lycées. Mais, au Sénégal, la population augmente plus vite que l’offre. Elle galope même. Ce qui fait que les efforts du gouvernement ne sont pas ressentis. Nous allons, dans un premier temps, essayer de combattre les abris provisoires. Je considère que les abris provisoires constituent une plaie pour l’Education nationale. Il n’est pas normal que, dans un pays comme le Sénégal qui a un niveau de développement comme le nôtre, des enfants continuer à apprendre dans des abris provisoires. Nous allons les combattre.  Nous le ferons à la mesure de nos moyens. Cette année, nous prévoyons un doublement des constructions pour élargir l’accès. Et ensuite, dans le projet de modernisation de l’école, nous allons construire des classes, mais nous voulons surtout faire revenir le civisme à l’école. Cela va passer d’abord par le respect des couleurs nationales avec la levée du drapeau tous les matins. Nous voulons faire de l’école un lieu de convivialité pour les élèves où leurs droits sont respectés et où on apprend aux enfants les mesures d’hygiène élémentaires.

 

Au rythme où se font les constructions et au regard des taux élevés de réussite à l’entrée en sixième, ne risque-t-on pas d’avoir des classes de 6e engorgées à la rentrée, ce qui va nuire à la qualité des apprentissages ?

 

L’engorgement dans les classes existe déjà. Mais imaginez-vous s’il y avait l’année blanche. L’engorgement allait doubler parce que tous les flux seraient bloqués. Mais, il faut accélérer le rythme des constructions pour éviter l’engorgement dans les classes. Cependant, ce  n’est pas une raison pour faire une éducation au rabais. Il faut maintenir une éducation de qualité au lieu d’ouvrir les vannes à l’entrée en sixième qui est un examen fondamental pour les élèves qui vont au lycée. Parce que même pour la suite de leur carrière, s’ils veulent aller poursuivre leurs études, il faut qu’ils aient le niveau.

 

Tout cela ne suppose-t-il pas une rationalisation de la carte scolaire ?

 

La rationalisation de la carte scolaire ne peut se faire qu’en évitant de politiser les créations d’écoles primaires, de collèges et lycées. Même s’il faut faire une école de proximité pour rapprocher la demande d’éducation des populations, il faut aussi avoir un souci d’équité pour démocratiser l’éducation partout au Sénégal.

 

Les corps émergents exigent leur reclassement dans la fonction publique. Que leur répondez-vous ?

 

On nous demande des choses difficiles. D’ailleurs, nous venons de faire la revue annuelle du Pdef. On s’est rendu compte que beaucoup d’argent a été dépensé pour peu d’impact. Donc, notre problème majeur aujourd’hui, c’est la rationalisation des ressources humaines dans l’éducation. Nous allons faire un audit des ressources humaines parce qu’on ne peut comprendre que plus de 400 milliards soient consacrés à l’éducation nationale et qu’on ne voit pas l’impact tant au niveau des enseignants qu’au niveau des élèves. Certes, le taux brut de scolarisation a augmenté, mais nous constatons que l’école sénégalaise est dans un piteux état du point de vue de la structuration et du point de vue des enseignants. Cela, c’est parce que nous faisons des embauches à tour de bras. Nous savons qu’il y a beaucoup de trafic et beaucoup d’enseignants fantômes. Il est donc nécessaire de mettre fin à tout cela de manière systématique pour que ceux qui travaillent soient mieux payés. Car ce n’est pas normal que ceux qui n’ont rien à faire dans l’éducation nationale, puissent émarger. C’est un travail énorme, mais ce sont des chantiers que nous allons engager.

 

«Nous allons faire un audit des ressources humaines parce qu’on ne peut comprendre que plus de 400 milliards soient consacrés à l’éducation nationale et qu’on ne voit pas l’impact»

 

Qu’allez-vous faire dans le domaine de l’alphabétisation ?

 

L’alphabétisation est un secteur important. Nous voulons donner par là aux enfants et à tous les Sénégalais une bonne chance d’avoir accès à la connaissance. Nous pensons que l’alphabétisation est la cheville ouvrière du développement. Nous allons essayer de trouver des financements pour booster ce secteur.

 

Quelle politique pour les Daaras modernes ?

