Vendredi 19 Août, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Societe

Insectes, algues et viande artificielle vont-ils nourrir la planète ?

Single Post
Insectes, algues et viande artificielle vont-ils nourrir la planète ?

La Terre pourra-t-elle nourrir 9 milliards d'êtres humains en 2050 ? Alors que la démographie ne cesse d'augmenter, cette question taraude tant les scientifiques que les économistes et hommes politiques. Selon l'ONU, nous devrons presque doubler notre production alimentaire, adopter de nouvelles technologies et éviter le gaspillage. Malgré tout, la tâche semble malaisée : un milliard de personnes souffrent déjà de faim chronique, il reste peu de terres vierges à découvrir, les océans sont déjà surexploités, la planète fait face à une pénurie croissante d'eau et le changement climatique rendra l'agriculture plus difficile. Mais utiliser les terres et l'eau autrement reste possible. Voici un tour d'horizon de la nourriture que nous pourrions trouver dans nos assiettes dans quarante ans.

 

Les algues. Comment libérer d'énormes quantités de terres agricoles pour produire davantage de nourriture ? La réponse passe d'abord par des fermes d'algues. Ces organismes unicellulaires simples peuvent en effet se développer très rapidement et en grande quantité à la fois en mer mais aussi dans des eaux polluées ou dans des endroits dans lesquels ne survivrait aucune culture classique.

 

Surtout, les algues peuvent être utilisées pour l'alimentation humaine — très courant au Japon et en Chine —, pour l'alimentation animale, comme engrais ou surtout comme biocarburant. Selon les scientifiques, que citent le Guardian, les algues peuvent produire 15 à 30 fois plus d’huile que le maïs et le soja. Elles permettraient donc d'économiser des millions d'hectares de terres (et des milliards de litres d'eau d'irrigation) qui seraient destinés à l'alimentation humaine et non plus à faire rouler nos voitures.

 

Les insectes. Criquets, sauterelles, araignées, guêpes, vers, fourmis et autres coléoptères ne sont pas encore rentrés dans les menus européens ou américains, mais près de 1 400 de ces espèces sont consommées à travers l'Afrique, l'Amérique latine et l'Asie. Avec la hausse des prix alimentaires et la pénurie de terres dans le monde entier, il ne s'agit peut-être que d'une question de temps avant que les fermes d'insectes essaiment en Europe, estiment des chercheurs dans le Guardian.

 

Car les insectes sont non seulement bons pour la santé — riches en protéines, en calcium et en fer et faibles en graisses — mais aussi ils requièrent peu d'espace. Sans oublier que les petites bêtes émettent nettement moins de gaz à effet de serre que les grosses.

 

"Malgré tout, on aura une très forte résistance culturelle en Occident. Les habitudes alimentaires se modifient très lentement", prévient Catherine Esnouf, directrice scientifique adjointe alimentation à l'Institut national de la recherche agronomique (INRA) et coordinatrice de l'ouvrage Pour une alimentation durable. C'est pourquoi une équipe de chercheurs hollandais travaille à la constitution de plats réalisés à partir de protéines d'insectes mais sans en prendre la forme. L'Union européenne va par ailleurs débloquer un financement de 2,4 millions d’euros en 2012 pour promouvoir l'utilisation d'insectes dans les cuisines, et a demandé aux agences de sécurité alimentaire d'enquêter sur leur potentiel nourrissant.

 

La viande artificielle. Elle ressemblerait à de la viande, sentirait comme de la viande et serait de la viande, sans toutefois provenir d'un animal vivant. La viande artificielle, qui fait l'objet de recherche depuis une dizaine d'années, pourrait être issue du développement en laboratoire de cellules souches de poulet, bœuf ou porc, comme on le fait déjà pour fabriquer de la bière ou des yaourts.

 

Selon une étude des universités d'Oxford et d'Amsterdam, la viande in vitro réduirait de 96 % les émissions de gaz à effet de serre entraînées par l'élevage. Sa production exigerait par ailleurs entre 7 et 45 % moins d'énergie que celle de la viande produite de manière conventionnelle. Enfin, la viande en boîte n'aurait besoin que d'1 % des terres et de 4 % de l'eau actuellement dévolues au bétail. Car aujourd’hui, 70 % des terres agricoles sont consacrées à l'élevage du bétail et la culture de sa nourriture. Or, la consommation de viande ne cesse d'augmenter. En vingt-cinq ans, elle est ainsi passée de 30 kg à 41,2 kg par habitant, selon la FAO. Et la production va continuer de grimper, tirée par la consommation des pays émergents comme la Chine et l'Inde.

 

Certains scientifiques restent toutefois sceptiques. Selon eux, arriver à une production massive de viande par ce procédé entraînerait des coûts exorbitants et nécessiterait d'énormes quantités d'hormones pour favoriser la croissance et d'antibiotiques pour éviter les contaminations.

