Mercredi 19 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Societe

INVITÉ PAR L'AMBASSADEUR DE FRANCE : MACKY SALL POSE UN LAPIN À JEAN CHRISTOPHE RUFIN

Single Post
INVITÉ PAR L'AMBASSADEUR DE FRANCE : MACKY SALL POSE UN LAPIN À JEAN CHRISTOPHE RUFIN
Retrouvailles

Le fait est inédit pour ne pas être relevé. L’ambassadeur de France Jean Christophe Rufin a réussi, hier, la rare prouesse de rassembler, le temps d’un après-midi, jour de fête du 14 juillet, fête nationale de la France, la classe politique sénégalaise dans son extrême diversité. De Ousmane Tanor Dieng, Dansokho, Serigne Mamoune Niasse à Idrissa Seck en passant par Mamadou Diop ex-maire de Dakar, Oumar Khassimou Dia, Moussa Tine, Abdoulaye Willane, Fada…L’ex-Pm Mame Madior Boye, l’ancien ministre Joseph Mathiam… ils étaient des centaines d’hommes politiques de tous bords à fouler la magnifique pelouse du jardin de la Résidence de l’ambassadeur de France.

Retrouvailles (bis)

Si l’opposition était fortement représentée à cette célébration de la fête du 14 juillet, le pouvoir libéral n’était pas non plus en reste. Oumou Khayri Guèye Seck, ministre de l’élevage conduisait officiellement la délégation gouvernementale parmi laquelle on pouvait noter Mame Birame Diouf ministre de la culture, Habib Sy ministre des infrastructures, Abdoulaye Baldé secrétaire général de la Présidence de la République et le représentant du ministère des affaires étrangères conduite par M. Mankeur Ndiaye le dircab du ministre d’Etat Cheikh Tidiane Gadio.

Retrouvailles (ter)

Vous imaginez bien que dans cette foule bigarrée de personnalités politiques, les apartés n’ont pas manqué. C’est ainsi que l’on a noté un long entretien, mano a mano, entre Fada et Idy. Le tout « nak » de temps en temps agrémenté de « xakkataay » (éclats de rires) de tapotements et de sourire. Dans ces « jakarloo » (apartés), l’on a noté aussi, même s’il a été bref et courtois celui entre Tanor et Idy. Le leader de Rewmi accompagné par ses principaux lieutenants dont, entre autres Pape Diouf, Oumar Sarr, Wally Fall Mais aussi Nafissatou Diop, la célèbre notaire (tiens, tiens,tiens !!!). Un autre « jakarloo », celui entre l’ancien Cemga Mamadou Mansour Seck et Alassane Dialy Ndiaye ancien ministre de la pêche sous l’ère socialiste. Ou encore entre celui-ci l’ancien maire de Dakar de Dakar Mamadou Diop.

Retrouvailles (fin)

A cette classe politique, l’on peut aussi ajouter les nombreuses autres personnalités du monde de la culture, des arts, de la religion, des armées, des médias, des sports…Autant dire que l’ambassadeur de France a voulu ratisser large, conformément à son statut de diplomate, d’homme de culture et d’académicien.

Lapin à Rufin

Mais « nak » cette grande fête a été gâchée, si l’on peut dire, quelque peu ternie par le « faux-bond » de l’ex-Pm Macky Sall. En effet le maire de Fatick, en dépit de l’excellente côte, pour ne pas la forte estime, qu’il a auprès des autorités françaises n’a malheureusement pas jugé utile de se présenter à cette grande fête nationale de la France. Et l’on se souvient que l’ex-Pm avait été décoré et récemment élevé au rang de grand officier de la Légion d’honneur par ce même Jean-Christophe Rufin. Un moment fort où le diplomate français qui est réputé ne pas avoir sa langue dans sa poche et qui assume ses décisions avait prononcé un discours extrêmement flatteur à l’endroit de l ‘ancien Pm Macky. Une haute distinction française qui, à la vérité, n’est pas «nak » à la portée de n’importe quel homme politique sénégalais.