 

L’apprentissage de la religion est une base pour l’enfant. Car elle lui permet d’avoir des repères dans la vie. La connaissance du Coran aussi permettra de lutter contre l’obscurantisme religieux. Il est très important que les enfants connaissent leur religion par le bout des doigts pour que l’on puisse consolider la construction de notre Etat laïc. C’est pourquoi, le président de la République, Macky Sall, nous a instruit à faire mieux. Nous avons les financements pour construire de nouveaux Daaras modernes. J’ai même défendu à Addis-Abeba pour que les cantines soient introduites dans les Daaras modernes. Je suis aussi convaincu que la lutte contre les injustices commence par apporter le soutien du gouvernement aux enfants les plus démunis. Et souvent ce sont les enfants démunis qui sont dans les Daaras, et ils doivent être traités au même titre que les autres. Et le gouvernement fera le nécessaire pour cela.

 

Qui est Ibrahima Sall ?

 

C’est un homme au service de son peuple. Je suis le président du Mouvement pour la démocratie et les libertés (Model). Je suis le coordonnateur de la Coalition Macky 2012 et le premier allié du président de la République. Très tôt, j’ai eu de l’estime et l’amitié pour lui. Je crois que c’est un homme de valeur et de parole. Je crois que c’est une chance pour le Sénégal.


affaire_de_malade

49 Commentaires

  1. Auteur

    Bbéthio

    En Juillet, 2012 (18:51 PM)
    Regardez moi ce soûlard

    Vas y les enseignants sont plus forts que toute ta tribu

  2. Auteur

    Yakoub

    En Juillet, 2012 (18:57 PM)
    monsieur sall vous parlez un peu trop.qu4est ce que l4hitoire de vos grands parents a a voir ici.de meme vous etes en train d4enfourcher le mauvais cheval en parlant de couper le salaire desc grevistes,ca na jamais ete un facteur dissuasif.privilegiez plutot le dialogue/et puis en en a vu et de plus coriace/tant que cette destructuration de la fonction publique perdurera perdureront les greves.ce n4est pas en cassant le thermometre que lon soigne la fievre

    {comment_ads}
    Auteur

    Paix

    En Juillet, 2012 (18:57 PM)
    je suis d'accord avec toi Monsieur le ministre
    {comment_ads}
    Auteur

    Waxx Deugg

    En Juillet, 2012 (18:58 PM)
    c'est normal pas de travail pas de rémunération bande de fénéants
    {comment_ads}
    Auteur

    Dioubo

    En Juillet, 2012 (18:59 PM)
    il a raison
    Auteur

    Salambaye

    En Juillet, 2012 (18:59 PM)
    cela ne suffit pas ,les enseigants qui n'ont pas de bons resultats doivent aller faire autres choses que d enseigner..................chaque directeur d'ecole doit etre evaluè tous les deux ans,selon les resultats de l etablissement qu il dirige pas de bons resultats il reprend la craie......................les enseigants doivent etre obligès de travailler sinon vous finez jamais avec des annèes blanches ...............chaque sera obligè comme les eleves de travailler et de ne plus avoir le temps d'aller ecouter les salades d un sindicaliste..................PAS DE BONS RESULTATS L'ENSEIGNANT DOIT PAYER EN PERDANT DES POINTS.
    {comment_ads}
    Auteur

    F......

    En Juillet, 2012 (19:01 PM)
    C est comme ça Mr Le ministre,Felicitations kou liggueyoul do fayakou ici en Europe s il ya greve on t enleve les jours d absence sur ton salaire + une amende.....So ko defe rek kenne dotoul greve gni danio yabate et sont des maitres chanteurs,dem greve ba pare di fayekou diekhna
    {comment_ads}
    Auteur

    Salambaye

    En Juillet, 2012 (19:06 PM)
    EN evaluant les enseignats et les directeurs d'ecole tous les deux ans vous allez finr avec les annèes blanches .detroner indirectement les sindicalistes, mais aussi les eleves vont etre bien suivis et auront de bons resultats............ainsi vous pourrez rehausser le niveau des eleves et des enseignants...........sans cela ils sont inoncup+s et auront le temps de s occuper à des futilitès.
    {comment_ads}
    Auteur

    Dieuf Rekk

    En Juillet, 2012 (19:06 PM)
    Wawaw Mr le Ministre. louné gnokhor ndiaye rekk gnou greve. c la discipline dans laquelle on note plus de 2 greves par an et pdt ce temps ils vont donner des cours dans les écoles privées. dafa doy!!!!!
    Auteur

