Mardi 25 Février, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

MENDICITE Un deal sur le dos des talibés

Single Post
Des enfants Talibes dans les rue de Dakar

La mort du jeune talibé Dame Niane, âgé de 12 ans, remet au premier plan le débat sur la problématique des enfants talibés. Pour des spécialistes de la protection de l’enfant, c’est un accident qui doit être le signal d’un nouveau départ. Mais tous accusent l’Etat et les parents d’être en phase avec les faux marabouts.


Si l’on en croit les conclusions de l’étude réalisée par l’écrivain chercheur Pape Tall, en partenariat avec l’ong Enda Tiers Monde, le phénomène des talibés a de beaux jours devant lui, eu égard aux revenus astronomiques qu’il génère. Intitulée ‘’Sarax’’, ses revenus et le maître coranique‘’, l’étude révèle que les ‘’talibés versent 2 milliards 280 millions de F Cfa, par mois, à leurs maîtres coraniques’’. L’auteur se fonde sur un ‘’exemple basique d’un minima de rentabilité de 100 F cfa par jour ordinaire, et souligne qu’un jour ordinaire d’aumône rapporte en moyenne, pour les 100 000 talibés recensés au Sénégal, 10 millions de F cfa. Avec les 500 F versés les vendredis, ce sont 200 millions de F cfa que se partagent les maîtres coraniques, chaque mois. Si les sacrifices et offrandes rapportent en jour ordinaire 600 F cfa, les tenants de ces ‘’’daara’’ se frottent les mains, car ils réalisent comme chiffres d’affaires 60 millions par jour, soit 1 milliard 440 millions le mois. Les sacrifices et offrandes du vendredi à hauteur de 1 000 F par talibé permettent d’atteindre 100 millions par semaine, d’où un total de 400 millions mensuel.


Le contrat qui lie des parents ‘’vauriens’’ aux faux maîtres coraniques


Mais ce que l’étude n’a pas révélé, c’est que derrière ce business lucratif existe un deal entre les parents et les maîtres coraniques. Ils sont tous de connivence. Fodé Sow, un spécialiste de la protection des enfants, rencontré au centre d’accueil appelé ‘’Keur Gouneyi’’ basé à Guédiawaye, a contribué à plusieurs études sur la question. Il est également le coordonnateur général de l’association Uni ver sel, une association française de droit français. Il démontre, à travers des arguments pointus, comment ces talibés constituent de véritables machines à sous aussi bien pour les maîtres coraniques que pour les parents. ‘’J’ai mené des enquêtes sur ces questions pour le compte d’institutions internationales comme la Banque mondiale ou des organismes tel Enda Tiers monde. Je puis confirmer que c’est une véritable exploitation des enfants encouragée par des parents vauriens qui injectent les fruits de cette aumône dans leur commerce. Ce sont des parents qui sont en train de tourner dans les ‘’luuma’’ (marchés hebdomadaires). Ils sont bel et bien conscients que les vrais marabouts sont dans des daara où les enfants ne mendient pas.’’


Une thèse confirmée par l’ancien Imam de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, Imam Ahmed Kanté. Il tient à préciser que les parents de ces talibés n’ont ‘’aucune morale familiale’’. ‘’ Parfois, ce sont des hommes qui ont trois ou quatre femmes. L’essentiel pour eux, c’est de manger du bon poulet quand ils sont chez l’autre femme. Ils confient leurs enfants en apprentissage du Coran, disent-ils, et en retour, leurs enfants leur envoient de l’argent. Donc,cela veut dire qu’ils ont placé leurs enfants dans la traite. Pour vous dire que c’est un problème de traite des enfants et cela n’a rien à voir avec l’enseignement du Coran.’’ Dans la même optique, Fodé Sow renseigne : ‘’Chaque matin, par exemple, les enfants vont dans des maisons ciblées pour avoir au moins 5 morceaux de sucre. Ils peuvent se retrouver, chaque jour, avec au moins 20 morceaux de sucre qu’ils vont garder jalousement dans un paquet. Chaque fin de semaine, ils vont envoyer ce paquet rempli à leurs parents avec l’argent qu’ils ont mis de côté.’’