Lapin à Rufin (bis)

Mais enfin Macky, bien que présent à Dakar, a préféré poser un lapin à son « ami » Rufin. Et figurez-vous « nak » que des persifleurs et des sycophantes qui pullulaient sur cette magnifique pelouse du jardin de la résidence de l’ambassadeur de France ne se sont pas privés de décocher des «xèej» (flèches) à l’endroit du maire de Fatick qui, selon ces «langues de vipères», «fayùl naar bi xoromam » (n’a pas renvoyé l’ascenseur à Rufin) Mais au fait, qu’est-ce qui a bien pu retenir l’ancien Pm maire de Fatick à venir « sagal » (honorer par sa présence) son « ami » l’ambassadeur ? Nombre de personnalités qui étaient présentes dans les « roxx »(coins et recoins) de la résidence de l’ambassadeur n’ont pas trouvé d’autres explications que Macky n’a pas voulu « croiser » Idy sur les lieux.

Lapin à Rufin (ter)

Surtout « nak » après ce qui s’est passé la semaine dernière quand il a été obligé de passer par son ami Mahmoud Saleh pour démentir les propos que Idy avait tenus et selon lesquels, lui-même Macky avait regretté tout ce qu’il avait, par le passé, dit sur lui Idy. Une « procuration » que, selon certaines de ces langues de vipère, Macky aurait pu éviter en prenant « nak » son courage à deux mains pour rabattre carrément le caquet à Idy au lieu de passer par un prête-nom. Pour ces langues de vipère, Macky a voulu éviter les conséquences politiques négatives d’une éventuelle « brève séance d’explications » à travers un « jakarloo » (tête-à-tête) que lui aurait sans aucun doute « imposé » Idy sur les lieux. La seule poignée de mains, échanges verbaux et sourires auraient suffi pour « nak » alimenter les «extrapolations » des adversaires du maire de Fatick qui ont encore l’oreille de Gorgui. Et Macky a voulu éviter ce « risque politique » en faisant simplement faux-bond. Mais d’après des sources très proches de Macky, le président de l’Assemblée nationale n’a pas voulu simplement, « pour des raisons protocolaires », se présenter sur les lieux parce que le Premier ministre tout comme le président du Sénat n’y étaient pas présents. Lui non plus, pour ces mêmes raisons protocolaires, n’a pas voulu y aller. « C’est simplement cela pas autre chose »

Coumba Gawlo

Le clou de cette grande fête du 14 juillet sur le jardin de la Résidence de l’ambassadeur de France a été « nak » la prestation de la grande diva Coumba Gawlo Seck. Coumba, dans une superbe robe de soirée rouge écarlate, toute rayonnante de beauté, a envoûté l’assistance bigarrée en entonnant l’hymne national de la France, la célèbre Marseillaise. Une « Marseillaise que vous n’avez jamais entendue » a dit Jean-Christophe Rufin qui invitait ainsi, quelques secondes auparavant, l’assistance à patienter pour écouter la gazelle noire rendre hommage à la France. Et figurez-vous que Coumba a chanté d’un seul trait sans lire. « Alto e soprano ». Une partition parfaite accompagnée d’une guitare et d’un piano. Carrêment sublime, « Coumba mii !!! »

Madiambal

Le Président directeur général du groupe Avenir communication sera devant les éléments enquêteurs de la Division des investigations criminelles (Dic), ce matin, sur les coups de 10 heures. Une heure qu’il a lui-même choisie. Car, les limiers qui étaient venus lui remettre la convocation voulaient l’amener dare-dare. Ce qu’il n’a pas accepté. Toutefois, le Comité pour la défense et la protection des journalistes souligne que «s’il s’agit d’une campagne d’intimidation, elles (les autorités) ne la réussiront pas». Des sources avancent déjà que son audition pourrait être liée «aux propos qu’il a tenus, dimanche dernier, à travers les ondes de la Rfm, lors de la dernière émission Remue ménage». Mais, attendons qu’il sorte des locaux de la Brigade des affaires générales (Bag) sise au tribunal pour en avoir le cœur net.

