Mardi 18 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Le Volontariat, un engagement citoyen pour le développement

Single Post
Le Volontariat, un engagement citoyen pour le développement

A l’instar de toute la Communauté internationale, le Sénégal a célébré ce 5 décembre 2016, la Journée internationale des volontaires (Jiv), placée cette année par les Nations-Unies sous le signe de la reconnaissance de l’action volontaire. A la place d’une journée, le Sénégal a fêté le volontariat pendant une semaine (du 1er au 7 décembre). La cérémonie commémorative de ladite journée, qui a noté la participation de tous les corps de volontaires, s’est tenue ce mercredi 7 décembre 2016, à Deni Biram Ndao, dans la Commune de Bambilor, sur le site de “Village Pilote”, sous la co-présidente du Secrétaire général de la Présidence de la République et de Madame le Représentant-Résident du PNUD, coordinateur du système des Nations-Unies. Le thème retenu cette année est «Vive les volontaires ! Engagés pour la protection de l’enfance».

Durant cette semaine qui, selon les initiateurs, constitue une opportunité d’honorer le dévouement des volontaires et reconnaître leur rôle majeur dans le développement du pays, plusieurs évènements ont été organisés. Il s’agit d’un petit déjeuner de presse pour ouvrir la semaine, suivi d'un atelier de relecture de la loi sur le volontariat, qui s’est tenu le lundi 5 décembre, à Dakar. Ce, pour favoriser l’adoption d’un cadre légal et règlementaire pour la pratique du volontariat au Sénégal. Le lendemain, une opération de don du sang a été organisée au Poste de santé de Bambilor. Et enfin, la célébration de la Journée internationale des volontaires a eu lieu ce 7 décembre, à Deni Biram Ndao, sur le site de “Village Pilote’’.

Le Directeur de la coopération technique au secrétariat général de la Présidence de la République, Papa Birama Thiam, par ailleurs coordonnateur du Comité National de Coordination et de Promotion du Volontariat (CNCPV), a déclaré que son comité «se mobilise massivement pour porter haut et fort les valeurs de l’engagement, du don de soi et de l’altruisme par le volontariat». Selon M. Thiam, la Semaine nationale du volontariat constitue «un espace de communication et de mobilisation essentiel pour rendre visible le travail colossal mené par les nombreux volontaires, sénégalais comme internationaux, qui s’activent dans notre pays et contribuent à son développement humain, économique et social».

Promotion du volontariat au Sénégal

Le CNCPV a été créé par arrêté du Ministre de la Coopération Internationale et de la Coopération décentralisée le 1er juin 2006. Coordonné par la Direction de la coopération technique (Dct) rattachée au Secrétariat général de la Présidence de la République, ce comité rassemble l’ensemble de la communauté des volontaires autour d’une ambition forte et partagée de promouvoir et faciliter le développement du volontariat au Sénégal. Il vise à créer les conditions favorables au développement du volontariat au Sénégal, à favoriser les échanges entre les volontaires en vue d’une meilleure entente, et la capitalisation des expériences à travers la mise en réseau, à valoriser l’action des volontaires et enfin à promouvoir le volontariat pour le développement dans le cadre des objectifs du millénaire pour le développement (Omd) et des stratégies nationales de développement économique et social.

Ses membres sont fixés par arrêtés, sont constitués des Ministères sectoriels intéressés par le volontariat, les organisations bilatérales et multilatérales partenaires, les corps de volontariat international présents au Sénégal, les organisations représentatives de la Société civile et les principales associations sénégalaises qui mobilisent des volontaires. Il coordonne notamment, chaque année, l’organisation de la Semaine Nationale du Volontariat / Journée Internationale des Volontaires (SNV/JIV).

Le Sénégal est un pays de volontariat

Oumar Samba Ba, Secrétaire général adjoint de la Présidence de la République, en présidant la cérémonie officielle a magnifié le volontariat avant de soutenir que le volontariat est avant tout, un «état d’esprit», c’est-à dire «vouloir servir la communauté en lui apportant de son temps, de son énergie et de sa compétence». Selon le Secrétaire général, «le volontaire est un modèle d’engagement et de générosité». Ecole de la citoyenneté, le volontariat constitue également un levier de mobilisation des jeunes et surtout un facteur ou un catalyseur de promotion d’emplois, en permettant à chacun de développer son potentiel, ses compétences et ses expériences dans tous les domaines de la vie économique et sociale».

Selon Oumar Samba Ba, le Sénégal est un pays de volontariat. “Parce que depuis des années, l’Etat n’a cessé d’accompagner la dynamique, avec la création depuis 1998 du Service civique national. A cela, s’ajoute le développement des mouvements de jeunesses et d’éducation populaire, la mise en place des volontaires au niveau des collectivités territoriales, la création des volontaires du troisième âge et surtout la mobilisation de ses ressortissants établis à l’étranger et qui participent au développement économique et social national.

Par ailleurs, le représentant du Chef de l’Etat note que la coopération multilatérale en matière de volontariat se manifeste aussi par la présence de nombreux volontaires des Nations-Unies qui, selon lui, font un travail remarquable dans le cadre du développement national. «Le volontariat, c’est surtout un mode de coopération prioritaire dans la mise en œuvre des politiques publiques du pays», a-t-il indiqué. C’est pourquoi, l’Etat a accompagné la dynamique par la création du Comité National de Coordination et de Promotion du Volontariat (CNCPV) et l'organisation de la Semaine nationale du volontariat.