Pour notre interlocuteur, s’il urge pour la société sénégalaise de se liguer contre cette race d’individus, c’est parce qu’ils ont fait ‘’une option très nette de s’enrichir sur le dos des enfants’’. ‘’Ils vont dans leurs villages d’origine et ils demandent aux parents de leur confier leurs enfants pour les amener en ville et leur apprendre le Coran. Vu que la famille sociale au Sénégal est très grande, ils vont recruter des enfants de leurs voisins, cousins, frères et autres. Ils les prennent à partir de leur village et les transportent dans une zone urbaine.


Une fois sur place, ils vont les placer dans une maison en délabrement, en ruines où eux ne vont jamais habiter. Ils vont louer une chambre supportée par ces enfants. Et sous prétexte qu’ils apprennent le Coran, ils vont lâcher les enfants dans la rue pour mendier, avec comme consigne de ramener de l’argent. C’est cet argent qui va servir à payer leur chambre, l’eau, l’électricité, leurs habits et autres besoins. L’autre partie de l’argent est reversée aux parents’’. Conclusion : ‘’Parents et marabouts vivent du fruit de l’aumône de l’enfant qui devient un taxi-compteur. Il reste plus de 6 heures de temps dans la rue, à mendier, pour avoir des denrées et de l’argent.’’


Les conséquences sont tout aussi dramatiques pour l’enfant qui cherche, chaque jour, à gagner plus d’argent. ‘’L’enfant va chercher à avoir plus de 500 F. Il tient aussi à mettre de côté un peu d’argent qu’il va envoyer aux parents, chaque fin de semaine.’’


L’Etat aussi responsable


Comme d’autres, notre interlocuteur accuse l’Etat qui a laissé gangrener ce phénomène. ‘’Il n’y a aucun contrôle, chacun fait ce qu’il veut. L’Etat n’a pas également joué son rôle quant à l’accès aux services sociaux de base. Des villages sont dépourvus du minimum. La terre est aride. Ils n’ont ni semence, ni engrais. Beaucoup de jeunes ne sachant que faire se drapent du manteau de marabout. Ils vont ouvrir un ‘’daara’’ qui est le moyen le plus rapide pour s’enrichir. Un enfant peut passer 2 ans là-bas sans réciter un seul verset coranique.’’ Et du coup, c’est presque 250 000 F qu’un marabout gagne au minimum par semaine pour un ‘’daara’’ de 50 élèves. ‘’Ces marabouts se permettent de faire des épargnes sur la base desquelles ils font des projections. C’est pourquoi ils battent les enfants à mort. Ils ne supportent pas qu’ils faussent leurs calculs. Car ces ‘’talibés’’ sont des comptes d’épargne par rapport à leurs projections de prendre une épouse, de construire des maisons et autres projets.’’


Des enfants transportés de région en région, de pays en pays, sans que cela n’émeuve. Une image crasseuse pour des spécialistes de la protection de l’enfance qui tirent à bout portant sur les gouvernants africains, particulièrement le gouvernement sénégalais. Des études ont montré qu’au Mali, par exemple, des enfants sont loués par leurs maîtres coraniques à des propriétaires de champs de riz. ‘’Ces maîtres se déplacent souvent d’un pays à un autre à l’insu des parents. Ils leur vouent une confiance aveugle, dans la mesure où ils estiment que l’avenir de leurs enfants est d’être de grands marabouts. Il arrive que ces enfants quittent le Mali pour travailler dans les plantations en Côte d’ivoire. Le marabout récolte les fruits de ce travail’’, confie une consœur malienne, Ramata Diaoulé qui a consacré des études sur la question. 


Dakar, capitale de la mafia criminelle


Au mois de mars dernier, la cellule nationale de lutte contre la traite des personnes révélait l’existence de 1 600 écoles coraniques communément appelées ‘’daara’’ dans la région de Dakar. C’était dans le cadre d’une étude  sur la cartographie des ‘’daara’’ dans la capitale sénégalaise. Elle a dénombré, dans ces écoles, 57 000 à 60 000 apprenants. Cette enquête, censée renouveler la réflexion sur les  ‘’daara’’, a eu le mérite de pointer du doigt un phénomène aux relents de traite des enfants soutenue par le gouvernement sénégalais, malgré sa volonté exprimée de régler ‘’une question sensible.’’