 

Les nouvelles cultures. Au-delà de ces nouveaux aliments, les pays vont surtout devoir adopter un meilleur équilibre entre protéines animales et végétales. "La consommation de viande pratiquée actuellement par les pays développés n'est pas soutenable au niveau de la planète. Elle doit être diminuée de moitié pour que les pays en développement disposent des ressources nécessaires", estime Catherine Esnouf.

 

Légumes secs, céréales, lentilles — riches en fibres, minéraux, protéines et vitamines — devraient donc prendre plus de place dans notre assiette. "La sélection génétique nous permettra d'améliorer le goût et la digestion de ces aliments, pour concurrencer les produits animaux. On trouve par ailleurs déjà des préparations variées à base de végétaux, qui pourraient permettre d'attirer les consommateurs", ajoute Catherine Esnouf.


affaire_de_malade

6 Commentaires

  1. Auteur

    Avis

    En Février, 2012 (03:53 AM)
    Un chercheur japonais, Mitsuyuki Ikeda, a réussi à créer de la viande à partir d'excréments humains mais cette viande est plus chère que la viande normale pour être compétitive. La viande s’appelle la cacaburger.
    Top Banner
  2. Auteur

    Siga

    En Février, 2012 (07:49 AM)
    ya mouna fene
    {comment_ads}
    Auteur

    Tio

    En Février, 2012 (10:20 AM)
    legi deme bary nioun demeyi yapou nit mo nekh
    {comment_ads}
    Auteur

    Tite

    En Février, 2012 (10:39 AM)
    tio je vais faire des recherche sur ton adresse IP pour avertir sen wa kogne
    {comment_ads}
    Auteur

    Hou

    En Février, 2012 (11:19 AM)
    tite japal ca niabour mongande reumi da tange demyi danio dieufrou wa yapou nite mo saf sap surtou fareyi
    Top Banner
    Auteur

    Alerte

    En Février, 2012 (11:50 AM)
    "Une loi est loi lorsqu'elle est juste" St Paul. Le Ndiguel du Khalif de Touba n'est pas conforme à la religion. Très tôt, il avait la possibilité de rappeler à l'ordre Wade et son clan sur l'inconstitutionnalité de sa candidature. Il a laissé faire. C'est comme laisser le pyromane mettre le feu à la maison et dire aux sapeurs "puisque le feu a déjà pris, laissez la maison se consummer puisque c'est son destin." NON, NON, et NON. Pourquoi Serigne Touba n'avait-il pas respecter la loi du colonisateur français ? Parce que cette loi était injuste et bafouait sa dignité. Il a lutté à sa façon façon sans effusion de sang. Mais il a résisté. C'est ce devoir de résistance qui nous incombe à tous aujourd'hui sin on est logique avec soi. La résistance à l'oppression est un devoir. Un ndiguel n'a de valeur que lorsqu'il est juste, encré dans les valeurs de l'Islam. Mais s'il est intéressé, partisan, alors le talibé a le droit et le devoir de passer outre. Le ndiguel de Touba et de certaines familles religieuses appelle au respect des décisions de la CConst. quelle qu'elles puissent puisse être : justes ou injustes. Pas de paix sans justice. L'apartheid était constitutionnalisé, Mandela et les Noirs Sud africains l'ont combattu : tout le monde a applaudi lorsqu'ils ont vaincu ce mal. L'infériorité des droits des Blacks était constitutionnalisée aux USA: Martin Luther KING et des mouvements l'ont combattu. Aujourd'hui, il a sa statue à Washington. Hitler avait constitutionnalisé la supériorité de la race Arienne sur tout, il a été combattu par les forces libres, Ghandi, et présentement Hang Sang Souki, le Dalaï Lama... qui sont tous cités en exemple. Il y a 2 camps aujourd'hui au Sénégal : ceux qui luttent pour leur liberté, la justice, le respect de la loi fondamentale socle de la nation, la sauvegarde de la démocratie et la paix et le camp des suceurs de sang, des fossoyeurs de la paix, la démocratie, la liberté, des voleurs, criminels, violeurs, dictateurs. La neutralité, l'indifférence ne sont pas possibles face à pareille situation, sinon c'est de la lâcheté. On choisit son camp. L'histoire se chargera de juger. Qu'Allah nous préserve du mauvais choix. Pour moi, Wade doit dégager. Il ne doit pas se présenter aux élections parce qu'il n'en a pas le droit et lui même le sait pour l'avoir une fois avoué devant la nation. Un kilifeu ne doit pas cautionner du Wakh wakhette ou bien il est collabo. La résistance à l'oppression est un devoir.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email