Lundi 18 Octobre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Litige foncier : De l'affaire Sedima-Ndingler à l'affaire Djilakh-Ndingler

Single Post
Sur les terres voisines du village de Ndingler, département de Mbour, le 7 juillet. RFI/Charlotte Idrac
Le différend entre la Sedima et les populations de Ndingler a pris une nouvelle tournure. Les jeunes de Djilakh, commune où est plantée la ferme du groupe Sedima, sont entrés dans la danse pour mettre en garde le village voisin.

Depuis lundi 3 mai, l'affaire Sedima-Ndingler est devenue aussi l'affaire Ndingler-Djilakh. Ce jour-là des affrontements sanglants ont opposé des agents de sécurité du groupe avicole et des jeunes de Ndingler. Il y a eu trois blessés dans les deux camps dont un (villageois) dans un état grave. N'eut été l'intervention in extremis de la gendarmerie, le bilan serait sans doute plus lourd. Dès le lendemain de ces heurts, mardi 4, les jeunes de Djilakh sont montés au créneau. Au cours d'une conférence de presse, ils ont mis en garde leurs voisons de Ndingler qu'ils accusent de réclamer indûment des terres situées sur leur territoire. Leur porte-parole, Ablaye Faye, déclare que si ces derniers remettent les pieds sur leur sol, ils les chasseront.

Face au risque d'affrontements entre communautés voisines, distantes de seulement sept kilomètres, le préfet de Mbour, Mor Talla Tine, a ordonné par arrêté la suspension des travaux sur le site litigieux, qui couvre une superficie de 76 hectares. Cette mesure s'applique à toutes les parties : ni la Sedima, qui y a effectué des aménagements, ni les populations de Ndingler, qui y revendiquent des champs, n'ont le droit, jusqu'à nouvel ordre, d'y mener des activités. "Tout manquement à cette disposition est passible des sanctions prévues par les lois et règlements", prévient le préfet.

Les protagonistes sont donc renvoyés dos-à-dos par l'autorité administrative. En attendant une solution définitive.

La Sedima qui a acquis les terres en question en suivant les procédures légales et consenti d'importants investissements sur le site, se voit obligé de freiner ses activités. Une concession de plus après qu'elle a accepté, pendant quatre ans, que les populations locales exploitent sans son autorisation la surface, et adhéré à l'arbitrage du Président Macky Sall qui, au mois de juillet de l'année dernière, mettait le périmètre à la disposition des populations de Ndingler pour la période de l'hivernage.

"Participer à asseoir les véritables changements au niveau de l'agriculture"
Pour bien comprendre le différend, il faut remonter à 2012. La Sedima décide d'investir dans l'agriculture. Son objectif affirmé : "Participer à asseoir les véritables changements structurels au niveau de l'agriculture et promouvoir, aux côtés des populations, l'émergence de grandes exploitations, susceptibles de constituer un socle solide au développement de l'entrepreneuriat agricole."

Au bout de ses prospections dans la commune de Sindia, le groupe acquiert des parcelles dans le village de Djilakh. L'entreprise dédommage les ayants droit et reçoit une délibération sur chaque terrain avant d'obtenir la délibération globale numéro 05/CRS du Conseil rural de Sindia datée du 4 décembre 2012.

En 2013, la Sedima entreprend l'aménagement et la viabilisation du terrain. Elle déclare avoir réalisé "de lourds et coûteux travaux". S'ensuivent la délimitation de la parcelle et l'aménagement à l'intérieur d'espaces d'accueil et de stockage. Quelques villageois de Ndingler occuperont, "sans autorisation" du propriétaire légal, une partie de l'aile Nord-Est du périmètre pour y cultiver. La Sedima laisse faire, "vu qu'elle (la parcelle occupée sans son autorisation) n'impactait pas encore les activités du groupe", a justifié l'entreprise dans un communiqué.

La Sedima formule une demande de bail "auprès des autorités compétentes et tous les frais relatifs aux droits d'enregistrement et de timbre, des frais de formalités foncières ainsi que les redevances annuelles ont été payés". Le bail obtenu, le groupe entame la procédure de sa conversion en titre foncier. Huit années et des tas de formalités administratives ("y comprises les enquêtes de commodo et incommodo") plus tard, il obtient le sésame numéroté 2247/MB pour "224 hectares identifiés disponibles".