    Azo

    En Juillet, 2012 (19:17 PM)
    M.le Ministre, vou avez vu juste. Il faut privilègier le dialogue. Alors, les Sénégalais pourront juger les uns et les autres. il ne faut jamais manquer de respecter les engagements que vous prenez. Mieux vaut ne pas en prendre et tenir un langage de vérité. Nous savons ce qui se passe dans l'enseignement. Beaucoup d'enseignants sont payés à ne rien faire. Dans des villes comme Dakar, Thiès ou Kaolack, il y a tellement de suppléants et de surveillants que si l'on procédait à un redéploiement courageux, beaucoup de classes multigrades cesseront d'exister et beaucoup de postes seront pourvus.
    {comment_ads}
    Auteur

    Sec

    En Juillet, 2012 (19:34 PM)
    dtadef makontan stlolou
    {comment_ads}
    Auteur

    Dacosta

    En Juillet, 2012 (19:35 PM)
    Il faut privilegier le dialogue, mais sans travail, pas de salaire.
    {comment_ads}
    Auteur

    Bandellame

    En Juillet, 2012 (19:42 PM)
    enfin une bonne nouvelle non mais on est ou la akh c'est une tres bonne décision

    Auteur

    Repugnant

    En Juillet, 2012 (19:46 PM)
    ............
    {comment_ads}
    Auteur

    Bergamo

    En Juillet, 2012 (20:12 PM)
    faite ce que vous voulez cest votre probleme apres 5 mois de greve pour faire tomber wade cb cou fethie koleure ren bè dewen guisko
    {comment_ads}
    Auteur

    Yaay

    En Juillet, 2012 (20:52 PM)
    Ministre bi foula la amme.defantele ak enseignents yi boou bah?Que chacun prenne ses responsabilites..ALY WADD toi et ta bande on ne peut pa vous laisser hypothequer lavenir des enfants comme sa.il y tant que le pouvoir reagisse.vous vous croyez forts alors que vous netes que des minables miserables vautours...

    IBRAHIMA SALL LES SENEGALAIS SONT AVEC TOI DANS CE COMBAT..
    {comment_ads}
    Auteur

    Pis

    En Juillet, 2012 (20:52 PM)
    Très juste que dieu vous accompagne dans votre combat
    Auteur

    Ka Mbourois

    En Juillet, 2012 (21:52 PM)
    Les mouvements de grève des élèves ne sont pas abordés par le journaliste alors qu'ils ont une part de responsabilité dans cette situation qui perdure depuis les temps...Que les parents d'élèves prennent leur responsabilité...que tous les acteurs de l'éducation nationale assument meme en temps normale...Les autorités doivent prendre en compte les préavis de grève...
    {comment_ads}
    Auteur

    Deugdeuggg

    En Juillet, 2012 (22:26 PM)
    Voila la bonne réponse à ces paresseux. Les moins diplomés et mieux payés pour le moment. Qu'est qu'ils réclament alors? La médiocrité tout court.
    {comment_ads}
    Auteur

    Baol.baol

    En Juillet, 2012 (22:46 PM)
    oui...doit de greve ..ok..PAS DE TRAVAIL ...PAS DE SALAIRE...on fait la greve ...vive le ministre...ca va arreter tout le sabotage....pas de boulot..pas de salaire..pour tout le monde...  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">  
    {comment_ads}
    Auteur

    Anti Larbin

    En Juillet, 2012 (23:17 PM)
    LES ENSEIGNANTS VOUS DISENT:MERDE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Auteur

    Patcha

    En Juillet, 2012 (23:42 PM)
    Tres belle sortie Mr. Le Ministre et toutes nos felicitations. J' attend la sortie de Eva Marie Cole Seck aussi! Son department fait parti de ceux qui produit des resultats aussi palpables en 100 jours. Bonne continuation!
    {comment_ads}
    Auteur

    Deet

    En Juillet, 2012 (23:49 PM)
    ce monsieur n'a pas sa place dans un gouvernement surtout en qualité de ministre de l'éducation;il a un français laborieux et des idées qui manquent totalement de profondeur
    {comment_ads}
    Auteur

    Cusems

    En Juillet, 2012 (23:50 PM)
    LE CUSEMS FERA FACE A TES MENACES DE GAMIN PAUVRE MINISTRON :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  :haha: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Koléré

    En Juillet, 2012 (23:59 PM)
    les enseignants qui ont eu à paralyser le système pour faire dégager wade payeront cash leur déloyauté car wade a bocou fait pour le secteur et ses ministres qui ont eu à proférer des menaces ont eu des revers.

    imaginez une fois que cette déclaration était faite par un certain kali.le cusems ne dormira pas.