Protection de l’Enfance

Toujours dans le cadre des activités de la Semaine nationale du volontariat 2016, le Comité National de Coordination et de Promotion du Volontariat (CNCPV) a organisé une conférence sur la protection de l’Enfance à laquelle Ramatoulaye Ndao Diouf, Coordonnatrice de la Cellule d’appui à la protection de l’enfance (Cape) a pris part. Dans son exposé sur les mécanismes de coordination pour la protection de l’Enfant, elle a souligné la nécessité de travailler en synergie pour l’atteinte des objectifs. Pour ce faire, elle estime que les volontaires peuvent constituer un apport important. C’est pourquoi, elle envisage de travailler avec la Direction de l’assistance technique, l’Unicef et le Ministère de la Famille et celui de la Jeunesse. Ce, pour donner un rôle beaucoup plus important à ces volontaires qui s’activent partout à travers le pays.  

Volontaire jusqu'à la mort

Le Sénégal est aussi le seul pays à disposer d'un corps des volontaires du 3e âge. Seydina Issa Ndiaye est un vieux volontaire sénégalais qui s’active dans le corps des volontaires du 3e âge (Cv3a), depuis sa retraite en 2001. Ce vieux retraité est un Administrateur civil de formation. Après sa retraite, il a choisi d’intégrer ce corps pour transmettre ses nombreuses expériences à ses fils et petits-fils. Et ce volontariat lui a permis de s’enrichir sur le plan des relations humaines, mais aussi de savoir beaucoup de choses. Le Cv3a a été créé il y a 25 ans, au Sénégal. Ce qui fait qu’il est le seul pays, à travers le monde, à disposer d’un corps des volontaires des personnes âgées. Il est représenté dans toutes les régions du pays et compte plus de 400 membres.

Mariame Diaw est aussi une jeune fille célibataire sénégalaise. Elle est volontaire du Service civique national. Elle a 25 ans. Elle s’active dans le domaine du volontariat depuis quelques mois. Contrairement aux autres, Mariame Diaw a décidé d’être volontaire après avoir été convaincu par ses amis. Selon elle, le volontariat est très important. Parce qu’il lui a permis de connaître des valeurs civiques, telles que : le symbole du Drapeau national et autres.

Quand à Edouard Ndecky, il est le Secrétaire général adjoint de l’Association nationale des donneurs bénévoles de sang du Sénégal (ANDOBES). Il milite dans le volontariat depuis qu’il était étudiant en 1995, en donnant toujours son sang au Centre national de transfusion sanguine. « Je suis satisfait de ce geste humanitaire que je fais au service de mon prochain. Dieu m’a donné la grâce d’être bien portant. Tous les jours, il y a des malades qui ont besoin de sang. Conscient de cela, j’ai ainsi décidé de donner un peu de mon sang pour sauver des vies », a-t-il noté.

Etudiant en licence 1 à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Yoro Charles Diassy est, lui, un volontaire à YMCA (Young Men's Christian Association) ou UCJG (Union Chrétienne de Jeunes Gens). Il s’active dans ce domaine depuis un an. Pour ce jeune homme de 20 ans, le volontariat offre beaucoup de qualités, telles que le partage, la solidarité et l’échange. Ainsi, il invite tous les jeunes à faire du volontariat pour développer ces qualités en eux.

YMCA (Young Men's Christian Association) ou UCJG (Union Chrétienne de Jeunes Gens) est une association et une ONG chrétienne protestante interconfessionnelle. Elle regroupe plus de 15 000 associations locales de jeunes, présentes dans 119 pays, représentant 58 millions de membres qui œuvrent dans de nombreux domaines.

Le Sénégal est aussi un pays d’accueil de plusieurs organisations internationales de volontaires.

“Village pilote” pour accueillir des enfants

Chérif Ndiaye, Directeur Afrique de “Village pilote’’ depuis 2 ans explique que sa structure d’accueil est un tremplin pour les enfants dans la rue, en conflit avec la loi ou en rupture avec leurs parents. Le village qui existe depuis 24 ans au Sénégal reçoit notamment des enfants de 0 à 25 ans. Avec une capacité d’accueil de plus de 150, il dispose actuellement de 96 enfants, composés seulement de garçons, avec une prise en charge totale et gratuite. Le centre compte élargir son champ d'action pour accueillir, dans l'avenir, des filles. Selon M. Ndiaye, l’objectif n’est pas de retenir ces enfants dans le village mais de les retourner à leur famille, après leur éducation.

Babacar Ndiaye est un pensionnaire de ce “Village pilote’’. Il y vit depuis le mois de décembre 2015. Agé de 16 ans, ce jeune garçon natif de Yeumbeul (banlieue dakaroise), a été acheminé dans ce centre par sa propre mère. Après son refus de poursuivre ses études. Il était en classe de 4ème secondaire. Babacar avait commencé à fréquenter de «mauvais amis». «Ce village est fantastique. Il m’a permis d’apprendre beaucoup de choses et de mieux connaître la vie. J’ai reçu dans ce village une éducation meilleure que celle de mes parents. Il m’a aussi permis d’avoir un métier de Cuisinier. Je n’ai jamais rêvé que j’allais être cuisinier un jour. Je suis vraiment fier de moi», témoigne-t-il.

 



1 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2016 (11:12 AM)
    le Service Civique National très dynamique avec ses soldats du développement appelés VAASE (Volontaire d'appui à l'animation Socio Éducative). vive le SCN

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email