Dioufy

El Hadj Ousseynou Diouf s’est encore au Duplex dans la nuit du dimanche. Après la bagarre de samedi dernier avec le Mauritanien, il est revenu dimanche au Duplex. A son arrivé il s’est vu interdire d’accès par les videurs de la boîte. Il s’en est suivi des bousculades. « damay dougou » « do dougou » ( je vais rentrer, tu ne rentres pas) ont ponctué les échanges entres le camp de Diouf et les videurs de la boîte. Finalement les deux camps en sont arrivés aux mains. L’un des videurs sort une arme blanche. Ce fut la confusion totale. Le gérant de la boîte est entré dans la danse. Il a fait entre Diouf et a demandé aux autres de dégager. Pendant ce temps, Packo Jackson le pote de Dioufy, joue les sapeurs-pompiers en appelant au calme. En bon diplomate, il a dû rétablir la paix entre les deux camps. C’est vraiment dommage qu’El Hadj Diouf se donne en spectacle de la sorte. On a l’impression que tout ce beau monde qui l’entoure n’est là que pour faire la bamboula avec lui. Jamais il n’essaie de le conseiller et de l’aider à gérer sa carrière et son image.

Ouakam

Le feuilleton judiciaire opposant le maire de Ouakam, Samba Bathily, et ses administrés est loin d’être clos. Alors que le tribunal a déjà tranché en condamnant à des peines ferme certains habitants ayant pris part à la marche interdite. Et qui avait occasionné des actes délictuels. Hier, des notables du village lébou ont été convoqués à la Division des investigations criminelles (Dic). C’était dans le cadre d’une enquête pour complicité de coups et blessures volontaires ayant occasionné une incapacité temporaire de travail de plus de 21 jours contre Pape Diop. Qui est peint comme un partisan du maire et qui était cité comme témoin dans cette affaire. Par conséquent, il a été tabassé dans l’enceinte du tribunal par des personnes venues assistée au procès.

Ouakam (Bis)

Mais « nak »Une enquête préliminaire pointe du doigt quelques opposants de Samba Bathily. Il s’agit de Mandoye Ndoye, imam de la mosquée de Ripe, ancien trésorier de l’Us Ouakam et membre du conseil des « freys » ; El hadji Ndiagne Dieng, notable du village et ancien dirigeant de l’Us Ouakam ; El Hadji Malick Diagne conseiller municipal durant la législature(1996-2001) et Abass Wade. Tous ses pères de famille ont été entendus durant six tours d’horloge dans les locaux de la Dic. Et, l’objet de cette audition portée sur leur implication ou non de la bastonnade de Pape Diop au tribunal. Il y avait également des mères de famille à savoir Adji Bassé Ndoye et Adji Ghète Ndoye. Des auditions qui avaient mobilisé des populations de Ouakam au Bloc des Madeleines.

Gign

Le pire a été évité de justesse dimanche dernier à la Médina, rue 37 X 32. Ce sont encore les hommes en tenue qui s’illustre de mauvaise manière. Et cette fois c’est le Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale (Gign) qui s’est fait remarquer. Cinq élément de ce corps d’élite ont débarqué à la Médina pour rétablir l’ordre d’une curieuse façon. Et comment ? En prenant deux garçon en les enfermant dans une toilette, après leur avoir versé de l’eau et corrigé. Mais la population de la Médina, hommes femmes et enfants, est sortie pour tenter de riposter face à ce qu’ils considèrent comme une injustice. Finalement les éléments de la Gign se sont retirés non sans arroser les manifestant de bombe neutralisante.