    Auteur

    Histoire

    En Juillet, 2012 (00:06 AM)
    Vous savez quoi peut être qu'il aurait fallut interroger l'histoire pour savoir ce que les enseignants ont eu comme stratégie après coupure de salaire après grève.



    Dans les années 90 les enseignants ont une fois fait grève durant le premier semestre et ont leur a coupé le salaire. Ils n'avaient pas protesté acceptant que c'est la loi mais ils ont dit qu'ils ne feraient pas de rattrapage parce que les heures de cours qui ont été coupées de leurs cours ne les engageaient plus et ils ont directement entamé le second semestre.

    Resultat : plusieurs proviseurs de l'epoque etaient bloqués avec un premier semestre qui n'etait pas terminé avec des matières qui n'avaient même pas commencé alors que le second semestre commencé. C'est déja arrivé au niveau universitaire dans les années 2000.



    Si le gouvernement se met dans cette logique ils vont droit vers l'impasse car ce sont ces même enseignants qui organisent tous les examens et concours...





    A mon avis, il faut signer un pacte de non grève avec les syndicats avec une amélioration de leur conditions etalées sur 10ans durant lequels le gouvernement va progrèssivement poser des actes clairs. Ensuite, leur faire accepter un dispositif de controle du travail des enseignants, mais la aussi vous aller avoir des enseignants pour controler des enseignants...
    {comment_ads}
    Auteur

    Virage

    En Juillet, 2012 (00:11 AM)
    ce gouvernement n'a rien fait pour le secteur.l année est sauvée parceque les syndicats alimentaires l'ont voulu.quelque soit le ministre qui aurait en charge le secteur le mot d'ordre allait périr car wade a dégagé.

    monsieur le ministre c'est actuellement que nous vous attendons.ne crie pas en parlant du pléthore de syndicats il fallait le dénoncer.les préoccupations des enseignants sont complexes et diverses et souvent contradictoires.

    vous négociez séparémént mais faut savoir que c'est un seul corps
    {comment_ads}
    Auteur

    Fall

    En Juillet, 2012 (00:31 AM)
    So wakhe dengue dag dioum
    {comment_ads}
    Auteur

    Bassam

    En Juillet, 2012 (00:35 AM)
    Pas de travail pas de salaires.J'ai honte quand je vois des enseignants se bousculer a la fin du mois devant les GAP des banques avec leurs sandales alors qu'ils sont en grève .

    Auteur

    Gestionnaire

    En Juillet, 2012 (00:45 AM)
    Pas de classe pas de salaire.

    Le salaire est la contreparie du travail.

    Montrer moi un pays ou on ne travaille pas et a la fin du mois on n est paye.En tout moi si ce pays existe je vais aller vivre la-bas.
    {comment_ads}
    Auteur

    Boydialane

    En Juillet, 2012 (01:13 AM)
    Les enseignants ont le droit de grève comme défini dans la constitution.Ce n'est pas les menaces de ce pseudo-ministre,noviste,non initié et soit disant économiste qui ne connait rien de l'enseignement qui feront peurs aux nobles enseignants.L'éducation est à la base du développement de toute nation et nous sommes dans un contexte de mondialisation fondé sur le savoir,le savoir faire et le savoir être, du cout l'état de doit pas jouer avec l'éducation.

    Vive les syndicalistes,vive le SAES,SUDES,CUSEMS-SAEMS,etc

    Wa salam

    {comment_ads}
    Auteur

    Polyt

    En Juillet, 2012 (02:35 AM)
    ibrahima sall rappelle ibrahima fall ce ministron ki avé menacé de fermé l université.ptit ministron sall ns tattendons de pied ferme.ta ka coupé lé salair dé honnet enseignant.ton gouvernment de tocards é tw
    {comment_ads}
    Auteur

    Rahne

    En Juillet, 2012 (08:18 AM)
    POUR FAIRE REVENIR SUR TERRE LES GREVISTES ENSEIGNANTS IL FAUT K LE GOUVERNEMENT DE MAKI FASSE UNE REFORME DE LA FONCTION PUBLIQUE ET HARMONISE LES SALAIRES DE TOUS LES AGENTS DE LETAT DU SENEGAL
    Auteur

