Mardi 07 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Societe

Me Assane Dioma Ndiaye : «Ce que nous craignons avec cette décision rendue par la Cour suprême»

Single Post
Me Assane Dioma Ndiaye : «Ce que nous craignons avec cette décision rendue par la Cour suprême»
Les Sénégalais décédés du coronavirus au Sénégal ne seront pas rapatriés. Ce, à la suite de la décision rendue par la Cour suprême, ce jeudi 7 mai 2020, après la saisine du Collectif pour le rapatriement de ces défunts. Membre du réseau des avocats sénégalais de la diaspora, Me Assane Dioma Ndiaye prévient: «Nous craignons hélas que ceci ne mette encore de l’huile sur des rancœurs, des frustrations. On aurait souhaité que même si les mesures n’étaient pas ordonnées que la décision soit de nature à apaiser, à convaincre même ceux qui avaient la pleine intention de faire venir leurs corps ».

Avant de poursuivre: «Nous sommes d’accord au droit à la santé mais si nous devons sacrifier des libertés fondamentales comme celle religieuse et funéraire, il faut qu’on nous démontre que l’exercice de cette liberté serait de nature à porter atteinte au droit de la santé».

« La diaspora serait prête à accepter cette décision»

Autre chose, ajoute la robe noire, «on nous dit que l’enterrement des Sénégalais décédés au pays ne présente pas les mêmes risques que l’enterrement des Sénégalais décédés à l’étranger. Franchement, nous ne comprenons pas le pourquoi. Nous sommes sans voix face à une telle décision».

Me Assane Dioma Ndiaye de laisser entendre: « J’avoue que nous ne comprenons pas la démarche du juge. En fait, il renvoie les parties dos à dos. Aujourd’hui, on aurait souhaité que cette contradiction soit purgée et qu’on retrouve une nation unie, soudée. Si on nous avait opposé des arguments scientifiques, des arguments sanitaires, je pense que nos clients, la diaspora serait prête à accepter cette décision».

Mais, regrette-t-il, «on nous renvoie à l’incertitude. On nous dit que le juge administratif ne peut pas apprécier un risque. Or, même en état d’urgence, le juge administratif conserve son pouvoir d’appréciation».

liiiiiiiaffaire_de_malade

10 Commentaires

  1. Auteur

    Saly

    En Mai, 2020 (20:52 PM)
    Et si la Diaspora rendait la monnaie en n'envoyant plus d'argent au pays ? Que seraient devenues plusieurs familles et amies (alors que ce n'est pas l'Etat qui les nourrit) !!! Delolen sen khel ! L'immigré n'a que sa terre natale pour s'y reposer éternellement ! et sa sueur pour "soutoureu" sa famille.
    • Auteur

      Idiote

      En Mai, 2020 (23:56 PM)
      seine probleime la niom
      ak seine familles deja bane avion mo ley rapatriele sa corps
      fi usa beine corps dou gueine , da niou key lak wala niou soule ko.
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2020 (08:34 AM)
      c'est pas la solution, on continuera à entretenir nos proches
      rendez-vous dans 4 ans dans les urnes la diaspora c'est la ème région
  2. Auteur

    En Mai, 2020 (20:54 PM)
    Monsieur Ndiaye, Toujours au côté du PEUPLE.
    Auteur

    Gor

    En Mai, 2020 (21:09 PM)
    Cette position de dioma Ndiaye est ambiguë. Il critique cet arrêt de la cour sans donner raison aux plaignants. Il faut se déterminer clairement sur la question en mettant en avant la santé des populations où le droit aux morts d'être enterrés dans leurs terroirs
    Auteur

    Yoro

    En Mai, 2020 (21:15 PM)
    Cette question est délicate car en cas de rapatriement et s'il survenait des contaminations de masse ces organismes seraient les premiers à condamner l'état pour n'avoir pas été prévoyant où d'avoir mal géré la situation.
    Auteur

    En Mai, 2020 (21:38 PM)
    Comment voulez-vous qu'on rapatrie des morts alors que l'etat a refuse de rapatrie des vivant? Il faut etre coherent.
    • Auteur

      Reply_presiiii

      En Mai, 2020 (22:13 PM)
      bonsoir les vivants peuvent être soignés en chine mais les morts ne peuvent contaminer personne.
      pourquoi on né les enterre pas avec les victimes du diola sans ouvrir les cercueils
      merci
    Auteur

    Bras De Fer Ou Matey

    En Mai, 2020 (00:37 AM)
    mais cest quoi cette decision de refuser a un citoyen lenterrement dans son propre pays, vraiment si vous persistez cela traduit que le PR a gifle son peuple. On pouvait comprendre si on navait pas de cas maintenant y arien qui explique ce refus. au moment ou jecris ces lignes air senegal a quitte paris pour lafrique et pourquoi ce meme avion ne pourrait pas transporter des cercueils. Je ne comprends plus notre pR, et en plus aucune communication. Il ne se passe une semaine ou les presidents ne parlent à leur peuple pendant ce coivd. Trump pratiquement tous les jours et repondant direct aux questions de journalistes/ Ces presidents sont en premiere ligne pourquoi vous vous cachez mr PR.
    Auteur

    En Mai, 2020 (02:21 AM)
    Euskey
    Auteur

    En Mai, 2020 (02:48 AM)
    Ce débat stérile n'existe qu' au Sénégal. On a l'impression que seuls des Sénégalais émigrés sont morts de covid.
    Auteur

    Anonyme

    En Mai, 2020 (08:37 AM)
    Moi, l'autre question que je pose ces soi-disant droit de lhommiste combien ont-ils donné dans l'élan de solidarité nationale?

    Grande gueule rek , ils ne servent à rien qu'à brouiller les dossiers faciles à juger.

    Il faut a l'avenir Sen méfier, ils vivent de ces situations pour se faire une publicité et faire perdre celui qui les engage pour pourvoir crier injustice et se faire martyr.
    Auteur

    Mantoman

    En Mai, 2020 (08:45 AM)
    A mon avis, il faut accepter le verdict prononcé. Maintenant, il faut quitter le terrain judiciaire et (ré) venir sur le terrain social, je dirais sur le terrain humanitaire. C'est à dire qu' il faut que l'État du Sénégal engage

    une campagne de communication ciblée sur ce sujet d'enterrement des morts du Covid dans le but d'apaisement.

    En ce moment il y a des sénégalais qui ont le cœur meurtri doublé d'incompréhension sur cette question. J'ai lu dans la presse que l'État a donné à chaque famille de défunt le montant d'un million de francs. Si cela est avéré, je pense qu'il faut s'en féliciter. l'État est dans son rôle de protéger sa population et essaie de s'en acquitter sans état d'âme, ce qui est bien. Cette attitude de l'État contribue à renforcer la confiance du peuple envers lui. Face à cette campagne de communication engagée par les familles des défunts à l'étranger, dans le but d'avoir gain de cause, l'image de l'État a été égratignée parce que le sujet est très sensible. Il revient maintenant à l'État après l'épisode judiciaire, de communiquer. Pour convaincre et apaiser. Et cette communication doit être portée par des scientifiques, le personnel de santé ect...

    Et surtout éviter d'y mêler les politiciens. Ce serait alors une campagne d'explication, ce qui va irriter davantage les familles et l'opinion.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email