 Selon plusieurs acteurs, dont Mouhamadou Sow, de la Direction des droits de l’enfant, cette étude a le mérite d’attirer l’attention sur les motivations des maîtres coraniques qui acheminent des enfants d’une région à une autre, voire d’un pays à un autre. ‘’Ce n’est pas normal que la région de Dakar, une zone urbaine, concentre à elle seule autant de talibés. Elle n’est pas un cadre propice pour enseigner le Coran à des enfants. Cela montre clairement que ces maîtres coraniques, qui parcourent plusieurs kilomètres avec des enfants, en dépassant des foyers religieux, ne sont pas mus par le souci de leur dispenser un enseignement coranique. La même situation se présente dans le sud du pays, où la mendicité infantile est bannie dans les localités telle Salamata, mais bien présente dans les régions de Ziguinchor et de Sédhiou.’’


Mobilité des marabouts jusque dans les pays voisins  


Le phénomène s’est étendu jusque dans les pays voisins.  Pour un confrère mauritanien, Khalilou Diagana, qui a travaillé sur la question, ‘’les marabouts ont une dimension transnationale’’. Une affirmation qui s’appuie sur une étude réalisée en 2001 par Mohamed Ould Lafdal, éducateur, et Mohamed Ould Hmeyada, sociologue, pour le compte de l’UNICEF sur " la situation des enfants talibés (Almuudo) en Mauritanie ". L’étude renseigne sur les origines ethniques et sociales et les conditions de vie de ces enfants. Elle a touché 120 enfants, 70 parents et 25 maîtres coraniques. Elle a été effectuée à Kaédi, Rosso, Nouakchott et Boghé.


Il ressort de l’étude que 33, 9% des 120 enfants interrogés sont de nationalité sénégalaise et 2,6% ignorent la leur. ‘’On est ainsi loin du talibé qui, après les séances d’apprentissage du Coran, rejoignait paisiblement ses parents. Compte tenu de la dimension transnationale des marabouts, il est quasiment sûr que de petits mauritaniens, âgés de 5 à 6 ans, crasseux, affamés et munis d’un pot de tomate, courent aussi les rues de Dakar, Saint-Louis ou Thiès’’. 


liiiiiiiaffaire_de_malade

15 Commentaires

  1. Auteur

    Radar

    En Août, 2015 (11:46 AM)
    150.000 enfants de la rue pour ne pas dire talibé. Le tiers soit 50.000 sont à Dakar.

    La mendicité des enfants est un business lucratif, un gagne-pain quotidien.

    Donner aux talibés,c'est dans les mentalités ou dans la culture au Sénégal. Il y’a des gens qui sont persuadés qu’un malheur risque de leur arriver s’ils ne donnent pas quelque chose à des talibés, le matin. Eh, oui. Ce phénomène va durer très longtemps.

    Même si chaque sénégalais et sénégalaise s’occupait de ses enfants au lieu de les confier à des marabouts qui les exploitent, ces derniers vont importer les talibés du Mali ou de la Guinée.

    La solution : ramasser régulièrement ces enfants et les emmener hors de Dakar dans des camps. Comme l’Europe le fait avec les camps des migrants ou des réfugiés. L’UNICEF, les ONG, la CEDEAO apporteront leurs aident aux enfants dans ces camps où ils seront nourris, logés, identifiés et recevront des enseignements.

    Sans cela, "l'agression" des citoyens par les talibés dans la rue, à la sortie des boulangeries ou des mosquées et même chez vous puisqu'ils sonnent ou tapent à la porte va continuer très longtemps.
    • Auteur

      Human Being

      En Août, 2015 (12:10 PM)
      parquer les talibés dans des camps serait pour moi comme s'attaquer à une victime pour régler un problème. par ailleurs je suis tout à fait d'accord avec sur le fait que ce sont les croyances culturelles et religieuse qui entretiennent ce phénomène. permette moi d'aller plus loin dans ça et vous dire que non seulement elles l'entretiennent mais qu'elles lui ont donné naissance et sont sur le point de donné naissance à d'autres phénomènes similaires comme celui des marabouts guerisseurs. tans qu'on le sénégalais sera convaincu que c'est dieu qui lui a dit qu'il doit faire l'aumone pour qu'il l'aide à décrocher le poste pour lequel il va en entretien d'embaucche, ou qu'il va prévenir les soit disant mauvais esprits, y aura toujours des gens qui tendront la main. tant que la source demeure bien vivante, on a beau les tuer, les conséquences vont tout le temp surgir parce qu'elle va simplement continuer à en générer.
    • Auteur