    Goor Fitt

    En Juillet, 2012 (08:34 AM)
    Toutes nos félicitations monsieur le ministre vous avez raison il faut rompre avec ces peneurs d'otage et sans aucune raison

    Ils ne font pas de peuves car l'enseignement public a perdu sa valeur et les élèves sont devenus plus nulle par la faute de ses chasseurs de primes
    {comment_ads}
    Auteur

    Pape

    En Juillet, 2012 (09:30 AM)
    non RAHNE je ne sui pa d'accord:il s'agit dìappliquer la loi :ui cotise pas ndiathi pas)...pas de travail pas de salaire.....on verra qu'il maura plus de grève.........MERçI MNISTRE SALL.....
    {comment_ads}
    Auteur

    Com

    En Juillet, 2012 (09:34 AM)
    un etat qui se respecte ne doit pas tolerer une greve qui treine en longueur sacrifiant ainsi une frange,importante de la population. les enseignants du senegal doivent apprendre a etre des patriotes, prets au sacrifice, pour defendre la nation, a travers l'education qu'ils donnent aux eleves.
    {comment_ads}
    Auteur

    Poulouro

    En Juillet, 2012 (09:46 AM)
    Monsieur le Ministre ce qu'on vous demande c'est de régler définitivement les problèmes des enseignants et non de menacer ces braves hommes.

    il faut harmoniser les indemnités quelqu'elles soient selon les diplômes académiques et ou prfessionnels et le problème est réglé.



    il faut aussi régler le problème de validation des années de volontariat et de vacation / et de contractualisation.

    Auteur

    L'avocat Du Peuple

    En Juillet, 2012 (10:01 AM)
    bien dit monsieur le ministre. Il faut être dans leur milieu pour connaître l'esprit des profs. Les tables et le matériels pédagogiques peuvent manquer, c'est pas leur problèmes. Mais ils sont prêts à sacrifier les élèves pour une hausse de 1000f dans leur salaire.



    Et pendant les 5 mois de grèves, ils étés aux premières rangs devant les guichets pour percevoir leur salaire de honte.



    il faut ponctionner les heures buissonnières. Et je vous jure qu'ils arrêteront les grèves.



    et avec le système des vacataires, la moitié n'a même pas le niveau.



    je sais ce ce que je dis, car je travaille dans un lycée.
    {comment_ads}
    Auteur

    Koulis

    En Juillet, 2012 (10:39 AM)
    SI LE GOUVERNEMENT N'EST PAS FERME , NOUS ALLONS VERS LA DERIVE , CERTAINS ENSEIGNANTS ONT SACRIFIE NOS ENFANTS GRACE AUX GENS QUI ONT POUR PROFESSION LE SYNDICAT .

    MESURES A COURT TERME :

    - PAS DE TRAVAIL , PAS DE SALAIRE.

    - RETENTION DE NOTES = LICENCIEMENT.

    CES MESURES SONT AUSSI VALABLES POUR LE PERSONNEL DE LA SANTE.
    {comment_ads}
    Auteur

    Thie

    En Juillet, 2012 (10:57 AM)
    Le ministre dit que les textes doivent être appliqués.

    Je suis parfaitement d'accord.

    Mais les textes disent peut être aussi" a égalité de hiérarchie et de grade, certains fonctionnaires choisis par les textes, doivent gagner dix fois plus que les enseignants".

    Je pense que si tous les enseignants arrêtaient de faire cours aussi bien dans les écoles privées que dans les écoles publiques, il n'y aurait pas de grève de plus d'un mois.

    Je pense que la balle est dans le camps des enseignants.
    {comment_ads}
    Auteur

    Un Prof

    En Juillet, 2012 (12:54 PM)
    LE CUSEMS ET L'ENSEMBLE DES SYNDICATS ENSEIGNANTS ATTENDENT DE PIED FERME CE SINISTRE DE L'EDUCATION!ON EMMERDE AU PASSAGE TOUS CES CHIENS DE SENEWEB QUI VILIPENDENT LES ENSEIGNANTS! :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla: 
    Auteur

