Mercredi 22 Septembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Journée du Talibé: Mamadou Wane assimile à de l’esclavage les enfants dans la rue

Single Post
Journée du Talibé: Mamadou Wane assimile à de l’esclavage les enfants dans la rue

«La mendicité forcée des talibés équivaut à l’esclavage des temps modernes, c’est de la servitude. C’est vraiment une honte nationale et internationale d’avoir autant d’enfants dans des conditions misérables». La déclaration est de Mamadou Wane, coordonnateur de la Plateforme pour la promotion et la protection des droits de l’homme (Ppdh) lors de la journée de célébration du talibé ce 20 avril.  Et déplore ce phénomène visible, qui se passe sous le nez et la barbe des autorités. « Ces enfants ne sont pas dans des coulagues mais, dans des quartiers, dans les rues. Ils sont à côté du délégué de quartier, de l’imam, du policier, du Procureur, et autres. Tous ces gens les voient chaque jour se faufiler dans les rues, sans réagir», souligne-t-il.

Selon le coordonnateur de la Ppdh, ces enfants sont victimes de l’inefficacité des politiques publiques, du non application des lois. « Le système de protection au niveau communautaire ne répond plus, ne constitue plus le premier filet de protection de l’enfant », a déploré le sieur Wane. Pour lui, l’Etat doit utiliser l’argent du contribuable sénégalais pour protéger ces enfants talibés.

De l’avis de M. Wane, l’Etat a failli à ses engagements. «Malgré des efforts qui ont été faits, le phénomène de la mendicité des enfants persiste. Parce qu’il y a un recul de l’Etat devant la situation. Et, ce recul, n’est rien d’autre que des calculs de politiques politiciennes», a-t-il soutenu.  


Pour lui, la responsabilité incombe à tout le monde. Parce que les gens doivent aussi avoir le courage de dénoncer des pratiques culturelles et sociales qui ne valorisent pas la personne humaine. Et, la société civile doit aussi s’interroger sur ses méthodes d’intervention.

. « Ces enfants ne sont pas dans des coulagues mais, dans des quartiers, dans les rues. Ils sont à côté du délégué de quartier, de l’imam, du policier, du Procureur, et autres. Tous ces gens les voient chaque jour se faufiler dans les rues, sans réagir», souligne-t-il. Selon le coordonnateur de la Ppdh, ces enfants sont victimes de l’inefficacité des politiques publiques, du non application des lois. « Le système de protection au niveau communautaire ne répond plus, ne constitue plus le premier filet de protection de l’enfant », a déploré le sieur Wane. Pour lui, l’Etat doit utiliser l’argent du contribuable sénégalais pour protéger ces enfants talibés. De l’avis de M. Wane, l’Etat a failli à ses engagements. «Malgré des efforts qui ont été faits, le phénomène de la mendicité des enfants persiste. Parce qu’il y a un recul de l’Etat devant la situation. 

Et, ce recul, n’est rien d’autre que des calculs de politiques politiciennes», a-t-il soutenu. Pour lui, la responsabilité incombe à tout le monde. Parce que les gens doivent aussi avoir le courage de dénoncer des pratiques culturelles et sociales qui ne valorisent pas la personne humaine. Et, la société civile doit aussi s’interroger sur ses méthodes d’intervention.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email