Au mois de juillet 2020, l'affaire avait occupé l'actualité pendant plusieurs semaines. Il a fallu l'intervention du Président Macky Sall pour qu'une solution soit trouvée. Mais celle-ci n'était que provisoire. Le chef de l'Etat avait demandé à la Sedima de prêter la surface litigieuse pour permettre aux villageois de Ndingler d'y cultiver durant l'hivernage.

Toutefois, "la Sedima rappelle que l'assiette foncière qu'elle a acquise se trouve entièrement dans la commune de Sindia, à plus de sept kilomètres du village de Ndingler ; par conséquent (elle) ne pourra en aucun cas céder des terrains appartenant et alloués par le village de Djilakh à un autre village".

Cette position de fermeté est aujourd'hui appuyée par les habitants de Djilakh, qui se sont rangés du côté de la Sedima face aux populations de Ndingler. "Nous sommes déterminés à leur barrer la route, menace Ablaye Faye. Ndingler n'a rien ici. Dans cette ferme agricole travaillent plusieurs jeunes venant de différentes régions. (…) L'Etat devra arbitrer."


14 Commentaires

  1. Auteur

    En Mai, 2021 (15:43 PM)
    L'africain refuse le développement !
    Top Banner
    • Auteur

      Faut Que Prési Tranche

      En Mai, 2021 (16:20 PM)
      Le temps passe et ça se dégrade. Ç'aurait-été pour un Européen Indies.. L'entreprise tournerait depuis.. Il faut que le prési siffle la fin de la récré. Que le Senegalais qui a les moyens l'exploite avec intelligence, les villageois verront leurs interets et suivront. Ces espaces sont vierges depuis 1000 ans.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2021 (17:51 PM)
      Je vous dit une chose tant qu'on a pas tué 40 à 50 personnes des problémes fonciers rien ne sera régles. La solution est de s'organiser dés maintenant et executér.
    {comment_ads}
  2. Auteur

    Total

    En Mai, 2021 (15:50 PM)
    C'est bassirou faye de pastel qui manipule les vieux villageois.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Focusactu.net

      En Mai, 2021 (18:12 PM)
      focusactu.net votre site d'information générale qui traite de l'actualité au Sénégal et dans le monde.
    {comment_ads}
    Auteur

    Défenseur

    En Mai, 2021 (15:53 PM)
    Oooh encore 
    {comment_ads}
    Auteur

    Gombo

    En Mai, 2021 (15:53 PM)
    😄🙂🤩
    {comment_ads}
    Auteur

    Tamitdk

    En Mai, 2021 (16:05 PM)
    Vive Ndingeler vous avez raison des titres fonciers obtenus par la corruption.Et quel investissement agricole rien de rien que des mensonges et de l'enfumage.Spolier les terres de ce ms paysans et dire modernisation agricole ce monsieur Sedima ou Ngom s'il veut vraiment aider les paysans qu'il  créer une sorte de coopération avec les agriculteurs au lieu de les appauvrir.

     
    Top Banner
    Auteur

    En Mai, 2021 (16:07 PM)
    Acceptez le développement et cédez ces terres. L'agriculture traditionnelle est dépassée dès terres qui ne servent que 3 mois sur 12 avec un rendement médiocre. Si un entrepreneur sénégalais ne peut pas disposer de terres dans ce pays alors il faudra s'exiler et les milliers d'opportinutés d'emplois avec.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Le Dimb

      En Mai, 2021 (16:34 PM)
      La création d'une coopérative ou d'un protocole de production avec des paysans autochtones attributaires de parcelles biens délimitées me paraît intéressant.
      Mais je me demande, comment on est passé d'une demande de 76 ha aux ... 224 ha attribués à la SEDIMA? On dirait qu'entre la délibération du Conseil Rural et le Titre Foncier, l'assiette foncière s'est beaucoup étirée. ou les poules ont pris leur envol dans tous les sens?
      Faut retirer les terres attribuées aux Marocains, Turcs, Italiens ou autres et les donner à la SEDIMA. C'est la préférence nationale
    {comment_ads}
    Auteur

    Verite

    En Mai, 2021 (16:48 PM)
    Au fur et mesure qu'on laisse le conflit perdurer , il prendra une autre tournure,  il va s'élargir. 