      Radar

      En Août, 2015 (12:38 PM)
      dans ces centres, les enfants seront dans des internats et seront beaucoup mieux traités qu'ils ne le sont dans leurs "daaras".
      en réalité, ces talibés sont beaucoup plus dans les rues que dans les daaras à apprendre le coran.
      c'est justement faire preuve d'humanisme de les recueillir, les loger, les nourrir et leur donner des enseignements.
  2. Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (11:50 AM)
    Je la sentais venir ce sujet. Quand j'ai lu votre article sur le père soit disant dealeur de yamba du talibé tué à thiés ce qui était complètement hors sujet. Vous posez mal le problème.
    Auteur

    Human Being

    En Août, 2015 (11:57 AM)
    Maintenant on rejette la plus grande part de responsabilité sur les parents. Certes ils sont coupables mais limiter à leur niveau l'analyse serait tout aussi irresponsable. Pourquoi ces parents "vauriens" fuient ils leurs responsabilités parentales et envoient leurs rejetons chez ces minables de marabouts ? Ne soyons pas hypocrites derrière cette attitude se cachent des préceptes relegieux qui pendant dans années durant a fait croire à ces parents que le mieux serait de se marier très tôt et très jeune, de faire beaucoup d'enfants pour accroitre la "populace" et les disciples de mohamed en leur promettant que c'est Dieu qui donne et qui prend charge tous les êtres qu'il a créé. Depuis l'indépandence les sénégalais se sont mariés sans planification réfléchie, sans même de moyens pour assumer se prendre en charge eux seuls. Rattrapé par les contraintes économiques, le Sénégal pait aujourd'hui et continuera à payer demain, je le crains fort, ces croyances absurdes. Pire encore un autre phénomène qui partage la même source avec cette irresponsabilité des parents est celui des marabouts guirisseurs. Ils viennent presque des grands daaras "koki" ou "khelkom" où ils ont passé plus de vingt ans de leur vie pour n'apprendre que le "coran". Pas de métier, pas de qualifications, pas de compétences, et un beau jour, ils doivent sortir et s'insérer dans la société sans aucun bagage. Personne de rien jusqu'au jour où il sera constaté qu'ils ont tué beaucoup de sénégalais avec leurs fameuses potions magiques.
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (12:02 PM)
    L'ONG EDEN par la voix de son Président le MAGISTRAT Mame Ngor DIOUF doit réagir aussi comme elle l'avait fait avec le talibé assassiné à Yeumbeul il y'a quelques jours.
    • Auteur

      Papi

      En Août, 2015 (12:26 PM)
      l'hypocrisie !!! je ne peut pas comprendre dans un état de droit avc tous ces ong soit disant protecteur des droits de l'homme .chaque matin chacun d'entre nous croise un de ces enfants privé de pratiquement tous de ces droits et on fait comme si de rien était...dieu aime les'enfants le prophéte psl les adoraient et et nous ?
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (12:32 PM)
    Un Magistrat dirigeant une ONG (antinomie ou conflit d'intérêt).
    Auteur

    Défenseur Des Daaras

    En Août, 2015 (12:34 PM)
    La mendicité de l'Etat, un deal sur le dos du peuple sénégalais. Les grands mendiants font les petits.
    • Auteur

      Human Being

      En Août, 2015 (12:36 PM)
      grands mendiants ou petits mendiants on en a que faire. plus de mendicité un point c'est tout.
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (12:35 PM)
    Depuis le temps que l'on palabre sur le sort des talibés/esclaves de leurs parents et des maitres coraniques aucun membre du gouvernement ne s'est exprimé sur le sujet. Ils attendent comme d'habitude que l'orage passe. Honte au Sénégal pour ce crime national que d'ignorer le sort de ces malheureux. Que Macky quand il voyage dans le monde entier se préoccupe de savoir que ce n'est qu'en Afrique que ce phénomène existe. Pas le temps, il signe des contrats que la populace paiera durant des générations.
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (12:56 PM)
    UN sinistre désastre quand est ce carnage prendra finira ? j'emmerde tous ses Sénégalais de merdre . Voila

