Mardi 28 Mai, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

[Reportage] La baie de Hann, coin de paradis devenu égout de Dakar, attend d'être dépolluée

Single Post
[Reportage] La baie de Hann, coin de paradis devenu égout de Dakar, attend d'être dépolluée
 Sur la longue plage de la baie de Hann à Dakar, un homme seul, muni d'une pelle et d'une brouette, ramasse inlassablement des monceaux d'ordures en quantités telles que la tâche revêt un air mythologique.

L'odeur est pestilentielle. A quelque mètres, une canalisation charrie dans l'Atlantique un mélange noir d'eaux usées des ménages et des usines.

Autrefois considérée comme l'une des plus belles anses d'Afrique, l'ancienne étendue idyllique de sable fin d'une vingtaine de kilomètres contiguë au port de Dakar est devenue le déversoir à déchets d'une population en augmentation accélérée et d'une industrie en expansion continue.

La majorité de l'industrie manufacturière sénégalaise est située le long de la baie et y évacue directement ses effluents. La pollution de l'océan y atteint des niveaux préoccupants.

L'Etat promet depuis plus de vingt ans de s'atteler au nettoyage. Un projet de dépollution lancé en 2018 avec le soutien financier de l'Agence française de développement, Invest International, la banque de développement chinoise (CDB) et l'Union Européenne piétine.

L'Office national de l'assainissement (ONAS) vient d'annoncer la reprise des travaux suspendus pendant des mois. Il y a longtemps que les locaux implorent que les choses changent.

"Ça fait des années qu'on nous dit qu'il y a un projet, mais rien ne change. Je n'y crois plus", se désespère Daouda Kane, 45 ans, assis sur le bord de mer. A quelques mètres, une femme verse les restes de sa marmite du déjeuner sur la grève qui grouille d'insectes.

"Haute toxicité"
"Ici, tu lances tes filets, tu ramènes des ordures", peste Modou Ndong, un pêcheur de 53 ans. "Et on fait des maladies", assure-t-il, évoquant l'apparition épisodique de boutons sur sa peau.

A certains endroits, il est presque impossible de voir le sable sous les détritus. A intervalles réguliers de quelques centaines de mètres, des canalisations d'eaux usées se jettent dans la mer, rouge sang au niveau de l'abattoir, de couleur noire pour les rejets des industries chimiques et de la tannerie Senta. La gorge brûle quiconque s'en approche.


Le chercheur Amidou Sonko, qui travaille pour l'Institut de recherche pour le développement (IRD), a démontré la "haute toxicité" du lieu.


Ses analyses témoignent d'une concentration de la bactérie Escherichia Coli (E. Coli) de 13 à 100 fois plus élevée que la limite autorisée, et de la présence de salmonelles. Il a aussi observé des quantités d'entérocoques, de microplastiques, d’aluminium, de chrome et de zinc qui dépassent largement les normes.

Autant de menaces pour la peau, les poumons ou les yeux des humains, mais aussi pour la biodiversité, dit-il. Le développement de certaines espèces est affecté dans cet espace naturel de reproduction des poissons.


Pourtant, Seyni Badiane, un jeune papa, se baigne avec ses filles de deux et cinq ans à une trentaine de mètres d'un canal qui rejette une eau verte. "C'est la seule plage dans le quartier, alors on vient ici", dit-il. "Nous sommes des Africains, donc on a l'habitude", ajoute-t-il.

Inertie industrielle
"Personne ne peut empêcher les enfants de se baigner ici", déplore Mbacké Seck, qui milite depuis plus de 25 ans pour la dépollution.
"Nous ne comprenons pas ce retard. Le besoin est là, l'argent est là. L'impact négatif est là dans notre quotidien. Qu'est-ce qui empêche ce projet d'aller de l'avant?", s'interroge-t-il.


Le groupe français Suez est en train de construire sur le littoral une centrale d'épuration censée traiter 26.000 mètres cubes par jour pour 500.000 habitants. Elle doit être mise en service début 2025, assure l'AFD, l'un des principaux bailleurs.

Mais le reste des travaux a été suspendu plus d'un an et demi à cause de la faillite de l'entreprise en charge de poser la conduite principale devant relier la zone portuaire à la centrale d'épuration, indique Alassane Dieng, coordinateur du projet à l'ONAS.

"La grande difficulté est de convaincre les industries de participer", dit M. Dieng, alors qu'elles occupent 63% de la zone urbaine selon une étude d'impact de 2018.


Elles seront raccordées au réseau à condition de mettre en place des unités de prétraitement et paieront une redevance industrielle. Si elles ne se conforment pas aux règles, une taxe de pollution "très dissuasive" est prévue, largement supérieure à celle en vigueur aujourd'hui, dit-il. Alassane Dieng promet que l'ensemble du projet, d'un coût total d'environ 95 milliards de francs CFA (145 millions d'euros), sera achevé fin 2025.



7 Commentaires

  1. Auteur

    En Janvier, 2024 (11:14 AM)
    Quand j'ai commencé mes études, on parlait déjà du projet de dépollution de la baie de Hann. 

    A l'époque, c'est un bureau d'études français (SOGREAH) qui faisait l'étude. 

    Pour résumer, SOGREAH n'existe plus (devue ARTELIA) - J'ai fini mes études - J'ai maintenant 17 ans d'expériences en bureau d'études - Des milliards ont été dépensés en mise à jour d'études - La baie de Hann va toujours mal. 