    Au début c'était entre ndingueler et sedima de Babacar ngom,  aujourd'hui il fait intervenir les populations de Djilakh qui sont divisées entre elles, c'est pourquoi l'État doit concentrer tous ses efforts pour régler définitivement ce conflit.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2021 (16:52 PM)
    Affaire Sédima NDingler ou affaire Etat faible contre pauvres citoyens 

    De quoi s'agit il relisez bien le communiqué de la Sédima s

    Depuis des siécles partout en Afrique le paysan dispose de terres pou y mener des activitès agricoles qui varient suivant la saison des pluies dans certains pays c'est 6 mois d'autres comme au Nigeria dans le Delta du Niger Port Harcourt Enugu Benin ect.. ou il pleut toute l'année le paysan peut mener des actvités agricoles durant toute l'année 

     Le paysan sénégalais ne peut disposer de ses terres pour y pratiquer des actvitès agricoles que pour une durèe de 3 à 4 mois l'agriculture occupe plus de 70 % des personnes en age de travailler 

    A Ndingler comme partout ailleurs au Sénégal les populations ont toujours eu accès à la terre qui les appartient tout le monde sait que la loi scélérate sur le domaine national votéE en 1964 n'a jamais été appliquée par le règime de Senghor qui n'a jamais spoliè les grands propriètaires terriens grands exploitants agricoles qui etaient dans ce pays 

    Un jour un monsieur riche et puissant du nom de Babacar Ngom issu d'une famille pauvre et qui grace au pouvoir de l'argent et de la corruption se dit comme les terres de tous les paysans sont du domaine national je vais les arracher à ceux qui l'exploitent il corrompe un conseil municipal constitué de crève-la-faim analphabèteS qui lui octroie 224 ha il corrompe une administration des domaInes pourrie et mafieuse à coups de centaines de millions et enfin iL active ses réseau et influence à la prèsdience jusqu'à dénicher le graal auprès de Macky Sall et le tour est joué le monsieur grace à un bout de papier tordu appelé titre foncier signé par Macky Sall vient de déposséder des milliers d'autres sénégalais de leurs terres et il a avec lui le droit et la justice comment ? Grace à l'argent et à la corruption

    Maintenant la chose acquise l'horrible Ngom dont j'en suis que Dieu lui fera payer ce crime passe à l étape suivant

    la corrption des organes et patrons de presse de ce pays pour dit il gagner la bataille de l'information des sites en ligne comme seneweb sont corrompus pour faire silence radio sur cette affaire ou pour publier des articles commandités par NGom le bandit et sa clique comme celui que  nous venons de voir publié par seneweb

    Babacar Ngom utilise la méthode des colonisateurs diviser pour mieux régner je dis aux populations Djilakh Babacar Ngom ne s'intéresse pas à l'agriculture ce qui l'interesse ce sont les terres d'ici 4 à 5 ans il va arreter ce projet et vendre les terres à prix d'or aux chinois ou indiens mettez aux cotés de vos frères de Ndingler battez vous pour la prèservation de vos terres pour vos enfants et petits enfants 

    Babacar Ngom est déja multimilliardaire il se fiche complètement de vous et de vos enfants ce qui l'intéresse c'est le fric qu'il peut tirer de la vente de ces terres
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2021 (16:57 PM)
    Affaire Sédima NDingler ou affaire Etat faible et irresponsable contre de pauvres  citoyens sénégalais  

    De quoi s'agit il relisez bien le communiqué de la Sédima 

    Depuis des siécles partout en Afrique le paysan dispose de terres pou y mener des activitès agricoles qui varient suivant la saison des pluies dans certains pays c'est 6 mois d'autres comme au Nigeria dans le Delta du Niger Port Harcourt Enugu Benin ect.. ou il pleut toute l'année le paysan peut mener des actvités agricoles durant toute l'année 

     Le paysan sénégalais ne peut disposer de ses terres pour y pratiquer des actvitès agricoles que pour une durèe de 3 à 4 mois l'agriculture occupe plus de 70 % des personnes en age de travailler 

    A Ndingler comme partout ailleurs au Sénégal les populations ont toujours eu accès à la terre qui les appartient tout le monde sait que la loi scélérate sur le domaine national votéE en 1964 n'a jamais été appliquée par le règime de Senghor qui n'a jamais spoliè les grands propriètaires terriens grands exploitants agricoles qui etaient dans ce pays 

