Mercredi 08 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Lutte contre la corruption au Sénégal : Les sorties de Marcia Bernicat inquiètent Moustapha Guirassy

Single Post
Lutte contre la corruption au Sénégal : Les sorties de Marcia Bernicat inquiètent Moustapha Guirassy

La corruption est un sujet qui dérange au sommet de l’Etat. Surtout lorsque celui-ci est abordé par l’ambassadeur des Etats-Unis, Marcia Bernicat. Le ministre de la Communication, Moustapha Guirassy, en a fait l’aveu hier à Dakar, estimant que les déclarations répétitives de Mme Bernicat donnent souvent l’impression que des efforts ne sont pas fournis par le Sénégal. 

La glissade sur le terrain de la corruption au Sénégal de l’ambassadeur des Etats-unis d’Amérique à Dakar dans son discours prononcé, hier, à l’ouverture des nouveaux bureaux d’International business machines (Ibm) sous nos cieux aurait manqué pour beaucoup de plaire au ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement. Ce qui était loin d’être le cas, puisque Marcia Bernicat dont le pays se montre très exigeant en matière de pratique de bonne gouvernance et de transparence dans la gestion des affaires publiques, rappellera que la corruption existe toujours au Sénégal. Et ce, malgré les efforts fournis par les autorités du pays.‘Il est vrai que le Sénégal a fait des pas dans la lutte contre la corruption, n’empêche qu’il reste beaucoup à faire’. La représentante de la diplomatie américaine à Dakar tenait à faire cette mise au point au regard de la volonté affichée depuis quelque temps par l’Etat de combattre ce mal, pour l’y encourager davantage.

En substance, dira-t-elle, la corruption entraîne de nombreux coûts difficiles à mesurer, en raison du caractère clandestin de ces transactions, mais aussi parce qu’elles induisent à la fois des distorsions directes, en freinant la concurrence, et des distorsions indirectes en instaurant le climat général de laxisme qui renforce l’irresponsabilité. Mieux, ajoutera Mme Bernicat, la corruption porte un sérieux coup aux investissements étrangers, affecte à la fois les secteurs public et privé et fausse le rôle redistributif de l’Etat et facilite la fraude et l’évasion fiscales.

L’ambassadeur de poursuivre soutenant qu’en restreignant les dépenses publiques, la corruption fait reposer des prélèvements de plus en plus lourds sur un nombre de contribuables de plus en plus restreints, dénature les programmes de lutte contre la pauvreté. Autant de conséquences que pourrait engendrer la corruption sinon les renforcer, si l’on n’y prend garde, au Sénégal. Ces paramètres ont amené Mme Bernicat à demander la contribution de la compagnie Ibm dans la lutte contre ce fléau.

Mais ce discours a semblé fâcher le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement du Sénégal qui lui succédera à la parole. Selon Moustapha Guirassy, qui n’a pas apprécié les sorties répétitives de l’ambassadeur des Etats-unis à Dakar : ‘A chaque fois que vous faites une déclaration sur la corruption au Sénégal, le traitement qui est réservé à vos propos donne souvent l’impression que rien n’est fait en matière de lutte contre la corruption au Sénégal’, note le ministre.

Pour Guirassy, qui tient à lever cette équivoque, s’adressant à la chef de la diplomatie américaine à Dakar, ‘votre verre a été souvent considéré par le presse à moitié vide, jamais à moitié plein et j’ai été souvent interpellé par les journalistes à la suite de vos déclarations dans les médias’. Le ministre de la Communication, visiblement gêné par le speech de Mme Bernicat, toujours égale à elle-même sur la question de la corruption au Sénégal, soutient que d’importantes avancées ont été enregistrées dans la lutte contre le phénomène.

 

Ibm rouvre ses portes après dix ans d’absence au Sénégal

 

Mme Bernicat et M. Guirassy étaient tous les deux venus assister à la réouverture de la filiale de Ibm à Dakar, après dix ans d’absence, dans le cadre de l’initiative d’expansion géographique de la compagnie, destinée à renforcer sa présence sur les marchés porteurs. La compagnie multinationale, qui s’est installée pour la première fois au Sénégal en 1947, avait cessé ses activités dans notre pays en 2001, pour revoir son mode d’opération. ‘Il fallait une adaptation de nos opérations, selon l’évolution des besoins en fonction de la croissance, des données du pays. S’y ajoute qu’en même temps, on n’avait pas de partenaires, de sociétés locales qui pouvaient contribuer au développement et répondre aux aspirations de nos clients’, a expliqué le directeur général d’Ibm Sénégal, Mamadou Ndiaye.

La nouvelle filiale permettra à Ibm de fournir des solutions et services de haute valeur pour répondre aux besoins croissants de ses partenaires au Sénégal et en Afrique occidentale. La compagnie dessert déjà un certain nombre de grands partenaires en Afrique occidentale, dans des secteurs couvrant les télécommunications, le pétrole et le gaz, les finances et l’État. La performance des marchés porteurs en expansion à travers le monde réalise une progression de 12 %, au sein des résultats d’Ibm pour le premier trimestre 2011. D’ici 2015, la compagnie prévoit d’augmenter la part de son chiffre d’affaires provenant de ces marchés, pour la faire passer de 21 % à 30 %.

La Direction des douanes du ministère de l’Economie et des Finances sénégalais a récemment choisi Ibm pour l’aider à moderniser les procédures d’importation et d’exportation du Sénégal. En collaboration avec son partenaire commercial, Cfao Technologies, Ibm aide le ministère à transférer en ligne ses procédures d’importation et d’exportation dans 30 postes frontaliers, tout en numérisant ses procédures liées aux salaires et aux ressources humaines. En outre, Ibm travaille également avec l’Université Cheikh Anta Diop à Dakar et l’Université de Thiès dans le cadre d’un programme universitaire international. Ce programme enseigne aux étudiants les aptitudes informatiques dont ils ont besoin pour être compétitifs dans le milieu professionnel.


liiiiiiiaffaire_de_malade

6 Commentaires

  1. Auteur

    Md

    En Mai, 2011 (03:36 AM)
    1st
  2. Auteur

    Diop

    En Mai, 2011 (04:58 AM)
    ce monsieur de ministre veut seulement conserver son poste ,mais dans son interieur ,il sait tres bien que y a corruption au senegal
    Auteur

    Xalass

    En Mai, 2011 (06:57 AM)
    pour èradiquer pour de bon la corruption,il faut consulter la creation de la commission nationale de recouvrement des biens mal acquis et donner votre point de vue car j'ai consultè la proposition de liberersenegal facebook
    Auteur

    Jean

    En Mai, 2011 (07:27 AM)
    pauvre senegal et nous qui croyons a un sopi en 2012!!!!!!§

    Auteur

    Octo

    En Mai, 2011 (08:14 AM)
    Sourires : Force est de constater que les propos de Mme Bernicat confirment ceux de Mr Ruffin , il y aurait donc un grand problème dans le pays ?
    Auteur

    Home For

    En Mai, 2011 (23:40 PM)
    douane impo ngoumlagni geuna coropue au senagal

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email