     

    La faute : manque de compétence en conduite de projets - corruption 
    • Auteur

      Ils S'en Tamponnent !

      En Janvier, 2024 (11:41 AM)
      Vous nous enquiquinez avec cette très vieille rengaine de plage pourrie, ex belle baie du temps des Toubabs et de gestion bonne environnementale senghorienne. Le Maire actuel et député et son Ministre de l'environnement plus son gouvernement s'en foutent royalement. Uniquement intéressés par la politique politicienne. Pourtant bcp d'argent des bailleurs avait déjà commencé à pleuvoir, déjà détourné. Pas encore entendu un opposant dire un petit mot de meilleure gestion environnementale une fois au pouvoir.
    {comment_ads}
  2. Auteur

    En Janvier, 2024 (11:15 AM)
    Qu'on me donne le marché de la dépolluation.  Inchallah ça sera depollué 🙏
    {comment_ads}
    Auteur

    En Janvier, 2024 (11:25 AM)
    Dire tout cela au moment où on parle en haut lieu de "Sénégal moderne""? Dire tout cela alors que Macky Sall se glorife de réalisations alors qu'il s'apprête à quitter la présidence après deux mandats? Dire tout cela alors que le Sénégal crie sur tout les toits du monde qu'il ne ménage rien dans le respect et la préservation de l'environnement? DIre tout cela après l'avoir dit et répété pendant plus d'un demi siècle au cours duquel jamais la situation n'a cessé d'empirer? 

    Je parie que pour un siècle encore, la situation sera en l'état, parce qu'elle arrange bien de gens
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2024 (13:23 PM)
      Faut qu'ils dépolluent la plage de saint-louis aussi. La dernière que j'y suis allé, il y avait des kilomètres d'une bande de déchets en continue. Cette longue plage était jadis très belle et très naturelle. Et qu'ils identifient l'origine des déchets rejetés par la mer pour régler le problème en amont.
    {comment_ads}
    Auteur

    Kassem Diop

    En Janvier, 2024 (11:37 AM)
    BONJOUR , je me rapelle jeune garçon on allait pique niquer sur la plage de Hann, on jouait au Football et on ramassait des coquillages ( BOUCHTS ) pour les manger le soir  et celaà dans les années 1965. Aie Ndeyesane SENEGAL/ WOU SALAM
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Janvier, 2024 (12:42 PM)
      @Kassem Diop 
      Heureux ceux qui comme toi et moi avons connu cette époque où nous trouvions ces mollusques rien qu'en creusant le sable avec les talons lorsque les vagues venaient mourir à nos pieds. 
      Et la Guinguette ce restaurant tenu par des européens avec son long ponton d'où nous plongions dans une mer 🌊 turquoises. 
      Ça les nouveaux venus qui nous gouvernent ne l'ont pas vécu et n'ont cure des merveilles de la nature. Leur dieu c'est faire la politique pour se faire de l'argent.
      Pouvoir comme Opposition même combat. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Janvier, 2024 (12:42 PM)
    Un zoo de paresseux ça se mérite..  cleaning day....quelle farce !!

    #whi.cho.king.coréen
    Auteur

    Sutura

    En Janvier, 2024 (13:40 PM)
    Une des plus belles anses en effet du continent. Elle était citée parmi les 5 plus belles de l'Afrique et venait après celle de Luanda (Angola) en tête. Dans les années 70/80, trois plages drainaient les baigneurs dakarois en été. Il y avait la plage de Soumbédioune derrière Mudra Afrique (palais des arts et danses), devenu ensuite le Musée Dynamique de Dakar avant de devenir aujourd'hui le siège du Conseil Constitutionnel, après la plage d'anse Bernard ou "Teeru Baay Soggi" et enfin la plage de Yaraax.

    Le site était très beau, on pouvait y rencontrer des gens de toutes les nationalités avec à sa gauche son port plaisancier ou "Yachting club". A droite le littoral était bordé de cocotiers qui donnaient du fruit en leur saison. De Yaraax jusqu'à Thiaroye-sur-Mer, de son nom traditionnel "Mbatal", on pouvait voir cette belle boucle que dessinait le littoral.

    Entre 70/80, on pouvait capturer net sur le rivage en été de gros thons et cela sans aucun effort et on pouvait bien les voir à l'oeil nu formaient de petits bancs ou en groupes sur les bordures de la plage.

    Yaraax fait face à la ville de Mbour distante de Dakar de 80 kilomètres. Une photo montrée dans Youtube montre l'anse de Yaraax dans les années 1957. Aujourd'hui, quel contraste entre les images prises en 1957 et le spectacle qu'offre aujourd'hui cette plage.

    Plusieurs usines et industries de la périphèrie y déversent leurs déchets solides et liquides. Un travail de sensibilisation s'impose. Il ne faudrait pas fermer ces usines ou industries qui donnent du travail, mais de faire d'eux des partenaires pour garder cette plage propre. Le village de Yaraax a été fondé au 15 ième siècle. Les premiers villages Lébou de Dakar, du Sénégal ont été Salamar sur l'ancien site du stade Léopold Sédar Senghor devenu Grand Médine, Yoff, Soumbédioune puis Yaraax.

     
    {comment_ads}
    Auteur

    Mamadou

    En Janvier, 2024 (08:45 AM)
    Baie de Hann? Envoyer des bulldozers, raser tout ce qui se trouve sur la plage et. après, dépolluer !
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email