    Un jour un monsieur riche et puissant du nom de Babacar Ngom issu d'une famille pauvre et qui grace au pouvoir de l'argent et de la corruption se dit comme les terres de tous les paysans sont du domaine national je vais les arracher à ceux qui l'exploitent il corrompe un conseil municipal constitué de crève-la-faim analphabèteS qui lui octroie 224 ha il corrompe une administration des domaInes pourrie et mafieuse à coups de centaines de millions et enfin iL active ses réseau et influence à la prèsdience jusqu'à dénicher le graal auprès de Macky Sall et le tour est joué le monsieur grace à un bout de papier tordu appelé titre foncier signé par Macky Sall vient de déposséder des milliers d'autres sénégalais de leurs terres et il a avec lui le droit et la justice comment ? Grace à l'argent et à la corruption

    Maintenant la chose acquise l'horrible Ngom dont j'en suis que Dieu lui fera payer ce crime passe à l étape suivant

    la corrption des organes et patrons de presse de ce pays pour dit il gagner la bataille de l'information des sites en ligne comme seneweb sont corrompus pour faire silence radio sur cette affaire ou pour publier des articles commandités par NGom le bandit et sa clique comme celui que  nous venons de voir publié par seneweb

    Babacar Ngom utilise la méthode des colonisateurs diviser pour mieux régner je dis aux populations Djilakh Babacar Ngom ne s'intéresse pas à l'agriculture ce qui l'interesse ce sont les terres d'ici 4 à 5 ans il va arreter ce projet et vendre les terres à prix d'or aux chinois ou indiens mettez aux cotés de vos frères de Ndingler battez vous pour la prèservation de vos terres pour vos enfants et petits enfants 

    Babacar Ngom est déja multimilliardaire il se fiche complètement de vous et de vos enfants ce qui l'intéresse c'est le fric qu'il peut tirer de la vente de ces terres
    Top Banner
    Auteur

    Justicia

    En Mai, 2021 (17:03 PM)
    Les parvenus de djilack qu on avait pas entendus au début ont été corrompus par la sedima et celà saute aux yeux. L état a laissé faire une société privée qui pour ses intérêts personnels attise la haine entre les populations des deux villages. La pauvreté aidant ils vont s entretuer sous le regard méprisant de la sedima et avec la complicité de agents véreux de l état.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2021 (17:06 PM)
      D'ici  ans le projet dont le gens de Djilakh chantent partout sera arrété et les terres vendues à prix d'or aux indiens ou aux chinois et ils se retrouveront tous pauvres et sans terres pour vivre
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2021 (17:19 PM)
    Au sénégal les riches écrasent les pauvres Ngom reve et parle d'agriculture moderne et je ne sais quoi ? 

    Pourqoui n'irait il pas faire son projet dans l'actuel domaine de Khelcom dont je crois qu'il n'est pas un titre foncier pourquoi n'irait il pas prendre les terres de khelcom qui sont aussi exploitées que pendant l'hivernage comme celles de Ndingler ?

    Parcequ'il sait que les mourides ne sont les gens qui se laissent faire et que jamais l'idéee ne lui traverserait l'esprit mais comme les gens de Ndingler sont pauvres démunis et ils n'ont pas les moyens pour immatriculer leurs terres alors c'est l'endroit idéal pour montrer sa face hideuse 
    {comment_ads}
    Auteur

    Ndaxu

    En Mai, 2021 (18:31 PM)
    Cette article est plein de mensonges! Peut-être commandité comme tout ce produit la presse corrompue depuis que cette affaire a éclaté. Dans un premier temps ils avaient refusé d'en parler. Maintenant quand ils en parlent, ils déforment complèment la réalité. Qui peut imaginer des terres restées vierges depuis toujours entre Ndingler et DJIlakh? C'est ignoré complèment les réalités du monde sérère. Il n'y a jamais eu de problème de terre entre ces deux villages. Donc nous pouvons dire, la corruption aidant, une frange de la population de Djilakh a été monté par celui dont je veux plus prononcé le nom (que j'admirais au temps) pour donner de la voix avec cette presse corrompue et malveillante.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2021 (21:47 PM)
    Personne ne peut travailler dans ce pays. Trop de jaloux. Les contrats ne sont pas respectés. On a une peur bleue d'entreprendre , même construire sa maison on se fait arnaquer. Espérons que ces psysans ne vendront pas ces terres une fois cédéed. L'Etat n'a t il pas donné des milliers d'hectares à des étrangers pour un projet d'huilerie? On attend toujours la première goutte.
    Top Banner
    Auteur

    En Mai, 2021 (21:49 PM)
    "Je ne réponds pas..".comme un âne j'affirme que vous êtes un frustré, haineux et jaloux et miséreux....

    Je n'ai rien prouvé, j'ai déversé ma bile: MAIS c'est une vérité...On va aller loin.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email