    Laskha

    En Juillet, 2012 (14:10 PM)
    En fait cela me paraissait tres bizard que des enseignants en greve aillent faire du khar mate ailleurs et continuent a percevoir lintegralite de leur salaire. Je crois que tt travailleur a le droit daller en greve mais lemployeur a aussi le devoir de ne pas payer de salaire. C meme lOIT qui le dit c Wade par demagogie qui continuait a payer des paresseux et corrompus enseignants. Je suis tt a fait daccord avec le ministre :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Vrai

    En Juillet, 2012 (15:49 PM)
    Ce sont les syndicats qui doivent prendre en charge les salaires en cas de grève. Sinon c'est trop facile et honteux de refuser de travailler tout en se précipitant à la banque pour recevoir un salaire.
    {comment_ads}
    Auteur

    Analyste1

    En Juillet, 2012 (15:52 PM)
    Je pense qu'il faut éviter les réactions épidermiques et analyser de façon réaliste la sortie du Ministre. Seul le dialogue peut à mon avis conduire a de meilleurs résultats. Kalidou Diallo avait adopté la même posture guerrière et tout le monde a vu les résultats que cela a engendré. Ces genres de bras de fer débouchent toujours sur la capitulation du ministre. On l'a vu avec Kalidou Diallo qui a été obligé de rembourser les sommes qui ont été coupées sur les salaires des enseignants. Plus prés de nous au Mail, ce fut la même situation. Je pense qu'il faut engager un dialogue constructif et arrêter ces menaces (ce n'est ni plus, ni moins que de la démagogie) qui ne feront que radicaliser les syndicalistes et les enseignants. Mr le ministre, vos enfants sont certainement dans le privé et à l'extérieur, mettez en place les bases d'un dialogue constructif afin que nos enfants puissent étudier sereinement.
    {comment_ads}
    Auteur

    Nasr

    En Juillet, 2012 (18:40 PM)
    Pour dialoguer il faut être deux:la démagogie c'est de dire que les autorités doivent se plier au chantage de ceux qui délaissent des cours et perçoivent des salaires,tout en insultant ceux qui dénoncent leur mauvaise foi
    Auteur

    @nasr

    En Juillet, 2012 (20:25 PM)
    Je pense que le principe de base dans la fonction publique doit être: a diplôme égal, salaire égal. Nous tous savons que cela n'est pas de rigueur dans la fonction publique sénégalaise ou un simple bachelier peut gagner mieux qu'un maitrisard prof de Lycée. Donc c'est bien une démagogie de proférer des menaces envers des gens qui ne réclament que leurs droits car sachant trés bien que cela ne les arrêtera pas.
    {comment_ads}
    Auteur

    Nte

    En Juillet, 2012 (01:04 AM)
    MOI J IRAI EN GREVE CHAQUE JOUR JE PEUX ETRE EN CLASSE ET NE RIEN FOUTRE SINON RACONTER MA VIE  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   PAUVRE MINITRE
    {comment_ads}
    Auteur

    Senario

    En Juillet, 2012 (01:56 AM)
    Ne nous trompons pas, et surtout, ne trompons ce ministre qui donne toute l'impression de neophite aux anges pour sa nommination. Un ministere n'est pas une entreprise, surtout celui de l'education.

    Le salaire est sacre, le droit de greve est consacre par la loi tout cette meme loi a consacre le droit de ne remunerer que le service fait. Mais, ce qui se passe generalement c'est que les autorites ne daignent pas discuter avec les structures jusqu'a l'expiration de la periode legale du preavis de greve, c'est a dire 21 jours. Il aurait ete judicieux que l'autorite qui est informee d'un preavis, apres avoir marque l'urgence de trouver une solution, apres s'ettre investi dans la recherche de solution, coupe les alaires si des travailleurs en discussion declenchent la greve.

    Il se trouve que nos autorites ont cette tare d'attendre que la greve soit effectivement enclanchee pour voler au sapeur pompier, encore que ce n'est jamais de bonne foi. Un mistre qui laisse se declarer une greve dans son departement sans en avoir l'elegance de rencontre les mecontents au paravant a-t-il reellement plus le temps de couper les salaires que de presenter sa demission?
    {comment_ads}
    Auteur

    Siramou

    En Juillet, 2012 (11:12 AM)
    Merci à ceux qui exposent des arguments en restant polis et respectueux,honte à ceux qui ne contrôlent pas leur langage ,ils étalent leurs insuffisances en pensant qu'on convainc par des propos aigres ou impolis Quelle que soit la situation un enseignant digne élève son langage,n'utilise pas de termes injurieux,reste un éducateur de métier

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email