Gign (bis)

Tout est parti d’un match de football organisé dans la rue. Le ballon est entré dans une maison. Ce qui n’a pas été du goût des membres de la famille qui ont fait appellent à ces agents. Qui ont débarqué à bord d’une voiture Hunday, pour semer le désordre dans le quartier. A l’insu de leur commandant. C’est d’ailleurs pourquoi quand ils ont senti qu’ils sont allés un peu trop loin ils ont libéré les deux jeunes hommes qui ont été arrêtés et arrosés d’eau et corrigés. Heureusement pour ces éléments, les jeunes n’ont pas porté plainte. Mais ça craint pour ces cinq éléments. Car «nak», contrairement à la police, dans l’armée on ne couvre pas les bavures.

Nder Boy

Plus téméraire que ce handicapé moteur tu meurs. Se présentant comme le demi-frère de l’artiste Pape Ndiaye «Thiopet», il a semé la peur dans le camp des fans d’Alioune Mbaye Nder durant une bonne dizaine de minutes. Il est quatre heures du matin lorsque lead vocal du Setsima Groupe terminé la soirée qu’il animait à l’occasion du cinquième anniversaire de la boîte de nuit la Scala. A la sortie, le ballet de taxis jaune-noir crée un embouteillage momentané. Des badauds, des Sdf et autres noctambules invétérés, aux traits tirés par le manque de sommeil, accourent de partout pour l’assaillir. Les gros bras chargés de la sécurité de l’artiste et les coups de coude des videurs de la boîte fraient rapidement un chemin à Nder. Qui s’engouffre dans sa voiture. Au volant de sa rutilante bagnole, l’artiste démarre. Mais un obstacle «humain» se dresse devant lui.

Nder Boy (bis)

Des cris fusent de partout : «Eh Mbaye, moytoul !» (Mbaye, fais attention). En ce moment, un handicapé moteur, surgi d’on ne sait, vient bloquer la voiture de Boy Nder. Au début on croyait que c’était un simple choc entre son engin et la voiture de la vedette. La sécurité et les gardes du corps de Nder ont voulu intervenir pour libérer le passage. En prenant l’engin et son conducteur pour les « jeter » de l’autre côté de la route. Et permettre ainsi à Nder de se tailler. Mais c’était sans compter avec ce handicapé moteur aux allures d’un « Rockeur », avec ses nombreuses chaînes et autres foulards autour du coup. D’un ton menaçant, il interpelle l’artiste en ces termes : « Eh Mbaye watial, watial la waxx » ( Eh Mbaye descend ; je dis de descendre de la voiture). D’un air menaçant, il fait signe de ses deux mains pour arrêter la voiture qui tente malgré tout de démarrer. Prenant au sérieux les menaces du gars, Aliou Mbaye Nder descend de la voiture. Il se dirige vers le handicapé. Il lui sert la main. Ces gardes du corps voulaient l’en empêcher, mais, il leur demande de le laisser partir.

Nder Boy (ter)

«Mbaye, je suis le demi-frère de Pape Ndiaye Thioppet. Son vrai nom de famille c’est Samb. Comme moi. Il fait de belles choses», lance-t-il à Mbaye Nder. «Oui, Thiopet, c’est mon jeune frère, il fait de belles choses». Le sourire au coin des lèvres, Nder essaie de comprendre le geste du gars. Il finit par arroser Mbaye Nder de prières : «Que Dieu vous protège et fasse que vous continuez à faire plaisir à vos fans pendant encore des années». Les gardes du corps reviennent à la charge pour forcer Nder à entrer dans sa voiture. Et à ne pas perdre son temps avec un handicapé qui raconte «sa belle vie». Mais, Alioune Mbaye Nder fait comprendre à ses amis qu’il a tout le temps d’écouter cet «empêcheur de tourner en rond». Après quelque cinq minutes d’échanges, les deux hommes se sont compris. Mbaye plonge sa main dans la poche. Il glisse un billet de banque dans la main de son «ami» qui le remercie du geste. Il recule son engin pour céder le passage à l’artiste. Qui démarre en trombe. Laissant derrière lui les commentaires sur l’acte posé par cet handicapé moteur singulier.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email