     :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    Auteur

    Reflection

    En Août, 2015 (12:58 PM)
    Ces ONG ameneront un grand desatre dans le pays.Macky Sall doit faire savoir sa position dans l'affaire.il est tant qu'on sait de quel coté il est .bien sur je sens du coté des ONG par peur de occidentaux ou par interets personnelle. :sunugaal: 
    Auteur

    En Août, 2015 (13:14 PM)
    Moi qui croyait qu'il est écrit dans le coran que la mendicité est interdite. Je me suis trompé ou est-ce ces maîtres coraniques et autres marabouts qui n'ont pas lu le coran  :interrogation:  :interrogation:  :interrogation:  :interrogation: 

    En fait si, c'est interdit par l'islam mais tout ce qui enrich
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (14:05 PM)
    c'est à 80/100 la faute de l'état qui ne fait rien pour aider ces enfants et leurs parents qui pour la plupart habitent au fin fond du sénégal sans aucun ressource aussi l'état doit travailler avec les mosquées pour que nos enfants y apprennent le coran dans de meilleur condition et en sécurité comme moi je l'ai fait à la mosquée de mermoz et sa c'est toujours bien passer et pour ceux qui ne peuvent pas rentrer et ceux qui sont orphelins créent leurs un centre d'accueil ils faut aussi qu'ils soient instruits pour connaître leurs droits et leurs devoirs et n'oublions pas que ces enfants sont l'avenir du pays je n'ai pas beaucoup de moyen mais je suis prét à créer une association pour les aider. que dieu vous protège vu que l'état ne le fait pas (je suis un talibé) :baby-crawl: 
    Auteur

    Laye

    En Août, 2015 (14:30 PM)
    Ils font des enfants au nom d'Allah pour agrandir la famille des croyants. Donc plus ils en font mieux c'est. De plus Allah leur a promis de nourrir toute bouche qu'il a créée. Impossible d'assumer l'éducation de leurs enfants et de leur offrir un cadre de vie adéquat,ils s'en débarassent et les confient à des charlatans pour qu'ils apprennent la parole d'Allah(le même qui leur avait dit d'en faire le max possible). Personne n'ose s'attaquer à ce sytème par peur que la colère d'Allah ne s'abatte sur lui. Ils ont besoin de ces talibés pour expier leur péchés et faire des bonnes actions à travers l'aumône. Quelle est l'étude qui a mesuré ce que sont devenus ces talibés plutard. Quel rôle occupe t'ils dans la société quand ils seront grands après toutes ces épreuves?Allah seul le sait. Tout est du ressort d'Allah.Qui gouverne ce pays?Allah.Qui fera avancer ce pays?Allah le tout puissant.

    Continuer à tout mettre sur le dos d'Allah et votre sort ne s'en trouvera que meilleur.Qu'Allah me pardonne si je l'ai offensé pour avoir cité son nom autant de fois. On ne sait jamais(il est capable de s'énerver pour un rien et ma petite personne n'est pas capable de supporter sa colère:capricieux Allah).Mais il aura remarqué que j'ai mis une majuscule au début de chacun de ces noms.il n'a qu'à se consoler avec ça.
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2015 (15:01 PM)
      désolé mais le sénégal à un président et c'est pas allah
      on n'a nommé macky président à lui de regeler le problème
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2015 (08:07 AM)
    pourquoi il n ya pas la mendicite en gambie tout pres de chez nous dr yaya jammeh ne badine pas avec les maitres coraniques il les amene en prison sans proces c est ce qu on devait faire a dakar eliminer tous ces maitres coraniques beaucoup sont de vrais voyous des tardbas de la marabounta
    Auteur

    Sentalibe

    En Août, 2015 (08:46 AM)
    Le Sénégal et autres pays pauvres et très endettés, ne sont-ils pas des talibés aux yeux du FMI, Banque mondiale et autres néocolonialiste?
    Auteur

    Sope

    En Septembre, 2015 (10:09 AM)
    Le+Senegal+est+le+plus+grand+talibe+au+monde...+Quer+font+nos+dirigeants%3F+Quer+font+nos+somit+disant+leader+er+autres+musiciens%3F+++Waaay+niaaaaaaane+rek....

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email