Dimanche 20 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Marièm, victime d’excision : Une sexualité compromise

Single Post
Marièm, victime d’excision : Une sexualité compromise

Marièm 34 ans, connait une vie conjugale actuellement mouvementée du fait d’une sexualité assez difficile. La faute a une excision et suture qui remontent à ses années de fillette.

Cette année-là, Marièm avait entre 7 et 8 ans. Comme toute mère, la sienne tenait au respect la tradition, par le biais sa fille. Elle sera alors conduite chez les exciseuses. Le clitoris sera coupé suivi d’une infibulation (suture du sexe pour réduire l’ouverture du vagin). Ainsi, la société croyait l’avoir protégé de toute relation intime avant le mariage.

Seulement, ce qui devait être un remède sera la source du mal. Un mal qui la poursuit jusqu’à aujourd’hui. Âgée de 34 ans, mariée, elle n’arrive pas à s’épanouir dans sa vie conjugale qui d’ailleurs ne tient plus que sur un fil.  

En fait, au fils des années la jeune fille qu’elle était avait de plus en plus du mal à satisfaire ses besoins naturels. Elle sentait une douleur atroce à chaque fois qu’elle voulait pisser. ‘’Je ne pouvais pas uriner. C’était difficile, ça faisait mal’’, souffle-t-elle.  

Elle croyait avoir affaire à une maladie qu’elle n’arrivait pas à cerner. Envoyée à l’école dès le bas-âge, Marièm a fait des études jusqu’en classe de terminale. Ce niveau d’instruction va sans doute marquer un pas décisif, puisqu’elle a décidé de son propre chef d’aller rendre visite à un médecin. ‘’C’est le gynécologue qui m’a fait savoir que mon sexe a été suturé, il a enlevé la suture’’.

Une fois la maison, elle demande à sa maman le pourquoi d’une telle opération. Sa mère lui fait comprendre que c’est pour éviter des rapports sexuels avant mariage.  Sur le coup, elle lui donne la nouvelle, à savoir qu’elle a enlevé la suture, non sans lui expliquer qu’elle avait du mal à uriner.

Malgré ses explications, sa mère va la réprimander. Elle lui fait comprendre même que si elle a des problèmes, c’est parce que les dames qui l’ont excisée manquent d’expertise, sinon, c’est une pratique vielle de plusieurs générations.

Quant à Marièm, expertise ou non, elle retient une chose : c’est que le mal est déjà fait. ‘’On me l’a fait quand j’étais jeune, mais si j’en étais consciente, je n’allais jamais accepter. C’est pourquoi j’en fais mon combat. Je porte plainte à quiconque essaie de le faire subir à ma fille et je n’hésiterais pas à dénoncer celles qui la font subir à leurs filles’’, prévient-elle.   

Si Marièm est aussi déterminée, c’est pour éviter que d’autres femmes subissent le même sort. En effet, Marièm a trouvé l’homme de sa vie depuis 5 ans. Mais ce qui devait être une partie de plaisir s’est transformé en cauchemar. En réalité, sa sexualité lui a été volée dès le bas-âge.

Seulement, il lui a fallu qu’elle consomme son mariage pour comprendre. ‘’Mes rapports sexuels sont très difficiles, le sexe est serré ce qui fait que c’est douloureux. Finalement je fuis mon mari, je n’ai pas envie de relations sexuelles’’, confesse-t-elle.

Aujourd’hui, son mariage traverse une zone de turbulence. Son mari est un émigré et la dernière fois qu’il a quitté le pays, ils s’étaient fâchés. Depuis, le contact est certes maintenu, mais les échanges sont devenus moins fréquents. Marièm en est inquiète. Elle espère sauver son mariage au prochain voyage de son mari. ‘’Je veux lui proposer de l’amener chez le gynécologue pour qu’il lui explique, puisque je lui ai expliqué, mais il ne veut pas comprendre’’.

Partagée entre les obligations conjugales et le traumatisme de l’excision, Marièm ne sait plus où donner de la tête. Ainsi, à défaut de trouver solution à son mal, elle voudrait surtout que les potentielles victimes en soient sauvées. 


Article_similaires

8 Commentaires

  1. Auteur

    En Juin, 2019 (21:25 PM)
    une société qui a de bonnes valeurs à inculquer à ses membres n'a pas besoin de leur coudre le vagin pour leur imposer la chasteté
  2. Auteur

    Tradition De Merde

    En Juin, 2019 (21:47 PM)
    Sauvage sauvage
    Auteur

    Thieddo

    En Juin, 2019 (22:49 PM)
    BARBARES.

    C est pas loin d enterrer une petite fille vivante dans le sable.sick ass motherf.ckers!
    Auteur

    Hé!

    En Juin, 2019 (02:33 AM)
    Bonjour l'ONG Jamra!

    Une réaction?

    Merci.
    Auteur

    En Juin, 2019 (06:36 AM)
    Croyez à tout ce que vous raconte ces encagoulés de destructeurs de société Chez eux ils opèrent les hommes en femmes et ces dernières en hommes, changent leur sexe font les plus sales choses et ils viennent nous les mettre en utilisant et falsifiant les témoignages dirigés sur ces villageoises innocentes
    Auteur

    Cas Isolé

    En Juin, 2019 (08:13 AM)
    Beaucoup l'ont fait et éprouvent plus de plaisir que celles qui ne l'ont pas fait.

    Au lieu de vouloir interdire l'excision pour des peuples qui n'en veulent pas mieux vaut les former sur la bonne technique à savoir couper le capuchon et pas le clitoris dans sa totalité et parfois les lèvres avec.

    Et contrairement à ce que certains essaient de faire comprendre, cette pratique est bien présente dans la tradition islamique lais faut pas exagérer dans la coupure, juste le capuchon qui recouvre le clitoris.
    Auteur

    @ Cas Isolé

    En Juin, 2019 (08:34 AM)
    Tu es simplement malade. Le capuchon???? C’est à vomir
    Auteur

    En Juin, 2019 (08:53 AM)
    Une pratique de sauvages qu'il faut faire cesser urgemment !

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR